Pax et le petit soldat

Couverture du livre « Pax et le petit soldat » de Jon Klassen et Sara Pennypacker aux éditions Gallimard-jeunesse
Résumé:

Un enfant et son renard séparés par la guerre. L'histoire d'une amitié indéfectible, une quête pour la paix et la liberté. Bouleversant et intemporel.

Donner votre avis

Avis(1)

  • Quelques secondes. C’est le temps qu’il m’a fallu pour décider d’acheter ce livre à partir du moment où je l’ai aperçu dans les rayonnages. Je n’ai pas eu besoin de lire le résumé : la couverture a suffi pour me convaincre que ce petit roman illustré devait absolument rejoindre les étagères de...
    Voir plus

    Quelques secondes. C’est le temps qu’il m’a fallu pour décider d’acheter ce livre à partir du moment où je l’ai aperçu dans les rayonnages. Je n’ai pas eu besoin de lire le résumé : la couverture a suffi pour me convaincre que ce petit roman illustré devait absolument rejoindre les étagères de ma bibliothèque … Par acquis de conscience, et aussi parce que je savais que j’avais du temps devant moi – quand papa est lâché dans un hypermarché en période de soldes, cela peut durer littéralement des heures –, j’ai lu les premiers chapitres … Et ma conviction première s’est confirmée : il était absolument hors de question que je sorte du magasin sans lui. Il ne restait plus qu’à convaincre papa – qui considère que j’ai déjà beaucoup trop de livres comme cela – de me l’acheter ! Je n’arrive toujours pas à y croire mais … il n’a pas protesté une seule seconde. Je crois que le magnifique petit renard a fait son effet ! C’est donc en sautillant de joie – il n’y a rien de plus beau que d’acquérir un nouveau livre – que j’ai rapporté Pax et le petit soldat à la maison … Où il aura attendu plusieurs années avant d’être lu, l’expansion de ma PAL étant plus rapide que mon rythme de lecture !

    Pax aime son garçon, et Peter aime son renard. Depuis que l’adolescent endeuillé par la mort de sa mère a recueilli le renardeau orphelin, les deux amis sont inséparables. Jusqu’au jour où le père de Peter s’engage dans l’armée, obligeant le jeune homme à partir vivre chez son grand-père … et à abandonner Pax dans la forêt. Le renard, ignorant tout de la vie sauvage, décide d’attendre sagement le retour de son petit maitre … Même si cela signifie d’empiéter sur le territoire de chasse d’une autre renarde fort méfiante ! Peter, le cœur gros, choisit quant à lui de partir à la recherche de son compagnon à quatre pattes … Même si cela signifie de devoir parcourir cinq cent kilomètres à pieds ! Les deux amis finiront-ils par se retrouver ?

    C’est un livre qui commence comme un roman d’aventures … Pax, renard apprivoisé, se retrouve brusquement esseulé en pleine forêt, nature sauvage et indomptée qu’il n’a jamais réellement connu et dans laquelle il est aussi vulnérable qu’un nouveau-né. Il ne sait pas chasser, il ne sait pas comment trouver de l’eau, il ne sait pas se défendre. Les coyotes rodent, et une renarde dominante semble bien décidée à protéger son jeune frère contre cet intrus qui empeste l’humain … Autant vous dire qu’on tremble d’effroi pour cet adorable petit renard qui ne comprend pas pourquoi son garçon est parti en pleine séance de jeu ! De son côté, Peter, pris de remords, dégouté d’avoir céder aux exigences de son père et d’avoir abandonné son renard sans défense, se lance dans un bien périlleux périple pour un adolescent d’à peine douze ans … Cinq cent kilomètres à pieds, en plein cœur d’une zone évacuée car l’armée s’apprête à attaquer. Sans lampe torche pour éclairer son chemin la nuit, sans vêtements de rechange pour affronter le froid nocturne … On s’en doute, son épopée va s’avérer plus délicate encore que prévue, et on attend avec crainte le moment où une embûche plus grande que les autres va stopper net son avancée …

    Mais ce livre se transforme progressivement en véritable récit initiatique. Aux côtés d’Hérissée, de l’Avorton et du Gris, trois renards aussi différents que complémentaires – la rivale, le protégé et le sage –, Pax va progressivement renouer avec sa nature profonde d’enfant de la nature. Il va découvrir que tous les humains ne sont pas aussi bienveillants que son garçon, que certains commettent des atrocités sans nom au nom du « pouvoir », de la « richesse », qu’ils sont indéniablement aveugles, sourds et dépourvus de tout bon sens. Il va apprendre le sens du devoir et de l’honneur, la loyauté et la liberté … sans pour autant oublier son garçon, à qui il doit la vie, et qu’il se sent obligé de protéger. Peter, quant à lui, va croiser sur sa route Vola la solitaire. Anciennement militaire, la jeune femme fait désormais pénitence : dégoutée d’elle-même d’avoir tué et dépouillé d’illustres inconnus pour obéir aux ordres, elle a choisi de s’isoler du monde et de réparer ses torts en donnant vie à l’histoire préférée de ce jeune soldat mort par sa faute. Jour après jour, elle fabrique des marionnettes, boitillant sur la lourde jambe de bois qu’elle s’est fabriquée pour remplacer la légère prothèse qu’on lui a donnée suite à son amputation. Aux côtés de Vola, Peter va progressivement découvrir quel homme il veut être, il va apprendre à se connaitre pour mieux avancer … D’enfant buté et obstiné, il devient jeune homme posé et déterminé.

    Ce livre, enfin, c’est un véritable plaidoyer contre la guerre. A travers le regard innocent et lucide des renards, le lecteur découvre sous un jour nouveau cette réalité que l’on sait si meurtrière mais qui, pourtant, semble profondément ancrée dans la nature humaine. J’ai énormément apprécié la façon dont les renards nomment les soldats : « malades de guerre », comme si cette soudaine volonté de s’entretuer pour des raisons aussi futiles qu’incompréhensible était une épidémie contre laquelle il n’existait aucun vaccin, aucun antidote. Et les animaux fuient, car ils savent que les hommes ne prêtent attention à rien et qu’ils n’auront aucun scrupule à tout détruire sur leur passage pour aller affronter des inconnus qui ne savent même pas pour quoi ils se battent. « Crois-tu que, dans l'histoire de ce monde, quelqu'un ait jamais décidé de se battre du mauvais côté ? », demande Vola à Peter lorsque celui-ci affirme que son père se bat « du bon côté » … Pourquoi la guerre ? La guerre qui laisse des enfants orphelins, qui séparent fratries et amis, qui tue des milliers d’animaux innocents et mutile la nature nourricière … L’autrice n’impose pas son opinion sur la guerre, elle s’efforce seulement de « dire la vérité sur le prix à payer lors d’une guerre », pour reprendre les mots de Vola. A chacun de se forger sa propre opinion, désormais …

    En bref, vous l’aurez compris, c’est un vrai coup de cœur ! Je ne sais même pas comment exprimer tout ce que j’ai ressenti à la lecture de ce récit : c’est triste et c’est beau, c’est dur et c’est beau, c’est beau, tout simplement. L’histoire est bien plus profonde que ce qu’elle n’en a l’air au premier abord, elle aborde avec douceur et poésie de grandes et cruelles questions, elle évoque le sens de la vie, l’Amitié avec un grand A, le deuil … Pax et le petit soldat, ce n’est pas un simple « livre pour enfant ». C’est un roman d’une richesse rare, à la narration exceptionnelle, qui bouleverse et émeut. C’est un livre qui transforme … et c’est un livre qui se vit, mais ne se raconte pas. Que vous soyez jeune ou moins jeune, que vous aimiez ou non les renards, n’hésitez pas une seule seconde à vous plonger dans ce récit incroyable ! Cerise sur le gâteau : les illustrations de Jon Klassen sont magnifiques, un régal pour les yeux et pour le cœur …

    https://lesmotsetaientlivres.blogspot.com/2019/05/pax-et-le-petit-soldat-sara-pennypacker.html

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions