• Chronique Nathalie Bullat 21 09 2017
    Chers amis lecteurs, n’hésitez pas une seconde, partez pour les Caraïbes, leurs pirates et leurs fabuleux trésors, les champs de cannes à sucre.
    Savourez Ce vrai roman d’aventures au parfum exotique tout en sirotant un vieux rhum. Il est question d’explorateurs, de belles femmes, d’or et de cette liqueur qui rend fou !
    Miguel Bonnefoy jeune auteur vénézuélien, à l’imagination fertile, écrit en français avec un remarquable talent. Sucre noir c’est une fresque latino-américaine! On y retrouve l’atmosphère colorée et l’exubérance des grands auteurs sud-américains tels que luis Sepulveda ou Garcia Marques.
    Le premier chapitre haut en couleurs conte le naufrage de la frégate du corsaire Henry Morgan dont les cales regorgent d’or, de pierres précieuses, calices,vases étrusques et autres trésors volés. Trois siècles plus tard la légende de ce trésor jamais retrouvé fait tourner les têtes. Un village s’est installé là où le bateau avait disparu. La famille Otero cultive la canne à sucre. leur fille Serena ne s’intéresse pas à ce trésor. Indépendante elle chérit la nature, dessine les arbres et rêve « d’un pays où l’on porte des écharpes où l’hiver est un chef-d’œuvre »
    Son mari Severo Bracamonte s’est lassé de chercher l’or. Il développe avec succès une distillerie de rhum. D’autres rêveurs s’aventureront avec boussoles, compas, cartes et matériels pour sonder le sol. Beaucoup repartent bredouilles.

    Comme dans la littérature d’Isabel Allende les femmes sont les personnages les plus intéressants de ce roman. Jamais soumises. Eva Fuego la fille adoptive des Bracamonte est une guerrière tyrannique plus « lilith » qu’Eve.
    On se laisse emporter. Avec frénésie on tourne les pages. Où est ce fameux butin et qui le découvrira ?
    Voici une belle fable où se mêlent nature, magie, passion et aventures.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Récemment sur lecteurs.com