Qui a tué l'homme-homard ?

Couverture du livre « Qui a tué l'homme-homard ? » de J. M. Erre aux éditions Buchet Chastel
Résumé:

Margoujols, petit village reculé de Lozère, abrite depuis 70 ans les rescapés d'un cirque itinérant qui proposait un freak show : femme à barbe, soeurs siamoises, homme-éléphant, nain, colosse...   L'histoire s'ouvre surla découverte du cadavre atrocement mutilé de Joseph Zimm, dit... Voir plus

Margoujols, petit village reculé de Lozère, abrite depuis 70 ans les rescapés d'un cirque itinérant qui proposait un freak show : femme à barbe, soeurs siamoises, homme-éléphant, nain, colosse...   L'histoire s'ouvre surla découverte du cadavre atrocement mutilé de Joseph Zimm, dit « l'homme-homard ». Qui a tué cet ancien membre du cirque des monstres, et pourquoi ? L'enquête menée par l'adjudant Pascalini et son stagiaire Babiloune va révéler des secrets enfouis depuis des lustres dans les hauteurs du Gévaudan.   Lucie, la fille du maire de Margoujols, une jeune femme paraplégique communiquant par l'intermédiaire d'un ordinateur, va épauler les gendarmes dans leur enquête. Elle est aussi la narratrice de cette histoire rocambolesque qu'elle raconte au jour le jour à la manière d'un polar pimenté d'une bonne dose d'humour noir, tout en livrant ses réflexions décalées sur des sujets aussi variés que la littérature policière, le handicap, les artichauts, les cimetières, les réseaux sociaux et, bien sûr, les monstres...

Donner votre avis

Articles (2)

Avis(11)

  • Tout d'abord, je remercie lecteurs.com et les éditions Buchet/Chastel pour l'envoi de ce roman !

    L'histoire se passe dans un petit village de Lozère, à l'écart de tout mais très connecté. En 1945 se sont installés les "monstres" d'un cirque : femme à barbe, homme caoutchouc, nain, géant... et...
    Voir plus

    Tout d'abord, je remercie lecteurs.com et les éditions Buchet/Chastel pour l'envoi de ce roman !

    L'histoire se passe dans un petit village de Lozère, à l'écart de tout mais très connecté. En 1945 se sont installés les "monstres" d'un cirque : femme à barbe, homme caoutchouc, nain, géant... et homme-hommard ! Celui-ci est assassiné sauvagement au début du roman, ce qui est le début d'une enquête mouvementée.

    Sous ses couverts de roman policier, c'est une histoire comme je n'en ai jamais vue. À la fois critique sociale (sur les fermetures de maternité, les chaînes d'information en continu, les séries américaines, les réseaux sociaux, la vision du handicap...) et petit bijou d'humour noir (moi qui y suis particulièrement sensible, qu'est-ce que j'ai ri !), il est aussi construit comme un thriller classique, avec l'angoisse qui monte un peu quand même malgré l'humour et une enquête qui patauge jusqu'au dernier moment. J'ai aimé la construction du roman : des parties pour les jours d'enquête et des chapitres avec les heures clés, ainsi que des apports extérieurs avec les extraits d'un blog pour le moins surprenant. Les personnages sont pour la plupart très attachants, bravo à l'auteur pour avoir réussi à faire ça dans un polar : Gaston, Nicolaï et Pietro, mais aussi l'adjudant Pascalini et le stagiaire Babiloune, et bien sûr l'inénarrable Julie, narratrice et enquêtrice en herbe dotée d'un cynisme à toute épreuve !

    Pour finir, je dirais que, même si on peut regretter un brin de "too much", c'est sans doute au final ce qui fait le charme de ce super roman dont je me souviendrai longtemps !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Les équipes de lecteurs.com organisaient un jeu-concours pour remporter un exemplaire de cet étrange roman policier. J’ai eu le plaisir d’être sélectionnée. Je remercie donc lecteurs.com et également les éditions Buchet Chastel.
    En lisant le résumé de ce roman, j’ai tout de suite eu envie de...
    Voir plus

    Les équipes de lecteurs.com organisaient un jeu-concours pour remporter un exemplaire de cet étrange roman policier. J’ai eu le plaisir d’être sélectionnée. Je remercie donc lecteurs.com et également les éditions Buchet Chastel.
    En lisant le résumé de ce roman, j’ai tout de suite eu envie de m’y jeter. Ça me semblait drôle, mordant … tiré par les cheveux. Et tout ça, dans un roman policier. Cocktail détonant et étonnant, non ? Les romans policiers, en règle générale, ne sont pas mon genre de romans de prédilection. Je les trouve souvent ennuyeux et sans surprise. C’est donc avec beaucoup d’espoir que je me suis lancé dans ce roman policier-épique. Et j’ai raison d’avoir ces espoirs car ce fût un moment absolument délicieux.
    En lisant ce roman, je me suis senti libre. Libre de rire de tout, comme autrefois ! Sans aucun tabou. Parce que rire de tout c’est permettre aux personnes cataloguées de « différentes » de se sentir, l’espace d’un instant, comme tout le monde. Le rire rassemble ! Avec un personnage tétraplégique et des villageois atteint de toutes sortes de difformités, au moins l’auteur prenait le parti de les traiter comme des gens « normaux ». Et ça marche !
    Il faut l’avouer, j’ai beaucoup ri. Et je me suis beaucoup amusée grâce à ces scènes plus que cocasses. Ce roman m’a rappelé « 11 serpents » de Philippe Saimbert. C’était, jusqu’à présent, le seul roman qui m’ai autant fait rire par son côté mordant. Et aujourd’hui, j’en ajoute un second sur cette petite liste : celui-ci, évidemment ! Je ne peux que le conseiller et même le recommander vivement !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J'ai découvert grâce à lecteurs.com un polar complètement déjanté. L'auteur a une plume pleine de fantaisie ! L'héroïne tétraplégique, s'exprimant via un ordinateur seconde un gendarme et son stagiaire dans une enquête rocambolesque. L'homme homard a été assassiné de manière sordide. La fille du...
    Voir plus

    J'ai découvert grâce à lecteurs.com un polar complètement déjanté. L'auteur a une plume pleine de fantaisie ! L'héroïne tétraplégique, s'exprimant via un ordinateur seconde un gendarme et son stagiaire dans une enquête rocambolesque. L'homme homard a été assassiné de manière sordide. La fille du maire, la narratrice du récit mène le lecteur avec beaucoup de verve et humour très noir. L'intrigue se déroule dans un petit village peuplé d'habitants truculents. Je me suis laissée prendre par les réparties de l'héroïne et l'intrigue somme toute classique se retrouve rehaussée par le talent de l'auteur! Un bon moment de lecture !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Je pourrais commencer ma chronique ainsi : "Peut-on rire de tout?" Vous avez quatre heures...

    Lorsque j'ai vu que lecteurs.com proposait de gagner le dernier JM Erre, j'ai foncé, tellement j'apprécie le style d'écriture de l'auteur. Alors merci merci merci à lecteurs.com pour l'envoi du...
    Voir plus

    Je pourrais commencer ma chronique ainsi : "Peut-on rire de tout?" Vous avez quatre heures...

    Lorsque j'ai vu que lecteurs.com proposait de gagner le dernier JM Erre, j'ai foncé, tellement j'apprécie le style d'écriture de l'auteur. Alors merci merci merci à lecteurs.com pour l'envoi du livre!!
    Pourquoi est-ce que j’aime lire du JM Erre ? Qu’est-ce que je recherche dans ses romans ? De l’humour aiguisé, piquant et mordant, à tendance caustique et parfois noir, des traits d’esprit, une utilisation très fine de la langue française, des jeux de mots subtils. J’en voulais, eh bien j’en ai eu pour mon grade (même un peu trop, d’ailleurs) !

    Comment qualifierais-je ce roman ? Je dirais que c’est une enquête policière satirique. Un meurtre, un gendarme voulant faire son travail dans les règles de l’art, des villageois pensant lui venir en aide en s’inspirant des séries policières, le tout sous le regard perçant et incisif de la jeune narratrice tétraplégique.

    Alors au début, j’ai été gênée voire mal à l’aise par le personnage principal, Julie, 23 ans, tétraplégique et décrite dans toute la splendeur de son handicap. J’ai été aussi interpellée par « les monstres », nom donné aux villageois ayant une difformité qui ne passe pas inaperçue. L’auteur a un style d’écriture tout à la fois fin, tordu, tranchant qui me fait énormément rire, sauf que je ne conçois pas de rire du handicap. Ceci explique le début de ma chronique.
    Et puis finalement, en avançant dans ma lecture, je me suis aperçue que mettre en scène des personnes ayant un handicap de cette manière permet une prise de conscience sur la façon dont chacun perçoit la normalité et le handicap. Je ne pense pas que l'auteur ait voulu porter atteinte à cette catégorie de personnes. Car dans le livre, il fait surtout de l’ironie sur la société par des remarques acerbes sur les clichés, les « normes » et les effets de mode actuels.

    Donc, j’ai aimé ce nouveau JM Erre, mais il ne détrône pas à mes yeux l’excellent « Mystère Sherlock »…

    comment Commentaires (3) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.