Solstice d'hiver

Couverture du livre « Solstice d'hiver » de Svetislav Basara aux éditions Noir Sur Blanc
Résumé:

Solstice d'hiver est l'unique roman de Basara que l'on pourrait qualifier de roman d'amour. La thématique amour-sexualité prend toute la place. Ce qui ne n'empêche pas l'auteur de dire (page 46) : « ' je me méfie des romans d'amour. Ils sont mensonge pur ou pure horreur. Selon affinité. On ne... Voir plus

Solstice d'hiver est l'unique roman de Basara que l'on pourrait qualifier de roman d'amour. La thématique amour-sexualité prend toute la place. Ce qui ne n'empêche pas l'auteur de dire (page 46) : « ' je me méfie des romans d'amour. Ils sont mensonge pur ou pure horreur. Selon affinité. On ne saurait dire laquelle de ces deux options est la pire. Oui, il en va bien ainsi de l'amour. Afin de fuir notre angoisse, nous nous laissons ensorceler par l'autre pour un moment. Puis nous retombons dans l'angoisse, qui s'est entre-temps compliquée de mauvais souvenirs. Il n'est pas de haine plus répugnante qu'un amour charnel au stade de la décomposition » Or, dans cette histoire, pourtant pleine de stupre, ce stade ne sera jamais atteint car nous ne saurons pas s'il y a véritablement eu amour charnel entre Nana et le narrateur.
Qui est donc cette Nana, cet insaisissable objet de l'amour, du roman ? Elle est une sorte de Frankenstein qui résume la fascination basarienne de l'éternel féminin. Elle est complexe, contradictoire, multiple. Elle est belle et cruelle, une mante religieuse. Elle est lubrique, mais peut-être frigide, métaphysicienne tentée par la sainteté. Elle est vénale, meurtrière, mais aussi intelligente, créative, poétesse et essayiste de talent. La seule chose qu'elle ne saurait être c'est le sage modèle marial.

Donner votre avis

Avis(1)

  • Le narrateur rencontre par hasard Nana, une jeune femme. Puis lorsque celle-ci décède des années plus tard, elle lui lègue ses journaux qui lui permettent de retracer sa vie. Elle passe d'homme en homme, part aux Etats-Unis, y écrit un best-seller, et mourra d'un cancer de la peau.
    Pas facile...
    Voir plus

    Le narrateur rencontre par hasard Nana, une jeune femme. Puis lorsque celle-ci décède des années plus tard, elle lui lègue ses journaux qui lui permettent de retracer sa vie. Elle passe d'homme en homme, part aux Etats-Unis, y écrit un best-seller, et mourra d'un cancer de la peau.
    Pas facile de suivre l'auteur dans ses circonvolutions, dans ses digressions. Coutumier du fait, j'avais aimé son Guide de Mongolie, mais là, je ne parviens pas à m'intéresser à Nana ni à son entourage. C'est une écriture assez froide, distante qui ne permet pas d'accéder à ce roman. Svetislav Basara peut partir un peu dans tous les sens et perdre ainsi ses lecteurs, ce qui fut le cas avec moi. Néanmoins, c'est un bouquin qui devrait en séduire plus d'un, plus apte à y entrer.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Ils ont lu ce livre

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions