Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Quelle n'est pas ma joie

Couverture du livre « Quelle n'est pas ma joie » de Jens Christian Grondahl aux éditions Gallimard
  • Date de parution :
  • Editeur : Gallimard
  • EAN : 9782072689499
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Ellinor a soixante-dix ans. Elle vient de perdre Georg, son mari, et elle a rapidement décidé de vendre leur maison dans la banlieue chic de Copenhague, au grand dam de ses beaux-fils Stefan et Morten, et de retourner vivre à Vesterbro, dans le quartier populaire de son enfance. Et Ellinor va se... Voir plus

Ellinor a soixante-dix ans. Elle vient de perdre Georg, son mari, et elle a rapidement décidé de vendre leur maison dans la banlieue chic de Copenhague, au grand dam de ses beaux-fils Stefan et Morten, et de retourner vivre à Vesterbro, dans le quartier populaire de son enfance. Et Ellinor va se raconter. Elle s'adresse alors à Anna, sa meilleure amie, morte il y a une quarantaine d'années. Anna qui était la première femme de Georg. Et la maîtresse de Henning, son mari à elle. Anna et Henning ont été emportés par une avalanche dans les Dolomites, pendant des vacances que les deux couples passaient ensemble, au cours des années 1970.Georg et Ellinor finiront par se marier, en gens tranquilles. « J'ai pris la place que tu as laissée. J'ai repris ta vie, Anna, comme en son temps j'avais repris ta robe de mariée. » Ellinor apprivoisera les garçons, s'occupera d'eux, de la maison, de Georg. Jusqu'à la mort de celui-ci.Au fil de son adresse à Anna, Ellinor raconte d'où elle vient. D'un quartier pauvre, où sa mère vivait seule. Seule parce que sa mère Sigrid était une « poule à boches » et parce qu'Ellinor était la fille d'un amour pendant la Guerre, entre sa mère et un officier allemand - qui n'est jamais revenu. Ellinor avait eu honte de sa mère médiocre, elle avait eu encore plus honte lorsque sa mère lui avait raconté la vérité.Le livre se termine sur la vision d'une photo de Georg et Anna en train de danser. Pour Ellinor, eux ont réussi à donner une image d'amour à leurs enfants. C'est cela qui compte. Elle, Ellinor, n'a pas pu le faire.Ce livre est une apostrophe, à la fois exercice de deuil, de mémoire et de réflexion. Un livre écrit à la deuxième personne du singulier, avec un « tu » qui donne une immédiateté nouvelle à la palette narrative de Jens Christian Grøndahl pourtant déjà si riche.

Donner votre avis

Articles (2)

Avis (3)

  • Ellinor a soixante-dix ans. Georg, son mari vient de décéder, et elle a décidé de vendre leur maison de banlieue chic pour revenir vivre à Copenhague dans le quartier de son enfance, plus coloré.

    Dans ce roman, Ellinor tient une longue conversation avec Anna, sa meilleure amie et première...
    Voir plus

    Ellinor a soixante-dix ans. Georg, son mari vient de décéder, et elle a décidé de vendre leur maison de banlieue chic pour revenir vivre à Copenhague dans le quartier de son enfance, plus coloré.

    Dans ce roman, Ellinor tient une longue conversation avec Anna, sa meilleure amie et première épouse de Georg, mais aussi maîtresse de Henning, le premier mari d'Ellinor !  

    Sauf qu'Anna et Henning sont morts depuis longtemps, emportés ensemble par une avalanche lors d'un séjour dans les Dolomites.

    Ellinor raconte sa vie depuis ce tragique événement où elle a non seulement perdu son mari mais aussi appris qu'il la trompait avec son amie ! 

    Ellinor raconte sa propre vie, mais aussi celle de sa mère, qui l'a élevée seule, rejetée par ses parents après avoir 'fauté' avec l'occupant allemand ...

    Un roman sur le deuil, sur la mémoire, sur les choix de vie, choisis ou imposés, sur la rancœur, sur les surprises 

    Un roman sur la vie écrit avec la pudeur et la concision habituelle de Jens Christian Grøndahl, dont je regrette à chaque fois la production confidentielle.

    Un beau et tendre roman

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Ce long monologue suite au deuil ne m'a pas emportée comme je l'aurais désiré, cela me fait penser un peu à La lettre à Helga, roman que j'avais vraiment apprécié.

    Ce long monologue suite au deuil ne m'a pas emportée comme je l'aurais désiré, cela me fait penser un peu à La lettre à Helga, roman que j'avais vraiment apprécié.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J'ai trouvé ce roman très original et bien écrit.

    J'ai trouvé ce roman très original et bien écrit.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.