Rejoignez gratuitement le réseau des passionnés de lecture !  Je m'inscris

Qu'est-ce que le néolamarckisme ? les biologistes français devant la question de l'évolution des espèces

Couverture du livre « Qu'est-ce que le néolamarckisme ? les biologistes français devant la question de l'évolution des espèces » de Laurent Loison aux éditions Vuibert
  • Date de parution :
  • Editeur : Vuibert
  • EAN : 9782311002300
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Dès le dernier tiers du XIXe siècle, au moment où l'évolutionnisme s'imposa comme la seule possibilité scientifique capable d'éclairer l'origine des êtres vivants, une conception de l'évolution prévalut en France. Ce fut un échec scientifique.
En voici l'histoire.

La conception... Voir plus

Dès le dernier tiers du XIXe siècle, au moment où l'évolutionnisme s'imposa comme la seule possibilité scientifique capable d'éclairer l'origine des êtres vivants, une conception de l'évolution prévalut en France. Ce fut un échec scientifique.
En voici l'histoire.

La conception néolamarckienne de l'évolution des espèces était fondée sur deux idées simples que l'on pensait alors pouvoir soumettre à l'épreuve de l'expérimentation : d'une part, les êtres vivants - parce qu'ils sont plastiques - sont capables de variation ; de l'autre, l'hérédité est à même d'enregistrer tout ou partie de ces variations (hérédité des caractères acquis).
Mettant de côté le principe de sélection naturelle postulé par Darwin, les biologistes français s'emparèrent de la question des mécanismes évolutifs et, attirés par les réussites et les possibilités de la physiologie expérimentale développée par Claude Bernard, ils tentèrent de construire un évolutionnisme analogue qu'ils qualifièrent de " transformisme expérimental ".
Au fil d'une histoire qui s'étendit sur près de soixante-dix ans (1870-1940), l'auteur explore ici l'identité de cet évolutionnisme ainsi que les raisons de son échec. On découvrira par la même occasion tous les bénéfices que l'histoire épistémologique des sciences pourrait retirer de l'étude des idées fausses.
" Laurent Loison montre que le fondement du néolamarckisme était le même que celui du darwinisme : la parfaite adaptation des organismes à leur environnement. Mais là où les darwiniens en faisaient le résultat d'un tri des variations aléatoires par la sélection naturelle, les néolamarckiens français y voyaient le fruit de l'action directe du milieu sur les organismes. Par sa réussite, cette étude éclaire un certain nombre de questions plus générales. " Michel Morange (extrait de la préface)

Donner votre avis