Pour detacher un homme de sa peau

Couverture du livre « Pour detacher un homme de sa peau » de La Fargue Pierre aux éditions Verticales
  • Date de parution :
  • Editeur : Verticales
  • EAN : 9782843352041
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

Il est des livres qui ne se laissent pas raconter ou expliciter, qui échappent à tout résumé. Il s'agit alors d'écoute r une voix, d'être touché par elle. Les livres de Pierre Lafargue sont de ceux-là.
Pour détacher un homme de sa peau alterne textes courts, maximes et pensées. On y sonde la... Voir plus

Il est des livres qui ne se laissent pas raconter ou expliciter, qui échappent à tout résumé. Il s'agit alors d'écoute r une voix, d'être touché par elle. Les livres de Pierre Lafargue sont de ceux-là.
Pour détacher un homme de sa peau alterne textes courts, maximes et pensées. On y sonde la vertigineuse désespérance de l'auteur à l'égard d'un monde où la niaiserie rivalise de fausse prétention, où les êtres s'agitent autour du moindre néant et s'échinent à pervertir, mot après mot, le langage. Un livre d'altitude autant que de solitude, donc. Et pourtant, à le lire, on se surprend à jubiler. Car si chaque page constate et pourfend un mal contemporain, elle en est aussi le meilleur antidote littéraire, d'un pessimisme paradoxalement réjouissant.
Ainsi, entrer dans un ouvrage de Pierre Lafargue, c'est s'adonner au pur plaisir d'une langue souvent érudite ou précieuse, mais surtout savoureuse par le luxe de ses sonorités, et d'une force rythmique hors du commun.
Tout converge en ces fragments de prose pour faire voler en éclats de rire l'esprit de sérieux. Il suffit de prêter l'oreille à ce verbe haut qui conjugue impertinence et impatience. «La colère de qualité renferme une telle
quantité de noblesse humaine que, fracasse-t-elle votre crâne entre l'enclume et le marteau de ses raisons, vous chantez encore sa gloire.» Dès lors, inutile de chercher à décortiquer le moindre propos, car si «la philosophie est amusante, la poésie a de meilleurs chevilles, elle va plus loin.»
Ici, les mots sont de chair, ils ne discourent pas, ils jouent, ils émeuvent, ils agacent, ils éclairent ou ils aveuglent, ils sont à entendre au-delà de nos petites affaires entendus. L'idéalserait de prendre le temps de s'asseoir au bord du chemin, de faire une pause sur la pierre qui le borde, à l'écart du verbiage qui nous sert de bruit de fond.
«On ne doute plus que le monde est grand quand on a connu les preuves que donne cet ouvrage. Dès qu'on applique ces preuves à quelque objet préoccupant, elles prouvent. On se range derrière elles comme derrière
la flèche qui montre le chemin qu'elle ouvre.
Ce poème aborde tellement de questions auxquelles il apporte tant de réponses ingénieuses, que le lecteur s'étonne d'avoir dû attendre si longtemps un ouvrage qu'il était en droit d'exiger dès l'enfance et qui lui aurait
évité cet ahurissement.
Au lieu de quoi, il a lu des sottises qui ont contrarié sa croissance. Régression épouvantable, fourvoiement, tremblante.
On ne souhaite pas être mal compris. Mais les pauvres entendements qui n'ont pas été invités disent que ce n'est pas pour eux et que de toute façon ils ne seraient pas venus. Je veux !
Et ceux qu'on ne pensait pas avoir besoin de convier, parce que leur place était auprès de nous comme la loge est présidentielle, laissent leur siège vide.
La jalousie est méprisée dans tous ses tics.»
Pierre Lafargue

Donner votre avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions