Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Sans jamais atteindre le sommet

Couverture du livre « Sans jamais atteindre le sommet » de Paolo Cognetti aux éditions Stock
  • Date de parution :
  • Editeur : Stock
  • EAN : 9782234087545
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Aucun résumé n'est disponible pour cet ouvrage actuellement...

Donner votre avis

Avis (4)

  • Un écrivain italien, Paolo Cognetti (de Milan), nous raconte dans « Sans jamais atteindre le sommet » (un petit livre - récit d'un voyage très aventureux en 2018).
    Il veut se rendre sur les traces du célèbre Peter Matthiessen, un naturaliste écrivain Américain ayant écrit « le léopard des...
    Voir plus

    Un écrivain italien, Paolo Cognetti (de Milan), nous raconte dans « Sans jamais atteindre le sommet » (un petit livre - récit d'un voyage très aventureux en 2018).
    Il veut se rendre sur les traces du célèbre Peter Matthiessen, un naturaliste écrivain Américain ayant écrit « le léopard des neiges. » C'est ce livre qui accompagne Paolo Cognetti.
    Pour ma part je connais très bien « La panthère des neiges » de Sylvain Tesson mais « le léopard des neiges « ? Certainement un très bon récit et une lacune à combler.

    Donc, revenons à Paolo Cognetti, un grand amateur d'altitude (son livre « Les Huit montages » a reçu le prix Médicis en 2017), nous emmène dans un beau voyage dans l'Himalaya. Il a un but, découvrir le Dolpo, au nord du Népal, c'est-à-dire aux confins du Tibet.
    Cela entraîne une grande caravane de mulets, de guides, de porteurs et d'amis, à 5.000 mètres d'altitude, en passant de cols en cols, mais « Sans jamais atteindre le sommet ».

    Livre petit, mais comme bien souvent, fi le nombre de pages et admirons les paysages majestueux – les immensités glacées – regardons l'amitié d'un chien (Kanjiroba) – découvrons le mouton bleu (le « bharal » qui se nourrit d'edelweiss ) – dégustons aussi le tchang ou la tsampa (qui font penser à « Tintin au Tibet » de Hergé)…..

    Et voilà que je m'emballe avec Paolo Cognetti qui nous raconte (à la première personne puisqu'il s'agit de son aventure) sans oublier non plus de notofier toutes les difficultés rencontrées avec le grand froid, la grande fatigue, mais : « Il n'empêche. Comme c'était beau ».

    Le lecteur découvre des superstitions, des rites ancestraux tandis que les cimes restent inviolées. Mais ce fut un beau voyage plein d'enseignements, au son des moulins à vent que des moines bouddhistes faisaient vibrer.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Un grand merci à Net Galley et pour cette belle découverte ! Le titre et la superbe couverture m’ont tout d’abord intriguée, ensuite j’ai commencé la lecture de ce roman époustouflant et l’ai lu d’une traite. Il est assez court et se lit très bien : l’écriture est belle et fluide.
    Le narrateur...
    Voir plus

    Un grand merci à Net Galley et pour cette belle découverte ! Le titre et la superbe couverture m’ont tout d’abord intriguée, ensuite j’ai commencé la lecture de ce roman époustouflant et l’ai lu d’une traite. Il est assez court et se lit très bien : l’écriture est belle et fluide.
    Le narrateur nous entraîne dans une mise en abyme car il écrit le récit de son aventure alors même qu’il nous livre des extraits d’un autre livre, Le Léopard, dans lequel l’auteur nous livre sa propre aventure !
    Le texte nous offre un moment d’harmonie avec la nature et les hommes, une quête que le narrateur lui-même a du mal à expliquer : une quête physique (se dépasser) mais surtout intérieure, dans une communion totale avec la nature. Nous sommes complètement dépaysés et le respect de l’altérité, l’omniprésence de l’eau, symbole de naissance, de renouveau et de pureté, nous pousse nous-mêmes, lecteurs, à l’intériorité, à la sagesse (nous l’espérons en tout cas).
    Un livre fort, poignant (dans sa simplicité), qui retrace un éternel retour, le retour à l’origine.
    Un livre que je recommande vivement !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Un beau dépaysement, monter l’Himalaya, passer dans ce pays mythique qu'est le Népal, ou traverser le Tibet, longer la Chine, cotoyer des hippies à Katmandou mais surtout vivre en altitude, même si on est habitué aux sommets des alpes ! Cela n'a rien à voir ;
    Dans le Dolpo..il faut monter,...
    Voir plus

    Un beau dépaysement, monter l’Himalaya, passer dans ce pays mythique qu'est le Népal, ou traverser le Tibet, longer la Chine, cotoyer des hippies à Katmandou mais surtout vivre en altitude, même si on est habitué aux sommets des alpes ! Cela n'a rien à voir ;
    Dans le Dolpo..il faut monter, descendre pour remonter et les vallées sont extrêmement difficiles à traverser : les organismes sont soumis à des pressions formidables et le corps humain, s'il est étranger au pays..supporte mal , respire mal, suffoque, jambes coupées et panique !
    La solitude et l'isolement prennent ici tout leur sens, lorsque l'on prend conscience que la voie que nous venons d'emprunter pour arriver ici est la plus facile, puisque de l'autre côté il faut franchir des cols à plus de 5000 mètres. De plus. l'hiver qui dure 6 mois par an rend l'isolement du village encore plus important, et la neige empêche toute communication durant de longues semaines. Pourtant, l'accueil qui est réservé, tout particulièrement par les enfants, dépasse en humanité beaucoup de ce qu'on peut voir auparavant de par le monde.
    Les habitants sont ouverts, prient selon leur rite «  ki ki so so » un mantra, «  ki » le cri de l’aigle, et donc du vent..« so » le souffle profond de la terre » !
    leur philosophie est simple «  bien sur que je suis heureux ici ! C'est merveilleux » d'autant plus que je n'ai pas le choix ! »
    Le choix, les européens qui montent la haut, l'ont, mais bien sur ils en reviennent changés, tant la vie et la culture diffèrent ! » aucune invention de otre siècle ne nous servait plus à rien une fois en route, mis à part une bonne paire de chaussures et dans mon cas, un livre dans le sac »

    «  tu sais ce qui change le plus entre la montagne de mes souvenirs et celle ci ? »
    «  eux, ils sourient. Je revois ma mère..je revois leur visage fermé, elles ne leur adressaient même pas la parole. Eux, ils ont toujours le sourire ! »

    Souriez ! Vous êtes heureux !
    Merci à netgalley ! Beau voyage !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • J’ai pris beaucoup de plaisir à suivre Paolo Cognetti dont j’avais découvert le talent dans « Les huit montagnes » sur les sentiers du nord-ouest du Népal.
    Sur les hauts plateaux du Dolpo, l’auteur parcourt 300 km à pied et franchit huit cols à 5000 mètres d’altitude.

    « Marcher réduisait la...
    Voir plus

    J’ai pris beaucoup de plaisir à suivre Paolo Cognetti dont j’avais découvert le talent dans « Les huit montagnes » sur les sentiers du nord-ouest du Népal.
    Sur les hauts plateaux du Dolpo, l’auteur parcourt 300 km à pied et franchit huit cols à 5000 mètres d’altitude.

    « Marcher réduisait la vie à l’essentiel : manger, dormir, rencontrer, penser.»

    Et des rencontres, il y en a eu, des belles, des innatendues, des inoubliables pour partager un bout de chemin comme Kanjiroba chien fidèle, rencontré par un heureux hasard et qui un bon matin a tiré sa révérence, sans bruit comme s’il avait senti que la ballade était fini et que chacun devait repartir vers son destin.

    Un léopard des neiges, un loup, un corbeau, un mouton bleu aperçus brièvement complètent le tableau des souvenirs vivants.

    J’ai lu avec plaisir ce carnet de voyage agrémenté de cartes et de dessins de l’auteur. A ses côtés, j’ai
    découvert le thé préparé avec du sel et du beurre de yak.
    Je me suis réchauffée auprès du feu de bois sur lequel on ajoute des bouses de yak pour qu’il brule plus longtemps.
    J’ai frémi au son des moulins à prières agités par les moines ou le souffle du vent.
    J’ai fait un magnifique voyage avec Paolo Cognetti envoutée par la simplicité, la limpidité et la fraîcheur de sa plume.

    Merci à NetGalley et aux Editions Stock.
    #SansJamaisAtteindreLeSommet #NetGalleyFrance

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.