Résurrection

Couverture du livre « Résurrection » de Leon Tolstoi aux éditions Gallimard
  • Date de parution :
  • Editeur : Gallimard
  • EAN : 9782070389421
  • Série : (-)
  • Support : Poche
Résumé:

Tolstoï entame une enquête immense, descend dans l'enfer putride des prisons, scrute les détenus, polémique avec les " idéologues " révolutionnaires, interroge le peuple.
Résurrection se veut un roman total, mais cette fois-ci le tolstoï millénariste refuse la durée et exige tout tout de suite... Voir plus

Tolstoï entame une enquête immense, descend dans l'enfer putride des prisons, scrute les détenus, polémique avec les " idéologues " révolutionnaires, interroge le peuple.
Résurrection se veut un roman total, mais cette fois-ci le tolstoï millénariste refuse la durée et exige tout tout de suite : le salut total de la création. c'est peut-être ce qui fait de résurrection, paru quand naissait le xxe siècle, un signe avant-coureur des grands soubresauts millénaristes de notre siècle à nous.

Donner votre avis

Avis(2)

  • Un livre de Tolstoï « Résurrection » - roman composé de trois parties et comprenant plusieurs chapitres, moins connu que « Anna Karenine » ou « La Guerre et la Paix ». Un livre de tout de même 400 pages et publié en 1899 – il est considéré comme « le testament politique et religieux de Léon...
    Voir plus

    Un livre de Tolstoï « Résurrection » - roman composé de trois parties et comprenant plusieurs chapitres, moins connu que « Anna Karenine » ou « La Guerre et la Paix ». Un livre de tout de même 400 pages et publié en 1899 – il est considéré comme « le testament politique et religieux de Léon Tolstoï. »

    L'histoire est basée sur un fait véridique : lors d'un séjour à Iasnaïa Poliana, le procureur général au tribunal de Saint-Pétersbourg, avait reçu la visite d'un aristocrate qui se plaignait de ne pas pouvoir écrire à Rosalie (la fille d'un métayer, placée comme domestique) et qui avait été amenée à se prostituer.

    Tolstoï arrive à intégrer, dans son récit, du romanesque, de la politique et des réflexions philosophiques. de plus, avec cette histoire, on en arriverait presque à se demander si ce n'est pas, en fait, une autobiographie peut-être romancée ? Ou bien une fiction ? Seul l'auteur pourrait nous le dire – quant à nous, intéressons-nous à l'histoire.

    On trouve un héros, Dimitri Ivanovitch Nekhlioudov, qui est touchant. C'est un aristocrate, un prince russe, qui n‘est donc pas dans le besoin et a du temps à revendre. Or, un jour, Nekhlioudov se retrouve désigné comme juré pour un procès et il reconnaît une des accusées, Katarina Maslova. On l'appelait aussi Katioucha (en Russie, les vrais noms se mélangent souvent, avec des diminutifs …) et travaillait auparavant en tant que domestique chez ses tantes. Tous deux étaient tombés amoureux et ce qui devait arriver, arriva. Katioucha a perdu sa virginité (ce sont des choses qui arrivent et qui arrivaient bien souvent, en ce temps-là, pour les domestiques…).

    Arriva aussi ce à quoi on s'attend : Katioucha s'est retrouvée enceinte – a été renvoyée – a perdu son enfant – et c'est la descente aux enfers : poursuivie par des hommes à cause de sa grande beauté, elle finit par se résigner à entrer dans une maison close et vendre, ainsi, son corps.
    Mais un jour, un vol est commis par des domestiques qui en voulaient à l'argent d'un de ses clients.
    Évidemment, c'est elle que l'on accuse et c'est ainsi qu'elle se retrouve aux Assises.

    Nekhlioudov, non seulement juré, mais également empreint de culpabilité envers elle car, il se juge, lui, coupable de tous les malheurs de Maslova : il en a été le déclencheur.
    Il se fait fort de prouver l'innocence de la pauvre jeune femme – de lui demander pardon et de lui proposer de l'épouser
    Mais tout n'est pas si simple et je dirai seulement qu'il y a une intrigue à découvrir.
    C'est une histoire tragique, certes – on peut se demander s'il existe une sorte de rédemption ?
    Un petit bémol sur la troisième partie de « Résurrection » : Tolstoï s'attache moins aux sentiments de Maslova alors que le lecteur attend de savoir ce qu'il va advenir avec Nekhlioudov.

    Je ne classe pas cet ouvrage parmi les grands chefs-d'oeuvre de Tolstoï car lorsqu'on a lu « Anna Karénine » ou « Guerre et Paix » je trouve que ces ouvrages restent imprégnés en nous et il est difficile de s'en défaire ou, du moins, de ne pas y penser.
    Mais je garde tout de même « Résurrection » à côté des autres ouvrages russes.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • très bon roman, j'aime pas trop le milieu carcéral.

    très bon roman, j'aime pas trop le milieu carcéral.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions