Sens dessus dessous

Couverture du livre « Sens dessus dessous » de Milena Agus aux éditions Liana Levi
  • Date de parution :
  • Editeur : Liana Levi
  • EAN : 9782867468155
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Les faits. Juste les faits. C'est à ça que la narratrice, jeune étudiante, voudrait s'en tenir à travers les allées et venues des voisins de l'immeuble où elle vit à Cagliari. Un immeuble bi-face. Côté port, les beaux appartements résidentiels. Côté rue, les appartements modestes. Tout en haut... Voir plus

Les faits. Juste les faits. C'est à ça que la narratrice, jeune étudiante, voudrait s'en tenir à travers les allées et venues des voisins de l'immeuble où elle vit à Cagliari. Un immeuble bi-face. Côté port, les beaux appartements résidentiels. Côté rue, les appartements modestes. Tout en haut les Johnson, qui occupent la totalité du dernier étage, surnommé Buckingam Palace par certains. Un lieu qui fait rêver, d'autant que le propriétaire, monsieur Johnson, y joue du violon.Tout en bas Anna, une femme de ménage débordante de gentillesse. Et au milieu Alice, Giovannino et les autres. Chacun avec son grain de folie. Ils se croisent, échangent leurs rôles. Pour affronter les turbulences de la vie et les amours compliquées, ils montent et descendent l'escalier qui les sépare. Difficile donc de démêler les faits, juste les faits, dans ce monde qui est sens dessus dessous.

Donner votre avis

Avis (4)

  • http://lechatquilit.e-monsite.com/pages/mes-lectures-2017/sens-dessus-dessous.html

    http://lechatquilit.e-monsite.com/pages/mes-lectures-2017/sens-dessus-dessous.html

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • « Avant de connaître la dame du dessous et le monsieur du dessus, la vieillesse ne m’intéressait pas. Vieux, mes parents n’ont pas eu le temps de le devenir, mon père s’est tué bien trop tôt et ma mère est retombée en enfance. Je ne vois jamais mes grands-parents, et c’est une jeune femme qui...
    Voir plus

    « Avant de connaître la dame du dessous et le monsieur du dessus, la vieillesse ne m’intéressait pas. Vieux, mes parents n’ont pas eu le temps de le devenir, mon père s’est tué bien trop tôt et ma mère est retombée en enfance. Je ne vois jamais mes grands-parents, et c’est une jeune femme qui prend soin de ma mère.
    Quoi qu’il en soit, il est clair qu’aucun vieux n’aurait pu exciter mon imagination. Aucun, excepté la dame du dessous et le monsieur du dessus. Désormais, la vieillesse ne m’apparaît plus comme une ombre mais comme un éclat de lumière, le dernier, peut-être. » Ainsi débute le livre
    Alice, étudiante peu pressée, écrivaine en devenir habite un immeuble de Cagliari où vit, à l’étage du dessus, monsieur Johnson, violoniste américain, qui a toujours des chaussures aux lacets défaits et des vêtements improbables. Anna sensuelle, fantasque, cœur d’artichaut et sa fille jalouse au possible vivent en-dessous à l’entresol dans un petit appartement jamais éclairé par la lumière du jour, faute à l’escalier. Pour vivre, Anna fait des ménages, alors qu’elle devrait ne plus travailler car elle souffre d’une coronaropathie tritronculaire.

    Par l’entremise, non pas de ma tante Artémise, mais d’Alice, Anna va faire le ménage chez le monsieur du dessus, puis, finira par déposer sa valise chez le violoniste qui cache des revues un brin pornographiques dans un étui à violon. Arrivée de Johnson junior qui a fait un bébé tout seul, retour de la femme du monsieur, une richissime sarde un brin précieuse. Ça monte, ça descend, ça s’installe, bref, l’escalier bruisse de vie. Alice, telle une Aurélie Poulain, esseulée, depuis le suicide de son père et la folie de sa mère, tombe amoureuse du fils du monsieur du dessus qui la stimule à écrire, d’ailleurs, il l’a surnommée Gribouille.
    Je me suis installée devant une pièce de théâtre. Les portes ne claquent pas, quoique, avec la volcanique Anna, cela peut arriver, mais laissent échapper des instantanés de vie sarde. Cagliari en décor de fond, comme la Sardaigne, déjà décor de livres précédents
    Un moment aérien. Ce livre aurait pu être mièvre, dolent, mais… Milena Agus y met beaucoup d’humour, d’amour, de chaleur humaine, de désordre, de la loufoquerie qui sied à sa comédia.
    « Le violon. Ah ! Le violon ! commence Anna. Vous en entendez seulement quelques notes, à cause du bruit, mais en haut ! Ah ! En haut ! Vous n’allez pas me croire : je n’ai même pas l’impression de travailler. L’âme ‘envole, grâce à la musique. » Ce sont les mots, l’accent de Milena Agus qui m’ont fait m’envoler vers un pays merveilleux où la poésie, le rire, un brin de folie
    La première image qui me vient en fermant ce livre c’est un ballet. Oui, un ballet léger qu’un coup de balais n’a pas suffit à chasser, qu’un courant d’air suffit à faire danser.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Je n'avais pas aimé Mal de pierres...Quelques dizaines de pages et j'avais refermé le roman. Pourtant, même en étant un brin méfiante, j'avais très envie de lire celui-ci. Et c'était une jolie surprise que de se promener en Sardaigne dans cet immeuble où se croisent des personnages touchants et...
    Voir plus

    Je n'avais pas aimé Mal de pierres...Quelques dizaines de pages et j'avais refermé le roman. Pourtant, même en étant un brin méfiante, j'avais très envie de lire celui-ci. Et c'était une jolie surprise que de se promener en Sardaigne dans cet immeuble où se croisent des personnages touchants et attachants.

    Même si j'ai trouvé superflu les scènes où la narratrice "mouille" et parle (encore que très vaguement) de ses émois sexuels, l'ensemble est fort plaisant et évoque avec délicatesse l'amour, l'amitié, la vievieillesse, l'homosexualité, l'homoparentalité, les enfants abandonnés à leur sort, la passion pour les livres et la musique, pour le paysage sarde.

    Ça reste très léger mais ça se lit avec beaucoup de plaisir, ça sent l"été et le linge étendu aux fenêtres !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • une très belle découverte, une belle histoire qui nous entraine dans cet immeuble au bord de la mer. Les voisins cachent chacun leurs petits secrets mais le plus important c'est l'amour...

    une très belle découverte, une belle histoire qui nous entraine dans cet immeuble au bord de la mer. Les voisins cachent chacun leurs petits secrets mais le plus important c'est l'amour...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions