Pierre Benoit, le romancier paradoxal

Couverture du livre « Pierre Benoit, le romancier paradoxal » de Gerard De Cortanze aux éditions Albin Michel
Résumé:

Grand voyageur, reporter passionné, Pierre Benoit (1886-1962) a fait rêver des générations de lectrices, et de lecteurs, avec ses romans flamboyants où un érotisme sous-jacent le dispute à un exotisme assumé. Aurore, Antinéa, Athelstane, Axelle..., les troublantes héroïnes de ce séducteur... Voir plus

Grand voyageur, reporter passionné, Pierre Benoit (1886-1962) a fait rêver des générations de lectrices, et de lecteurs, avec ses romans flamboyants où un érotisme sous-jacent le dispute à un exotisme assumé. Aurore, Antinéa, Athelstane, Axelle..., les troublantes héroïnes de ce séducteur impénitent sont autant de femmes fatales qui inspirèrent les plus grands cinéastes. A l'occasion du cinquantenaire de la mort de Pierre Benoit, l'écrivain Gérard de Cortanze retrace le parcours chaotique de ce romancier prolixe, auteur de quarante-trois romans. Marqué par la Grande Guerre, il connut toutes les gloires - il entra en 1931, à 45 ans, à l'Académie française - et la déchéance suprême lorsqu'il fut, en 1944, injustement jeté en prison pour « collaboration avec l'ennemi ». Sa biographie, exhaustive et remarquablement documentée, le sort enfin du purgatoire auquel une certaine critique l'avait condamné. Elle retrace la vie littéraire foisonnante du Paris de l'entre-deux-guerres dont Pierre Benoit fut un des piliers avec ses amis Carco ou Dorgelès, nous fait croiser les innombrables conquêtes du romancier (de la chanteuse Marie Dubas à l'actrice Betty Stockfeld, en passant par Spinelly et Musidora) et révèle les nombreuses facettes de l'auteur de L'Atlantide, qui écrivit aussi bien des dialogues de films, que des centaines d'articles ou des livrets d'opérette. A son ami Jean Cocteau qui lui fit remarquer un jour qu'il avait « le génie de l'imprévu », Pierre Benoit répondit que « le devoir du romancier, c'est d'être de son temps. » Le XXe siècle et ses soubresauts lui donnèrent, ô combien, l'occasion d'être ce romancier paradoxal revendiquant une vie faite « d'absence d'unité, d'expérience et de rêverie ».

Donner votre avis

Avis(1)

  • Lechoixdeslibraires.com

    L'attention portée aux nouveaux talents littéraires condamne souvent à l'oubli les grands écrivains du siècle passé. L'occasion du cinquantenaire de la mort de Pierre Benoit est un bon moyen pour redécouvrir son oeuvre. Quelques décennies suffisent parfois pour remettre au goût du jour un auteur...
    Voir plus

    L'attention portée aux nouveaux talents littéraires condamne souvent à l'oubli les grands écrivains du siècle passé. L'occasion du cinquantenaire de la mort de Pierre Benoit est un bon moyen pour redécouvrir son oeuvre. Quelques décennies suffisent parfois pour remettre au goût du jour un auteur jugé démodé alors qu'il commence seulement à avoir de belles rides. Bien avant son lent déclin éditorial, il fut de son vivant couronné de succès par ses nombreux tirages, les multiples adaptations cinématographiques de ses romans et son élection à l'Académie française. Ses ouvrages mettaient souvent en scène des héros prêts à tous les sacrifices pour des femmes fatales sur fond de destinations exotiques allant du Sahara aux Nouvelles-Hébrides. La critique de son temps était souvent dure envers lui, le traitant injustement de romancier de gare alors qu'il était un travailleur obstiné ne laissant aucune place au hasard dans son oeuvre. Derrière l'ancien corpulent fonctionnaire se cacha it un grand séducteur se fourvoyant régulièrement -comme les héros de ses livres- dans de rocambolesques aventures féminines. Pierre Benoit était également un infatigable globe trotteur habitué aux cabines des Messageries maritimes, capable de troquer occasionnellement son tricorne d'académicien contre la casquette de grand reporter. Ses nombreux voyages, tout comme sa jeunesse africaine, ont beaucoup compté dans son inspiration si l'on songe à un roman comme l'Atlantide. Ce bon vivant doublé d'un grand farceur eut toutefois du mal à se remettre des accusations kafkaïennes qui lui valurent d'être incarcéré à la Libération. Après la tourmente, il eut toutefois la gloire ultime d'être le premier romancier à inaugurer la collection Livre de poche avec Koenigsmark. Cette biographie très documentée, élargie au monde politico-littéraire de l'époque, a le mérite d'éviter le piège du style universitaire, ce qui en rend la lecture fort savoureuse.

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions