Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Rompre les digues

Couverture du livre « Rompre les digues » de Emmanuelle Pirotte aux éditions Philippe Rey
Résumé:

Sur les rives de la mer du Nord, Renaud coule des jours malheureux dans sa maison de maître, malgré l'attention de ses amis, presque aussi perdus que lui : François, vieux chômeur lunaire, et Brigitte, investie auprès des migrants. Ni les rencontres régulières et souvent dangereuses avec Tarik,... Voir plus

Sur les rives de la mer du Nord, Renaud coule des jours malheureux dans sa maison de maître, malgré l'attention de ses amis, presque aussi perdus que lui : François, vieux chômeur lunaire, et Brigitte, investie auprès des migrants. Ni les rencontres régulières et souvent dangereuses avec Tarik, son dealer, ni les voyages sporadiques en Angleterre chez l'excentrique tante Clarisse ne viennent guérir son dégoût de l'existence. À la mort de sa vieille gouvernante, Renaud recrute Teodora, jeune Salvadorienne taciturne, sans connaître son violent passé... Dans la grande demeure remplie d'oeuvres d'art et de courants d'air, entre ces deux écorchés s'installe alors un étrange climat de méfiance et d'attraction.

Avec un humour mêlé de tendresse, Emmanuelle Pirotte brosse un portrait vitriolé de notre Occident épuisé. Mais elle esquisse également la possibilité d'une rédemption. D'Ostende à Douvres, en passant par l'Espagne et l'Amérique latine, nous marchons dans les pas de personnages intenses et fragiles qui se heurtent à leurs démons, à la violence et à la beauté du monde. Renaud et Teodora sortiront-ils de leur profonde nuit pour atteindre l'aube d'une vie nouvelle ?

Donner votre avis

Avis (1)

  • C’est du côté d’Ostende qu’Emmanuelle Pirotte nous entraine avec son nouveau roman, superbe de mélancolie de d’humanité. Avec à la clef la rencontre d’un quinquagénaire dépressif avec une émigrée salvadorienne.

    Pour son cinquième roman, Emmanuelle Pirotte a choisi de mettre en scène une...
    Voir plus

    C’est du côté d’Ostende qu’Emmanuelle Pirotte nous entraine avec son nouveau roman, superbe de mélancolie de d’humanité. Avec à la clef la rencontre d’un quinquagénaire dépressif avec une émigrée salvadorienne.

    Pour son cinquième roman, Emmanuelle Pirotte a choisi de mettre en scène une famille de haute-bourgeoisie belge, ou ce qu'il en reste. Renaud en est le symbole à la fois le plus fort et le plus faible. Le plus fort parce qu'il rassemble tous les traits caractéristiques de sa lignée et le plus faible parce qu'après une tentative de suicide avortée dans sa jeunesse, ce quinquagénaire promène son mal de vivre en étendard.
    Autour de lui, le personnel de maison vaque à ses occupations, à commencer par Staline. C'est ainsi qu'il avait surnommé Angèle, à son service depuis plus de quarante ans, et qu'il avait conservé malgré toutes les brimades qu'elle lui avait fait subir jeune, Jacqueline la cuisinière et son mari Henri, l'homme à tout faire. Mais c'est Teodora Paz, née à San Salvador le 20 novembre 1995, qui va jouer un rôle majeur dans cette histoire. Pour l'heure, elle s'occupe de trois enfants d'une famille belge installée à Marbella. Mais nous y reviendrons. Le premier cercle, autour de Renaud, se compose de François, le fils de la cuisinière, qui est l'ami de Renaud depuis ses six ans et qui partage avec lui son spleen, lui qui s'est jamais remis de la perte de son épouse, suite à un cancer. Licencié, il a vivoté grâce à des petits boulots avant de se retrouver au chômage et n’a plus vraiment envie de retrouver du travail. Clarisse, en revanche, est plus lumineuse. C’est auprès de cette tante, installée en Angleterre, qu’il trouve refuge depuis qu’il est adolescent.
    Complétons enfin le tableau avec Sonia, la prostituée moldave qu’il «loue» régulièrement, Brigitte qui milite dans l’humanitaire et Tarik, le dealer dont il vient de faire la connaissance et lui procure de la coke et du crack.
    Alors que Renaud est en Angleterre, il apprend le décès d'Angèle et regagne la Belgique. C'est à peu près au même moment que la famille qui emploie Teodora décide de rentrer dans son plat pays. Quelques jours plus tard, à l'instigation de François, Renaud décide de prendre Teodora à son service. La Salvadorienne, dont on découvre petit à petit le trouble passé, et le bourgeois dépressif vont alors entrer dans une curieuse danse qui va les transformer tous deux.
    Emmanuelle Pirotte réussit un roman d’une grande richesse, qui colle parfaitement à cette ambiance si bien rendue par Brel
    Avec un ciel si gris qu'un canal s'est pendu
    Avec un ciel si gris qu'il faut lui pardonner
    Avec le vent du nord qui vient s'écarteler
    En suivant Renaud et sa mélancolie, ses pensées morbides, la romancière parvient tout à la fois à nous le rendre attachant, malgré ses côtés insupportables. Il en va du reste de même de ses autres personnages, avec leur failles et leur humanité, lovés dans une écriture dont chacun des mots résonne, tout à tour sarcastique ou drôle, poétique ou crue. Une écriture aussi dense qu’addictive, une petite musique qui nous suit longtemps…
    https://urlz.fr/fFDN

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.