San Perdido

Couverture du livre « San Perdido » de David Zukerman aux éditions Calmann-levy
  • Date de parution :
  • Editeur : Calmann-levy
  • EAN : 9782702163696
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

«  Qu'est-ce qu'un héros, sinon un homme  qui réalise un jour les rêves secrets  de tout un peuple ? »  Un matin de printemps, dans la décharge à ciel ouvert  de San Perdido, petite ville côtière du Panama aussi impitoyable que colorée, apparaît un enfant noir  aux yeux bleus. Un orphelin muet... Voir plus

«  Qu'est-ce qu'un héros, sinon un homme  qui réalise un jour les rêves secrets  de tout un peuple ? »  Un matin de printemps, dans la décharge à ciel ouvert  de San Perdido, petite ville côtière du Panama aussi impitoyable que colorée, apparaît un enfant noir  aux yeux bleus. Un orphelin muet qui n'a pour seul talent apparent qu'une force singulière dans les mains.  Il va pourtant survivre et devenir une légende. Venu de nulle part, cet enfant mystérieux au regard magnétique endossera le rôle de justicier silencieux au service des femmes  et des opprimés et deviendra le héros d'une population jusque-là oubliée de Dieu.

   

Donner votre avis

Articles (1)

Avis(13)

  • La couverture colorée m’avait séduite et donné envie de lire ce roman, dont je ne connaissais rien.
    Et c’est une très jolie surprise. Une histoire, loin d’être banale, des personnages forts, attachants ou troublants.
    Entre le conte et le roman policier.
    On a qu’une envie c’est de connaître ce...
    Voir plus

    La couverture colorée m’avait séduite et donné envie de lire ce roman, dont je ne connaissais rien.
    Et c’est une très jolie surprise. Une histoire, loin d’être banale, des personnages forts, attachants ou troublants.
    Entre le conte et le roman policier.
    On a qu’une envie c’est de connaître ce qui va arriver. Bref, un moment de lecture addictif, un voyage en Amérique du sud, un livre que je conseille vraiment.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Choisi par hasard en raison de sa couverture colorée et de son titre, ne connaissant rien de l’auteur, j’ai suivi mon instinct et une irrésistible attraction.
    Et je suis comblée !
    Un roman qui emmène à San Perdido, petite ville côtière du Panama, dans les années 50. L’histoire démarre dans la...
    Voir plus

    Choisi par hasard en raison de sa couverture colorée et de son titre, ne connaissant rien de l’auteur, j’ai suivi mon instinct et une irrésistible attraction.
    Et je suis comblée !
    Un roman qui emmène à San Perdido, petite ville côtière du Panama, dans les années 50. L’histoire démarre dans la décharge à ciel ouvert où les pauvres et exclus survivent en dénichant les restes des repas fastueux des riches installés sur les hauteurs ou tentant de récupérer de la ferraille qu’ils revendent.
    Un beau matin, au milieu de toute cette fange, surgit un jeune garçon noir aux yeux magnétiques, étrangement bleus, doté d’une force surhumaine dans les mains. Protégé, hébergé et nourri, Il deviendra « La Mano » à l’âge adulte, défenseur des opprimés, justicier des pauvres. Ainsi naîtra sa légende.
    Tous les personnages sont savoureux, l’intrigue est menée tambour battant, ne faiblit jamais et ce, jusqu’à la dernière page. Au travers des mots, les images défilent à un rythme effréné et totalement maitrisé. Ajoutez une petite dose de fantastique, de la corruption, des magouilles, des filles superbes et déterminées, un gouverneur ambitieux et le tour est joué.
    J’ai également replongé avec curiosité dans l’histoire de la construction du canal de Panama et découvert l’épopée des Cimarrons, esclaves noirs qui se rebellèrent contre les espagnols au XVIème siècle.
    Un premier roman fort réussi et éblouissant.
    Merci à #netgalleyfrance# et aux #Editionscalmannlevy# pour ce plaisir de lecture !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • La bonne surprise de cette rentrée.

    Un premier roman. Dépaysant, culotté. Qui ose dérouler une vraie histoire. Pas d'éléments autobiographiques. Pas d'introspection. De l'ailleurs. Un héros, justicier comme on n'en rencontre plus beaucoup. L'envie affichée de divertir. Et ça marche !

    J'ai...
    Voir plus

    La bonne surprise de cette rentrée.

    Un premier roman. Dépaysant, culotté. Qui ose dérouler une vraie histoire. Pas d'éléments autobiographiques. Pas d'introspection. De l'ailleurs. Un héros, justicier comme on n'en rencontre plus beaucoup. L'envie affichée de divertir. Et ça marche !

    J'ai été ferrée dès les premières pages par la capacité de l'auteur à installer immédiatement une ambiance. Nous sommes au Panama, dans les années 50. Nous verrons affleurer peu à peu les grandes lignes de l'histoire tumultueuse de ce pays et des différentes cultures qui le constituent après le passage des espagnols, la construction du canal par les français, les communautés d'anciens esclaves rebelles, les cimarrons, aussi. C'est dans l'une de ces dernières qu'il faut chercher l'origine du gamin qui débarque un jour dans la vaste décharge à ciel ouvert où survivent quelques habitants. Des habitations de bric et de broc, une activité de récupération. La misère. Petit à petit, un lien se crée entre Félicia, une vieille femme et ce gamin surnommé La langosta à cause de ses larges mains et de la force surhumaine qui lui permet de travailler dur. Sa peau noire, ses yeux d'un bleu très clair, son mutisme et sa force... les éléments sont là pour que se construise peu à peu la légende de Yerbo Kwinton. Il suffit de croiser son regard pour être saisi. A San Perdido, les injustices sont courantes. Corruption, inégalités, exploitation sont encouragés par le Gouverneur qui concentre tous les pouvoirs et ne se préoccupe que de son propre enrichissement. Pendant ce temps, les criminels rôdent, les femmes sont à la merci des prédateurs... Mais dans l'ombre, un justicier veille, le gamin est devenu un homme.

    On a ici un roman très cinématographique, très visuel, rythmé, avec des bons et des méchants et aussi des demoiselles en détresse. Mais des sacrés personnages, notamment les femmes qui ont la part belle, des caractères flamboyants ou de l'intelligence finement distillée, que ce soit la jeune et belle Hissa, la volcanique Yuma ou la très calculatrice Madame. On est entrainé à cent à l'heure et on retrouve le plaisir pris devant un épisode de Zorro, dans un univers bien plus impitoyable. Renseignement pris sur l'auteur, il fut apparemment comédien et auteur de pièces de théâtre ce qui explique sans doute beaucoup de choses. Sur le site de son éditeur, sa bio précise qu'il a écrit quatre romans sans oser les faire lire : je le remercie d'avoir tenté le coup avec celui-ci parce que je me suis régalée !

    Franchement, je vous conseille d'embarquer pour San Perdido et de goûter à la légende de Yerbo Kwinton : c'est du plaisir à l'état pur.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Très prenant avec un belle plume.
    Impossible à lâcher une fois commencé.
    A quand une adaptation cinéma ?

    Très prenant avec un belle plume.
    Impossible à lâcher une fois commencé.
    A quand une adaptation cinéma ?

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions