Rejoignez gratuitement le réseau des passionnés de lecture !  Je m'inscris

Personne n'a peur des gens qui sourient

Couverture du livre « Personne n'a peur des gens qui sourient » de Veronique Ovalde aux éditions Flammarion
  • Date de parution :
  • Editeur : Flammarion
  • EAN : 9782081445925
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Gloria a choisi ce jour de juin pour partir. Elle file récupérer ses filles à l'école et les embarque sans préavis pour un long voyage. Toutes trois quittent les rives de la Méditerranée en direction du Nord, la maison alsacienne dans la forêt de Kayserheim où Gloria, enfant, passait ses... Voir plus

Gloria a choisi ce jour de juin pour partir. Elle file récupérer ses filles à l'école et les embarque sans préavis pour un long voyage. Toutes trois quittent les rives de la Méditerranée en direction du Nord, la maison alsacienne dans la forêt de Kayserheim où Gloria, enfant, passait ses vacances. Pourquoi cette désertion soudaine? Quelle menace fuit-elle? Pour le savoir, il faudra revenir en arrière, dans les eaux troubles du passé, rencontrer Giovannangeli, qui l'a prise sous son aile à la disparition de son père, lever le voile sur la mort de Samuel, le père de ses enfants - où était Gloria ce soir-là ? -, et comprendre enfin quel rôle l'avocat Santini a pu jouer dans toute cette histoire.
Jusqu'où peut-on protéger ses enfants? Dans ce roman tendu à l'extrême, Véronique Ovaldé met en scène un fascinant personnage de mère dont l'inquiétude face au monde se mue en un implacable sang-froid pour l'affronter.

Donner votre avis

Articles (1)

Avis (20)

  • L Envoutante recit de veronique ovalda avance par minuscules sauts delicats , comme les araignees d eau à la surface d une riviere . L air de rien , le lecteur revisite l enfance de gloria , ses battements de coeur , sa debrouille et la decouverte de la meternité . La genese de sa colere , en...
    Voir plus

    L Envoutante recit de veronique ovalda avance par minuscules sauts delicats , comme les araignees d eau à la surface d une riviere . L air de rien , le lecteur revisite l enfance de gloria , ses battements de coeur , sa debrouille et la decouverte de la meternité . La genese de sa colere , en somme
    veronique obalda ne s y est pas trompée, la colere elle le jsutifie et l enracine , cette magistrale approche tranche avec tout un discours actuel de bienveillance , d appel a la diplomatie , mais la litterature est un acte de révolte, celle de glorai se veut un acte d obstination et de survie , hermetique aux scrupules. GARE aux femme en colere, elles ouvrent la voie::!!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un roman intriguant par son thème abordé !
    Une mère fuit, emmenant ses filles dans un lieu isolé. Gloria veut échapper à qui ? A quoi ? Et pourquoi ?
    Pour le découvrir, il faudra aller jusqu'au bout du livre...
    Malgré une certaine lenteur, je me suis laissée emporter par cette histoire...
    Voir plus

    Un roman intriguant par son thème abordé !
    Une mère fuit, emmenant ses filles dans un lieu isolé. Gloria veut échapper à qui ? A quoi ? Et pourquoi ?
    Pour le découvrir, il faudra aller jusqu'au bout du livre...
    Malgré une certaine lenteur, je me suis laissée emporter par cette histoire surprenante où une mère est capable de tout pour protéger ses enfants ! J'ai aimé ce personnage qui ne perd jamais son sang-froid.
    Presque un thriller, une lecture qui m'a plu avec une bonne intrigue et une chute réussie.
    Premier roman que je lis de cette auteure, on m'a vivement conseillé de lire Ce que je sais de Vera Candida, ce que je vais m'empresser de faire.
    https://leslecturesdeclaudia.blogspot.com/2019/08/bellevue-personne-na-peur-des-gens-qui.html

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Gloria fuit avec ses deux filles, Stella et Loulou. Elle s'installe en Alsace, dans l'antique maison de sa grand-mère et de son enfance. Mais que fuit-elle ? Fille de parents désunis, une mère qui s'est envolée, un père décédé trop tôt, Gloria a été élevée par Tonton Gio, l'associé de son père....
    Voir plus

    Gloria fuit avec ses deux filles, Stella et Loulou. Elle s'installe en Alsace, dans l'antique maison de sa grand-mère et de son enfance. Mais que fuit-elle ? Fille de parents désunis, une mère qui s'est envolée, un père décédé trop tôt, Gloria a été élevée par Tonton Gio, l'associé de son père. A ses dix-huit ans, elle a hérité de la fortune paternelle, gérée par Santini, un avocat corse. Au grand dam de Tonton Gio, elle s'est amourachée de Samuel, un petit trafiquant, qui deviendra le père de ses filles, et dont on comprend qu'il est décédé. Gloria fuit, et quand Tonton Gio meurt, elle est persuadée que Santini l'a tué, et demande protection à la gendarmerie alsacienne. Mais que fuit Gloria ? Il faudra lire jusqu'aux dernières pages pour le découvrir.

    Véronique nous conte une histoire envoûtante, où le présent, la fuite de la jeune femme, et le passé, sa jeunesse dans un monde d'homme, s'entremêlent en permanence, entretenant l'attention et le suspense.

    La psychologie des personnages est assez simple et stéréotypée, à l'exception de celle de Gloria, dont on découvre progressivement la complexité. Ensemble, ils donnent du corps et de la vie à un récit qui nous entraîne jusque dans les profondeurs de l'âme de Gloria.

    Petite déception : je n'ai pas retrouvé toute la qualité d'écriture que j'avais beaucoup appréciée dans "La grâce des brigands". La forme du roman est très intéressante, mais le style de l'écriture est un peu plus banal.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Mais que fuit Gloria dès le début du roman ? Et pourquoi ? pourquoi imposait ce déracinement à ses filles ? par amour ?

    Peu à peu nous remontons le fil de la vie de Gloria, pour essayer de comprendre. Une vie faire de déception, de vengeance, d'instabilité mais aussi de petites débrouilles...
    Voir plus

    Mais que fuit Gloria dès le début du roman ? Et pourquoi ? pourquoi imposait ce déracinement à ses filles ? par amour ?

    Peu à peu nous remontons le fil de la vie de Gloria, pour essayer de comprendre. Une vie faire de déception, de vengeance, d'instabilité mais aussi de petites débrouilles et de malentendus.

    J'ai eu bien du mal à entrer dans cette histoire, à croire au bénéfice du refuge, au final c'est surtout elle que fuit Gloria, c'est ce que j'en ai compris sans arriver à entrer dans sa tête et à m'attacher à elle.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Celle que vous croyez
    Gloria offre à ses deux filles des grandes vacances anticipées. Les trois quittent la côte d'Azur pour se terrer dans une maison perdue à la lisière de la forêt vosgienne. Quel danger les menace si subitement ? L'auteure déroule deux fils narratifs alternativement :...
    Voir plus

    Celle que vous croyez
    Gloria offre à ses deux filles des grandes vacances anticipées. Les trois quittent la côte d'Azur pour se terrer dans une maison perdue à la lisière de la forêt vosgienne. Quel danger les menace si subitement ? L'auteure déroule deux fils narratifs alternativement : l'exil forcé en Alsace et le passé mystérieux de la famille. Ils finiront par se rejoindre lors du dénouement. Peut-on échapper à la "malédiction des mauvaises mères " ? Quel en est le prix ? Au fil des pages, le lecteur bascule dans l'atmosphère oppressante des romans noirs et même l'étrangeté des histoires de fantômes. V. Ovaldé entretient le suspense avec beaucoup d'habileté, semant des indices épars au fil du récit. Avec la précision d'une entomologiste, elle brosse un portrait plus vrai que nature de tous ses personnages. Aucun détail ne lui échappe. Son écriture est sensuelle, pleine d'images, d'odeurs et de sons. Elle use (et abuse parfois) des parenthèses pour compléter la narration par des commentaires souvent très drôles qu'on aurait bien tort de sauter. L'épilogue de ce roman est tellement fantaisiste qu'il faut davantage le voir comme un conte policier que comme un thriller romanesque.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Gloria a été élevée par son père, sa mère ayant quitté le domicile.
    A la mort de son père elle a 18 ans et va travailler comme serveuse dans le bar tenu par un ami de son père , oncle Gio et c'est là qu'elle va faire la connaissance de Samuel le père de ses enfants.
    Samuel est à l'affut de...
    Voir plus

    Gloria a été élevée par son père, sa mère ayant quitté le domicile.
    A la mort de son père elle a 18 ans et va travailler comme serveuse dans le bar tenu par un ami de son père , oncle Gio et c'est là qu'elle va faire la connaissance de Samuel le père de ses enfants.
    Samuel est à l'affut de toutes les bonnes combines, faussaire à ses heures mais très amoureux de Gloria.
    Par l'intermédiaire de l'avocat de son père , Pietro Santini , qui gère son héritage, elle va acheter un atelier dans lequel Samuel pourra transformer ses trouvailles en reliques, en antiquités et faire son commerce.
    Mais un soir l'atelier prend feu et Samuel meurt dans l'incendie.
    Comment rester dans cette ville sans Samuel et elle commence à douter de l'amitié et de la bonne volonté de Piétro alors elle préfère partir se mettre à l'abri en Alsace dans la maison de sa grand'mère maternelle, sans avertir personne et surtout sans transmettre sa nouvelle adresse à quiconque même à oncle Gio .
    Gloria d'un incroyable sang-froid fait face à toutes les épreuves pour protéger ses filles mais pour les protéger de qui ?
    Qui est vraiment Gloria ? Où était-elle le soir de l'incendie ? Quel rôle joue Santini dans toute cette histoire ?
    Un roman à la hauteur de Véronique Ovaldé ........ et quelle fin !!!!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • C'est avec plaisir et curiosité que j'ai retrouvé le monde de Véronique Ovaldé avec ses personnages hors normes, ses fantômes, son atmosphère particulière mâtinée d'un brin de folie et la magie a encore une fois opéré.
    Cette fois, on suit Gloria qui, un jour de juin, file de Provence avec ses...
    Voir plus

    C'est avec plaisir et curiosité que j'ai retrouvé le monde de Véronique Ovaldé avec ses personnages hors normes, ses fantômes, son atmosphère particulière mâtinée d'un brin de folie et la magie a encore une fois opéré.
    Cette fois, on suit Gloria qui, un jour de juin, file de Provence avec ses filles Stella et Loulou vers l'Alsace et la maison de sa grand-mère décédée. Comme ses filles, on ne sait pas pourquoi mais on ressent cependant l'urgence de cette fuite, le besoin animal de Gloria de protéger ses filles mais de quoi ou de qui?
    Le récit déroule les indices petit à petit tout en nous égarant habilement; nous découvrons, par une série de flashbacks, une Gloria, que sa mère a abandonnée, protégée par son père qu'elle perd à 11 ans et tonton Gio, un ami de son père. Elle se réfugie dans un monde intérieur agité et plein de rage. A 18 ans, elle tombe amoureuse de Samuel, petit malfrat au coeur tendre, dont elle aura deux filles; mais Samuel est mort sept ans auparavant.
    Gloria est typique des femmes qui jalonnent les romans de Véronique Ovaldé, fières, combatives, au passé difficile, un brin fêlées, imprévisibles.
    Le style enlevé, fleuri, imagé, ironique est à l'image de Gloria; la fin est immorale mais jouissive, peut-être aimerait-on bien résoudre nos problèmes à la façon expéditive de Gloria!!!!
    La redondance des parenthèses explicatives et des digressions superfétatoires ont un peu gâché mon plaisir mais j'ai été séduite par cette histoire un peu folle sous ses airs sombres.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Voilà un livre qui semble avoir été écrit dans l'urgence, un peu moins soigné que les précédents, mais comme un torrent qui vous emporte dans la vie, la tête de Gloria, sa colère, son amour et son besoin de maîtrise. Le plus frappant, c'est la complicité qui s'installe dès la première page entre...
    Voir plus

    Voilà un livre qui semble avoir été écrit dans l'urgence, un peu moins soigné que les précédents, mais comme un torrent qui vous emporte dans la vie, la tête de Gloria, sa colère, son amour et son besoin de maîtrise. Le plus frappant, c'est la complicité qui s'installe dès la première page entre la narratrice et la lectrice. Véronique Ovaldé nous a habituées à ça, elle y excelle. Comme elle excelle à forger une langue littéraire avec le commun, les mots du quotidien rehaussés de termes rares et d'imparfaits du subjonctif.
    Ce livre ne changera pas ma vie comme l'a fait Ce que je sais de Vera Candida mais, mon dieu, comme il parle de ma vie... Et de la vôtre, sans aucun doute.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.