Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Rapatriement

Couverture du livre « Rapatriement » de Eve Guerra aux éditions Grasset Et Fasquelle
Résumé:

Annabella Morelli, vingt-trois ans, habite dans le Vieux Lyon, loin du Congo-Brazzaville où elle est née. Elle est étudiante, amou reuse et se rêve poétesse. Ses parents : un ouvrier franco-italien exilé en Afrique ; une villageoise congolaise, devenue mère trop jeune. De son enfance, Annabella... Voir plus

Annabella Morelli, vingt-trois ans, habite dans le Vieux Lyon, loin du Congo-Brazzaville où elle est née. Elle est étudiante, amou reuse et se rêve poétesse. Ses parents : un ouvrier franco-italien exilé en Afrique ; une villageoise congolaise, devenue mère trop jeune. De son enfance, Annabella se rappelle l'odeur du karité, les danses endiablées et les éclats de rire. Jusqu'au Noël de ses sept ans où la colère de son père explose et sa mère quitte le domicile familial : Annabella grandit vite, dans l'ombre de son père et de ses excès. Lorsqu'elle apprend la mort de ce dernier, resté en Afrique, son monde s'effondre pour la deuxième fois. Confrontée à la question du rapatriement du corps en France, Annabella enquête, se perd, fouille et démêle bien plus que ce qu'elle cherchait. Secrets de famille, mensonges, corruption. Jusqu'à la dernière page, nul ne sera épargné, pas même elle. Un premier roman haletant qui signe la naissance d'une écrivaine.

Donner votre avis

Articles (1)

Avis (7)

  • Alors qu’elle apprend le décès de son père, Annabella se voit dans l’obligation de faire un arrêt sur image de son parcours. Étudiante un peu pommée, accumulant les dettes depuis que les mandats paternels n’arrivent plus, la relation qu’elle vit avec Gabriel se dégrade : rien ne va plus et la...
    Voir plus

    Alors qu’elle apprend le décès de son père, Annabella se voit dans l’obligation de faire un arrêt sur image de son parcours. Étudiante un peu pommée, accumulant les dettes depuis que les mandats paternels n’arrivent plus, la relation qu’elle vit avec Gabriel se dégrade : rien ne va plus et la disparition soudaine du père ne fait qu’ajouter une pierre de plus à cet édifice bancal.

    Les souvenirs reviennent, et avec eux l’évocation de l’enfance en Afrique, du départ de sa mère et de la relation de son père avec une compagne plus jeune. L’histoire se double d’un mystère : les conditions de la mort du père ne sont pas claires, et sa vie semblait évoluer en eaux troubles.

    Les révélations soudaines mettent en lumière une autre image du père, suscitant des sentiments contradictoires, entre colère et nostalgie. Ce qui ne la tue pas la rendra t-elle plus forte ?

    L’écriture reflète l’état d’esprit et le chaos qui règne dans l’esprit de la jeune femme. Invoquant la poésie et la littérature comme remède au désarroi intérieur, le récit peut apparaitre confus, mais la cohérence est là, en résonance avec le tourment ressenti.

    Premier roman en partie autobiographique, avec un vrai travail sur la langue.

    216 pages Grasset 31 janvier 2024

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • "On n'oublie jamais la voix du père : c'est un bruit perpétuellement cousu au cœur. J'ai posé mes joues sur le sol pour refroidir ma tête gonflée de bruits, et il m'a semblé que tout mon corps se déchirait dans ma poitrine."

    La lumière du jardin, les livres jetés sur la table, l'arrondi d'un...
    Voir plus

    "On n'oublie jamais la voix du père : c'est un bruit perpétuellement cousu au cœur. J'ai posé mes joues sur le sol pour refroidir ma tête gonflée de bruits, et il m'a semblé que tout mon corps se déchirait dans ma poitrine."

    La lumière du jardin, les livres jetés sur la table, l'arrondi d'un crayon, de toute urgence, le pont émeraude, être absente du monde, un immeuble orange, une arrogance certaine, des murs gris décrépis, la saison sèche, les pièces de monnaie économisées, des serpents de terre, brasser du vent, un verre d'eau et du silence, un sac de nœuds, un départ discret le soir, rouge de boue, l'exploitation du manganèse, un toast au saumon, la folie qui éclate, une allée de gravier, la fascination pour une vie étrange, l'odeur du pain et du karité, une colère d'ivrogne, les cadeaux de Noël, des éclats de rires, un regard bleu vert, un petit carnet, une voix d'orage, le fauteuil de mamie, la main dans la poussière, une procédure nécessaire, un chemin d'ombres...

    Un très grand merci à Lecteurs.com, et aux Éditions Grasset (avec des collections pleines de richesses littéraires) pour ce premier roman primé, prenant, secret, vulnérable de Ève Guerra sur cette mort symbolique et réelle et sur ces conséquences.

    Être écrivain.
    Être libre.
    Ne rien devoir à personne.
    Préférer la fiction à la vie elle-même.
    Être parfois abandonnée par les mots.
    Être incapable de dire la vérité.
    Se sentir inconsolable pour toujours.

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Face à la mort d'un proche, chacun réagit de manière différente. Pour Annabella Morelli, apprendre le décès de son père qu'elle considérait déjà comme mort va être un véritable bouleversement et une remise en question pour cette jeune étudiante lyonnaise.

    Premier roman inspiré de sa propre...
    Voir plus

    Face à la mort d'un proche, chacun réagit de manière différente. Pour Annabella Morelli, apprendre le décès de son père qu'elle considérait déjà comme mort va être un véritable bouleversement et une remise en question pour cette jeune étudiante lyonnaise.

    Premier roman inspiré de sa propre vie, Eve Guerra nous offre un texte fort où la question du rapatriement de son père va réveiller en elle de nombreux souvenirs pour cette jeune fille née Congo Brazzaville.

    Concernant le style, j'ai eu beaucoup de mal à entrer dans ce roman où les idées s'entremêlent (littéralement parlant) ce qui m'a demandé une forte concentration. Pourtant, ce tourbillon d'idées donne au récit un caractère différent de ce qu'on a l'habitude de lire et m'a rappelé le côté fugace des idées que l'on peut avoir.

    Une fois habituée, j'ai trouvé que la plume de l'auteur était plaisante à lire et que celle-ci arrivait à bien nous faire ressentir les sentiments de son personnage principal qui doit faire face à la mort d'un père qu'elle n'avait pas vu depuis 2 ans.

    Je tiens à remercier Version Femina pour la découverte de ce premier roman qui a su se démarquer par son style et par sa forme de ce qu'on a l'habitude de lire...

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Une triste histoire de famille ,mais très prenant ,elle decouvre une autre facette de sa famille ,percutant, ses drames familiaux, immense ,je trouve pour un premier roman il est très attachant et
    , une bonne lecture à découvrir avec plaisir

    Une triste histoire de famille ,mais très prenant ,elle decouvre une autre facette de sa famille ,percutant, ses drames familiaux, immense ,je trouve pour un premier roman il est très attachant et
    , une bonne lecture à découvrir avec plaisir

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Un premier roman d’une femme de lettres.
    Annabella est étudiante à Lyon. Elle apprend la mort de son père, là-bas, en Afrique. Sa vie va s’en trouver bouleversée. Elle avait tué l’idée de son père, il y a deux ans. Elle va vivre un deuxième deuil pour ce père dont elle était si proche,...
    Voir plus

    Un premier roman d’une femme de lettres.
    Annabella est étudiante à Lyon. Elle apprend la mort de son père, là-bas, en Afrique. Sa vie va s’en trouver bouleversée. Elle avait tué l’idée de son père, il y a deux ans. Elle va vivre un deuxième deuil pour ce père dont elle était si proche, enfant.
    Elle va devoir rapatrier le corps de son père en France et va se heurter à des problèmes financiers, à des découvertes sur les circonstances troubles du décès de son père et va se confronter aux souvenirs douloureux de son enfance.
    C’est un roman très intime, où l’auteure livre avec une grande pudeur les rapports de son personnage avec ses parents, avec sa famille.
    Un texte qui sent très fort l’autobiographie et qui s’ancre dans la vie pour raconter notre société, le quotidien et les difficultés des étudiants éloignés de leurs proches.
    Entre l’Afrique, Lyon et la côte atlantique, j’ai parcouru avec Annabella des kilomètres en me disant que notre seule patrie c’est ceux qu’on aime.

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Vivre sa jeunesse en Afrique, bringuebalée d’un pays à l‘autre en fonction des coups d’états et des faillites d’entreprises et n’avoir pour seul repère que son père, excessif, alcoolique mais aimant, ce n’est pas l’idéal pour construire une personnalité équilibrée.

    Du Congo, au Gabon puis au...
    Voir plus

    Vivre sa jeunesse en Afrique, bringuebalée d’un pays à l‘autre en fonction des coups d’états et des faillites d’entreprises et n’avoir pour seul repère que son père, excessif, alcoolique mais aimant, ce n’est pas l’idéal pour construire une personnalité équilibrée.

    Du Congo, au Gabon puis au Cameroun, Anna a connu les riches heures des expatriés dans les pays africains où la main d’œuvre spécialisée s’arrachait à prix d’or.

    De la vie privilégiée des colons à la vie d’aventurier des techniciens itinérants, où il s’agissait parfois de fuir de nuit pour échapper à une guerre civile ou de quitter d’urgence un pays après la faillite d’une entreprise, elle n’a eu d’yeux que pour ce père qui l’a aimé passionnément et l’a laissée s’épanouir à sa guise.

    Un amour fusionnel qui s’est concentré après le départ de sa mère africaine et a fait d’elle une jeune fille aux rapports difficiles avec les autres. Une fois installée en France pour ses études de littérature, alors qu’elle pense s’être libérée de cette relation exclusive, Anna voit resurgir violemment ce passé avec la mort accidentelle de son père sur un chantier de Douala. Totalement effondrée, elle rejoint sa famille paternelle à Saint-Palais et, plongée dans ses souvenirs de vacances, elle tente de faire rapatrier le corps depuis le Sénégal.

    Eve Guerra porte un regard poétique et sensible sur cette vie de brousse où a évolué, en toute liberté, « la fille du Blanc » qui se sentait « Africain dans l’âme ». Avec cette histoire émouvante d’une jeune femme déchirée par un passé bohème et déstructuré, l’autrice nous plonge dans un vécu d’insouciance et d’excès, vibrant des voix omniprésentes des êtres aimés.

    Un premier roman écrit dans un style assez particulier, fait d’abord de sensations mais qui s’étoffe au fil de l’histoire, comme un reflet de la lente construction d’une maturité, perturbée par une jeunesse marginale.
    Je suis un peu restée sur ma faim de ne pas avoir partagé plus longtemps la vie africaine d’Anna, ses souvenirs en France et ses liens familiaux m’ayant peu captivée. Mais j’ai trouvé passionnant le décalage entre les différentes vies de ces expatriés et c’est ce qui me restera de cette lecture révélatrice.

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Ce roman original se lit d'une traite. J'ai été captée par le sujet et par le personnage (autobiographique ?) de cette jeune femme qui essaie de faire rapatrier le corps de son père décédé en Afrique, et qui évoque la douleur de sa perte tout en se remémorant sa relation complexe avec lui, faite...
    Voir plus

    Ce roman original se lit d'une traite. J'ai été captée par le sujet et par le personnage (autobiographique ?) de cette jeune femme qui essaie de faire rapatrier le corps de son père décédé en Afrique, et qui évoque la douleur de sa perte tout en se remémorant sa relation complexe avec lui, faite d'amour et de haine à la fois. C'est un un roman de la réparation, un chemin vers la vie où la littérature, comme un accompagnement bénéfique, joue un rôle important dans ce cheminement. J'ai juste été gênée au début par un procédé d'écriture bizarre imitant par moments la poésie (absence de ponctuation, retours à la ligne pas forcément justifiés, etc.), mais une fois accepté ce parti pris un peu systématique, on se laisse porter.

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Autres éditions (1)