Soumission

Couverture du livre « Soumission » de Michel Houellebecq aux éditions J'ai Lu
  • Date de parution :
  • Editeur : J'ai Lu
  • EAN : 9782290113615
  • Série : (-)
  • Support : Poche
Résumé:

Dans une France assez proche de la nôtre, un homme s'engage dans la carrière universitaire. Peu motivé par l'enseignement, il s'attend à une vie ennuyeuse mais calme, protégée des grands drames historiques. Cependant les forces en jeu dans le pays ont fissuré le système politique jusqu'à... Voir plus

Dans une France assez proche de la nôtre, un homme s'engage dans la carrière universitaire. Peu motivé par l'enseignement, il s'attend à une vie ennuyeuse mais calme, protégée des grands drames historiques. Cependant les forces en jeu dans le pays ont fissuré le système politique jusqu'à provoquer son effondrement. Cette implosion sans soubresauts, sans vraie révolution, se développe comme un mauvais rêve.

Le talent de l'auteur, sa force visionnaire nous entraînent sur un terrain ambigu et glissant ; son regard sur notre civilisation vieillissante fait coexister dans ce roman les intuitions poétiques, les effets comiques, une mélancolie fataliste.

Ce livre est une saisissante fable politique et morale.

Donner votre avis

Articles (2)

Avis (31)

  • Ce roman a reçu tant de commentaires qu’il ne me semble pas opportun de revenir sur l’histoire en elle-même sauf peut-être au moment où le destin de la France bascule, au soir des élections présidentielles de 2022. La « Fraternité musulmane » conduite par Ben Abbes a réussi à rassembler les...
    Voir plus

    Ce roman a reçu tant de commentaires qu’il ne me semble pas opportun de revenir sur l’histoire en elle-même sauf peut-être au moment où le destin de la France bascule, au soir des élections présidentielles de 2022. La « Fraternité musulmane » conduite par Ben Abbes a réussi à rassembler les partis traditionnels pour faire échec au Front National.
    Les changements annoncés vont changer radicalement le visage du pays, les mesures les plus emblématiques étant la privatisation et l’islamisation de l’éducation, des universités, le mode vestimentaire et la restriction des libertés des femmes, l’usage de la polygamie, le remplacement de l’Europe par l’union des pays arabes …
    Pour faire court, c’est « la soumission de la femme à l’homme et la soumission de l’homme à Dieu ».

    Si je n’avais pas encore lu ce roman d’anticipation, la date de sa sortie et les commentaires acerbes qui l’ont entourée en sont la cause principale. Si sa parution avait eu lieu bien avant les attentats, son succès aurait été moins mitigé.
    Personnellement, je me suis laissée porter par l’écriture lente, l’atmosphère lourde diffusée par les mots et le style de l’auteur, teinté d’une ironie fine, sans ennui mais plutôt avec hâte de suivre les événements et de connaître la fin.
    Je n’ai pas trouvé de propagande comme cela a été souvent reproché à l’auteur, mais j’ai trouvé que les personnages, dont François, le principal, étaient niais, sans conviction, acceptant l’impensable dans la soumission, dans le droit chemin de ce qui leur était dicté.

    En conclusion, j’ai aimé ce roman, et je crois que la dystopie doit avoir une place importante dans la littérature. Le roman dystopique sert notre société, comme une alerte en ouvrant la réflexion, en refusant l’abrutissement.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Assez décevant en fait, mais bon, Houellebecq quand même, le porno maladif, l'inquiétude, la banalité.

    Assez décevant en fait, mais bon, Houellebecq quand même, le porno maladif, l'inquiétude, la banalité.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Les bouleversements politiques de l'élection présidentielle française de 2022 amènent au pouvoir un leader intelligent et charismatique d'un nouveau parti politique. Après qu'il fut parvenu de justesse à se hisser au second tour de l'élection présidentielle, Mohammed Ben Abbes énarque ,...
    Voir plus

    Les bouleversements politiques de l'élection présidentielle française de 2022 amènent au pouvoir un leader intelligent et charismatique d'un nouveau parti politique. Après qu'il fut parvenu de justesse à se hisser au second tour de l'élection présidentielle, Mohammed Ben Abbes énarque , président de ce nouveau parti nommé « La Fraternité musulmane », réussit, grâce au soutien au second tour de tous les anciens partis politiques traditionnels face au Front national lui aussi présent au deuxième tour, à être élu.

    Ce changement politique offre au narrateur une seconde vie et une seconde chance. Parmi les changements notables découlant de cette élection, la France est pacifiée, le chômage chute, des universités — dont l'université Sorbonne-Nouvelle — sont privatisées et islamisées, les professeurs doivent être musulmans pour pouvoir enseigner, la polygamie est légalisée, les femmes n'ont plus le droit de travailler et doivent s'habiller d'une manière « non-désirable ». Grâce au soutien d'un ministre de Ben Abbes, le professeur semble s'être lui-même convaincu de retrouver le chemin des honneurs et un poste à l'université au prix d'une conversion à l'islam.

    Il s'agit bien là d'un ouvrage de politique fiction mais il se fonde au départ sur des faits réels et actuels : l'essor démographique de la population musulmane depuis les années 60 en France et en Europe; l'accueil généralisé de migrants originaires d'Irak et de Syrie, surtout en Allemagne ( plus de deux millions de personnes ), la montée en puissance de l'islam radical avec les tueries de Daech en Ile-de-France. De la sorte, l'intrigue est tout à fait plausible. Ce scénario inédit pour ce pays fait de Michel Houellebecq un visionnaire sans précédent qui n'eut guère d'égal que Victor Hugo au 19° Siècle.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • La sortie de Soumission en format poche début 2017, c'est l'occasion de lire enfin, à deux ans d'intervalle, le roman de Michel Houellebecq qui fit, lors de sa publication, l'objet d'un débat médiatique extraordinaire.

    Avec le recul, que reste-t-il des accusations de provocation contre...
    Voir plus

    La sortie de Soumission en format poche début 2017, c'est l'occasion de lire enfin, à deux ans d'intervalle, le roman de Michel Houellebecq qui fit, lors de sa publication, l'objet d'un débat médiatique extraordinaire.

    Avec le recul, que reste-t-il des accusations de provocation contre l'auteur, cette manière d'imaginer le passage de la France à une république islamique, la transition s'effectuant paradoxalement de manière parfaitement démocratique ?

    Le premier constat, c'est que la lecture des contempteurs du livre, début 2015, s'est effectuée sous la terrible pression déformante des attentats de janvier 2015, et que la vision des lecteurs en a été complètement altérée.

    Ce livre n'est pas un pamphlet, c'est une mise en perspective d'un certain nombre de sujets qui agitent notre société, mais effectuée avec une très grande maladresse. Car le livre de Houellebecq (que je considère comme le plus grand auteur français contemporain) n'est pas un bon livre.

    Lire la suite de ma critique sur le site Le Tourne Page
    http://www.letournepage.com/livre/soumission/

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Mon premier Houellebecq !
    Ce roman, qui parle de délinquance, d’idéologie multiculturaliste, de possibilité de guerre civile ou de conflit ethnique (pas seulement en France mais en Europe), du vivre ensemble laïc, de mouvance identitaire, pointe finalement du doigt ce qui fait mal, les partis...
    Voir plus

    Mon premier Houellebecq !
    Ce roman, qui parle de délinquance, d’idéologie multiculturaliste, de possibilité de guerre civile ou de conflit ethnique (pas seulement en France mais en Europe), du vivre ensemble laïc, de mouvance identitaire, pointe finalement du doigt ce qui fait mal, les partis politiques, gauche, droite, centre, extrême (3), les Cathos, les athées, l’arrivisme, la lâcheté, les arrangements, la laïcité bafouée… « Je me rendais bien compte pourtant, et depuis des années, que l’écart croissant, devenu abyssal, entre la population et ceux qui parlaient en son nom, politiciens et journalistes, devait nécessairement conduire à quelque chose de chaotique, de violent et d’imprévisible. » (p. 116). Et, à travers son personnage principal, François, c’est la France qu’il montre, une France perdue, dépressive, sans vie réelle, superficielle, nauséabonde même et sur le point d’exploser de l’intérieur.
    Quelques réflexions
    (1) Comment dans une république laïque, où la religion est de l’ordre spirituel et privé, est-il possible de créer un parti politique basé sur une religion ?
    (2) Le nouveau parti en place, pour lutter contre la décadence occidentale, interdit l’avortement, l’homosexualité, le travail des femmes entre autres parce que ce sont des choses choquantes mais installe les mariages arrangés, la polygamie, la pédophilie (mariages d’adolescentes)…
    (3) La vraie démocratie est dans les pays scandinaves où le gouvernement doit faire avec tous les partis au prorata de leurs résultats aux élections (voir l’excellente série danoise Borgen par exemple).
    Mais revenons au roman, un roman de fiction politique satirique qu’on peut classer en anticipation (il se déroule dans un futur proche et Houellebecq propose une hypothèse de ce que pourra être l’élection présidentielle en 2022). « Il fallait se rendre à l’évidence : parvenue à un degré de décomposition répugnant, l’Europe occidentale n’était plus en état de se sauver elle-même – pas davantage que ne l’avait été la Rome antique du Ve siècle de notre ère. » (p. 276). Alors, Soumission, un roman visionnaire ? Nous le saurons en 2017 ou en 2022 !
    Soumission est mon premier Houellebecq ! Eh oui, je n’avais rien lu de lui à part un ou deux extraits dans le magazine Lire [lien] lors de précédentes rentrées littéraires et je n’avais pas été convaincue, par le style, par les thèmes abordés, je ne sais pas trop. Par contre, j’avais vu La possibilité d’une île, film de 85 minutes réalisé par Michel Houellebecq, sorti en 2008, adapté du roman éponyme paru en 2005, et il m’avait bien plu mais je n’avais pas eu l’envie de lire ce roman ou d’autres textes de l’auteur. Et puis mon mari a lu Soumission peu après sa parution (c’était son premier Houellebecq aussi) et il voulait que je le lise pour que nous puissions en parler ensemble ; j’ai repoussé la lecture aux vacances d’été… : chose promise chose due, je l’ai lu durant ma deuxième semaine de vacances, je peux même dire que je l’ai dévoré ! Les trois premières parties en une première fois et les deux dernières parties en une deuxième fois. J’ai adoré ! Houellebecq est un auteur génial ! Pourquoi n’ai-je pas tenté sa lecture plus tôt ? Je n’étais peut-être pas prête… Je lirai ses précédents romans, c’est sûr, en espérant ne pas être déçue. Et en me gardant bien de me mêler aux autres lecteurs de Houellebecq parce que j’ai remarqué qu’il y a des pro-Houellebecq (fans irréductibles), des anti-Houellebecq (détracteurs de tous bords), ceux qui tirent d’un côté ou de l’autre selon le sens du vent (je ne vous explique pas le regard méprisant de la vendeuse en librairie le jour de l’achat de ce roman…) et puis il y a ceux qui s’en foutent, des polémiques autour de l’homme et de ses romans, mais ils ratent un grand moment de lecture !
    Dans ce roman, qui décrit finement la société française du XXIe siècle, j’ai appris des choses sur le XIXe siècle, sur Huysmans (que je n’ai jamais lu) et sur le monde universitaire… pas très sain. « Avec les distinctions honorifiques et les évolutions de carrière, les indiscrétions sexuelles étaient à peu près notre seul sujet de conversation entre collègues […]. » (p. 62).
    « […] alors que l’économie française continuait à s’effondrer par pans entiers l’édition se portait bien, dégageait des bénéfices croissants, c’en était étonnant même, à croire que dans leur désespoir tout ce qui restait aux gens c’était la lecture. » (p. 43). Cela ne m’étonne pas ! D’ailleurs, comme le personnage du roman, les gens qui ne peuvent (ou ne veulent) fuir, se réfugient dans la nourriture (bonne bouffe, bons vins) et dans la lecture, selon leurs moyens intellectuels et financiers, soit l’un soit l’autre soit les deux !
    Je me suis demandée si le Journal des dix-neuvièmistes existait (Houellebecq met un accent grave). En fait, il n’existe pas en tant que tel mais la Société des études romantiques et dix-neuviémistes [lien] a été fondée en 1970 et elle étudie le XIXe siècle « à travers la littérature, les arts, les sciences, l’histoire culturelle et l’histoire de la langue […]. » (source : Wikipédia). Cette Société édite la revue Romantisme depuis 1971 ainsi que le bulletin Dix-neuvième siècle, remplacé en novembre 2011 par Le magasin du XIXe siècle.
    https://pativore.wordpress.com/2015/08/22/soumission-de-michel-houellebecq/

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • C'est mon premier Houellebeck. J'aime bien le style d'écriture et les réflexions de l'auteur à travers son personnage. Le sujet et intéressant et la façon de l'aborder, très réussie. L'auteur est assez visionaire et de citer des personnages politiques existants et des dates précises donne...
    Voir plus

    C'est mon premier Houellebeck. J'aime bien le style d'écriture et les réflexions de l'auteur à travers son personnage. Le sujet et intéressant et la façon de l'aborder, très réussie. L'auteur est assez visionaire et de citer des personnages politiques existants et des dates précises donne beaucoup de crédibilité aux événements décrits. Houellebecq fait preuve d'une grande finesse d'analyse de la situation politique ou nous nous trouvons et vers laquelle nous allons.
    Cela dit après des débuts accrocheurs, on s'aperçoit qu'il ne se passe pas grand chose finalement. C'est beaucoup le roman des réflexions existentielles du personnage. J'aurais aimé un roman plus "cataclysmique" .
    Mais finalement, l'auteur décrit bien ce vers quoi il nous emmène. ... Et puisqu'il décrit une "soumission " , c'est logique qu'il n'y ait pas beaucoup daccrocs. Ère soumis c'est tout accepter ! Donc pas de résistance, pas de conflits. Malgré tout les petits détails de changement de moeurs dans la société qui devraient pourtant déclencher des revoltes.
    C'est un roman réussi d'un véritable auteur donc, mais je suis plus client de "grand spectacle "

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions