Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Sous le ciel des hommes

Couverture du livre « Sous le ciel des hommes » de Diane Meur aux éditions Sabine Wespieser
Résumé:

Le calme semble immuable dans le grand-duché d'Éponne.
Sis au coeur de l'Europe, il est un de ces lieux où les accords financiers négociés dans le secret des immeubles cossus décident de la marche du monde. Tout y est à sa place, et il est donc particulièrement compliqué pour un étranger... Voir plus

Le calme semble immuable dans le grand-duché d'Éponne.
Sis au coeur de l'Europe, il est un de ces lieux où les accords financiers négociés dans le secret des immeubles cossus décident de la marche du monde. Tout y est à sa place, et il est donc particulièrement compliqué pour un étranger récemment arrivé de s'en faire une, dans cette ville proprette plantée au bord d'un lac.
Accueillir chez lui un migrant, et rendre compte de cette expérience dans son prochain opus, le journaliste vedette Jean-Marc Féron en voit bien l'intérêt : il ne lui reste qu'à choisir le candidat idéal pour que le livre se vende.
Dans un autre quartier de la ville, quelques amis se retrouvent pour une nouvelle séance d'écriture collective : le titre seul du pamphlet en cours - Remonter le courant, critique de la déraison capitaliste - sonne comme un pavé dans la mare endormie qu'est le micro-État.
Jérôme, l'un des six co-auteurs, ne tient pas à s'éterniser : dès la fin de la réunion, il court rejoindre Sylvie dans un hôtel proche de la gare. L'un et l'autre attendent impatiemment leurs rendez-vous clandestins, même si leurs univers ont peu en commun. Difficile en effet pour la jeune cadre de l'industrie du luxe d'expliquer à l'intellectuel précaire combien sa vie de famille pèse sur son avancement.
Semira, son employée de maison, qui lui est d'une aide précieuse, en sera bien mal récompensée...
Car, dans ce décor de carton-pâte où tout n'est que façade, les personnages que campe Diane Meur vont petit à petit apparaître dans leur vérité : pendant que, sous la plume de la joyeuse bande d'anticapitalistes, le pamphlet remonte vaillamment le courant de la domination, chacun démêle comme il le peut les contradictions de sa propre existence. Et si le retournement opéré par l'adorable Hossein dans la vie de Féron se révélera bouleversant, celui d'une Sylvie se sentant prise au piège de son fragile équilibre n'en sera pas moins spectaculaire.
Nouant savamment les fils de ses différentes intrigues, Diane Meur excelle à semer le trouble et à suggérer l'ambivalence : sous le ciel des hommes, l'humanité n'est-elle pas capable du pire et du meilleur ?
Chemin faisant, la romancière se double d'une belle essayiste : car c'est bien elle, et elle seule, l'autrice du réjouissant libelle qui, en dénonçant l'irrationalité perverse d'un système à bout de souffle, éclaire non seulement les agissements des personnages... mais aussi le cheminement du lecteur.
Sous le ciel des hommes est un grand roman de Diane Meur : son regard malicieusement critique et son extrême finesse psychologique accompagnent nos questionnements les plus contemporains. Car, au fil de la lecture, il apparaît que ce grand-duché imaginaire et un peu caricatural n'est pas plus irréel que le modèle de société aberrant et destructeur dans lequel nous stagnons aujourd'hui.

Donner votre avis

Avis (3)

  • Dans le cadre des explorateurs de la rentrée.

    Avis de la page 100 .

    L'ambiance s'installe avec assurance et plusieurs scènes de vie se déroulent en succession.
    On se doute qu'a un moment ou un autre les destins vont se croiser sans trop voir comment.
    D'abord dans le grand Duché...
    Voir plus

    Dans le cadre des explorateurs de la rentrée.

    Avis de la page 100 .

    L'ambiance s'installe avec assurance et plusieurs scènes de vie se déroulent en succession.
    On se doute qu'a un moment ou un autre les destins vont se croiser sans trop voir comment.
    D'abord dans le grand Duché d'Eponne le roman pose ses marques mais quasiment le chapitre suivant on se trouve dans un club d'écriture et enfin dans la peau d'un écrivain qui (hors contexte professionnel) cherche à accueillir une personnes en demande d'asile.
    Quel lien auront tous ces personnages ?!
    Pour le moment j'aime assez cette idée de décors multiples et des destins en passe de se satelliser.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Avis de la page 100
    Le grand-duché d’Eponne et son lac est-il l’endroit idyllique qu’il paraît être quand deux conspirateurs sur un canapé partage un « quinze ans d’âge » ?
    Jean-Marc un journaliste et Georges son éditeur discutent d’un enjeu. Ce dernier n’est autre que l’hébergement d’un...
    Voir plus

    Avis de la page 100
    Le grand-duché d’Eponne et son lac est-il l’endroit idyllique qu’il paraît être quand deux conspirateurs sur un canapé partage un « quinze ans d’âge » ?
    Jean-Marc un journaliste et Georges son éditeur discutent d’un enjeu. Ce dernier n’est autre que l’hébergement d’un migrant.
    Dès les premières lignes le lecteur est séduit par le décalage qu’il y a entre l’écriture polissée et le propos décalé, audacieux et totalement irrévérencieux.
    Le lecteur se promène dans ce duché en fin observateur entre la fête annuelle et ses rituels ancestraux, le train-train des habitants et le foyer d’accueil des migrants.
    J’y retrouve le bonheur des fables de La Fontaine qui avait l’art de tracer des tableaux pour montrer les travers d’un monde.
    C’est déjà pour moi un roman jubilatoire et j’ai hâte de savoir jusqu’où va aller l’auteur, mais je suis sans inquiétude tant la maîtrise est palpable et l’humour d’une extrême finesse. Diane Meur croque et pas seulement des portraits !

    comment Commentaire (1) flag Signalez un abus
  • Mon avis à l'étape de la page … 102…il me fallait bien terminer le chapitre 8.

    Si le premier chapitre est une description géographique du lieu qui sert de cadre au roman : le grand-duché d’Eponne, les suivants mettent en scène différents personnages. L’écriture est plutôt élégante et...
    Voir plus

    Mon avis à l'étape de la page … 102…il me fallait bien terminer le chapitre 8.

    Si le premier chapitre est une description géographique du lieu qui sert de cadre au roman : le grand-duché d’Eponne, les suivants mettent en scène différents personnages. L’écriture est plutôt élégante et recherchée, mais j’avoue qu’à l’aube du 9ème chapitre, je ne sais toujours pas où je vais. Je ne parviens pas à imaginer les liens qui vont se créer entre Jean-Marc Féron, écrivain, Sylvie qui travaille dans le secteur de la mode, Ghoûn, réfugié demandeur d’asile et bien d’autres… Wait and see !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.