Prendre Gloria

Couverture du livre « Prendre Gloria » de Marie Neuser aux éditions Fleuve Noir
Résumé:

« Vous regardez entrer une amie dans une église un dimanche à 11 h 30. » Dans la commune italienne de P., on sauve les apparences. Et surtout le dimanche. Le 12 septembre 1993 a dérogé à la règle.
Ce jour-là, Gloria Prats quitte son amie Elena pour honorer un rendez-vous. Elle franchit le... Voir plus

« Vous regardez entrer une amie dans une église un dimanche à 11 h 30. » Dans la commune italienne de P., on sauve les apparences. Et surtout le dimanche. Le 12 septembre 1993 a dérogé à la règle.
Ce jour-là, Gloria Prats quitte son amie Elena pour honorer un rendez-vous. Elle franchit le perron de l'église de la Miséricorde. Un rendez-vous furtif, pas plus de quelques minutes.
Le 12 septembre 1993, les minutes deviennent des heures. Gloria ne ressort pas.
Une fugue, à coup sûr. Ou un coup de ce petit Albanais trop discret pour être honnête. Tout, mais pas le principal suspect, protagoniste numéro 2 du rendez-vous : Damiano Solivo.

Comment on construit un monstre, comment le pouvoir oblitère la vérité dans une ville de province pétrie de règles ancestrales. Prendre Gloria est un roman noir et une puissante critique sociale, genèse du diptyque tiré d'un fait divers qui tourmenta l'Italie et l'Angleterre de 1993 à 2011.

Donner votre avis

Articles (3)

Avis (9)

  • J’avais tellement été emballée par le premier volet du diptyque (« Prendre Lily ») que je n’ai pas mis longtemps à dévorer le second opus, qui boucle la boucle, « Prendre Gloria ». Et quand je dis « dévorer », c’est « dévorer » puisque les 400 pages ont été englouties en 5 jours à peine ! Dans...
    Voir plus

    J’avais tellement été emballée par le premier volet du diptyque (« Prendre Lily ») que je n’ai pas mis longtemps à dévorer le second opus, qui boucle la boucle, « Prendre Gloria ». Et quand je dis « dévorer », c’est « dévorer » puisque les 400 pages ont été englouties en 5 jours à peine ! Dans « Prendre Lily », on suivait la traque obsessionnelle et sur près de 10 ans du tueur psychopathe Damiano Solivo, l’action se déroulait dans les années 2000 en Grande-Bretagne. Je rappelle qu’il s’agit d’un vrai fait divers ayant secoué l’Angleterre et l’Italie de 1993 à 2012. La chronologie était linéaire pour bien ancrer dans l’esprit du lecteur le temps long, le temps interminable de la traque du tueur, véritable anguille qui passait tout le temps entre les mailles du filet. « Prendre Gloria » est une suite différente. D’abord, l’action se déroule sur les 20 années de l’affaire italienne, et tout est raconté de façon totalement éclatée ! La chronologie est dans un désordre complet, le narrateur change à chaque chapitre, bref, la forme et presque à l’opposé du premier livre. Mais, et c’est un petit miracle, tout est limpide, clair comme de l’eau de roche et captivant, quand bien même on sait d’emblée sui à tué qui et comment. Gloria Pratts à 17ans quand elle se rend à un rendez-vous dans l’Eglise de sa petite ville, un dimanche entre deux messes, elle ne ressortira jamais du bâtiment et son corps demeurera 20 ans introuvable. Gloria est une fille de prolétaire, et le principal suspect est un fils de bonne famille, aisée, et chrétienne, dont le père à beaucoup de relations maçonniques et aussi un peu mafieuses. Alors le coupable ne peut pas être Damiano Solivo, il ne FAUT pas que ce soit Damiano Solivo, et tout sera mis en œuvre pour le faire passer entre les mailles du filet. Les témoins mentent, ceux qui veulent parler ont des accidents, la juge d’instruction mène une enquête à décharge, elle sème des fausses pistes, refuse des preuves accablantes, laisse pourrir les vraies pistes et se jettent sur un suspect plus « acceptable », parce qu’il est albanais. Lentement se dessine devant le lecteur ébahi un immense puzzle qui en dit long sur la société italienne, sur la corruption, les compromissions, l’influence de la mafia, le poids écrasant des traditions ancestrales, de l’Eglise aussi. Franchement, en plus d’être parfaitement construit, très bien écrit, c’est passionnant et édifiant. Le livre est basé sur un vrai divers et Marie Neuser connait bien l’Italie, la fresque qu’elle dresse est celle d’un fiasco judiciaire parfaitement orchestré, et qui se termine par un chapitre écrasant, dans lequel le principal artisan de ce déni de justice, le père Solivo, livre sans aucun remord les raisons de ses méfaits. Les derniers paragraphes sonnent comme un coup de poing en pleine face. Ce diptyque est incontournable, passionnant et, j’ose le dire, inoubliable, Marie Neuser vient d’entrer dans le club très fermé de mes auteurs préférés, de ceux qui je suis à la trace ! Il faut lire les deux volumes dans l’ordre proposé, ne pas céder à la tentation de lire « Gloria » avant « Lily », l’intérêt est aussi dans l’opposition entre les deux enquêtes, celle de Grande-Bretagne d’abord, rigoureuse et obsessionnelle mais longtemps stérile, et celle d’Italie, pourrie de l’intérieur et qui mettra presque 20 ans à trouver une conclusion, une conclusion pleine d’amertume.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Me voici de retour avec PRENDRE GLORIA, le second volet du diptyque PRENDRE FEMME écrit par Marie NEUSER.

    Dans le premier, PRENDRE LILY (cf ma chronique du 4 décembre 2016), nous avions fait la connaissance de Damiano SOLIVO. En enquêtant sur lui en 2002 dans le cadre de la recherche du...
    Voir plus

    Me voici de retour avec PRENDRE GLORIA, le second volet du diptyque PRENDRE FEMME écrit par Marie NEUSER.

    Dans le premier, PRENDRE LILY (cf ma chronique du 4 décembre 2016), nous avions fait la connaissance de Damiano SOLIVO. En enquêtant sur lui en 2002 dans le cadre de la recherche du meurtrier de Lily, les enquêteurs avaient découvert qu'en 1993, SOLIVO avait déjà été soupçonné dans la disparition d'une adolescente, Gloria PRATS, sans que rien ne puisse être prouvé contre lui. PRENDRE GLORIA, sorti en second, revient sur cet épisode et évoque donc la genèse du fait divers qui a hanté l'ITALIE puis l'ANGLETERRE de 1993 à 2011 et qui a inspiré son dyptique à Marie NEUSER.

    12 septembre 1993, un dimanche, Gloria PRATS entre dans l'église de la Miséricorde de la petite ville de P. en ITALIE. Elle n'en ressortira jamais. Gloria a tout simplement disparu. Il faudra attendre 2010 et le meurtre d'une certaine Lily, loin en ANGLETERRE, pour enfin apprendre ce qu'il est arrivé à Gloria.

    Nécessairement puisqu'on en apprend déjà beaucoup dans PRENDRE LILY, il y a beaucoup moins de suspense dans PRENDRE GLORIA. L'idée ici n'est pas tant de savoir ce qui s'est passé mais comment cela a pu se passer, remonter l'histoire à l'envers et comprendre comment, pourquoi et à cause de qui un prédateur tel que le Damiano SOLIVO de PRENDRE LILY a pu naître et grandir en toute impunité. Qui l'a protégé et pourquoi, alors que tous les éléments menaient dès le début à lui?

    PRENDRE GLORIA assemble toutes les pièces du puzzle avec un réalisme et un manichéisme d'autant plus glaçant qu'il s'agit d'une histoire vraie : les puissants - les hommes d'affaires, les hommes d'église, les hommes de loi - manoeuvrent tandis que les faibles, la famille de Gloria, se battent avec la seule force de leur amour, de leur conviction et de leur besoin de justice, pendant que sur l'autel de ce combat sont sacrifiés non seulement la vie mais également l'honneur et la dignité d'une jeune fille à qui on refuse même une mort décente.

    Peu à peu, on comprend comment Damiano SOLIVO s'en est à chaque fois sorti. Comment il a été facile de dévier les pistes qui menaient à lui sur l'hypothèse de la jeune fugueuse délurée ou celle du petit ami, immigré albanais, étranger forcément suspect dans une petite communauté italienne si refermée sur elle-même. Comment on a fait taire ceux qui pouvaient trop en dire et parler ceux qui n'avaient rien à dire. Comment, en mettant SOLIVO systématiquement à l'abri de toutes les menaces, on a laissé grandir en lui un sentiment de toute puissance et la possibilité de développer ses déviances, et ainsi passer d'un simple fétichisme au meurtre, alors que des mesures auraient pu être prises si l'on n'avait pas, à chaque fois, ignorer et étouffer les signaux d'alerte apparus dès l'enfance.

    L'alternance constante entre l'époque de la disparition de Gloria et celle d'aujourd'hui, les témoignages successifs de tous les protagonistes de l'affaire, qui expliquent a posteriori leur positionnement de l'époque, donnent du rythme au récit.

    Le récit de cet épouvantable déni de Justice a provoqué chez moi un sentiment de colère et d'impuissance face au cynisme de ceux qui en sont responsables.

    Je terminerai en vous disant que selon moi, il est essentiel de respecter l'ordre choisi par l'auteur et de ne lire PRENDRE GLORIA qu'après PRENDRE LILY.

    Avec ce diptyque, Marie NEUSER propose deux livres très différents mais tous les deux intéressants à leur manière. PRENDRE LILY est une enquête, PRENDRE GLORIA est une analyse. Les deux sont instructifs et captivants.

    http://cousineslectures.canalblog.com/archives/2017/01/22/34826233.html

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Italie, 2010, un corps est retrouvé. Aucun doute, c’est celui de Gloria, disparue en 1993. Nous voyageons durant tout le roman entre diverses époques. Celle de la disparition, celle de la découverte de Gloria, mais aussi dans des époques intermédiaires qui ont façonné d’une façon ou d’une autre...
    Voir plus

    Italie, 2010, un corps est retrouvé. Aucun doute, c’est celui de Gloria, disparue en 1993. Nous voyageons durant tout le roman entre diverses époques. Celle de la disparition, celle de la découverte de Gloria, mais aussi dans des époques intermédiaires qui ont façonné d’une façon ou d’une autre l’enquête. L’enquête: maître mot de ce roman, de l’histoire, nous y plongeons tête baissée, confrontés tantôt aux témoignages, tantôt aux silences de cette Italie catholique et à la justice corrompue. A travers un voyage dans le temps et l'espace nous allons vivre une expérience littéraire surprenante et déroutante.

    Si vous êtes amateur de suspense, celui qui prend, qui obsède jusqu’à la dernière ligne, jusqu’au dénouement vous risquez d’être déçu. Déçu car très vite nous connaissons le coupable, un peu comme dans Columbo. La réussite de l'histoire n'est pas basée sur le suspense, la découverte par le lecteur du coupable. Le coupable on nous le donne. Mais on nous le donne avec ses démons, sa tourmente. On nous livre le coupable pour mieux nous servir l'enquête, c'est elle qui a le rôle principal. Mais nous sommes tout de même possédés par cette histoire, impossible de poser le livre, il est avec nous, nous poursuit, nous hante… Nous sommes l’enquête, nous sommes la victime, sa famille… Nous sommes les policiers, la magistrate, les suspects, le coupable… Nous sommes Gloria, elle nous a prise… Laissez-vous prendre lecteur, vous n’en sortirez pas indemne…

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un livre qu'on a du mal lâcher ... Après avoir pris Lily que j'avais beaucoup aimé prendre Gloria est top niveau . Découvrir toute l'enquête de cette disparition de cette jeune Gloria ! de pages en pages l'auteur nous explique clairement comment une enquête peut changer de direction quand on a...
    Voir plus

    Un livre qu'on a du mal lâcher ... Après avoir pris Lily que j'avais beaucoup aimé prendre Gloria est top niveau . Découvrir toute l'enquête de cette disparition de cette jeune Gloria ! de pages en pages l'auteur nous explique clairement comment une enquête peut changer de direction quand on a de l'argent. Acheter des faux témoignages, la magistrate et tout faire pour que le coupable soit lavé de toute accusation. Une enquête qui dure 17 ans pour que la famille de la petite Gloria soit en paix.
    Quel plaisir de lire ce genre de livre sans ce lassé.
    Chapeau Marie Neuser et je lui souhaite beaucoup de succès pour cette suite.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Tout d’abord, je tiens à remercier Lecteurs.com de m’avoir choisie pour être la lectrice du mois de Mars et de m’avoir fait découvrir une écrivaine que je ne connaissais pas, Marie Neuser, qui vit à Marseille comme moi. C’est une très bonne idée et une agréable surprise. J’ai donc pu lire...
    Voir plus

    Tout d’abord, je tiens à remercier Lecteurs.com de m’avoir choisie pour être la lectrice du mois de Mars et de m’avoir fait découvrir une écrivaine que je ne connaissais pas, Marie Neuser, qui vit à Marseille comme moi. C’est une très bonne idée et une agréable surprise. J’ai donc pu lire PRENDRE GLORIA, thriller lent et entêtant, pour arrêter un psychopathe.

    L’histoire se déroule dans une commune italienne nommée P. où l’on tente de sauver les apparences. Une jeune fille sans histoire, Gloria, disparaît et la police pense d’abord à une fugue. Mais page après page, PRENDRE GLORIA, tiré d’un fait divers réel qui tourmenta l’Italie et l’Angleterre de 1993 à 2011, nous entraîne dans une enquête où l’on devine très rapidement le nom de l’assassin, le principal suspect, Damiano Solivo, collectionneur de mèches de cheveux.

    PRENDRE GLORIA est un roman noir et nous démontre comment se construit un monstre. Ce livre est, en fait, le deuxième d’un diptyque, le premier étant PRENDRE LILY, mais chacun peut être lu séparément. PRENDRE GLORIA est même jugé par la critique comme plus puissant que PRENDRE LILY. L’auteure est classée comme « tout bonnement stupéfiante ». Ceci est vérifié au fil de la lecture et nous sommes saisis par l’horreur. Marie Neuser nous entraîne entre présent et passé et donne la parole à chaque protagoniste. Le style est impeccable et implacable.

    Entre enquête et témoignages d’un fait divers, Marie Neuser nous raconte de façon magistrale une histoire tellement folle que l’on a du mal à imaginer que les faits sont authentiques. L’auteure a choisi de faire parler ses personnages ou de décrire des scènes, en passant d’une période à l’autre d’une très longue enquête, sans jamais lasser le lecteur. Et ça marche ! Il y a tout simplement génie dans cette structuration.
    Ce roman est absolument fascinant, déroutant et hypnotisant, même si le lecteur connaît l’assassin.

    Le village est coupé en deux : partisans contre partisans. Fugue contre enlèvement. Les relations sont tendues. Il faut dire que la police et la justice n’aident pas à apaiser les esprits en prenant clairement le parti de la fugue, contre la famille.

    Mais en 2010, la vérité éclate et tout est remis en question. C’est peut-être ici que, au fond, le roman débute réellement. Pourquoi ce corps est-il retrouvé dix-sept ans après, exactement là où la victime a disparu ? Par ailleurs, certains témoignages paraissent à charge : des jeunes filles déclarent « avoir été touchées et à diverses reprises par Damiano Solivo ». Il est également apparu que, dans son passé, il s’était rendu coupable d’actes de violences avec un canif envers des camarades de jeux.

    Enfin, les recherches aboutissent et le coupable est confondu.

    Ce qui ressort de ce roman, c’est la performance de l’écriture, les descriptions précises et jamais ennuyeuses, et le travail méticuleux pour bien expliquer les détails d’une enquête qui, ayant mal tourné, est remise sur les rails.

    Marie Neuser nous fait découvrir ici le fonctionnement d’une justice italienne bien différente de la nôtre. Le lecteur est également révolté de voir la mainmise des instances religieuses qui veulent régir la société.

    Pour moi, c’est un grand coup de cœur pour ce roman et je vais m’empresser de lire PRENDRE LILY car avec un tel brio de la part de cette écrivaine, je ne doute pas que je serai aussi captivée que pour PRENDRE GLORIA.

    Encore une fois, un grand merci à Lecteurs.com de m’avoir fait découvrir, cette auteure, ce livre et de m’avoir donné l’occasion de le chroniquer. Cette expérience a été très captivante et je ne demande qu’à la renouveler. C’est très enrichissant d’avoir à faire un commentaire d’un livre pour les autres lecteurs.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Toute l'originalité de ce roman vient de sa construction : ces allers-retours entre le jour de la disparition de Gloria et celui où le corps est retrouvé, en passant l'évolution de l'enquête entre ces 2 dates et la description des personnages qui ont entouré la jeune fille.

    Tous ces...
    Voir plus

    Toute l'originalité de ce roman vient de sa construction : ces allers-retours entre le jour de la disparition de Gloria et celui où le corps est retrouvé, en passant l'évolution de l'enquête entre ces 2 dates et la description des personnages qui ont entouré la jeune fille.

    Tous ces personnages qui sont particulièrement bien travaillés ; enfermés dans leur croyance, leur éducation , corrompus pour certains, obsédé pour d'autres. Ceux qui parlent, ceux qui se taisent, ceux qui n'osent plus dire.

    Pas de grand suspens mais un plongeon dans l'enquête même quand faire émerger la vérité est loin d'être simple.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Prendre Gloria est un thriller intéressant. Il se fonde sur des faits divers réels qui ont secoué l’Italie et l’Angleterre dans les années 1990,2000. La construction est originale. On suit les différents protagonistes de l’histoire : les témoins, accusés, policiers, magistrats, amis des victimes...
    Voir plus

    Prendre Gloria est un thriller intéressant. Il se fonde sur des faits divers réels qui ont secoué l’Italie et l’Angleterre dans les années 1990,2000. La construction est originale. On suit les différents protagonistes de l’histoire : les témoins, accusés, policiers, magistrats, amis des victimes et ceux qui ont été touché de près ou de loin par l’affaire de disparition de la jeune Gloria Prats.

    Cette jeune femme s’est mystérieusement volatilisée après un rendez vous dans l’église de la Miséricorde avec un jeune homme Damiano Solivo.

    Cette enquête, pleine d’embûches montre la face sombre de l’Italie, la toute puissance de la mafia, l’Eglise et ses zones d’ombre. L’importance de la famille dans ce petit village, l’analyse sociologique est vraiment intéressante, tout comme celle de la justice et ses dérives.

    La description des personnages est minutieuse des caractères, du physique, comme au cinéma on a l’impression d’assister aux scènes. Les allers retours sont incessants entre le moment de la disparition et les différentes révélations au cours des années d’enquête. Cette narration fragmentée ne nuit pas au récit, au contraire, il rend le roman addictif. Le lecteur est pris comme dans une toile d’araignée.

    Le rythme, parfois lent permet d’être au plus près de l’enquête. J’ai apprécie la famille Prats, le personnage d’Aldo, Giuseppena. Gloria fantôme de la ville qui cherche le repos. Sa meilleure amie, Elena brisée par le système, les 2 flics tenaces comme la journaliste qui luttent pour faire la lumière sur cette affaire. L’importance de la vérité contre la corruption, la violence au cœur de la société italienne sont des thèmes centraux du récit. Les pulsions du meurtrier et ses dérives psychologiques et physiques sont bien décrites et dressent un portrait monstrueux du psychopathe. La bassesse humaine, avec les faux témoignages, les petits arrangements entre amis sont révoltants.

    C’est un roman psychologique et d’enquête fouillé, bien structuré, avec les multitudes de voix des personnages et des témoins de l’époque. Le lecteur est au cœur de cette affaire touffue.

    Un roman à découvrir d’urgence, avec une construction originale et un régal à lire. Donc découvrez Prendre Gloria et comme l’enquêteur soyez au cœur de cette vaste toile d’araignée pour comprendre la disparition de la jeune fille.
    http://eirenamg.canalblog.com/archives/2016/01/14/33213232.html

    comment Commentaires (2) flag Signalez un abus
  • http://alombredunoyer.com/2016/01/13/prendre-gloria-marie-neuser/

    Après Prendre Lily l'an passé, Marie Neuser publie Prendre Gloria, deuxième tome de la série Prendre Femme. N'ayant pas lu le premier opus, ce fut une découverte totale pour moi. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que...
    Voir plus

    http://alombredunoyer.com/2016/01/13/prendre-gloria-marie-neuser/

    Après Prendre Lily l'an passé, Marie Neuser publie Prendre Gloria, deuxième tome de la série Prendre Femme. N'ayant pas lu le premier opus, ce fut une découverte totale pour moi. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que c'est une lecture différente mais très marquante car captivante!

    "Et Gloria Prats dans tout ça ? Gloria ? On l’a cherchée partout, on ne l’a pas trouvée. Il n’y a pas de corps. Gloria n’a plus de corps. Elle est sûrement quelque part, on est toujours quelque part"

    Ce qui étonne d'emblée dans cet ouvrage, c'est sa structuration. Tout est sciemment et savamment mélangé. On saute d'une époque à l'autre (1993 l'année de la disparition jusqu'en 2010, en passant par 1998,1999,2002,2004,...), d'un témoignage à l'autre, d'une diatribe de la justice italienne à celle de l'église catholique (pédophilie)... en passant par les clichés sur l'Italie... Marie Neuser distille les informations petit à petit, de manière fragmentée, tel un puzzle pour garder l'attention du lecteur et surtout une cohésion dans son récit. C'est assez déconcertant dans un premier temps, il faut vraiment s'habituer. On est loin du thriller classique!

    "[...] parce que vous savez, en Italie, on a peut-être les plus grands artistes, mais certainement pas les plus grands flics."

    "Se taire c’est une des choses qu’on sait faire le mieux dans ce pays. Alors motus et bouche cousue, j’ai reposé la clé et je suis rentré à la maison avec mes putains de tuiles. Dans les mois qui ont suivi j’ai refait le toit de mon garage."

    "Le corps des femmes c’est le démon. Le corps des hommes c’est l’incarnation de la volonté de Dieu. Il avait demandé : alors quand vous faites les plaisirs avec mon corps c’est la volonté de Dieu ? Il lui avait répondu : ça rend content le petit Jésus. Quand Don Pepe et lui rendaient content le petit Jesus[…]"

    De même, on connait immédiatement le coupable. Ce qui suit ne sera donc pas une vraie enquête mais plutôt la réponse à la question suivante: Damiano SOLIVO va t il être reconnu coupable et condamné? Ou passera-t-il entre les mailles ? Sera-t-il protégé par les relations de son père? Pas évident comme thématique, mais succès sans contestation de l'auteur. Une fois habituée, il est réellement impossible de lâcher l'affaire. Plus ça va, plus l'intérêt croit, plus les pages tournent vite et plus le rythme devient haletant. Surtout que l'auteur mélange dans le dernier tiers du livre l'affaire anglaise relatée dans Prendre Lily.

    Il faut savoir que c'est tiré d'un fait divers réel. Dans ce drame, pots de vin et autres appuis sibyllins, abus de pouvoir, amitiés nauséabondes, disparitions inexpliquées, assassinats, dissimulations, mensonges, silences, puissance protectrice "mafieuse", obstination d'un policier ou à la fin d'une juge ont une place non négligeable. De rebondissements en rebondissements, émouvante ou énervante, la narration fait souvent froid dans le dos.

    Les chapitres courts, les dialogues fréquents contribuent grandement à l'importante rythmicité. Petit et léger bémol sur le style pas toujours très recherché et surtout l'écriture qui n'est pas toujours travaillé (certaines tournures de phrases ou l'utilisation de certains mots m'ont marqué négativement). Cela dénote un peu c'est dommage, mais cela reste très bon dans l'ensemble rassurez-vous. Je regrette également le laisser-aller que s'autorise l'auteur quand elle évoque les albanais...Un peu trop facile à mon goût.

    "Personne n’ignore que pendant que de braves gens bien de chez nous œuvrent à diffuser la dignité, l’honnêteté du travail et des valeurs de leur patrie, nombre de métèques viennent profiter des largesses de l’Etat et molester nos femmes et nos filles. Et si un beau jour on retrouve la petite sur un trottoir de Tirana, vous ne pourrez pas me dire que je ne vous avais pas prévenus."

    Quoiqu'il en soit, le lecteur ne peut rester indifférent que cela soit à la souffrance de la mère de Gloria:

    "Mais quelle honte… quelle honte… Dire une chose pareille sur ma fille, monsieur, quel manque de respect envers ma fille, envers la mère que je suis monsieur, dire que ma fille pourrait s’être enfuie avec un homme mais vous devriez avoir honte monsieur, ma fille est honnête, elle est innocente, et nous sommes une famille honnête nous monsieur, une famille comme il faut. Et je vous les dis moi les choses monsieur, sauf le respect que je vous dois, mais s’il est en train d’arriver malheur à ma fille pendant que nous sommes là à écouter vos cochonneries c’est avec le Bon Dieu que vous aurez à régler des comptes. Monsieur. Franco Spada resta pantois."

    Que ce soit face à l'arrogance du père de Damiano:

    "Damiano n’est pas un détraqué. Damiano a sa façon à lui, inventive et personnelle, de s’emparer des femmes. Avec lui, j’ai ri de cet épisode. Il était bouleversé par la torgnole que lui avait administrée le fiancé : il m’a fallu lui rappeler que rien de grave ne s’était passé, que je comprenais son désir de s’insérer, même par des moyens détournés, dans le corps féminin, mais qu’il fallait à présent qu’il trouve des expédients un peu moins éclatants. J’avais un con, il fallait bien faire avec."

    Ou face à "la maladie" dont souffre Damiano:

    "A présent il était enfermé dans la forteresse de sa chambre et il s’était laissé tomber sur son lit, ‘écume aux lèvres. Son trésor était devant ses yeux. Il y avait de l’or là-dedans, tellement d’or. Le parfum d’agrumes était enivrant. Il la lissa au creux de ses doigts, la caressa longuement, mon Dieu c’était de la soie, du duvet, une aile d’oiseau."

    Si certains personnages nous font horreur, on s'attache rapidement à d'autres. Je vous laisse découvrir tout cela...

    Faut-il lire les deux livres dans l'ordre ? Il ne me semble pas avoir été lésé en commençant par Prendre Gloria. Cependant j'ai surement appris des détails importants sur l'affaire anglaise.

    Malgré quelques doutes et difficultés dans les premiers chapitres, je ressors conquis de ma lecture de Prendre Gloria. Rythmé, au scénario atypique, on passe par toutes les émotions. Cet opus aura su me captiver jusqu'à la fin et est une vraie réussite. Je lirai assurément le premier tome que je me suis procuré également en numérique. Et je vous les conseille également.

    4/5

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions