Surtensions

Couverture du livre « Surtensions » de Olivier Norek aux éditions Pocket
  • Date de parution :
  • Editeur : Pocket
  • EAN : 9782266270809
  • Série : (non disponible)
  • Support : Poche
Résumé:

Cette soeur acceptera-t-elle le marché risqué qu'on lui propose pour faire évader son frère de prison ? De quoi ce père sera-t-il capable pour sauver sa famille des quatre prédateurs qui se sont installés dans sa maison ? Comment cinq criminels - un pédophile, un assassin, un ancien légionnaire... Voir plus

Cette soeur acceptera-t-elle le marché risqué qu'on lui propose pour faire évader son frère de prison ? De quoi ce père sera-t-il capable pour sauver sa famille des quatre prédateurs qui se sont installés dans sa maison ? Comment cinq criminels - un pédophile, un assassin, un ancien légionnaire serbe, un kidnappeur et un braqueur - se retrouvent-ils dans une même histoire et pourquoi Coste fonce-t-il dans ce nid de vipères, mettant en danger ceux qui comptent le plus pour lui ?
Des âmes perdues, des meurtres par amour, des flics en anges déchus : la rédemption passe parfois par la vengeance...

Donner votre avis

Articles (4)

Voir tous les articles

Les derniers avis

  • Troisième opus d' @oliviernorek refermée -

    L'auteur pour cet opus le consacre a la prison et a la justice, ça tombe bien, c'est un sujet qui m'as toujours intéressée et lu beaucoup d'ouvrages concernant ce sujet, beaucoup de témoignages.

    Donc les premières pages de ce livre, donne le ton,...
    Voir plus

    Troisième opus d' @oliviernorek refermée -

    L'auteur pour cet opus le consacre a la prison et a la justice, ça tombe bien, c'est un sujet qui m'as toujours intéressée et lu beaucoup d'ouvrages concernant ce sujet, beaucoup de témoignages.

    Donc les premières pages de ce livre, donne le ton, il y aura de l'émotion, beaucoup de tristesse.

    Mais c'était loin que j'imaginais.

    Après c'est le truc de l'auteur, il adore surprendre ses lecteurs et lectrices.

    Le chapitre suivant, on rentre directement dans le milieu de la prison de Marveil, et on fait connaissance avec les résidents de ce lieu, et plus particulièrement avec Nunzio Mosconi, et la problématique tourne autour de sa famille et d'une histoire de vengeance, les Mosconi comme vous entendez sont Corses, ça donne aussi le sens du livre .

    Nuizio Mosconi vit un vrai calvaire en prison, c'est criant de vérité, et tres dur a lire, ça m'as broyer le coeur, et pourtant, j'en ai lu des récits sur ce thème.

    C'est difficile, mais on vois vraiment ce que vis un primo arrivant dans une prison, et c'est effrayant, mais j'avoue hyper intéressant.

    Une autre affaire se conjugue avec celle ci, et la l'équipe du Capitaine Coste rentre en scène, une histoire de Kidnaping, Victor Coste en ressort démoli, et pense a partir, quitter la police, il en marre, il est au bout du rouleau.

    J'adore ce personnage, et le voir si desemparé, m'as rendue triste, et on envie de lui dire, tiens le coup, ça va aller !!!!

    Mais vous inquiétiez pas, ce courageux capitaine de police, va aller au bout de cet enquête, et vaincre tout ses démons, après tout peut être pas tous.

    C'est un tome, ou Léa Marquant la jolie médecin légiste, prends beaucoup de place dans l'histoire, et un peu d'amour, dans un tome très émouvant, fait vraiment du bien, malgré, qu'amour rime pas toujours avec légèreté, mais aussi avec complexité sur tout avec Coste. Mais ça donne de l'espoir a un opus très noire.

    Les chapitres sont incisifs, et se lit très facilement, la famille de Nunzio est fascinante, les Corses aussi sont emblématiques, on entends tellement de choses sur eux, et la on lit une histoire réelle sur une de ces fratrie, j'ai personnellement adorer.

    J'ai autant frémi pour les Mosconi que pour l'équipe de Costes, et des émotions on va en avoir, on va rire, parfois a la limite des larmes, et très souvent énormément d'émotions.

    Maintenant il faut que je trouve son dernier opus, et selon certaines dires, il est fort probable que je dois m'attendre, a verser des larmes tellement il est touchant, très envie de rester dans cette émotion.

    La découverte de cet auteur as était formidable, j'adore son ton incisif, il va droit au but, il tourne pas autour du pot, et dis les choses telles qu'elles sont.

    L'auteur promet 90 a 95 % de réalité dans ces livres qui en deviennent encore plus intéressants.

    J'ai hâte de lire son dernier opus, et surtout espère retrouver l'équipe du Capitaine Costes dans un futur ouvrage, ce personnage me manque déjà.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Encore du grand Norek ! J’ai retrouvé avec délice le capitaine Victor Coste et son équipe du SDPJ 93.
    Dès le départ, le roman commence sur les chapeaux de roues avec une affaire d’enlèvement et d’homicide dans le 93. Puis on embarque au cœur de la prison de Marveil (prison fictive mais dont...
    Voir plus

    Encore du grand Norek ! J’ai retrouvé avec délice le capitaine Victor Coste et son équipe du SDPJ 93.
    Dès le départ, le roman commence sur les chapeaux de roues avec une affaire d’enlèvement et d’homicide dans le 93. Puis on embarque au cœur de la prison de Marveil (prison fictive mais dont tous les faits narrés sont issus de faits réels) où l’on assiste, impuissant, à une jungle carcérale sans foi ni loi. Enfin, l’auteur nous invite au cœur d’une famille de la mafia corse, d’une tentative d’évasion et de vol de scellés en plein tribunal. Pas de lien me direz-vous? Détrompez-vous, si au début on ne saisit pas tous les tenants et les aboutissants, l’auteur signe avec « Surtentions » un polar hautement ficelé et encore plus réussi que les deux premiers romans de la série, « Code 93 » et « Territoires« .
    Les personnages que l’on retrouve comme le Capitaine Coste, Ronan, Sam, Joanna et Léa restent fidèles à eux-mêmes avec leurs failles, leur humour et leurs vannes décapantes, leurs peurs et leurs espoirs. Une équipe comme une véritable famille soudée, présents les uns pour les autres, pour supporter les pires horreurs. Ce que j’aime avec les romans d’Olivier Norek c’est que chaque personnage tient une vraie place dans le roman. Ils ont là, entiers. Pas de construction manichéenne du bon et du méchant non plus. Le bon a ses démons, ses noirceurs et le méchant peut aussi avoir une part d’humanité qui le rend attachant. J’en suis même venu à me dire que la méchante avait raison de tuer à un moment donné dans le livre.
    Comme pour les deux premiers opus, on retrouve la patte du professionnel. On sent le flic qui a bossé 17 ans à la police judiciaire du 93. Les procédures sont détaillées, on comprend mieux les rouages du système, ses failles aussi. Ce n’est pas un simple polar, ça sent le témoignage à plein nez et c’est ça qui est bon…La plume d’Olivier Norek est toujours aussi addictive. Je l’ai découvert avec « Entre Deux Mondes » qui restera gravé longtemps en moi et depuis je ne suis jamais déçue par mes lectures. Ce sont des romans dont on ne peut pas se détacher une fois dans nos mains.
    « Surtensions » surprend, jusqu’à son coup de théâtre final. Violent. Je suis restée sciée en pensant que ce n’était pas possible. Et puis je me suis dit que c’était finalement une idée géniale qui allait ouvrir plein d’autres perspectives pour la suite des aventures de Coste. ca va être long d’attendre le prochain car quand on quitte Coste et son équipe on se sent un peu orphelin…on quitte une famille quoi…
    Merci Olivier Norek pour les émotions que vous me donnez à chaque page!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J'ai retrouvé avec plaisir la plume de norek qui pour ce polar nous plonge dans l'univers carcéral. C'est encore une fois très réaliste et les personnages naviguent en eaux troubles. Un auteur à suivre !

    J'ai retrouvé avec plaisir la plume de norek qui pour ce polar nous plonge dans l'univers carcéral. C'est encore une fois très réaliste et les personnages naviguent en eaux troubles. Un auteur à suivre !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Plongée en apnée dans une prison où les pages donnent envie de vomir, un puzzle qui permet la liberté pour faire diversion, une chute à cause d'un stupide syndrome de Stockholm et un sursaut de justice là où les forces occultes font la loi...
    Cote revenez, il nous faut un tome 4, ça ne peut pas...
    Voir plus

    Plongée en apnée dans une prison où les pages donnent envie de vomir, un puzzle qui permet la liberté pour faire diversion, une chute à cause d'un stupide syndrome de Stockholm et un sursaut de justice là où les forces occultes font la loi...
    Cote revenez, il nous faut un tome 4, ça ne peut pas se finir comme ça entre nous!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Excellent! Mon deuxième livre d’Oliver Norek après « Territoires ».
    Une histoire d’enlèvement, de mafieux, et de ces policiers face au pire, avec une question en toile de fond : faut-il continuer le métier ???
    Toujours aussi prenant, merci!

    Excellent! Mon deuxième livre d’Oliver Norek après « Territoires ».
    Une histoire d’enlèvement, de mafieux, et de ces policiers face au pire, avec une question en toile de fond : faut-il continuer le métier ???
    Toujours aussi prenant, merci!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un polar pur et dur...
    Tous les ans, dans mes lectures, je sais qu'à un moment je vais tomber. Assommé, le souffle coupé, les tripes nouées. Ben, ça y est, janvier même pas terminé et c'est arrivé.
    Le coupable ? Olivier Norek. L'arme ? Surtensions.
    Avant de me lancer, dans quelques semaines,...
    Voir plus

    Un polar pur et dur...
    Tous les ans, dans mes lectures, je sais qu'à un moment je vais tomber. Assommé, le souffle coupé, les tripes nouées. Ben, ça y est, janvier même pas terminé et c'est arrivé.
    Le coupable ? Olivier Norek. L'arme ? Surtensions.
    Avant de me lancer, dans quelques semaines, dans Entre deux mondes, son dernier opus, je tenais à lire le précédent, troisième volet de la trilogie Coste. Ce roman refermé, à peine remis des émotions ressenties, j'espère que Norek fera plaisir à ses fans (dont je fais partie assurément) et nous livrera d'autres romans avec son flic et ses équipiers.
    Surtensions, c'est une histoire de flics, le Groupe Crime 1, Coste, johanna, Sam et entre autres, mais c'est aussi la délinquance avec tous les excès, et c'est la prison. Et la prison selon Norek, c'est la vraie, pas celle d'un conte de fées qu'un public, abreuvé de fausses infos, imagine comme une colonie de vacances. Là, on viole, on passe à tabac, personne n'est à l'abri, bourreau un jour, victime le lendemain.
    Quant aux flics selon Olivier, qui sait de quoi il parle, ils ne sont pas des super-héros. Ce sont des hommes et des femmes, avec leurs forces et leurs faiblesses.
    Tout commence par un kidnapping. Coste et son équipe sont mobilisés, déterminés, mais quand ça veut pas, quand tout part de travers.... la mort guette.
    Olivier Norek m'a pris dans ses filets. Son roman est prenant, sans temps morts, violent comme la vie, comme le quotidien de ces policiers et de ces voyous.
    Un auteur de polars qui fait, sans aucun doute partie des meilleurs du genre, qui n'a qu'un but, je crois, nous dire la vérité sur notre société.
    Peut-être que, parfois, nos lectures sont là pour nous en détourner, mais Norek, lui, il nous botte les fesses et nous rappelle, avec ce roman, qu'on ne vit pas dans le monde des bisounours.
    Ah et puis, il a aussi réussi à me mettre la larme à l'oeil et avant de vous gausser, lisez donc Surtensions et on en reparle après.....

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un livre qui porte bien son titre.

    Car la tension est là dés le départ et ne quittera jamais la lecture.

    Un début en vase clos dans un univers carcéral. Je ne dévoilerais pas l'histoire sous peine de gâcher le plaisir mais si vous avez aimé Code 93 et Territoires, vous allez adorer...
    Voir plus

    Un livre qui porte bien son titre.

    Car la tension est là dés le départ et ne quittera jamais la lecture.

    Un début en vase clos dans un univers carcéral. Je ne dévoilerais pas l'histoire sous peine de gâcher le plaisir mais si vous avez aimé Code 93 et Territoires, vous allez adorer Surtensions. Dans le troisième (dernier à ce jour) tome consacré à Coste et son équipe de choc, on suit une enquête à 100 à l'heure, toujours aussi réaliste puisque l'auteur est de la maison !

    Le lecteur est familier avec Coste et ses acolytes et chacun d'entre eux nous est cher.

    Du coup, comme dans les précédents, je me suis passionné pour la description du travail de terrain. Les flics y sont pugnaces, humains, touchants. Mais les voyous également ! Les personnages de Norek sont réalistes, ni trop noirs, ni trop blancs. du coup, le lecteur se demande parfois dans quel camp il se trouve. Et c'est là la réussite de ce très bon bouquin !!! On se surprend à souhaiter qu'un « malfaiteur » s'en sorte alors qu'on tremble d'indignation devant l'attitude de certains représentants de l'ordre …

    Olivier Norek compte dorénavant dans l'univers du roman noir à la française et je suis persuadé que ce n'est pas terminé, tant chaque nouvel opus est encore meilleur que le précédent !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Le premier polar d’Olivier Norek (« Code 93 »), je l’avais bien aimé même si j’avais émis quelques réserves. Le deuxième (« Territoires ») je l’avais beaucoup aimé en lui trouvant une vraie pertinence et une intrigue plus claire, plus resserrée et, peut-être, plus crédible. Et bien le...
    Voir plus

    Le premier polar d’Olivier Norek (« Code 93 »), je l’avais bien aimé même si j’avais émis quelques réserves. Le deuxième (« Territoires ») je l’avais beaucoup aimé en lui trouvant une vraie pertinence et une intrigue plus claire, plus resserrée et, peut-être, plus crédible. Et bien le troisième roman du lieutenant Norek, je l’ai a-do-ré ! Je ne sais pas où va m’emmener cet auteur mais c’est sûr, je le suivrai aussi loin qu’il voudra ! C’est la troisième aventure du capitaine Coste et ça démarre sur un gros coup de froid, dés l’intro on comprend qu’un membre de son équipe va mourir, et ça, déjà, ça vous cloue sur place vu qu’en deux romans seulement, je les avais tous adopté. L’intrigue se dédouble entre deux histoires qui semblent n’avoir aucun rapport mais qui vont se télescoper d’une manière complètement inattendue. D’un côté une sœur prête à tout pour extraire son jeune frère d’un univers carcéral qui en train de le détruire physiquement et psychiquement, une sœur qui ne reculera devant rien. Mais même quand on est prête à tout, on finit toujours par trouver pire que soi! De l’autre coté, une prise d’otage crapuleuse et antisémite (un peu comme l’affaire du « gang des barbares ») qui met l’équipe Coste sur les dents. En apparence absolument rien ne relie ces deux affaires et pourtant, la première va venir faire exploser la seconde d’une manière totalement inattendue et pourtant parfaitement crédible. L’intrigue est limpide, les événements s’enchainent comme un terrible engrenage, et plus on avance dans le roman, plus il est difficile de décrocher. J’aime le style sobre, simple et fluide de Norek, avec une toute pointe d’humour de temps en temps, au milieu de la noirceur. Parce que oui, c’est très noir comme roman, même un peu sordide par moment (sans complaisance néanmoins, ce que peu d’auteur réussissent à éviter), c’est pessimiste, parfois même un poil déprimant. Norek veut coller à une réalité qu’il connait très bien, celle du flic de terrain qui côtoie la misère humaine, qui se heurte à la bureaucratie, qui doit composer avec la procédure, qui doit ménager sa hiérarchie. Et chez Norek comme dans la vie, les histoires finissent mal, les salauds s’en sortent parfois, et parfois pas, les innocents sont innocentés et parfois pas… Encore plus que son roman précédent, « Surtensions » sent le vrai, l’authentique, le bitume. Parfaitement construit, équilibré et limpide, agréable à lire et bien difficile à lâcher, « Surtensions » est la preuve qu’en trois romans seulement, Olivier Norek est devenu incontournable dans le paysage du polar français moderne et décomplexé. Je retrouve dans ses romans ce que j’aime dans ceux de Karine Giebel, une vraie authenticité, une noirceur éclairée parfois par des fulgurances de sentiments plus nobles (l’amour, l’amitié) qui rendent tout supportable, et surtout des personnages attachants, jamais monolithiques, toujours complexes, toujours capables du pire un instant et du meilleur l’instant suivant.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un roman majestueux. Avec ce troisième livre Olivier NOREK, nous transporte sans ménagement dans l'univers tendu dans lequel se trouve le Capitaine Victor Coste et son équipe.
    Dès les premières lignes, une mauvaise nouvelle nous attend.... mais qu'en sera-t-il vraiment ?
    Impossible pour moi...
    Voir plus

    Un roman majestueux. Avec ce troisième livre Olivier NOREK, nous transporte sans ménagement dans l'univers tendu dans lequel se trouve le Capitaine Victor Coste et son équipe.
    Dès les premières lignes, une mauvaise nouvelle nous attend.... mais qu'en sera-t-il vraiment ?
    Impossible pour moi de lâcher ce livre avant d'en connaître la fin. En uniquement trois soirée ce polar est englouti. Je suis maintenant déçu car cette équipe me manque, j'aimerais les retrouver le plus rapidement possible.
    Une œuvre magistrale.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un très bon polar qui mérite amplement les nombreux prix qu'il a récoltés. Surement le meilleur titre des 3 déjà parus de cet auteur.

    Un très bon polar qui mérite amplement les nombreux prix qu'il a récoltés. Surement le meilleur titre des 3 déjà parus de cet auteur.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.