Rien ne s'oppose à la nuit

Couverture du livre « Rien ne s'oppose à la nuit » de Delphine De Vigan aux éditions Lgf
  • Date de parution :
  • Editeur : Lgf
  • EAN : 9782253164265
  • Série : (non disponible)
  • Support : Poche
Résumé:

Ma famille incarne ce que la joie a de plus bruyant, de plus spectaculaire, l'écho inlassable des morts, et le retentissement du désastre. Aujourd'hui je sais aussi qu'elle illustre, comme tant d'autres familles, le pouvoir de destruction du verbe, et celui du silence. D. de V.

Il fallait... Voir plus

Ma famille incarne ce que la joie a de plus bruyant, de plus spectaculaire, l'écho inlassable des morts, et le retentissement du désastre. Aujourd'hui je sais aussi qu'elle illustre, comme tant d'autres familles, le pouvoir de destruction du verbe, et celui du silence. D. de V.

Il fallait oser pour s'attaquer à un sujet déjà investi par les plus grands écrivains : le livre de ma mère. Et, pourtant, D. de Vigan a apporté sa touche originale, en plus de son talent à maîtriser un récit. [...] Ce roman intrigue, hypnotise, bouleverse. Il interroge aussi. Mohammed Aïssaoui, Le Figaro littéraire.

Malédiction familiale en même temps que questionnement passionnant sur les rapports entre l'écriture et la vie, [un] livre éblouissant. Olivia de Lamberterie, Elle.

Prix Renaudot des lycéens 2011 - Prix roman France Télévisions 2011 - Grand prix des lectrices de Elle 2012

Donner votre avis

Le courrier des auteurs

Delphine de Vigan répond à nos questions ! (16/02/2013)

«Le choix des mots» par Jean Pruvost, grand amoureux des mots... Delphine de Vigan Rien ne s'oppose à la nuit. Rien, du latin res, rem, c'est-à-dire «quelque chose», c'est le tout premier sens du mot... Et Delphine de Vigan d'en «rendre compte» intensément, selon une formule souvent sienne. Quelque chose s'oppose en effet à la nuit : la «lumière secrète venue du Noir». Ce sont là les derniers mots de Pierre Soulages, juste avant que ne commence le roman. Soulages que Delphine de Vigan a spontanément élu pour ouvrir son ouvrage tout en noir et lumineux, consacré à sa mère : Lucile. Il n'y a pas de hasard, Lucile vient du latin lucilis, la lumière. Personne n'en doute, avec la première de couverture de Rien ne s'oppose à la nuit. Elle est là, Lucile, la lumière sur le front, lumineuse, émergeant dans le noir, une cigarette à la main. Lucile-Delphine, «mélange de beauté et d'absence». Elle «captait tout», comme le noir qui absorbe le rayonnement reçu, expliquent les physiciens. Alors, aux peintres et à Baschung de savoir que la nuit, noire, distille aussi sa lumière. Et puis au bout de chaque nuit revient le jour, d'abord gris, comme la quatrième de couverture. Une «démarche intime, parfois aveugle», s'interroge la romancière, à la manière de Baschung avec ses lunettes noires, voilà qui oblige à oser, oser, «explorer», dit Delphine. Deux préfixes «s'opposent», et se complètent, dès que la fille de Lucile réfléchit sur sa démarche : dés-enchantement, dé-sillusion, puis re-construction, re-constitution, comme l'instant, le fragment, les heures souterraines et la nuit re-colorés. C'est son mot pour les souvenirs. Le rêve de Lucile, c'était d'être invisible, le noir s'y prête, mais pas la lumière ; le rêve de Delphine est de «s'empêcher de penser», mais il y a l'écriture et la rencontre. Lou Delvig, son pseudonyme pour le premier roman Jour sans faim, écrivait le soir. Delphine (Del...) de Vigan (Vig) écrit désormais le matin. Rien ne peut s'opposer à la lecture de Delphine de Vigan. Soir et matin. Et même la nuit.

Contenu proposé par lechoixdeslibraires.com

Articles (5)

  • Faites des mères !
    Faites des mères !

    Les livres indispensables pour fêter toutes les mères !

  • Les romancières françaises nouvelle génération
    Les romancières françaises nouvelle génération

    Très médiatisées, les nouvelles romancières françaises ont beaucoup de choses à raconter et s’imposent avec succès dans le top des ventes de livres de littérature provoquant même un engouement plutôt rassurant pour le monde des livres. Certaines font déjà partie du paysage littéraire ayant acquis une notoriété grâce à des romans plébiscités par un public surtout féminin, d’autres sont en passe de l’être, invitées prestige de nombreux les festivals. Petite revue des auteures en vue.

  • Au top des lectures de l’été
    Au top des lectures de l’été

    Depuis l’automne 2011, quelques pépites ont vu le jour, alors si vous les avez manquées, la période estivale s’avère propice à ce rattrapage, pur plaisir littéraire. Entre les découvertes, les auteurs primés, les confirmés toujours aussi talentueux, que de styles à découvrir. A commencer par un titre qui donne le ton et qui fait un tabac, La listes de mes envies de Grégoire Delacourt. Alors, bel été et bonnes lectures !

  • Affaires de familles
    Affaires de familles

    Décriée ou adorée, rassérénante ou théâtre de drames intimes, la famille est l'une des grandes muses de la littérature. Tour d'horizon, arbitraire et très loin d'être exhaustif, de ces relations familiales, fondatrices de toute une vie. 

Voir tous les articles

Les derniers avis

  • Terrible drame familiale, on ne voit pas venir les rebondissements. On se sent au plus proche de la famille et de la narratrice. Toute la bibliographie de Delphine De Vigan est à lire.

    Terrible drame familiale, on ne voit pas venir les rebondissements. On se sent au plus proche de la famille et de la narratrice. Toute la bibliographie de Delphine De Vigan est à lire.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Delphine découvre sa mère inanimée dans son appartement, et décide de raconter l'histoire de la vie de sa mère Lucile. Lucile est née dans une famille nombreuse, elle était plutot jolie, et elle fait même des photos, c'était une enfant réservée, quî restait tout le temps dans son coin, on appris...
    Voir plus

    Delphine découvre sa mère inanimée dans son appartement, et décide de raconter l'histoire de la vie de sa mère Lucile. Lucile est née dans une famille nombreuse, elle était plutot jolie, et elle fait même des photos, c'était une enfant réservée, quî restait tout le temps dans son coin, on appris au milieu du Livre, qu'elle as etait violer par son père, dans cette famille peu ordinaire, il y a eu plusieurs décès, un de ses frères est tomber dans un puits, deux autres frères se sont sucider, Lucille eu un amoureux tombait très vite enceinte à 18 ans et vécu 10 ans Avec le père de son enfant, ensuite elle se sépara, et la vie etait pas facile, eu une deuxième fille, et eu un abcès de folie jusqu'a voulu frappée sa 2eme fille, elle as fait plusieurs séjours en hôpital psy, et puis retrouva sa raison, après 10 ans de maladie, elle repris sa vie en main sous médicament, passez un diplôme d'assistance social, mais à l'ombre de sa retraite, elle appris qu'elle était atteinte d'un cancer des poumons, elle se battit pour un temps contre cette maladie et décida de mettre fin à ces jours - Cette histoire m'as bouleverser, je suis en larme, Car Moi auSsi j'ai perdu ma mère, donc ca réveille des choses, je raffole de la plume de #delphinedevigan , un véritable coup de cœur - Morale de l'histoire : on dois aimer sa mère qu'elle quelque soit

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Bouleversant
    autant par le contenu du récit -le contenu de vie(s)- que par l'acte et la nécessité d'écrire, de reconstituer, de "s'approcher au plus près", de chercher à comprendre davantage afin de dénouer, de calmer la douleur, de déposer un baume
    Bien que l'ayant fait par obligation afin de...
    Voir plus

    Bouleversant
    autant par le contenu du récit -le contenu de vie(s)- que par l'acte et la nécessité d'écrire, de reconstituer, de "s'approcher au plus près", de chercher à comprendre davantage afin de dénouer, de calmer la douleur, de déposer un baume
    Bien que l'ayant fait par obligation afin de voir paraître cet avis, je pense surtout qu'il est Impossible et impensable de "noter" cet ouvrage
    Bouleversant, Poignant

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Ce livre laisse des traces. Je l'ai refermé la larme au coin de l'oeil.

    Cette recherche d'une mère …

    Cette recherche d'une certaine forme de vérité littéraire. Pour raconter, reconstruire cette mère imparfaite. Tant aimée.

    Ce livre a beaucoup été critiqué. Je ne comprends pas bien...
    Voir plus

    Ce livre laisse des traces. Je l'ai refermé la larme au coin de l'oeil.

    Cette recherche d'une mère …

    Cette recherche d'une certaine forme de vérité littéraire. Pour raconter, reconstruire cette mère imparfaite. Tant aimée.

    Ce livre a beaucoup été critiqué. Je ne comprends pas bien pourquoi. de faux procès car écrire pour exorciser, pour comprendre, combien l'on fait avant elle sans s'attirer les foudres des critiques en tous genres.

    Delphine de Vigan m'a emporté avec elle.

    Delphine de Vigan est un auteur qui compte pour moi. Car elle donne de toute son âme et il en faut en tout cas du courage pour écrire un tel roman, cette folle fuite en avant.

    Ce livre est un cri d'amour. Que dis-je, un hurlement.

    Dans la nuit.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • C'est un récit bouleversant qui nous plonge dans la genèse de la pathologie psychiatrique et biographique de la mère de l'auteure . Les mots sont doux et bien choisis et on ressent tout ce questionnement qui découle d'un deuil difficile que représente la mort d'une mère .
    Tout est dit et rien...
    Voir plus

    C'est un récit bouleversant qui nous plonge dans la genèse de la pathologie psychiatrique et biographique de la mère de l'auteure . Les mots sont doux et bien choisis et on ressent tout ce questionnement qui découle d'un deuil difficile que représente la mort d'une mère .
    Tout est dit et rien n'est caché . C'est une véritable enquête sur les affres de cette pathologie appelée "bipolarité" et les symptômes sont évoqués sans "mièvrerie" et avec objectivité y compris par rapport aux dommages co latéraux que cela engendre .Le véritable talent de Delphine de Vigan viens de cette pudeur et de son humilité face aux aléas de sa vie qui reste un très beau cheminement personnel .

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Une enfance vraiment très difficile. Comment ces petites filles ont elles pu se sortir de cette enfance si folle . Je pensais à mes enfants quand je lisais . Comme cela devait être effroyable pour ces petites bien souvent laissées seules et devant gérer le quotidien et leur mère.

    Une enfance vraiment très difficile. Comment ces petites filles ont elles pu se sortir de cette enfance si folle . Je pensais à mes enfants quand je lisais . Comme cela devait être effroyable pour ces petites bien souvent laissées seules et devant gérer le quotidien et leur mère.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Ce livre m'a bouleversée ... L'écriture est si intense que j'ai été parfois obligée de refermer ce livre qui m'a submergé

    Ce livre m'a bouleversée ... L'écriture est si intense que j'ai été parfois obligée de refermer ce livre qui m'a submergé

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Suite à la lecture de D'après une histoire vraie de Delphine de Vigan, j'ai décidé de m'attaquer au livre dont elle parle dans celui-ci qui est donc Rien ne s'oppose à la nuit, un roman en quelque sorte autobiographique où la narratrice raconte la mort de sa mère et essaye de se rapprocher...
    Voir plus

    Suite à la lecture de D'après une histoire vraie de Delphine de Vigan, j'ai décidé de m'attaquer au livre dont elle parle dans celui-ci qui est donc Rien ne s'oppose à la nuit, un roman en quelque sorte autobiographique où la narratrice raconte la mort de sa mère et essaye de se rapprocher d'elle en tentant de retracer sa vie dans les détails les plus déterminants. J'ai eu énormément de mal à me mettre dans cette lecture, car évidemment, elle n'est pas des plus simples, j'ai même hésité à arrêter ma lecture. A la fois parce qu'elle était dure, et qu'elle déteignait beaucoup trop sur mon humeur, et à la fois parce que je ne parvenais pas à poursuivre. Cependant, si je vous en fait une chronique aujourd'hui, c'est bien parce que j'ai réussi à aller jusqu'au bout ! J'ai notamment continué parce que j'aime l'écriture de cette auteure, à la fois dure, tendre, et très simple à lire. Pour différentes raisons, comme beaucoup de monde je pense, je me retrouve en elle. Elle a le don d'aller faire des sujets compliqués avec des phrases simples, compréhensibles de tous. J'ai été impressionné par la force que dégage cette famille, et je comprends mieux certaines réactions dans D'après une histoire vraie. Mettre à nu et aux yeux du monde des secrets de famille sont aussi difficile pour l'auteur, que pour la famille elle-même et les lecteurs. J'ai beaucoup de mal à dire si j'ai aimé ou non ce livre. Il n'est pas question d'avoir aimé selon moi. C'est une question de sensibilité et de réussir à comprendre ce qu'a voulu faire passer l'auteur : vouloir se rapprocher de sa mère par l'écriture, se soulager aussi, peut-être. Je ne peux pas faire une chronique avec des indications précises, pour éviter le spoil, mais aussi parce que je pense que ce genre de lecture dépend vraiment des personnes, mais je ne la conseillerai pas à des personnes fragiles ou encore en deuil. Tout simplement parce que c'est trop dur à lire, dans ce cas. Je continuerai probablement à lire les livres de cette auteure, mais pour l'instant, je préfère faire une pause. Lire les secrets de famille et la mort pendant autant de page, c'est quelque chose de physiquement et mentalement éprouvant

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Je découvre cet auteur. Un vrai coup de foudre. De l'émotion, de la pudeur, et beaucoup d'amour dans cette histoire indicible. Ou comment les vies d'apparence harmonieuse peuvent cacher de vraies souffrances. J'enchaîne illico sur un autre de ses romans.

    Je découvre cet auteur. Un vrai coup de foudre. De l'émotion, de la pudeur, et beaucoup d'amour dans cette histoire indicible. Ou comment les vies d'apparence harmonieuse peuvent cacher de vraies souffrances. J'enchaîne illico sur un autre de ses romans.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • A la mort de sa mère, Delphine de Vigan ressent le besoin de s’immerger dans son histoire familiale.


    Issue d’une lignée s’illustrant paradoxalement par la joie et la tristesse, sa propre histoire a été marquée par le destin et la maladie de sa mère. Remontant sur les traces de ses grands...
    Voir plus

    A la mort de sa mère, Delphine de Vigan ressent le besoin de s’immerger dans son histoire familiale.


    Issue d’une lignée s’illustrant paradoxalement par la joie et la tristesse, sa propre histoire a été marquée par le destin et la maladie de sa mère. Remontant sur les traces de ses grands parents, puis sur celles de sa mère, jusqu’à ses derniers jours, elle explore en parallèle sa propre vie, de petite fille à adulte et mère aussi.

    Interviewant les frères et soeurs de sa mère, sa soeur également, fouillant dans les archives familiales et dans ses souvenirs d’enfance, Delphine de Vigan raconte sa famille. Une famille tourmentée, alternant figures tutélaires, caractères forts, gais ou dépressifs. Les drames enfouis jalonnent ce roman quasi initiatique, en tous les cas sans doute thérapeutique.

    On y découvre Liane, personnage enjoué et pilier autour duquel gravite une nuée d’enfants. Son mari oscille entre lumière et ombre, amour et perversion, en un personnage difficile à cerner. Lucile, une de leur filles, est d’une beauté époustouflante, sans doute pesante aussi pour la petite fille qu’elle est et la femme qu’elle deviendra, une femme fragile aussi, et une mère distante, instable, dont Delphine cherche l’amour.

    C’est à la compréhension de sa mère, à travers son parcours et le regard posé sur elle par ses proches, que s’attache le travail de Delphine de Vigan. Compréhension de sa disparition aussi, qui réveille des peurs. On sent dans ses mots une sorte de fascination et d’effroi face à la notion de transmission, à l’héritage si lourd à porter et en même temps constitutif de son identité.

    Delphine de Vigan utilise une écriture précise, posée malgré l’urgence de la recherche et des questionnements. Elle sait le choc, pour ses proches comme pour elle-même, que le texte qu’elle écrit peut produire et, si on la sent sincère, elle y pose ses mots personnels et dit bien qu’il s’agit de « sa vérité ».

    L’écrivaine livre un récit intime et touchant, des sentiments que ses lecteurs ne pourront que partager.

    https://mesmotsmeslivres.wordpress.com/2017/01/07/rien-ne-soppose-a-la-nuit-de-delphine-de-vigan/

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Forum

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com