Tenebra Roma

Couverture du livre « Tenebra Roma » de Donato Carrisi aux éditions Calmann-levy
  • Date de parution :
  • Editeur : Calmann-levy
  • EAN : 9782702161562
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

Et si Rome se retrouvait plongée dans les ténèbres pour toujours... Cinq siècles auparavant, le pape Léon X lança cet avertissement : Rome ne devra jamais être plongée dans l'obscurité. Pourtant, lorsqu'aujourd'hui la foudre s'abat sur une centrale électrique au cours d'une terrible tempête, les... Voir plus

Et si Rome se retrouvait plongée dans les ténèbres pour toujours... Cinq siècles auparavant, le pape Léon X lança cet avertissement : Rome ne devra jamais être plongée dans l'obscurité. Pourtant, lorsqu'aujourd'hui la foudre s'abat sur une centrale électrique au cours d'une terrible tempête, les autorités romaines sont forcées d'imposer un black-out total de vingt-quatre heures sur la ville le temps de réparer les dégâts.
Dès le crépuscule, les ombres reviennent envahir Rome. Dans le chaos et la panique qui s'ensuivent, une silhouette plus sombre que les autres va se déplacer silencieusement à travers la capitale, laissant derrière elle une traînée de morts... ainsi que des indices. Marcus, le prêtre de l'ordre des Pénitenciers, peut reconnaître et interpréter les anomalies sur les scènes de crime. Mais le pénitencier a perdu son arme la plus précieuse : sa mémoire.
Lui-même victime du tueur, il échappe de justesse à une mort atroce, sans plus aucun souvenir des derniers jours passés. Il va devoir remonter le fil de sa vie en même temps que la piste du monstre. Seule Sandra Vega, une ancienne photographe scientifique, peut l'aider dans sa traque. Sandra connaît le secret de Marcus, mais a subi trop de pertes dans sa vie pour être en mesure de faire face à nouveau au mal.
Et pourtant, elle va se retrouver entraînée malgré elle au coeur de l'enquête... Le coucher du soleil se rapproche, et le temps est compté : au-delà des ténèbres, il n'y a que l'abîme.

Donner votre avis

Articles (1)

Voir tous les articles

Les derniers avis

  • Un problème affecte trois des centrales électriques alimentant la ville de Rome. Pour soulager le quatrième et réparer en toute tranquillité les liaisons défaillantes, Rome va être plongée dans le noir pendant 24 heures, en cette fin novembre pluvieuse où le Tibre est à deux doigts de sortir de...
    Voir plus

    Un problème affecte trois des centrales électriques alimentant la ville de Rome. Pour soulager le quatrième et réparer en toute tranquillité les liaisons défaillantes, Rome va être plongée dans le noir pendant 24 heures, en cette fin novembre pluvieuse où le Tibre est à deux doigts de sortir de son lit.

    Mais sans électricité, c'est beaucoup plus que la lumière qui va s'interrompre : internet, la télé, la radio, les frigos le chauffage, les feux de signalisation ... mais aussi les secours, la surveillance, la police qui se retrouve travailler à l'ancienne ...

    Mais cette nuit noire, n'est-elle pas aussi l'éclipse annoncée dans les prédictions de fin du monde ....

    Des meurtres rituels, un enquêteur ecclésiastique amnésique, un enfant disparu 9 ans plus tôt, un policier bizarre et une spécialiste de scènes de crime sont les protagonistes de ce roman qui nous entraîne dans une Rome inquiétante, plus vraie que nature ... 

    Je ne connaissais pas encore cet auteur dont je vais rapidement lire d'autres opus ! 

    A lire !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Tout commence avec une intrigante bulle du pape Léon X, émise en 1521. Juste de quoi nous mettre en appétit et suggérer tout le danger qu’il y aurait à voir la cité romaine plonger dans le noir. Mais le Noir sera bel et bien au rdv. Les ténèbres aussi. Ceux qui ont lu les précédents opus des...
    Voir plus

    Tout commence avec une intrigante bulle du pape Léon X, émise en 1521. Juste de quoi nous mettre en appétit et suggérer tout le danger qu’il y aurait à voir la cité romaine plonger dans le noir. Mais le Noir sera bel et bien au rdv. Les ténèbres aussi. Ceux qui ont lu les précédents opus des romans mettant en scène Marcus et Sandra apprécieront les retrouvailles, ceux qui découvriront ces deux personnages avec Tenebra Roma seront probablement frustrés par une absence de considération pour leur qualité de novices. Ils recevront certes assez d’informations pour ne pas être perdus, mais clairement pas assez pour s’attacher autant aux personnages que ne le sont déjà ceux qui les connaissent depuis Le Tribunal des âmes. Le roman peut malgré tout se lire avec ces carences mais il laissera alors un bon nombre de lecteurs sur leur faim. L’économie de moyens pour situer Le Pénitencier et la Policière photographe restera le défaut majeur de cette intrigue, parce que pour le reste, tout fonctionne même si on lit l’ensemble avec l’impression que Carrisi en garde sous la pédale ou dans le stylo, et que l’économie faite sur le dos des personnages est aussi , à moins grande échelle, un défaut étendu aux crimes et mystères de cette nuit noire. L’histoire est donc construite de façon assez simple mais malgré tout efficace. Un black out, le Mal, de toutes parts, avec ses profondeurs au coeur des vices et perversités humaines. Beaucoup de cruauté, un nombre de personnages somme toute assez réduit et une intrigue qui suit la courbe du soleil, l’obscurité augmentant de paire avec la tension dramatique. Le tout est assaisonné d’un environnement romain à lui seul personnage tant la ville au Tibre paraît donner toute sa force d’attraction et de fascination au lieu du/des crimes. Un bon polar, une lecture qui se consomme en quelques volées de pages, mais rien de mémorable sauf à construire une relation suivie avec Marcus et Sandra. Avec tous mes remerciements à Lecteurs.com comme à Calmann Levy pour cette généreuse opportunité de partir en voyage dans une Rome Noire !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Tour d’abord je tiens à remercier Lecteurs.com et les Éditions Calman Levy/noir pour l’envoi de ce livre dans le cadre des Explorateurs du Polar.

    Les ténèbres – un monstre : on a connu celui de Florence avec Preston & Spezi, à présent c’est celui de Rome, la ville éternelle. Cela donne...
    Voir plus

    Tour d’abord je tiens à remercier Lecteurs.com et les Éditions Calman Levy/noir pour l’envoi de ce livre dans le cadre des Explorateurs du Polar.

    Les ténèbres – un monstre : on a connu celui de Florence avec Preston & Spezi, à présent c’est celui de Rome, la ville éternelle. Cela donne « TENEBRA ROMA » de Donato Carrisi, un livre qui a connu un très grand succès (plus de 1 million de lecteurs en France : c’est écrit sur le bandeau).

    C’est le troisième roman de la série et on y retrouve Marcus, le Pénitencier du Tribunal des Âmes (il est envoyé par le Vatican) ainsi que Sandra Vega, une photographe de scènes de crimes.
    On se trouve vite dans le bain car le livre débute ainsi : « Le black-out général était prévu pour 7h41 du matin. A partir de ce moment, Rome serait plongée dans un nouveau Moyen-Age. (…) Une remise à zéro technologique. Au beau milieu d’une urgence météorologique. » Pourtant, le Pape Léon X avait bien prescrit que « Rome ne devrait jamais jamais jamais se retrouver dans le noir ».

    La police est sur les dents car, non seulement une centrale électrique est arrêtée pendant une violente tempête – d’où le black-out pour réparer les dégâts – mais une sombre silhouette se déplace silencieusement dans la ville, semant sur son passage des morts et quelques indices.

    Dès le début le lecteur se trouve dans la noirceur des faits. Ce qui n’arrange pas les choses c’est que Marcus, lui qui sait déceler le mal, est devenu amnésique. Mais j’avais déjà rencontré ce problème dans un ouvrage précédent…. Dommage.

    Par contre ce récit est très documenté et l’auteur a su le rendre par l’intrigue bien mystérieuse.
    En lisant, j’ai eu l’agréable (oui « agréable ») occasion de revoir tous les sites de Rome que j’avais arpentés lors d’un séjour dans cette ville si riche historiquement. Mais ce voyage-ci n’est pas le but du livre, ce n’était qu’une petite parenthèse.

    Même si Rome est un personnage à part entière, l’histoire nous emmène à la suite de Marcus qui doit déjà retrouver le fil de sa vie. Il va retrouver Sandra qui connaît le secret de Marcus (ce qui risque de le rendre suspect pour les meurtres).
    Ils vont donc se retrouver aux prises avec les membres d’une secte diabolique « L’Église de l’éclipse » où règne « Le Maître des ombres ».

    Avec tout ce mélange de conditions quasi apocalyptiques – un serial killer – une secte – la recherche d’un enfant, le petit Tobia Frai – une crue dévastatrice du Tibre qui ne laisse qu’une immonde boue derrière lui – la violence extrême – le lecteur se retrouve en plein cœur ♥ de l’horreur en cherchant à y voir un peu mieux (avec des bougies) – un peu de sexe (parfois un peu plus hard) … - et assiste ainsi à un thriller ésotérique. Presque pas le temps de reprendre son souffle car les événements s’enchaînent de façon effrénée, les rebondissements sont étonnants… Tellement captivants avec cette histoire addictive que l’on tourne les pages pour en savoir un peu plus, sortir d’une noirceur pour plonger dans une autre. Mais si on a lu les tomes précédents, on ne trouve pas une très grande originalité malgré tous les ingrédients réunis. La recette ne fonctionne pas à plein.

    Par contre, pour qui aime ce genre d’intrigues bien sombres et si on apprécie Donato Carrisi, on comprend pourquoi « TENEBRA ROMA » a connu un si grand triomphe.
    Il est vrai que l’atmosphère est quasiment oppressante, je vais oser dire ♫♫♫ Noir c'est noir♫♫♫, mais pour moi, ce n’est pas forcément un grand coup de ♥ contrairement aux précédents ouvrages. Cela reste une bonne intrigue tout de même grâce au talent de l’auteur et malgré tout « TENEBRA ROMA » (avec sa jolie couverture représentant un ange de pierre) représente un bon thriller qui peut se lire indépendamment des autres récits.
    En page 301, dans la « Note de l’auteur » : il écrit : « Un proverbe employé dans le mode entier mais dont on ignore l’origine dit que « Rome ne s’est pas faite en un jour ».
    Toutefois, j’ai découvert qu’il en faut moins que cela pour la détruire ». Il va voir un ami, le professeur Massimo Parisi et lui demande « naïvement, comment je pourrais détruire la Ville éternelle en moins de vingt-quatre heures. Sans se décomposer, il m’a répondu :
    - C’est simple, tu fais pleuvoir sans cesse pendant deux jours et tu fais couper une centrale électrique : en quelques heures, ce sera le chaos ».

    Merci encore à Lecteurs.com et aux Éditions Calmann Lévy.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • «Tenebra Roma »



    de Donato CARRISI.





    Amis lecteurs,



    J'avais déjà lu un roman de Donato Carrisi : "Le chuchoteur".




    J’ai été embarquée dans cette enquête policière menée de front par un prêtre du nom de Marcus, un flic et une ancienne policière prénommée Sandra...
    Voir plus

    «Tenebra Roma »



    de Donato CARRISI.





    Amis lecteurs,



    J'avais déjà lu un roman de Donato Carrisi : "Le chuchoteur".




    J’ai été embarquée dans cette enquête policière menée de front par un prêtre du nom de Marcus, un flic et une ancienne policière prénommée Sandra , dès les toutes premières pages .

    Ambiance sombre suite au black out, une coupure d'électricité à Rome, de 24 H, de nos jours . La tempête fait rage .

    L'auteur présente une femme isolée, perdue dans ses pensées ; un prêtre nu menotté.

    Le suspense va crescendo . Ambiance oppressante, pesante, de plomb, glauque, angoissante. Des meurtres épouvantables sont commis. Innocentes victimes ?




    Les chapitres courts donnent un rythme soutenu à ce roman noir .

    L’écrivain nous fait passer d’un personnage à l’autre en alternance, en Italie, dans la ville de Rome.


    L'écrivain nous fait plonger dans une Italie ancienne sous le cardinal Léon X en 1521, qui avait fait une prophétie qui s'avère commencer ce jour .

    La secte : l'Eglise de l'éclipse et les anciennes pratiques de tortures sont évoquées .

    La lecture est rapide .
    J'ai également apprécié le réalisme des scènes .

    Les personnages sont liés et se croisent au coeur d'histoire meurtrière.

    L'enquête ésotérique est faite par différents personnages, en parallèle. Tout s'imbrique .

    On se prête au jeu, on mène l'enquête aussi .




    Scènes de violence, les vraies personnalités émergent pendant cette nuit dépourvue de lumière , les tabous sont brisés.




    Ce dernier suit différentes pistes .

    Quels sont les mobiles du ou des tueurs ? Mais qui est donc Tobia Frai? Qui l’a tué(e) ? Quelle est la cible du tueur ? Ce sont autant de questions qui restent en suspens.

    Les personnages se connaissent, , tout s’explique dans les dernières pages.

    La fin se termine en apothéose et nous laisse évasifs.

    Que deviennent les héros de cette histoire ? Quelle sera leur prochaine mission ?



    Cet ouvrage m’a fait penser au livre "Da Vinci Code"



    Je vous souhaite une agréable lecture . Je vous invite à découvrir sans attendre cet écrivain au talent fou.



    Cordialement,



    Une exploratrice qui a dévoré les 300 pages en l’espace de quelques jours.



    Mme Sandrine GOUAILLARDOU






    .

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Ce 3eme EP est un bon cru mais j'ai préféré le 1er, Tribunal des âmes, celui ci reste cependant très prenant et on retrouve nos 2 protagonistes pris dans leur enquête et dans leurs sentiments avec plaisir.

    Ce 3eme EP est un bon cru mais j'ai préféré le 1er, Tribunal des âmes, celui ci reste cependant très prenant et on retrouve nos 2 protagonistes pris dans leur enquête et dans leurs sentiments avec plaisir.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • http://hidesbouquine.blogspot.fr/2018/01/tenebra-roma-marcus-le-penitencier-3.html

    J’aime la Rome que nous décrit Donato Carrisi. Cette Rome propice à cette atmosphère sombre, ésotérique, où la barrière entre le Bien et le Mal est quasi-inexistante ! On sent que le Mal, les ténèbres rodent...
    Voir plus

    http://hidesbouquine.blogspot.fr/2018/01/tenebra-roma-marcus-le-penitencier-3.html

    J’aime la Rome que nous décrit Donato Carrisi. Cette Rome propice à cette atmosphère sombre, ésotérique, où la barrière entre le Bien et le Mal est quasi-inexistante ! On sent que le Mal, les ténèbres rodent dans l’ombre, à l’affut de leurs proies !


    Après sa quête de vengeance (Le tribunal des âmes), puis cet être maléfique traquant ses victimes dans ces rues (Malefico), Rome sombre littéralement dans les ténèbres, plongeant la ville dans le chaos. Dès le crépuscule, un tueur sort de l’ombre et se met à frapper…


    Avec Tenebra Roma, Donato Carrisi vous entraine au cœur des ténèbres et de la noirceur de l’âme humaine. Pour les traquer, l’auteur redonne vie à ses personnages. Tout d’abord il y a Marcus, le pénitencier qui a le don de déceler les forces maléfiques. Il est épaulé par Sandra, photographe de scènes de crimes. Un duo qui fonctionne parfaitement, qu’on prend plaisir à redécouvrir, à suivre.


    Ce qui nous le marque dans Tenebra Roma c’est l’ambiance. Cette dernière est sombre et angoissante. Une atmosphère vraiment pesante, très oppressante. Elle est une entité, un personnage à part entière… qui rend ce roman très addictif !


    Après cette ambiance qui glace d’effroi, il y a cette histoire assez troublante, qui prend aux tripes. On y retrouve vraiment tout ce qui fait le charme d’un Donato Carrisi. Une plume impeccable tout en étant implacable avec son lecteur ! Indéniablement attiré par la nuit macabre que va vivre Rome, cette dernière se retrouve coupé du monde pendant 24h. Tu te retrouves incapable de lâcher ce Roman tant tu es pris dans l’engrenage de cette histoire.


    Pour cette troisième enquête, Donato Carrisi nous livre une véritable machination, une histoire très troublante qui se révèle être plus que prenante ! Un récit savamment bien orchestré, bien maitrisé, doté d’un rythme entrainant et percutant. Tenebra Roma est un véritable page-turner !


    Avec son « côté ésotérique » plus prononcé, Tenebra Roma, nous plonge dans un huit clos haletant avec des personnages charismatiques. Un roman dont émane une forte impression de noirceur !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • « Tenebra Roma » est le troisième volume de la série du Tribunal des Ames. Le décor reste identique et on n’est pas dépaysé. Seulement, pour cette aventure d’une nuit, Rome est en train de subir un blackout qui plonge la ville dans le chaos. L’atmosphère est donc sombre et imprévisible. On y...
    Voir plus

    « Tenebra Roma » est le troisième volume de la série du Tribunal des Ames. Le décor reste identique et on n’est pas dépaysé. Seulement, pour cette aventure d’une nuit, Rome est en train de subir un blackout qui plonge la ville dans le chaos. L’atmosphère est donc sombre et imprévisible. On y retrouve les deux personnages principaux si différents et pourtant si proches. Au fil des épisodes, l’auteur lève le voile sur leurs personnalités, même s’ils restent vraiment mystérieux.

    Alors non, le nouveau Donato Carrisi n’est pas exempt de tout reproche. Une nouvelle fois, il est question de meurtres en série, teintés de religion et d’ésotérisme. En suivant les pistes des crimes, les deux héros se retrouvent embarqués dans la même galère qui va leur permettre de sortir au grand jour une imposante machination qui les dépasse complètement. Comme souvent, le narrateur utilise des raccourcis parfois faciles et n’est jamais avare de clichés. Les ingrédients qui faisait la réussite de l’épisode précédent, sont recyclés à l’identique. Il pousse même la ressemblance à employer l’amnésie de Marcus afin de se faciliter la tâche quant à la complexité du scénario.

    Vous aurez donc compris que vous ne trouverez pas d’originalité dans cet opus mais simplement l’application d’une recette qui a déjà fait ses preuves. Mais allez savoir pourquoi, ça fonctionne toujours sur moi ! Ces petits défauts, qui pourraient m’agacer chez d’autres, n’ont entravé en rien le plaisir que j’ai pris à la lecture de ce nouveau Carrisi. C’est peut-être grâce aux protagonistes atypiques qui se dévoilent petit à petit au fil des épisodes ou grâce à cette histoire à tiroirs qui nous surprend jusqu’au bout, mais j’ai encore pris un vrai plaisir à me laisser berner.

    Je ne sais pas s’il est préférable d’avoir déjà lu une aventure de Marcus et Sandra, pour pouvoir mieux savourer l’ensemble. Dans ce cas-là, vous ne vous ennuierez jamais, vous profiterez de l’évolution des personnages mais vous risquez de reconnaître les ficelles et d’être un peu moins emballé. Et au contraire, si c’est votre première fois avec ce grand auteur italien, vous aurez la chance d’être novice et de tomber dans le panneau à coup sûr. Les deux options ont le mérite de vous faire passer au lecteur un moment plein de suspense malsain dans les quartiers sombres de Rome.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Lu dans l’avion, j’ai beaucoup aimé l’intrigue principal de ce nouveau policier de Donato Carrisi. Cependant, au contraire de Le chuchoteur ou encore Le tribunal des âmes, j’ai été dérangé par certains passages et le déroulement des actions. Une lecture qui reste très bonne malgré tout et que je...
    Voir plus

    Lu dans l’avion, j’ai beaucoup aimé l’intrigue principal de ce nouveau policier de Donato Carrisi. Cependant, au contraire de Le chuchoteur ou encore Le tribunal des âmes, j’ai été dérangé par certains passages et le déroulement des actions. Une lecture qui reste très bonne malgré tout et que je conseille à ceux qui aiment être pris dans un tourbillon d’actions, de péripéties et de révélations!

    Que se passerait-il si Rome se retrouvait plonger dans le noir ? Le chaos ? C’est en tout cas l’avertissement qu’a lancé le pape Léon X il y a cinq siècles. Et c’est aussi ce qui va se réaliser dans les 24 prochaines heures. En effet, une tempête terrible s’est abattu, forçant les autorités à imposer une coupure totale d’électricité.

    Imaginez un peu, 24h sans électricité, dans le noir, sans plus aucun moyen de communication… tout le monde peut faire ce qu’il veut y compris les malfaiteurs… C’est ce chaos là que doit tenter d’endiguer la police de Rome. Et ça ne va pas louper, voici qu’à peine le black-out entamé, que quelqu’un a décidé de tuer certaines personnes pour une raison encore bien obscure. Et pour aider sur cette chasse à l’homme, la police fera appel à Sandra Vega, ancienne photographe scientifique. Elle sera intégrée malgré elle dans cette enquête et se verra confrontée à des vérités parfois dures à entendre.

    De l’autre côté on retrouve Marcus (qui est présent dans Le tribunal des âmes et Malefico), amnésique et attaché sans savoir comment il en est arrivé là. Il partira à la recherche de la vérité et découvrira des choses qui pourront tout remettre en questions…

    Pour ma part, je n’ai lu que Le tribunal des âmes, j’ai donc commencé Tenebra Roma sans savoir ce qui a pu se passer auparavant pour nos deux protagonistes, Sandra et Marcus. Cela n’est pas vraiment gênant en soi, mais j’avoue que ma curiosité a été pas mal titillé quand même haha. Mis à part cela, on est mis directement dans l’ambiance!

    Dès les premières pages l’auteur nous installe dans une ambiance oppressante et inconfortable… et ça dure tout au long du livre. Une impression de malaise c’est collé à ma peau et difficile de s’en débarrasser. Le fait que tout Rome soit plongé dans le noir, la pluie torrentielle qui donne l’impression de n’en pas finir, que chaque habitant ressente une peur bleue et ce chaos qui règne au fil des pages, tout ces éléments font que l’auteur a réussi à m’immerger assez facilement dans cette ambiance. J’ai eu la sensation de me retrouver dans un espèce de huis-clos et de ne pas réussir à m’en sortir. J’étais comme ses romains qui se retrouvent prisonnier de la pluie torrentielle, dépendant du black-out et impuissant face à la violence dont ils sont témoins.

    De plus, l’intrigue est réellement intéressante et bien construite. En effet, tout au long on suit un fil conducteur sans se perdre. J’ai suivi chaque étape de façon claire et précise, m’imprégnant un peu plus dans l’enquête. On avance à la même vitesse que les enquêteurs et que Marcus. Marcus qui est à la recherche de la vérité ou plutôt de comment il en est arrivé à être ligoté sans aucun souvenirs de ce qu’il c’est passé avant. Je me suis posée beaucoup de questions, les doutes se sont insinués par tous mes pores et cette sensation de malaise n’a pas cessé de croître notamment lorsque l’on apprend certaines choses assez glauques il faut le dire.

    Au niveau des personnages, j’ai adoré les suivre et les voir évoluer, notamment Vitali, que j’ai adoré détester! Il est horripilant à souhait et pourtant il y a quelque chose qui fait qu’on s’y attache malgré nous, un peu à contre-coeur. Je ne sais pas si on le reverra dans un prochain roman de Donato Carrisi mais sa personnalité m’a l’air bien complexe et j’ai l’impression qu’il cache encore beaucoup de choses. J’ai aussi beaucoup aimé Marcus avec qui on souffre il faut le dire. Le voir si démuni face à son amnésie, voir ses démons le rattraper… et lire comment l’auteur décrit tout ça, n’a fait que stimuler mon empathie envers lui haha. C’est vraiment un personnage intéressant et j’était accroché à ma liseuse de savoir ce qui lui était réellement arrivé. Par contre Sandra Vega… j’ai pas vraiment eu d’attache avec ce personnage… certaines choses m’ont dérangé et je n’ai pas réussi à me plonger dans son histoire, ses sentiments tout ça… dommage car je l’avais beaucoup apprécié dans le Tribunal des âmes.

    Cependant si je devais reprocher deux choses à l’intrigue et plus globalement au livre lui-même, ce serait les turn-over à n’en plus finir et les scènes très crues. Attention, je ne dis pas qu’il ne doit pas y en avoir. J’aime quand il y a des turn-over, quand l’auteur ne nous épargne pas et qu’il joue avec mon cerveau en me le retournant dans tous les sens. Non, quand je dis que j’ai des reproches à faire à ce niveau-là c’est que trop de turn-over tue le turn-over. Il y en a beaucoup, en tout cas pour moi, tellement qu’à un moment je finissais par anticiper ce qui allait se passer, ou du mois par deviner ce qui allait se passer sans me tromper. Ca gâche un peu le plaisir de la lecture même si je peux comprendre le besoin de rebondissements dans un livre pour éviter l’ennui chez le lecteur. Et en ce qui concerne les scènes crues… en soi ça ne me dérange pas quand elles vont de soi dans le livre comme ça peut être le cas dans Mör de Johana Gustawsson, Cyanure de Laurent Loison ou encore Level 26 de Anthony Zuiker. Ce sont des scènes importantes dans le sens où on prend réellement conscience de l’horreur que nous décrit l’auteur en ne nous épargnant pas, ni même une seconde… mais là c’est trop. Pour moi tout n’était pas indispensable, certaines scènes auraient peut-être pu être éviter. J’ai parfois eu l’impression que c’était du m’as-tu vu plus que quelque chose qui est indispensable à l’histoire. Alors ça marche peut-être avec d’autres, je ne dis pas le contraire, mais avec moi ça a été un flop, allant jusqu’à me déranger dans ma lecture.

    Heureusement que l’intrigue, l’ambiance et les personnages rattrapent ces deux aspects un peu négatifs ce qui fait que ça devient tout de même secondaire. Et surtout que le dénouement a été à la hauteur de mes espérances. En effet, pour moi il répond à mes questions et surtout met un point final à toute cette histoire. L’auteur ne nous laisse pas languir et j’ai énormément apprécié ce point-là.

    En bref, un policier qui vous plongera dans une ambiance malsaine, oppressante et vous mettra directement dans le bain. Des personnages qu’on aime détester, que l’on suit dans leurs doutes, leur enquête également. Un dénouement répondant à mes attentes, à mes questions malgré des turn-over trop présents et des scènes très crues pas vraiment indispensables pour moi. Mais en tout cas, un policier que j’ai beaucoup apprécié lire et un auteur qui sait vous prendre aux tripes tout de même.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Thriller captivant, au rythme effréné , abordant la religion, l'histoire et l'ésotérisme, mais sans jamais aucune lassitude, ni temps mort.
    Donato Carrisi nous brosse avec brio la description de Rome , des romains et surtout de l'église catholique et du Vatican.
    L'histoire ..... suite à de...
    Voir plus

    Thriller captivant, au rythme effréné , abordant la religion, l'histoire et l'ésotérisme, mais sans jamais aucune lassitude, ni temps mort.
    Donato Carrisi nous brosse avec brio la description de Rome , des romains et surtout de l'église catholique et du Vatican.
    L'histoire ..... suite à de très violents orages et des vents d'une violence extrême qui doivent s'abattre sur Rome , l'état décrète un black out total de 24 h sur la ville.
    Rome va plonger dans les ténèbres , un chaos total va s'abattre sur la ville . Des suicides , des meurtres vont naître au coeur de la cité . Et un tueur en série va se déchainer. Un maitre des ombres surnommé dans le titre original «maestro delle Ombre» qui veut renverser l'ordre romain établi en profitant du black out.
    Mais c'est sans compter sur Marcus et Sandra . Marcus , qui est un pénitencier, une sorte de prêtre profiler oeuvrant pour le tribunal des âmes ( cellule du Vatican) .Sandra , elle, est une photographe spécialisée en scènes de crimes.
    Les deux vont se lancer dans une poursuite haletante à la recherche de ce Mal caché.
    Thriller d'une grande qualité , celui ci est le troisième opus après le tribunal des âmes et malefico, mais vous pouvez le lire sans avoir lu les précédents.
    Thriller très bien documenté, d'une grande richesse .....plein de rebondissements et avec un final brillant comme Donato Carrisi sait le faire

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Suite à des orages et des vents incessants, les autorités décrètent un blackout total de 24 heures afin d’effectuer les travaux de réparations nécessaires sur les centrales nucléaires endommagées.
    Rome se retrouve vite plongée dans les ténèbres permettant ainsi de nombreux actes de...
    Voir plus

    Suite à des orages et des vents incessants, les autorités décrètent un blackout total de 24 heures afin d’effectuer les travaux de réparations nécessaires sur les centrales nucléaires endommagées.
    Rome se retrouve vite plongée dans les ténèbres permettant ainsi de nombreux actes de violence.
    Marcus, prêtre de l’ordre des Pénitenciers, frappé d’amnésie, se voit chargé de retrouver Tobia, un enfant disparu depuis de nombreuses années.
    Sandra Vega, ancienne enquêtrice photo pour la police va se voir, malgré elle, plongée dans cette intrigue où une mystérieuse bulle émise en 1521 par le Pape Léon X prend enfin tout son sens….
    Au coeur des ténèbres, Marcus et Sandra, devront soulever bien des secrets pour résoudre cette énigme….
    Donato Carrisi, avec « Tenebra Roma », nous plonge au cœur d’un thriller mêlant histoire, religion et ésotérisme. Après le « Tribunal des Âmes » et « Malefico », où nous avions déjà fait la connaissance de Marcus et Sandra, l’on aurait pu craindre l’apparition d’un certain essoufflement dans le style narratif mais c’était sans compter sur le talent de l’auteur à construire ses histoires de manière telle à ce que le lecteur se sente immédiatement enveloppé de cette ambiance propre à ses romans.
    Comme de coutume, l’auteur ne laisse de place ni au hasard, ni aux temps morts. Son travail de préparation est d’une telle minutie que tout a du sens.  J’ai dévoré cette histoire en quelques heures seulement!
    Dans ce roman, Donato Carrisi nous plonge une nouvelle fois au cœur la Ville Eternelle. Loin de l’image idyllique que Rome véhicule pour bon nombre d’entre nous, la ville est ici synonyme de chaos, de ténèbres. J’ai beaucoup aimé ce rapport à la ville qui fait partie intégrante du roman, tel un personnage à part entière qui participe au développement du récit. L’auteur se plait à nous faire découvrir sa ville, sous un jour peu recommandable tout en nous distillant quelques légendes comme celle de la via della Gatta. Les habitués retrouveront sans aucun doute leur chemin à travers les méandres de la ville
    Pour ceux qui n’auraient pas encore eu la chance de découvrir les deux premiers romans mettant en scène nos deux protagonistes de choix, n’ayez crainte, l’auteur livre suffisamment d’informations permettant une lecture sans encombres….
    Je remercie les éditions Calmann-Lévy pour leur confiance renouvelée.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions