Pour qui sonne le glas

Couverture du livre « Pour qui sonne le glas » de Ernest Hemingway aux éditions Gallimard
  • Date de parution :
  • Editeur : Gallimard
  • EAN : 9782070364558
  • Série : (-)
  • Support : Poche
Résumé:

« "Pas d'adieu, guapa, parce que nous ne sommes pas séparés. J'espère que tout ira bien dans les Gredos. Va maintenant. Va pour de bon. Non", il continuait à parler tranquillement, sagement, tandis que Pilar entraînait la jeune fille. "Ne te retourne pas. Mets ton pied dans l'étrier. Oui. Ton... Voir plus

« "Pas d'adieu, guapa, parce que nous ne sommes pas séparés. J'espère que tout ira bien dans les Gredos. Va maintenant. Va pour de bon. Non", il continuait à parler tranquillement, sagement, tandis que Pilar entraînait la jeune fille. "Ne te retourne pas. Mets ton pied dans l'étrier. Oui. Ton pied. Aide-la", dit-il à Pilar. "Soulève-la. Mets-la en selle." Il tourna la tête, en sueur, et regarda vers le bas de la pente puis ramena son regard à l'endroit où la jeune fille était en selle avec Pilar auprès d'elle et Pablo juste derrière. "Maintenant, va", dit-il. "Va." Elle allait tourner la tête. "Ne regarde pas en arrière", dit Robert Jordan. "Va." Et Pablo frappa le cheval sur la croupe avec une entrave... »

Donner votre avis

Articles (1)

Avis (9)

  • Un ouvrage très difficile à lire et je dois avouer qu'il faut s'accrocher pour le finir cependant la réflexion est très bonne. La réflexion sur le suicide est assez particulière quand on sait que l'auteur s'est lui-même suicidé. La position du surhomme désigné par la nature, et par...
    Voir plus

    Un ouvrage très difficile à lire et je dois avouer qu'il faut s'accrocher pour le finir cependant la réflexion est très bonne. La réflexion sur le suicide est assez particulière quand on sait que l'auteur s'est lui-même suicidé. La position du surhomme désigné par la nature, et par l'environnement qui l'entour est très lyrique, le personnage de Robert Jordan montre une sensibilité derrière le personnage qu'il souhaite se donner. L'amour vu comme une tare, l'amour qui fait mal, l'amour qui doit se vivre en 72h et pourtant ! La relation est belle, la terre tremble, et le personnage principal avoue lui-même qu'il doit vivre sa vie en 72H. La fin que l'on appréhende et cette attaque qui se passe trop bien au début annonce une mort imminente, cette mort qui apparait presque comme un suicide inavoué. Pour qui sonne le glas est le roman qui expose une guerre d'Espagne désastreuse, et ce fascisme sans coeur. La scène finale et cette blessure désastreuse m'a presque donné des nausées. Un roman que je conseil mais qui à pour défaut d'avoir des moments de flottements.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Professeur d'espagnol dans une université du Montana, Robert Jordans'engage, par amour pour l'Espagne, dans la guerre civile.
    Dynamiteur, il lutte aux côtés des Républicains et aura pour mission la destruction d'un pont stratégique pour lutter contre l'armée nationaliste.

    Dans ce roman à...
    Voir plus

    Professeur d'espagnol dans une université du Montana, Robert Jordans'engage, par amour pour l'Espagne, dans la guerre civile.
    Dynamiteur, il lutte aux côtés des Républicains et aura pour mission la destruction d'un pont stratégique pour lutter contre l'armée nationaliste.

    Dans ce roman à dominante journalistique, Hemingway nous plonge au cœur de la guerre d'Espagne, et ses descriptions tant matérielles, stratégiques, qu'émotionnelles sont précises et fournies.
    Les passages qui, de mon point de vue, sont les plus représentatifs de l'état d'esprit de cette guerre, et de l'absurdité qui en découle, sont les passages dans lesquels Robert Jordan se parle à lui-même, telle une introspection.
    " Ce n'était pas une façon de penser ; mais qui censurait ses pensées ? Lui seul. Il ne se permettait aucune pensée défaitiste. La première chose était de gagner la guerre. Si on ne gagnait pas la guerre, tout était perdu. Mais il observait, écoutait et se rappelait tout. Il servait dans une guerre, il mettait à son service une loyauté absolue et une activité aussi complète que possible. Mais sa pensée n'appartenait à personne, non plus que ses facultés de voir et d'entendre, et, s'il devait porter des jugements, il les porterait plus tard. Il disposerait pour cela d'un matériel bien plus étendu ; et il en savait déjà beaucoup ; un peu trop, parfois."

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • L'avantage de faire partie d'un club de lecture, c'est qu'il vous propose des lectures que vous n'auriez peut-être pas choisies de vous-même.....
    Bien sûr je connaissais Ernest Hemingway, les grandes lignes de sa vie, de son oeuvre mais je vois avouer que je n'avais rien, jusqu'à ce jour, lu de...
    Voir plus

    L'avantage de faire partie d'un club de lecture, c'est qu'il vous propose des lectures que vous n'auriez peut-être pas choisies de vous-même.....
    Bien sûr je connaissais Ernest Hemingway, les grandes lignes de sa vie, de son oeuvre mais je vois avouer que je n'avais rien, jusqu'à ce jour, lu de lui et c'est maintenant chose faite.
    A travers ce récit sur la guerre d'Espagne et plus particulièrement sur un groupe de républicains qui doivent mener à bien le dynamitage d'un pont sous les ordres de Robert Jordan, professeur américain d'espagnol, spécialiste de ce genre d'opération, on découvre une tranche d'histoire, celle de l'Espagne et d'une lutte sanglante entre fascistes et républicains mais aussi des combats d'un homme face à sa conscience, à ses choix et aux autres.
    On reconnaît à travers l'écriture l'excellente connaissance par l'écrivain du contexte sachant qu'il a couvert ce conflit en tant que journaliste côté républicains. Que ce soit sur les tactiques, les conflits d'intérêt, les armes, les hommes, l'auteur maître totalement les situations. Il nous fait part également des questionnements humains et plus particulièrement ceux de Robert Jordan : sa soif de réussir sa mission mais aussi son amour pour Maria, jeune femme venant de vivre une tragédie, ses observations sur les caractères, les comportements et sur la brièveté de la vie.
    Vivre 3 jours comme si c'était toute une vie.....
    Il y a des passages (en particulier celui du lynchage des fascistes par les républicains menés par Pablo et Pilar) et le dénouement final qui sont très intenses et bouleversants sur la cruauté humaine mais aussi sur le don de soi et le sens du devoir.
    J'ai moins aimé (mais par conviction personnelle) tout ce qui touchait le maniement des armes, la tauromachie. Il y a, à mon goût des longueurs, des répétitions qui, bien sûr, rendent l'intensité de ce que vivent ces hommes et femmes mais qui ralentissent l'intérêt.
    Le contraste entre Robert Jordan, forte personnalité, charismatique, volontaire et froid et Maria, surnommée Guapa, la belle, le chevreau est important. Elle est une femme enfant, presque simple (mais elle a traversé des épreuves qui pourraient ébranler le plus fort) et on peut penser qu'auprès d'elle il retrouve une douceur de vivre, une foi et un objectif pour sortir peut être vivant de toute cette horreur.
    Les différents acteurs représentent toutes les catégories d'humains : Pilar la maîtresse-femme, Pablo, l'ancien meneur qui ne sait plus quel combat il doit mener, Rafaël, le gitan, Anselmo, le vieillard, et même Karkov, le journaliste désabusé (peut être l'auteur).
    C'est un beau récit de guerre, d'hommes, d'amour mais je mets une petite réserve par rapport à mes goûts personnels de lecture mais on n'en ressort pas indemne et je pense qu'il restera longtemps dans ma mémoire.
    Peut être de moi-même n'aurais-je pas choisi ce roman mais je ne regrette pas mais sans y prendre un plaisir intense.
    Lien : HTTP://MUMUDANSLEBOCAGE.WORD..
    Commenter J’apprécie

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Quelle souffrance! Une longue lecture avec la boule au ventre. Et pourtant, n’y a t-il pas là tout ce que j’aime : la guerre, la haine, les luttes fratricides, le fanatisme qui rend aveugle, les exactions des pauvres types dont le cerveau baigne dans l’alcool, les tortures, les viols les espoirs...
    Voir plus

    Quelle souffrance! Une longue lecture avec la boule au ventre. Et pourtant, n’y a t-il pas là tout ce que j’aime : la guerre, la haine, les luttes fratricides, le fanatisme qui rend aveugle, les exactions des pauvres types dont le cerveau baigne dans l’alcool, les tortures, les viols les espoirs vains…Cette chronique étant susceptible d’être lue à une autre date que le 1er avril, il est peut-être utile de préciser que bien sûr, je plaisante. Et que c’est justement ce concentré de violence et de négation de ce que devrait être le vivre ensemble sur cette planète tournoyant dans le vide qui m’a tant éprouvée..

    Je sais peu de chose de l’Espagne, certes le flamenco, mais aussi l’Inquisition, le chorizo dans la paella (ou pas) mais aussi Franco, l’art andalou mais aussi la corrida, et si l’on jauge les deux plateaux de la balance, il y a fort à, parier qu’il penche du côté de la mort et de la souffrance.

    Et pourtant, c’est une oeuvre majeure. Ecrite avec une conviction et une maitrise qui force le respect (tout en rendant la lecture d’autant plus pénible ), criante de vérité et de réalisme.
    Èt au delà du récit de guerre, c’est un réflexion profonde sur la mort, celle qu’on subit, celle qu’on inflige, au nom de principes fallacieux, s’arrogeant des droits sur ceux qui peut-être la veille étaient dans le camp des alliés.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un classique à lire et relire.

    Un classique à lire et relire.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • POUR QUI SONNE LE GLAS
    Ernest Hemingway

    Publié en 1940 et inspiré de son vécu journalistique pendant la guerre civile espagnole.
    Un pont dans la montagne espagnole doit sauter, il faut couper la route à l’armée franquiste. Pour cette mission, Robert Jordan, jeune Américain enrôlé volontaire...
    Voir plus

    POUR QUI SONNE LE GLAS
    Ernest Hemingway

    Publié en 1940 et inspiré de son vécu journalistique pendant la guerre civile espagnole.
    Un pont dans la montagne espagnole doit sauter, il faut couper la route à l’armée franquiste. Pour cette mission, Robert Jordan, jeune Américain enrôlé volontaire dans le camp républicain, rejoint un groupe de maquisards espagnols parmi lesquels se trouvent deux femmes : une redoutable et militante, Pilar, 48 ans, et l’autre jeune et recueillie par la troupe lors de l’attentat d’un train, Marie, pour laquelle il va vivre une passion avant l’étape fatidique et irréversible du « pont », qui le tuera.
    Cinq cents pages pour décrire trois jours de guerre. Le style, la profondeur des personnages, l’histoire d’amour désespérée entre Robert et Marie sont magnifiques. Mais j’ai fini par survoler la moitié du roman, parce que le thème de la guerre et de la préparation d’un combat m’est pénible. J’ai du mal à « accrocher ». Je resterai tout de même marquée par cette lecture. On y découvre l’engagement du peuple espagnol, sa sanguinité, son sacrifice à la « cause de la liberté ».

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Très bon, évidemment. J' en ai même rêvé la nuit ou je l' ai terminé.

    Très bon, évidemment. J' en ai même rêvé la nuit ou je l' ai terminé.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Une de mes premières "grandes" lectures.
    Et un souvenir poignant qui ne s'est jamais terni au fil des années.
    Un chef d'oeuvre.

    Une de mes premières "grandes" lectures.
    Et un souvenir poignant qui ne s'est jamais terni au fil des années.
    Un chef d'oeuvre.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions