Prémices de la chute

Couverture du livre « Prémices de la chute » de Frederic Paulin aux éditions Agullo
  • Date de parution :
  • Editeur : Agullo
  • EAN : 9791095718567
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

Janvier 1996. Dans la banlieue de Roubaix, à Croix, deux malfrats tirent à l'arme automatique sur des policiers lors d'un banal contrôle routier. Riva Hocq, lieutenant au SRPJ de Lille, est sur les dents. Qui sont ces types, responsables de plusieurs braquages, qui n'hésitent pas à arroser les... Voir plus

Janvier 1996. Dans la banlieue de Roubaix, à Croix, deux malfrats tirent à l'arme automatique sur des policiers lors d'un banal contrôle routier. Riva Hocq, lieutenant au SRPJ de Lille, est sur les dents. Qui sont ces types, responsables de plusieurs braquages, qui n'hésitent pas à arroser les flics à la kalachnikov ? Quand un journaliste local, Réïf Arno, rebaptise le gang de Roubaix « les ch'tis d'Allah », affirmant qu'ils ont fait leurs armes en ex-yougoslavie dans la fameuse Brigade Moudjahidine, la DST entre en jeu. Et c'est Laureline Fell qu'on retrouve aux manettes. Depuis la mort de Kelkal, elle continue tant bien que mal de démêler l'écheveau des réseaux islamistes en France ; ces ch'tis qui se réclament du djihad, ça l'intéresse. Sa hiérarchie, beaucoup moins, mais Fell a un atout secret : Tedj Benlazar est en poste à Sarajevo, d'où il lui fait parvenir des informations troublantes (et confidentielles) sur certains membres de la Brigade et leurs liens avec Al-Qaïda. Cette organisation et son chef, Ben Laden, ne sont encore que de vagues échos sur les radars des services secrets occidentaux, mais Benlazar a l'intuition que le chaos viendra de là-bas, des montagnes d'Afghanistan. Et si personne ne veut le croire, il est prêt à franchir quelques lignes rouges pour dessiller les yeux de ses chefs, quitte à manipuler un certain journaliste...
De la Bosnie aux grottes de Tora Bora, de Paris à Tibhirine, de Roubaix à New-York, la violence des fous de dieu contamine les coeurs et empoisonne les esprits de ceux qui la propagent... comme de ceux qui la combattent.
Avec ce deuxième tome, Frédéric Paulin poursuit son exploration des souterrains de la terreur, celle qui ébranlera, à l'aube du nouveau siècle, les grands vainqueurs du précédent.

Donner votre avis

Articles (2)

Avis(5)

  • Le récit commence où «La guerre est une ruse» s'est arrêté, en 1996 après la mort de Khaled Kelkal qui a importé le terrorisme en France depuis l'Algérie, où le GIA a fait régner une décennie de violence bien aidé par les militaires au pouvoir.

    On retrouve le personnage de Tedj Benlazar...
    Voir plus

    Le récit commence où «La guerre est une ruse» s'est arrêté, en 1996 après la mort de Khaled Kelkal qui a importé le terrorisme en France depuis l'Algérie, où le GIA a fait régner une décennie de violence bien aidé par les militaires au pouvoir.

    On retrouve le personnage de Tedj Benlazar l'agent de la DGSE qui avait essayé d'alerter les autorités françaises sur le risque potentiel, et Laureline Fell de la DST, présente également dans le premier roman de cette trilogie.
    Tedj est en poste à Sarajevo alors qu'à Roubaix des braquages sanglants se déroulent avec usage d'armes de guerre que la police n'a pas l'habitude d'affronter.
    Réif Arnotovic, petit journaliste qui suit ces affaires, obtient des informations qui relient les assaillants à la guerre en Bosnie et au jihad islamique, l'intuition toujours aiguisée de Benlazar n'y étant pas totalement étrangère.

    C'est le début pour les deux hommes d'un parcours qui va les emmener, parfois ensemble mais le plus souvent séparément, de Sarajevo à New-York en passant par l'Algérie et Tibhirine, le Pakistan, Kaboul et les régions tribales Afghanes.

    Le récit, d'une grande densité, couvre tous les événements jusqu'au 11 septembre 2001, avec la discrète montée en puissance d'Al-Qaïda et de Ben Laden, et l'organisation de groupes terroristes par certains personnages dont les noms sont malheureusement connus aujourd'hui. Ces derniers oeuvraient alors dans l'ombre, ignorés des services secrets de pays qui se refusaient à envisager le scénario-catastrophe, à l'image d'un FBI et d'une CIA n'arrivant pas à mettre de côté les querelles d'ego pour analyser sereinement les informations en leur possession concernant l'arrivée sur le territoire américain d'éléments dangereux.

    Aussi impressionnant, addictif et instructif que le précédent opus, ce deuxième tome de la trilogie annoncée par Frédéric Paulin est un régal en attendant un troisième volume qui, je l'espère, ne devrait pas tarder.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Retour de Tedj Benlazar et de Frédéric Paulin son créateur, après l'excellent La guerre est une ruse qui se déroulait en Algérie au début des années 90, juste après les élections qui avaient fait gagné les islamistes. Frédéric Paulin continue de tirer le fil de l'importation du terrorisme en...
    Voir plus

    Retour de Tedj Benlazar et de Frédéric Paulin son créateur, après l'excellent La guerre est une ruse qui se déroulait en Algérie au début des années 90, juste après les élections qui avaient fait gagné les islamistes. Frédéric Paulin continue de tirer le fil de l'importation du terrorisme en Occident. C'est toujours remarquablement fait, car il sait mêler la réalité à la fiction. Ses personnages inventés se joignent et se mêlent aux personnes ayant réellement existé, le tout donnant un récit crédible et réaliste. Il explique toute l'époque, tous les actes qui amèneront vers les attentats du 11 septembre 2001, leur préparation, les cafouillages des divers services de renseignements et de police pour, souvent de simples guerres entre eux. Il n'oublie pas d'évoquer certaines théories complotistes en les traitant comme telles. C'est passionnant et instructif même pour quelqu'un de ma génération ayant vécu tout cela, sans doute d'assez loin. Ce qui fait la force de son roman et lui donne une puissance indéniable c'est aussi l'ajout de ses personnages fictifs, de leurs vies professionnelles et personnelles difficiles. Il leur donne corps et n'en fait pas de simples faire-valoir du contexte. Ils vivent pleinement l'époque et leur travail, ce qui donne même beaucoup de relief aux événements décrits.

    J'étais étourdi de la lecture du premier livre de la série, je le suis tout autant avec le deuxième et je crois savoir qu'un troisième est prévu. Des romans comme cela qui donnent à expliquer et à s'instruire sur une époque ou un thème donnés, qui ne sont pas rébarbatifs mais au contraire passionnants, qui en plus donnent vie à des personnages qu'on a envie de retrouver, il faudrait être fou pour passer à côté. Je prends une option sur le troisième opus.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Franchement, je crois qu'il y aura chez moi un avant et un après Prémices de la chute. En effet, ce livre m'a vraiment ouvert les yeux sur les rouages des réseaux djihadistes, leurs origines, leurs modes opératoires, l'itinéraire des hommes qui les composent.
    Il permet aussi de mieux...
    Voir plus

    Franchement, je crois qu'il y aura chez moi un avant et un après Prémices de la chute. En effet, ce livre m'a vraiment ouvert les yeux sur les rouages des réseaux djihadistes, leurs origines, leurs modes opératoires, l'itinéraire des hommes qui les composent.
    Il permet aussi de mieux comprendre le rôle des différents services comme ceux de la DST ou de la DGSE, la façon dont ils fonctionnent, leurs prérogatives, leurs dissensions.
    Frédéric Paulin se sert donc de l'histoire récente pour nous plonger dans ce qu'on peut imaginer de pire et vraiment, ÇA-FOUT-LES-JETONS !!!
    1996. Réif Arnotovic, dit Arno, journaliste à La Voix du Nord, a bien du mal à percer dans le métier et rêve d'un article dans Libé ou le Nouvel Obs. Une nuit, son patron le réveille et lui demande de filer à Roubaix où des policiers se font descendre à la Kalachnikov. A priori, ce sont les mêmes malfrats qui ont braqué une supérette la semaine d'avant à Wattrelos. Arno se rend sur place, prend quelques photos, mais en termes d'infos, la récolte reste maigre. Alors, il tente une visite à un petit truand qu'il connaît un peu, un certain Saïd Ben Arfa qui est en lien avec certains milieux de la banlieue lilloise. Après la fermeture du Macumba où il travaille, ledit Saïd invite Arno à faire un petit tour dans sa BM. Ce qu'Arno va apprendre est pour le moins incroyable : les gars qui s'attaquent aux supérettes de la région reviennent d'ex-Yougoslavie. Ce sont des petits Français, convertis à l'Islam, qui ont appartenu à la brigade El Moudjahidin constituée d'étrangers musulmans en provenance de différents pays. Ils ont en effet aidé l'armée bosniaque à combattre les Serbes puis, après les accords de Dayton, sont rentrés chez eux, avec leurs armes de guerre. Maintenant, ils amassent de l'argent en braquant des commerces. Leur but ? Faire leur djihad. Des noms ? Oui, Saïd en connaît : Lionel Dumont, Christophe Caze et d'autres encore.
    Soudain, notre petit journaleux prend peur : et si Saïd avait trop parlé ? Et s'il allait maintenant, en pleine nuit, le zigouiller et le laisser mort sur l'autoroute ? Soudain, Saïd arrête sa BM, fait descendre Arno et l'assomme...
    Si notre journaliste local a de toute évidence de quoi faire un très bel article sur ce gang de Roubaix qu'on va vite surnommer les Ch'tis d'Allah, il a le sentiment qu'il doit aussi prévenir le commandant Laureline Fell qui bosse à la DST et s'intéresse de près à ce qui se trame dans le milieu islamiste lillois. Elle-même est en contact avec un certain Tedj Benlazar qui, de Sarajevo, lui transmet des infos sur les liens entre ces gars et Al-Qaïda.
    Réif Arno ne sait pas qu'il vient de mettre le doigt dans un terrible engrenage qui va le mener aux portes de l'enfer, de la Bosnie aux grottes de Tora Bora, dans les montagnes d'Afghanistan où se cache un certain Ben Laden, et ce qu'il va découvrir alors est à peine croyable, oui, à peine croyable…
    Et c'est peut-être ça, au fond, le problème : qui va accepter d'accorder un peu de crédit à ce petit journaleux qui commence à avoir de très très inquiétants pressentiments ?
    Comme je le disais au début de l'article, ce roman m'a fait prendre conscience de la façon dont ont émergé les réseaux islamistes. J'avoue que ma lecture des premières pages s'est accompagnée de quelques recherches complémentaires qui m'ont permis de faire des mises au points historiques et de réaliser - à ma grande stupeur parfois !- que tel fait évoqué par l'auteur N'ÉTAIT PAS de la fiction!!! Sachez aussi que le lecteur dispose d'un glossaire à la fin du roman. C'est précisé au début mais je ne l'avais pas vu !
    En tout cas, ce qui m'a frappée, c'est l'immense naïveté ou l'inquiétant aveuglement des gouvernements qui - et malgré les informations abondantes dont ils disposaient - semblent n'avoir pas vu ( ou voulu voir) le pire qui se profilait à l'horizon tandis que, d'après l'auteur en tout cas, certains avaient parfaitement tout prévu. Vous me direz : comment peut-on imaginer l'impensable ? Oui, bien sûr… Néanmoins, je m'étonne de cette cécité générale, les États-Unis (la CIA) en tête d'ailleurs, certainement à cause de stupides rivalités entre services secrets (rivalités qui apparaissent bien dérisoires quand on en connaît les terribles conséquences, à savoir les attentats du 11 septembre !) La citation placée en épigraphe : « Seuls les gens normaux ne savent pas que tout est possible » de David Rousset laisse penser qu'au fond, malgré leurs agences de renseignement et leurs armées suréquipées, les grandes puissances occidentales peinent à empêcher le pire.
    Et c'est bien là tout l'enjeu du roman : comment, avec les informations dont ils disposent, les états peuvent-ils agir efficacement face à un mal protéiforme, complexe et du coup presque insaisissable ?
    Un roman d'actualité extrêmement documenté qui mêle habilement fiction et faits réels : une lecture passionnante, terrible, qui fait froid dans le dos...

    LIRE AU LIT le blog

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Les bons romans qui mélangent avec brio enquête policière et espionnage ne sont pas légion . “ Prémices de la chute “ fait indéniablement parti de ceux-là.
    On y suit , de 1996 à 2001 , de Roubaix à New York via l'Afghanistan , le Pakistan et l'ex Yougoslavie, les péripéties d'un journaliste et...
    Voir plus

    Les bons romans qui mélangent avec brio enquête policière et espionnage ne sont pas légion . “ Prémices de la chute “ fait indéniablement parti de ceux-là.
    On y suit , de 1996 à 2001 , de Roubaix à New York via l'Afghanistan , le Pakistan et l'ex Yougoslavie, les péripéties d'un journaliste et d'agents secrets français qui tentent de convaincre leur hiérarchie qu'un attentat terroriste de grande envergure se prépare qui marquera le monde à jamais.
    Tout commence par des cambriolages dans le Nord de la France que couvre un pigiste du nom de Reif Arno. Très vite ses informations et son intuition l'amènent à penser que les braqueurs ne font pas que ça pour l'argent mais pour une cause plus noble à leurs yeux . Préparer le djihad ? Mais il est bien seul à le penser même s'il obtient le soutien du père de sa copine , un certain Tedj Benlazar, agent de terrain de la DGSE. Tedj n'est pas en odeur de sainteté avec sa hiérarchie, la seule sur laquelle il peut compter . c'est sa collègue de la DST , Laureline Fell , qui a pour charge le suivi des réseaux islamistes en France .
    Reif veut se faire un nom dans le journalisme et il est prêt pour étayer ces informations à mener des investigations à haut risque quitte à côtoyer de près le diable lui même en la personne de Oussama Ben Laden et de ses lieutenants.Son témoignage et le soutien de Fell suffiront- Ils à sortir les autorités françaises ainsi que leurs alliés de leur aveuglement ? Vous connaissez la suite ,
    Frédéric Paulin nous plonge immédiatement dans ces histoires qui mêlent réalité et fiction grâce un style imparable, un rythme sans temps morts et des personnages réalistes auxquels on s'accroche rapidement. C'est efficace , vivant et grisant et l'on se demande souvent quelle est la part de fiction dans le récit tant l'histoire est documentée de multiples détails apportant chacun leur part au côté “vécu “ du roman .Un véritable témoignage historique romancé qui permet de mieux comprendre les rouages des différents services secrets comme leurs défaillances devant cet échec cuisant de n'avoir pu prévenir les attentats du 11 septembre 2001.
    Un seul regret pour moi : ne pas avoir lu le premier tome avant ...

    comment Commentaires (2) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions