Sfumato

Couverture du livre « Sfumato » de Xavier Durringer aux éditions Le Passage
  • Date de parution :
  • Editeur : Le Passage
  • EAN : 9782847423099
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

La vie de Raphaël est coupée en deux.

D'un côté, le vertige rock'n'roll au 1 passage de la Main d'Or. Les rapports fumeux avec ses voisins, ses histoires d'amour hallucinantes, ses nuits à s'enfermer dans le théâtre Marie Stuart, son ami Simon largué par la femme de sa vie après une semaine... Voir plus

La vie de Raphaël est coupée en deux.

D'un côté, le vertige rock'n'roll au 1 passage de la Main d'Or. Les rapports fumeux avec ses voisins, ses histoires d'amour hallucinantes, ses nuits à s'enfermer dans le théâtre Marie Stuart, son ami Simon largué par la femme de sa vie après une semaine de vie commune, son petit frère qui cherche par tous les moyens à s'échapper en se diluant dans une petite cuillère. Et le souvenir mordant de Madeleine, fille d'un écrivain célèbre, ancienne mannequin cramée par la coke.

De l'autre, sa rencontre énigmatique avec Viktor, vieux juif russe initié, batteur de jazz et ancien conseiller à la Maison Blanche, qui lui ouvre les portes d'un univers inconnu, merveilleux et effrayant. Devant La Joconde, Viktor affirme que ce n'est pas un tableau mais une cartographie. Et que lui, Raphaël, doit retrouver l'endroit caché sous les voiles brumeux du sfumato.

Et si tout cela n'était qu'une énorme farce, un grand jeu où Raphaël se serait définitivement perdu ?

Il n'y a pas de hasard sans cause.

Xavier Durringer est dramaturge et cinéaste. Son dernier film, La Conquête, a été présenté en sélection officielle au festival de Cannes. Ses pièces, publiées aux éditions Théâtrales et montées sur les scènes les plus prestigieuses (La Comédie-Française, le Théâtre de la Ville, le Théâtre de la Colline, le festival in d'Avignon), sont traduites en 23 langues et jouées dans plus de 35 pays.

Sfumato est son premier roman.

Donner votre avis

Articles (1)

Voir tous les articles

Les derniers avis

  • Dans ce premier roman, l'auteur raconte dans une écriture vive les tribulations de Raphaël, de son meilleur ami Simon, tous deux aux prises avec un quotidien marqué par les échecs d'une vie amoureuse tumultueuse, et, pour Raphaël, des relations de voisinage conflictuelles, jusqu'à sa rencontre...
    Voir plus

    Dans ce premier roman, l'auteur raconte dans une écriture vive les tribulations de Raphaël, de son meilleur ami Simon, tous deux aux prises avec un quotidien marqué par les échecs d'une vie amoureuse tumultueuse, et, pour Raphaël, des relations de voisinage conflictuelles, jusqu'à sa rencontre avec Viktor, un vieil homme étrange qui lui parle d'art et des mystères que renferme l'Histoire.

    J'ai été immédiatement séduite par la prose électrique de Sfumato, qui n'est pas sans rappeler le style singulier de Virginie Despentes ou Astrid Manfredi, et permet de créer une proximité avec les protagonistes.

    Ma chronique complète est ici :
    http://viederomanthe.blogspot.fr/2016/05/sfumato-xavier-durringer.html

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Sfumato est un excellent premier roman de l’écrivain Xavier Durringer. J’ai adoré le style humoristique dont Raphael raconte de sa vie assez triste et désespérante. Heureusement, Victor, un vieux juif rencontré dans son café en bas, lui ouvre une fenêtre sur un autre monde, plein de mystères. Il...
    Voir plus

    Sfumato est un excellent premier roman de l’écrivain Xavier Durringer. J’ai adoré le style humoristique dont Raphael raconte de sa vie assez triste et désespérante. Heureusement, Victor, un vieux juif rencontré dans son café en bas, lui ouvre une fenêtre sur un autre monde, plein de mystères. Il lui introduit dans la kabbale, Agarttha, le royaume souterrain, le prêtre Melchisédech les mystères autour de Jésus, Marie-Magdalena et Leonardo da Vinci, un peu à la Dan Brown. Un livre fascinant et amusant, même si on ne croit pas à ses théories. En tout cas, j’ai appris de regarder aussi bien les paysages au fond des toiles. Le peintre pourrait y avoir caché un message.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Une note sévère qui traduit mon exaspération profonde pour cette génération de geignards fumeurs de marijeanne.
    Prenez-vous en main plutôt que de répéter à l'envi que vous n'avez pas de chance, que la société est injuste (elle l'a toujours été!), que vous n'êtes pas nés dans le bon berceau!...
    Voir plus

    Une note sévère qui traduit mon exaspération profonde pour cette génération de geignards fumeurs de marijeanne.
    Prenez-vous en main plutôt que de répéter à l'envi que vous n'avez pas de chance, que la société est injuste (elle l'a toujours été!), que vous n'êtes pas nés dans le bon berceau!
    Je n'ai vraiment aucune compassion pour cette générations de mous du genou incapables de ce prendre en main et qui se répète comme un mantra son manque de chance et son mal-être.
    Bougez-vous les fesses plutôt que de geindre, vous verrez, c'est magique, son destin on le prend en main ou on le subit, mais quand on le subit, inutile de le faire subir aux autres.
    Personnages peu attachants, histoire peu crédible du looser de banlieue Raphaël qui écrit une pièce de théâtre et donne la réplique à l'érudit Viktor.
    Est-il utile d'aborder les femmes qui traversent ce roman? Toutes des s....
    Au moins le titre est bien choisi: Sfumato caractérise parfaitement ce roman fumeux.
    Après avoir failli abandonner à chaque page, je me replonge dans "Kafka sur le rivage", au moins avec Murakami, la Littérature est au rendez-vous et l'on peut être assuré de passer un moment d'exception....

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J'ai suivi Raphaël et son ami Simon avec grand plaisir.
    Raphaël achete un appartement et se retrouve dans des situations très causasses notamment avec ses voisins.
    Un jour, dans un bistrot il rencontre Viktor, mystérieux personnage qui va lui parler histoire de religion....
    Et puis, il a à...
    Voir plus

    J'ai suivi Raphaël et son ami Simon avec grand plaisir.
    Raphaël achete un appartement et se retrouve dans des situations très causasses notamment avec ses voisins.
    Un jour, dans un bistrot il rencontre Viktor, mystérieux personnage qui va lui parler histoire de religion....
    Et puis, il a à Simon, l'ami de Raphaël, grand sentimental, qui tombe amoureux comme on tombe d'une chaise...

    Un beau livre que j'ai apprécié pas sa légèreté à certains moments, et par ses moments très sérieux.
    Un bon moment de lecture que je conseille.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Raphaël, un peu paumé, navigue de galères en galères entre un appartement pourri dont les voisins fréquentent régulièrement les instituts psychiatriques, entre son pote Simon qui tombe éperdument amoureux tous les quinze jours, entre les joints, l'alcool, les petits boulots et les amours sans...
    Voir plus

    Raphaël, un peu paumé, navigue de galères en galères entre un appartement pourri dont les voisins fréquentent régulièrement les instituts psychiatriques, entre son pote Simon qui tombe éperdument amoureux tous les quinze jours, entre les joints, l'alcool, les petits boulots et les amours sans lendemains, du moins quand il y a de l'amour. Bref une vie paumée. Et puis il rencontre Viktor qui recherche LA vérité à travers les mots et les noms, sur fonds d'ésotérisme et de Kabbale.
    Il suffit de lire la note que j'ai pu attribuer à ce roman de Xavier Durringer pour comprendre que j'ai vraiment aimé ce livre. En fait, je l'ai lu d'une traite.
    Ce que j'ai apprécié c'est ce contraste entre la vie de galères de Raphaël et le monde qu'il découvre, fait de poésie, grâce à Viktor. D'un côté la galère est racontée avec souvent plein d'humour (j'ai beaucoup ri avec l'histoire du canapé blanc négocié à -25%!) de l'autre on rentre dans le domaine du rêve, de l'imaginaire, de l'insondable, du mystère et de l'esthétique (chaque lettre représente un, voire des dessins).
    Ce livre commence comme un banal roman relatant l'histoire d'un homme qui essaie de survivre et bascule finalement avec la rencontre, capitale, de Viktor. Une personne peut vous changer la vie, c'est ce qui est arrivé à Raphaël.
    Je me garderai bien de raconter la fin, si tant est qu'il y ait une fin, celle-ci restant nimbée de mystère.
    Belle petite réussite pour un premier roman.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Dans le cadre de "68 premiers romans" j'ai lu Sfumato. Ecrire une critique sur un livre c'est être capable de dire qu'on a aimé et pourquoi. C'est aussi savoir dire qu'on n'a pas aimé.

    Sfumato est une technique de peinture notamment utilisée sur l'oeuvre de la Joconde.Lorsque j'ai commencé la...
    Voir plus

    Dans le cadre de "68 premiers romans" j'ai lu Sfumato. Ecrire une critique sur un livre c'est être capable de dire qu'on a aimé et pourquoi. C'est aussi savoir dire qu'on n'a pas aimé.

    Sfumato est une technique de peinture notamment utilisée sur l'oeuvre de la Joconde.Lorsque j'ai commencé la lecture, le premier chapitre (4 pages) m'a vraiment interpellé. Puis, j'ai attendu jusqu'à la fin du livre, que l'histoire commence... Au milieu il n'y a que du remplissage, une sorte de "papotage" assommant, inintéressant. On entend dire très souvent, dans les émissions littéraires, que les premiers romans sont autobiographiques. Franchement, j'ai de l'empathie pour M. Durringer.

    J'exprime tout ceci sans aucune prétention. Je lis 3 à 4 romans par mois, dont je fais des critiques sur différents sites littéraires. C'est rare que je ne sois pas enthousiaste. D'autres diront sans doute que je suis passée à côté.

    Merci de m'avoir lu

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Ce roman, plus profond que les premiers chapitres ne le laissent supposer, est un petit bijou d'humour décalé, de situations burlesques, mais aussi de mansuétude envers l'humain. Les frasques de Raphaël, le narrateur, et de Simon, son meilleur ami, nous emmènent dans une errance urbaine où...
    Voir plus

    Ce roman, plus profond que les premiers chapitres ne le laissent supposer, est un petit bijou d'humour décalé, de situations burlesques, mais aussi de mansuétude envers l'humain. Les frasques de Raphaël, le narrateur, et de Simon, son meilleur ami, nous emmènent dans une errance urbaine où derrière le "sfumato" des mots, on devine le contour des maux de notre aujourd'hui.
    1, passage de la Main d'or... une adresse pleine de promesses pour le studio qu'achète Raphaël... si ses voisins, résidents intermittents de l'HP voisin, ne tombaient en panne de cigarettes à 3h du matin, si la cloison séparant les deux logements n'était si fine qu'un simple clou la traverse. Ces scènes mettant au prise Raphaël et ses voisins sont à la fois hilarantes et pathétiques. Et le roman est à leur image : tiraillant sans cesse le lecteur entre rire, impatience, étonnement, attendrissement...
    La première partie nous fait suivre Raphaël dans ces péripéties catastrophiques, sans bien savoir où tout cela va nous mener. La rencontre avec Viktor fait basculer le roman dans une sorte de "Da Vinci Code" dont on se demande s'il est satirique ou opportuniste. Jusqu'aux toutes dernières pages, le lecteur tente de percer ces couches de fumée que l'auteur dresse devant lui comme pour affûter son regard.
    Les pistes de lecture sont sans cesse brouillées, remises en question mais Xavier Durringer a l'intelligence de ne jamais perdre le lecteur. Il lui laisse des indices, des signes de connivence, lui ouvre des perspectives sans lui imposer un quelconque "message".
    Surprenant, souvent border-line, ce premier roman m'a bluffée! Style et histoire donnent un reflet tragi-comique de la vie moderne, entre individualisme, égocentrisme, solidarité et attention aux autres.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Ce livre raconte l'histoire de Raphaël qui habite le quartier populaire de Belleville et qui est entouré d'amis et d'amours délinquants et cocaïnomanes. Voilà pour le premier tableau... noir !
    Un jour, il rencontre un certain Viktor, vieux juif russe, jazz man mais surtout ancien conseiller à...
    Voir plus

    Ce livre raconte l'histoire de Raphaël qui habite le quartier populaire de Belleville et qui est entouré d'amis et d'amours délinquants et cocaïnomanes. Voilà pour le premier tableau... noir !
    Un jour, il rencontre un certain Viktor, vieux juif russe, jazz man mais surtout ancien conseiller à la Maison Blanche qui lui ouvre la porte d'un autre monde... d'un tableau... du tableau qu'est la Joconde.
    Que se cache-t'il en effet derrière cette technique artistique qu'est le sfumato ?

    A partir de là, nous rentrons dans une aventure, une enquête, un parcours aussi initiatique qu'illusoire, aussi romanesque que marginal !

    Mon avis complet sur http://www.arthemiss.com/sfumato-de-xavier-durringer/

    comment Commentaire (1) flag Signalez un abus
  • La vie de Raphaël… au début, un poil autocentrée, sur ses splifs, son petit nid, ses trafics divers et soirées sans lendemains… accompagné de Simon, son ami de toujours et sentimental tombeur, au frère toxico paumé dans Paris…
    Embrouilles et embardées, virées et plans foireux, quête tendrement...
    Voir plus

    La vie de Raphaël… au début, un poil autocentrée, sur ses splifs, son petit nid, ses trafics divers et soirées sans lendemains… accompagné de Simon, son ami de toujours et sentimental tombeur, au frère toxico paumé dans Paris…
    Embrouilles et embardées, virées et plans foireux, quête tendrement aveuglante de l’amour de la vie,… on traîne gentiment avec et sous le charme des deux personnages, faux loosers aux cœurs grands comme le monde.
    Et puis, et puis, au moment où l’inanité des choses risque peut-être de prendre le dessus, où la bizarrerie de la vie trancherait vraiment dans le vif (le duo féminin sanguinaire), Raphaël fait la rencontre de Viktor, un homme singulier qui l’initie à toute une mythologie, lui redonne le goût de comprendre et aussi d’avancer, l’entraîne sur des chemins mystiques, mystérieux, qui vont lui donner accès à une sorte d’envers du décor, et lui permettre de remonter finalement, le cours de sa propre histoire.
    Du fond des temps, du fonds des tableaux de Léonard de Vinci et Poussin, l’idée d’un Christ jumeau, d’un dédoublement caché de l’histoire, d’un autre monde possible (« ce monde-là n’est pas le bon »), que connaîtraient seulement les initiés et les « fous » (drogués, miséreux, femmes religieuses), lui est révélée ; guidé par son ami du bar, Raphaël part à la recherche du cinquième et dernier accès à ce monde. Il semble prêt pour une renaissance, la sienne peut-être.
    Et puis et puis, le doute émouvant du personnage, sous ses airs bravaches ; la fêlure initiale. Sa volonté de percer le mystère, la foi que lui accorde Viktor, sur ses ‘capacités’ à envisager une autre version de l’histoire, bref sur son ouverture d’esprit… la vie peut avoir un autre horizon.
    Et puis, l’humanité, la solidarité, mot galvaudé s’il en est, juste l’attention à l’autre, et le soutien permanent et humble à ses voisins, au frère de Simon, à ceux qui, même s’ils errent, ne sont pas forcément perdus ; se serrer les coudes en dehors de tout système, rester libre et ouvert à l’autre

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J'aurais voulu aimer ce livre. D'ailleurs, j'étais partie pour, séduite par le côté doux-dingue complètement paumé du héros et ses tribulations dans un Paris de la nuit qui sert de cadre à ces rencontres improbables qui font le sel de la vie. Et puis, à un moment donné, l'auteur mélange les...
    Voir plus

    J'aurais voulu aimer ce livre. D'ailleurs, j'étais partie pour, séduite par le côté doux-dingue complètement paumé du héros et ses tribulations dans un Paris de la nuit qui sert de cadre à ces rencontres improbables qui font le sel de la vie. Et puis, à un moment donné, l'auteur mélange les genres, donne dans le mystique un peu nébuleux et là, je n'ai pas marché. Mais je veux quand même en parler, d'une part parce que, plusieurs semaines après ma lecture, il me reste un élan de sympathie pour ce livre, d'autre part parce que je suis persuadée que d'autres que moi seront meilleurs clients, moins gênés par ce mélange.

    "Le sfumato, une technique qui permet d'obtenir des contours imprécis, une superposition de très fines pellicules de peinture qui donne un aspect brumeux dans les arrière-plans et fait ressortir le sujet car la lumière ne semble alors parvenir qu'au travers de ces différentes couches vaporeuses."

    Cet aspect brumeux, disons qu'il enveloppe la vie de Raphaël, jeune homme plus si jeune mais toujours en quête de lui-même. Apprenti comédien-auteur-metteur en scène, il navigue entre espoirs et désillusions, galères et rencontres glauques. Raphaël, c'est le genre à se faire refiler un appartement dont les murs sont si fins qu'ils donnent l'impression d'habiter avec les voisins. Un loser sympathique. Vie nocturne, alcool, drogues... Raphaël se débat dans une existence faite de bric et de broc dont il semble toujours chercher le sens. Jusqu'à sa rencontre avec Viktor, dans un café, un vieil homme intrigant qui semble avoir vécu plusieurs vies, aussi érudit qu'énigmatique. Les conversations avec Viktor ouvrent à Raphaël les perspectives d'un monde jusqu'alors inconnu, qui mêle connaissance, culture et foi. Et qui poussent Raphaël à s'interroger et aller au fond de lui-même, au point de se mettre en danger. Que cherche Viktor exactement ? Pourquoi s'intéresse-t-il à Raphaël comme s'il voulait lui transmettre un quelconque flambeau ?

    Si l'on suit sans déplaisir les errances de ce gentil paumé qui suscite une vraie empathie et de ses camarades (qui n'ont rien à lui envier côté immaturité), la démonstration qui suit, symbolisée par le chemin que Viktor fait emprunter à Raphaël m'est apparue comme trop nébuleuse et m'a laissée sur le bord du chemin. Sans doute à cause de la difficulté à suivre ce cheminement intellectuel qui sombre souvent dans une sorte de mysticisme à la fois complexe et plutôt anachronique dans la vie du héros (un peu comme si on introduisait du Da Vinci Code dans une chronique sociale). Si j'ai souvent souri devant les malheurs de ce sympathique loser, je me suis beaucoup ennuyée pendant les élucubrations "religio-philosopho-complotistes" de Viktor. D'où cette impression d'avoir compris l'ambition de l'auteur, sans parvenir à y adhérer. Avec un drôle de sentiment à la fin qui fait s'écrier "tout ça pour ça !".

    En tout cas, je suis impatiente d'avoir d'autres avis, d'autres ressentis. Preuve que ce livre est assez intrigant pour susciter l'intérêt.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Récemment sur lecteurs.com