Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Se le dire enfin

Couverture du livre « Se le dire enfin » de Agnes Ledig aux éditions Flammarion
  • Date de parution :
  • Editeur : Flammarion
  • EAN : 9782081457966
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

De retour de vacances, sur le parvis d'une gare, Édouard laisse derrière lui sa femme et sa valise. Un départ sans préméditation. Une vieille romancière anglaise en est le déclic, la forêt de Brocéliande le refuge. Là, dans une chambre d'hôtes environnée d'arbres centenaires, encore hagard de... Voir plus

De retour de vacances, sur le parvis d'une gare, Édouard laisse derrière lui sa femme et sa valise. Un départ sans préméditation. Une vieille romancière anglaise en est le déclic, la forêt de Brocéliande le refuge. Là, dans une chambre d'hôtes environnée d'arbres centenaires, encore hagard de son geste insensé, il va rencontrer Gaëlle la douce, son fils Gauvain, enfermé dans le silence d'un terrible secret, Raymond et ses mots anciens, Adèle, jeune femme aussi mystérieuse qu'une légende. Et Platon, un chat philosophe. Qui sont ces êtres curieux et attachants ? Et lui, qui est-il vraiment ? S'il cherche dans cette nature puissante les raisons de son départ, il va surtout y retrouver sa raison d'être.

Donner votre avis

Articles (1)

Avis (6)

  • Suis totalement subjective:un livre de femme où même si le héros est un preux chevalier des temps modernes avec ses faiblesses,fêlures,les personnages marquants sont des femmes souvent en souffrance.Gauvain,jeune autiste s'avère si attachant tout comme le vieux Raymond.OUI,nous sommes dans un...
    Voir plus

    Suis totalement subjective:un livre de femme où même si le héros est un preux chevalier des temps modernes avec ses faiblesses,fêlures,les personnages marquants sont des femmes souvent en souffrance.Gauvain,jeune autiste s'avère si attachant tout comme le vieux Raymond.OUI,nous sommes dans un roman autour de l'amour,plein de bons sentiments:mais qu'est-ce que cela fait du bien!!!!Sensibilité,romantisme et amour de la nature.
    Ai parcouru le Val sans Retour plusieurs fois,séjourné à Tréhorenteuc,visité le château de Compère...La légende arthurienne me captive toujours.La plage du Val André est un lieu fréquent de baignade.Bretonne,je suis chez moi dans ce livre.
    De plus,l'écriture fluide se fait précise botaniquement pour évoquer les arbres,la forêt.
    Un agréable moment de lecture qui ressource et nous interroge aussi sur nos rêves,nos espérances.
    Un livre qui" soigne" dans cette époque si particulière!!!!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Edouard aide une vieille dame Anglaise à monter dans le car qui va l'emmener dans une maison d'hôtes pour des vacances et décide de laisser derrière lui sa femme et sa valise et de suivre cette écrivaine un peu farfelue.
    Là, entouré de la forêt de Brocéliane il va faire le point sur sa...
    Voir plus

    Edouard aide une vieille dame Anglaise à monter dans le car qui va l'emmener dans une maison d'hôtes pour des vacances et décide de laisser derrière lui sa femme et sa valise et de suivre cette écrivaine un peu farfelue.
    Là, entouré de la forêt de Brocéliane il va faire le point sur sa vie.
    Quels secrets cachent les gens autour de lui car eux aussi sont blessés par la vie ?
    D'abord Gaêlle , propriétaire de la maison d'hôtes et son fils Gauvain , un ado, enfermé dans son silence.
    Adèle, jeune femme mystérieuse et aguicheuse, Platon le chat de la maison qui lit dans le coeur et la tête des touristes et enfin Raymond, un vieux sédentaire qui vit avec et pour sa région .
    Et quelle est cette lettre lue et relue, pliée au fond de son sac qui a été le déclencheur de sa fuite ?
    Dans cette nature puissante, fière de ses légendes il va retrouver espoir et raison de se battre pour être enfin heureux et vivre ......
    On retrouve dans ce roman toute la douceur d'Agnés LEDIG qui sait, avec pudeur faire parler ses personnages, leurs déceptions, leurs espoirs, leurs batailles, leurs trahisons enfin LA VIE dans son ensemble avec le bien et le mal.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J'ai beaucoup aimé ce nouveau roman d'Agnès Ledig qui m'a fait penser aux premiers livres qu'elle avait écrit. L'histoire est pleine de poésie, de mystère, on se laisse facilement emmener dans la forêt de Brocéliande avec les personnages du livre dont beaucoup m'ont touchée. Ce roman fleure bon...
    Voir plus

    J'ai beaucoup aimé ce nouveau roman d'Agnès Ledig qui m'a fait penser aux premiers livres qu'elle avait écrit. L'histoire est pleine de poésie, de mystère, on se laisse facilement emmener dans la forêt de Brocéliande avec les personnages du livre dont beaucoup m'ont touchée. Ce roman fleure bon la nature, l'amitié, la simplicité, la bienveillance, il fait du bien dans cette période agitée...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • «Se le dire enfin», le septième roman d’Agnès Ledig, est une quête de vérité, de ce réel que l’on cache trop longtemps et qui a besoin d’un concours de circonstances exceptionnel pour qu’on ose se l'avouer.

    Dès les premières pages vous êtes pris par l’intrigue. Il faut dire qu’il y a de quoi....
    Voir plus

    «Se le dire enfin», le septième roman d’Agnès Ledig, est une quête de vérité, de ce réel que l’on cache trop longtemps et qui a besoin d’un concours de circonstances exceptionnel pour qu’on ose se l'avouer.

    Dès les premières pages vous êtes pris par l’intrigue. Il faut dire qu’il y a de quoi. Imaginez un couple rentrant de vacances en Bretagne. Devant la gare de Vannes, ils prennent le temps de prendre un dernier verre lorsque Édouard, le mari, décide de venir en aide à une vieille dame lourdement chargée. Quelques minutes plus tard, Armelle, son épouse voit le car pour Rennes passer devant elle. «Un indéfinissable mélange de colère et de panique s’empara d’elle quand elle aperçut son mari assis sur un siège à côté de la vieille dame au chapeau.» On va découvrir par la suite que ce coup de tête était un mouvement salutaire, le déclencheur d’une remise en cause d’une vie qui ne lui convenait plus, entre routine, désamour et démotivation.
    Mais n’anticipons pas. Aux côtés d’Édouard, une romancière britannique part retrouver la maison d’hôtes où tous les ans elle vient chercher calme et inspiration. C’est là, à l’orée de la forêt de Brocéliande qu’elle lui propose de séjourner. En fait, elle a une idée derrière la tête. Car Édouard pourrait bien être le personnage de son prochain livre. Car cet invité inattendu, elle le pressent, cache quelques secrets.

    C’est du reste aussi le cas de la petite communauté qui vit là, à commencer par Gaëlle, la propriétaire des lieux qui tente de cicatriser ses blessures en offrant à ses hôtes toute son attention et sa bienveillance. Comme son fils Gauvain et comme la belle et rebelle Adèle qu’elle héberge aussi, elle trouve dans la forêt de Brocéliande de quoi se ressourcer, de quoi puiser une énergie nouvelle.
    A cette photo de groupe, il ne faut pas oublier d’ajouter Raymond, le vieux sage qui a aussi traversé bien des épreuves et dont la philosophie de vie est source d’encouragement pour tous ces cabossés de la vie qu’observe Platon. Le chat ne perd rien des allées et venues de chacun, intrigué et quelquefois amusé par les atermoiements des uns, les lubies des autres.
    D’abord centré sur ses problèmes, «pris au piège d’un fonctionnement tacite accepté il y a bien longtemps», Édouard va peu à peu s’ouvrir aux autres, découvrir qu’il peut aussi aider ces personnes qu’il côtoie et dont les traumatismes ne sont pas moindres que les siens. La confiance s’installe et chacun accepte de partager ses secrets. La fuite face à un père violent pour Adèle, l’hypersensibilité pour Gauvain, la douloureuse solitude pour Gaëlle qui le pousse à lui faire cet aveu. Il a retrouvé la trace d’Élise, son amour de jeunesse: «Nous nous sommes quittés à dix-sept ans, nous en avons cinquante, l’histoire est incroyable.»
    Agnès Ledig a cette faculté, roman après roman, de donner au fil des pages davantage d’épaisseur à ses personnages. Quand on imagine les avoir enfin cernés, on se rend compte d’une nouvelle faille ou au contraire d’une force jusque-là insoupçonnée. Comme le ferait un tailleur de diamant, elle briller les facettes les unes après les autres pour livrer un bijou aussi complexe que beau. Mais cette fois, elle y rajoute un ingrédient, la magie du lieu.
    Brocéliande, cette forêt qu’elle a longuement étudiée avant de l’arpenter longuement avec l’aide d’un guide, tient en effet un rôle central dans cette thérapie de groupe. C’est du reste à Val-André que la romancière a écrit son roman, au plus près de cette forêt. Et quand la géographie se met au service de l’introspection, on en viendrait presque à ressentir les vibrations de ce territoire. Comme l’a si bien dit Chateaubriand, chez qui m’a offert le titre de cette chronique :
    « Forêts, dans vos abris gardez mes vœux offerts!
    A quel amant jamais serez-vous aussi chères?
    D’autres vous rediront des amours étrangères;
    Moi de vos charmes seuls j’entretiens les déserts. »
    https://urlz.fr/cKVK

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un jour, on peut tout envoyer balader.

    Sans préméditation, sans vraiment y réfléchir. Juste en croisant une vielle dame sur son chemin. J'ai toujours su que les veilles dames étaient un peu ensorceleuses …

    C'est précisément ce que va faire Edouard, en plantant son épouse sur le quai d'une...
    Voir plus

    Un jour, on peut tout envoyer balader.

    Sans préméditation, sans vraiment y réfléchir. Juste en croisant une vielle dame sur son chemin. J'ai toujours su que les veilles dames étaient un peu ensorceleuses …

    C'est précisément ce que va faire Edouard, en plantant son épouse sur le quai d'une gare, il décide, sur un coup de tête, de prendre un bus qui va le mener vers Brocéliande.

    Entre une vieille romancière, Agathe Christie de notre époque, un chat qui furette et qui connaît les petits secrets de chacun, une logeuse qui soigne les coeurs blessés et une mystérieuse jeune fille, Edouard va aller se perdre sur ces terres de légende pour tenter de mieux se retrouver.

    Les livres, parfois, arrivent à point nommé, comme un ami qui frappe à la porte pour venir nous parler un peu de nous. Ce roman a pris des allures de compagnon, comme on chemine pour une balade enchantée sur des sentiers intimes.

    Un livre qui fait du bien. Comme une belle bouffé d'oxygène, une vraie ! Comme ces choses simples qui finissent par nous glisser sous les yeux sans qu'on puisse vraiment les voir. Ce roman m'a donné envie, m'a rappelé de les regarder.

    Agnès Ledig raconte les beaux sentiments, comme personne. Sans que ça dégouline, sans l'indigestion du trop sucré. Elle raconte les autres, ceux que l'on croise sur nos chemins et nous invite à les regarder un peu. Se mettre à la place. Être soi-même.

    Je me suis assis, dans cette belle forêt et j'ai vécu quelques heures au gré des battements de coeur de ces personnages si vivants. Je me suis abrité du monde, là sous les branches anciennes et tellement vivantes d'une terre magicienne …

    J'ai respiré la vie et je suis repartie de plus belle me frotter à la mienne. Un roman comme une pause salvatrice, un roman comme une introspection.
    J'ai refermé ce livre et j'avais, encore plus fort, envie de faire confiance à l'existence.

    Merci Agnès Ledig. Il y a des bribes de votre âme, entre ces pages. Merci pour ça.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • On retrouve ici, un homme perdu entre son passé et son avenir, qui sur le coup d'une impulsion donnée par une mamie anglaise, décide de tout plaquer de suivre cette dernière en Bretagne. Une quête de soi, de réponses se lance dans ce décor 100% naturel fait de campagne, d'arbres, de forêt...
    Voir plus

    On retrouve ici, un homme perdu entre son passé et son avenir, qui sur le coup d'une impulsion donnée par une mamie anglaise, décide de tout plaquer de suivre cette dernière en Bretagne. Une quête de soi, de réponses se lance dans ce décor 100% naturel fait de campagne, d'arbres, de forêt mystérieuse de Brocéliande.
    Comme à son habitude, Agnès Ledig a soigné la description des lieux, mais surtout des personnages qui sont clairement identifiables et qui pourraient être nos amis, voisins. Sa plume reste fidèle à ses autres romans.
    Ce roman est un plaidoyer à la nature, aux choses simples de la vie (que l'on retrouve en cette période de confinement) et indique la voie à un recentrage sur les valeurs fondamentales telles que l'amitié, le respect, la justice, le respect de la nature nourricière et salvatrice.
    Cette histoire renforce mon désir de découvrir la forêt de Brocéliande et ses mystères (je vous conseille la lecture de "Merlin, l'enchanteur" Ruy Blas, magnifique!).
    Mais contrairement aux autres romans d'Agnès Ledig, j'y ai trouvé quelques longueurs dans la 1ere moitié du livre. Après, ces longueurs ont presque disparu et j'ai été prise par la révélation des secrets.
    On y retrouve les mêmes sujets que dans ces précédents romans, les mêmes valeurs mais déplacés en Bretagne.
    Une lecture assez sympa, mais ce n'est pas mon livre préféré de cette auteur.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.