Pars vite et reviens tard

Couverture du livre « Pars vite et reviens tard » de Fred Vargas aux éditions J'ai Lu
  • Date de parution :
  • Editeur : J'ai Lu
  • EAN : 9782290349311
  • Série : (-)
  • Support : Poche
Résumé:

L'auteur fait revivre les personnages du commissaire Adamsberg et de Camille, apparus pour la première fois dans "L'homme aux cercles bleus". Rien de rassurant dans cette nouvelle affaire du commissaire, qu'on retrouve ici confronté à un fléau venu du fond des âges :
On l'a peint soigneusement... Voir plus

L'auteur fait revivre les personnages du commissaire Adamsberg et de Camille, apparus pour la première fois dans "L'homme aux cercles bleus". Rien de rassurant dans cette nouvelle affaire du commissaire, qu'on retrouve ici confronté à un fléau venu du fond des âges :
On l'a peint soigneusement sur les treize portes d'un immeuble, dans le 18e arrondissement de Paris : un grand 4 noir, inversé, à la base élargie. En dessous, trois lettres : CLT. Le commissaire Adamsberg les photographie, et hésite : simple graffiti, ou menace ? A l'autre bout de la ville, Joss, l'ancien marin breton devenu Crieur de nouvelles est perplexe. Depuis trois semaines, une main glisse à la nuit d'incompréhensibles missives dans sa boîte à messages. Un amuseur ? Un cinglé ? Son ancêtre murmure à son oreille : «Fais gaffe à toi, Joss. Il n'y a pas que du beau dans la tête de l'homme.»

Donner votre avis

Articles (2)

  • La bibliothèque idéale de Brigitte Kernel
    La bibliothèque idéale de Brigitte Kernel

    Entre Tennesse Williams, Sagan, Proust, Yourcenar, une bibliothèque idéale culte et non hiérarchique !

  • Temps glaciaires de Fred Vargas : fi des conventions !
    Temps glaciaires de Fred Vargas : fi des conventions !

    Intrigue décalée et éclatée entre l’Islande, Paris et la Révolution Francaise : quatre ans après « L’Armée furieuse », les retrouvailles avec le commissaire Adamsberg, le personnage fétiche de Fred Vargas, apportent leur lot de réjouissances policières, géographiques et historiques.

Avis (32)

  • Pars vite et reviens tard, troisième enquête du commissaire Adamsberg, a été publié en 2001 par les éditions Viviane Hamy. Le style de Fred Vargas, inclassable, inimitable, accorde aux mots leur vie propre, les laisse vagabonder, se perdre et se retrouver, dans une sarabande qui n'a de folie que...
    Voir plus

    Pars vite et reviens tard, troisième enquête du commissaire Adamsberg, a été publié en 2001 par les éditions Viviane Hamy. Le style de Fred Vargas, inclassable, inimitable, accorde aux mots leur vie propre, les laisse vagabonder, se perdre et se retrouver, dans une sarabande qui n'a de folie que l'apparence.
    L'originalité du roman réside dans ses délicieuses comparaisons: "Il lui semblait que le Crieur voulait s'assurer de sa présence, qu'il se figurait l'avoir ferré à l'usure, comme un vulgaire poisson. Car le Breton n'avait rien fait d'autre qu'appliquer à la ville ses réflexes brutaux de pêcheur, ramenant dans ses rets les flots des passants comme autant de bancs de morues, en véritable professionnel de la capture. Passants, poissons, du pareil au même dans sa tête ronde, preuve en était qu'il leur vidait les entrailles pour en faire son commerce." (Page 25)...
    ...Dialogues fameux: "-Vous n'essayez pas de me rouler dans la farine, Decambrais? -Pour quoi faire? -Pour jouer au jeu du type qui sait tout et du type qui ne sait rien. Au jeu du malin et du crétin, du culte et de l'inculte, du gnare et de l'ignare. Parce qu'à ce jeu-là, je peux vous embarquer en haute mer moi aussi, et sans gilet de sauvetage." (Page 95).
    Humour: L'un des traits distinctifs du style de Fred Vargas est son humour un peu décalé, à l'image de ses personnages: -Gardez la tête froide, commissaire, dit Lucien en sortant de la pièce. Marc est tatillon, comme tous les médiévistes. Il se perd dans le détails et passe à côté de l'essentiel. -Qui est? -La violence, commissaire. La violence de l'homme. -Qu'est-ce qu'il fait votre ami? -Son premier métier est d'irriter le monde mais ce n'est pas payé. Il exerce cette activité bénévolement." (Page 167).
    Thèmes: le pouvoir des mots, la solidarité, les peurs ancestrales, le droit à la différence, difficulté à trouver sa place dans une communauté.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Toujours dans le cadre du Black November Challenge, je me suis lancée dans ce roman. Ça faisait un moment que ce roman était dans ma pal, je me suis dit « aller hop, c’est l’occasion ! ». J’ai beaucoup entendu parler de cette auteure, et c’est à mon tour de la découvrir.
    Voir plus

    Toujours dans le cadre du Black November Challenge, je me suis lancée dans ce roman. Ça faisait un moment que ce roman était dans ma pal, je me suis dit « aller hop, c’est l’occasion ! ». J’ai beaucoup entendu parler de cette auteure, et c’est à mon tour de la découvrir.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • La découverte d'Adamsberg !

    La découverte d'Adamsberg !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J'aime beaucoup le style d'écriture, la peinture des personnages et la documentation sur le fond. On se plonge dans un monde dont on a bien du mal à sortir avant d'avoir tout lu.

    J'aime beaucoup le style d'écriture, la peinture des personnages et la documentation sur le fond. On se plonge dans un monde dont on a bien du mal à sortir avant d'avoir tout lu.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J'ai découvert Fred Vargas avec ce premier roman qu' une fan m'a conseillé. J'ai appris des choses incroyables sur la peste. Fred Vargas a toujours un sujet très bien documenté qui nourrit ses livres ce qui rend ses intrigues d'autant plus captivantes.

    J'ai découvert Fred Vargas avec ce premier roman qu' une fan m'a conseillé. J'ai appris des choses incroyables sur la peste. Fred Vargas a toujours un sujet très bien documenté qui nourrit ses livres ce qui rend ses intrigues d'autant plus captivantes.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un délice cette Fred Vargas! "Pars vite et reviens tard" ne déroge pas à la règle du maître et est un vrai petit chef d'oeuvre policier!
    Certes, il faut aimer les personnages hauts en couleurs comme les crieurs de rues bretons parisiens et les conseillers en choses de la vie denteliers, ainsi...
    Voir plus

    Un délice cette Fred Vargas! "Pars vite et reviens tard" ne déroge pas à la règle du maître et est un vrai petit chef d'oeuvre policier!
    Certes, il faut aimer les personnages hauts en couleurs comme les crieurs de rues bretons parisiens et les conseillers en choses de la vie denteliers, ainsi que les intrigues qui mêlent un Paris moderne à de sombres histoires moyenâgeuses telles que la peste noire (rien de moins!). Mais avec la poésie humaine et le maniement génial de l'intrigue qui s'en dégagent, ce roman ne peut pas laisser indifférent!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Tout d'abord, je dois vous expliquer un petit quelque chose. Pour mon futur cours de littérature française en licence pro - Métiers du livre, une liste d'auteurs dits "ultra-contemporains" nous était proposée et nous devions donc piocher, au choix, cinq auteurs. Sur ces cinq auteurs, nous...
    Voir plus

    Tout d'abord, je dois vous expliquer un petit quelque chose. Pour mon futur cours de littérature française en licence pro - Métiers du livre, une liste d'auteurs dits "ultra-contemporains" nous était proposée et nous devions donc piocher, au choix, cinq auteurs. Sur ces cinq auteurs, nous devions lire une oeuvre de chacun d'eux, toujours au choix. Fred Vargas faisait partie de cette liste, et j'ai donc immédiatement choisi Pars vite et reviens tard qui est dans ma wishlist depuis quelques mois maintenant. Il faudra rendre compte de ces lectures à la rentrée dans un devoir écrit, et il y aura également des exposés tout au long de l'année. Mes chroniques sur les cinq livres choisis vont beaucoup m'aider à me souvenir de toutes les choses importantes que j'ai pu relever.

    Pars vite et reviens tard fait partie de la saga "Adamsberg" de Fred Vargas, composée de dix tomes et centrée sur les enquêtes du commissaire Adamsberg. C'est le tome 4, mais cela ne m'a posé aucun problème d'adaptation ou de compréhension par rapport aux tomes précédents. Ça aurait d'ailleurs très bien pu être un one shot qu'il n'y aurait pas eu énormément de différences.

    Dans ce tome, on fait la connaissance de Joss Le Guern, un ancien marin légèrement bourru qui exerce la profession de crieur public. Le principe : Les gens lui laissent une note dans une boîte avec une petite somme d'argent pour que cette note soit criée sur la place du quartier, et cela trois fois par jour. Déclarations d'amour, annonces quelconques, insultes, ventes ou achats, tout y passe. Jusqu'à ce que des notes étranges et incompréhensibles soient criées sur la place par Le Guern...
    D'un autre côté, le commissaire Adamsberg qui vient d'être muté à la Brigade Criminelle de Paris reçoit la visite d'une jeune femme, inquiète par des sortes de tags sur les portes de son immeuble : un 4 renversé avec deux petites barres (ndlr : comme on peut voir sur la couverture du livre). Peu à peu, ces 4 vont se propager dans Paris, tout comme les annonces "spéciales" vont se faire de plus en plus souvent.

    Au début de ma lecture, Adamsberg m'a paru être quelqu'un de froid, de mou et très je-m'en-foutiste. J'ai nettement préféré le lieutenant Danglard, plus ou moins proche d'Adamsberg, plus terre à terre parfois, plus simple, même si un peu cliché sur certains points : le flic divorcé de sa femme, qui a sombré dans la déprime et noyant ses peines dans l'alcool. Bon. Mais au fur et à mesure, on s'attache à Adamsberg, à son côté très posé, très "je cache bien mon jeu mais je suis sensible au fond". Et même si c'est un peu un con au niveau relationnel, je l'ai bien aimé.

    Fred Vargas a choisi d'utiliser une écriture très orale dans son récit, très actuelle, où on retrouve de l'argot parisien et même marseillais : le fameux "collègue" ponctué à chaque bout de phrase de la part de Masséna, un confrère policier. L'auteure connait son sujet sur le bout des doigts, elle décrit les villes avec beaucoup de précision, les rues, les lieux importants sont cités, et ça apporte beaucoup au récit. Quant-à ce "fléau" dont la quatrième de couverture parle, je ne peux malheureusement pas vous dévoiler ce que c'est sans vous spoiler. Si toutefois vous voulez savoir de quoi il s'agit, je vous invite à surligner juste ici : il s'agit de la Peste qui a sévit plusieurs fois en France. Beaucoup de recherches ont été faites par Fred Vargas à ce sujet, tant au niveau des dates, des données statistiques, qu'au niveau des "légendes urbaines" que l'on pense vraies encore maintenant. Dans cette histoire est mêlé vie actuelle et faits historiques, et c'est fait avec brio.

    Derrière tout ça se cache un drame auquel je ne m'attendais absolument pas, un événement violent et qui m'a véritablement choquée, de par la chose elle-même mais aussi car je ne m'attendais pas à trouver ce genre de choses dans ce livre.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions