Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Paradis (avant liquidation)

Couverture du livre « Paradis (avant liquidation) » de Julien Blanc-Gras aux éditions Lgf
  • Date de parution :
  • Editeur : Lgf
  • EAN : 9782253179221
  • Série : (-)
  • Support : Poche
Résumé:

II y a des pays en voie de développement et des espèces en voie de disparition. La république des Kiribati est un pays en voie de disparition. Perdu au milieu de l'océan Pacifique, ce petit paradis semble promis à l'engloutissement par le réchauffement climatique. J'ai organisé ma vie autour... Voir plus

II y a des pays en voie de développement et des espèces en voie de disparition. La république des Kiribati est un pays en voie de disparition. Perdu au milieu de l'océan Pacifique, ce petit paradis semble promis à l'engloutissement par le réchauffement climatique. J'ai organisé ma vie autour d'une ambition saugrenue, le quadrillage méthodique de la planète. Moteur : toujours voir un pays en plus. Ce qui se profile ici, c'est un pays en moins. Je dois m'y rendre avant qu'il ne soit rayé de la carte. J.B.-G.

Donner votre avis

Articles (1)

  • Tendance : La catastrophe naturelle inspire les romanciers français
    Tendance : La catastrophe naturelle inspire les romanciers français

    Ouragans, tsunamis, inondations, éruptions : les éléments déchaînés inspirent les auteurs français. Sans remonter jusqu’aux grands classiques (« L’Inondation », nouvelle de Zola ou « La Peste » de Camus), chaque rentrée littéraire, ou presque, livre « son roman de catastrophe ». 

Avis (3)

  • Bienvenue sur

    Julien Blanc-Gras nous emmène sur une île du bout du monde menacée de disparition par la montée des eaux due au réchauffement climatique. Une fenêtre sur une menace bien réelle pour nous tous, par le prisme réaliste et non résigné de l’auteur engagé. Un livre pédagogique,...
    Voir plus

    Bienvenue sur

    Julien Blanc-Gras nous emmène sur une île du bout du monde menacée de disparition par la montée des eaux due au réchauffement climatique. Une fenêtre sur une menace bien réelle pour nous tous, par le prisme réaliste et non résigné de l’auteur engagé. Un livre pédagogique, impliquant et -important- non moralisateur. J’au beaucoup aimé :)

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Écrivain – voyageur pour notre plus grand plaisir, Julien Blanc-Gras est parti en 2012, aux îles Kiribati, pour lesquelles il écrit : « Il y a des pays en voie de développement et des espèces en voie de disparition. La république des Kiribati est un pays en voie de disparition. » (p.11). En...
    Voir plus

    Écrivain – voyageur pour notre plus grand plaisir, Julien Blanc-Gras est parti en 2012, aux îles Kiribati, pour lesquelles il écrit : « Il y a des pays en voie de développement et des espèces en voie de disparition. La république des Kiribati est un pays en voie de disparition. » (p.11). En effet, « Les atolls des Gilbert culminent à peine à deux ou trois mètres d’altitude. » (p.28) à cause du réchauffement climatique.
    C’est ce voyage qui est relaté dans « Paradis (avant liquidation) » dont j’ai trouvé la couverture originale : une île dans un bocal en verre… (pour la protéger ? Certainement).

    Ce lieu pourrait être paradisiaque avec les plages mais la mer est plus que polluée (déchets, égouts…). D’autre part, c’est la misère qui règne ici.
    Avec son humour habituel, par exemple et au hasard : « Malgré une enquête assez poussée, je n’ai pas trouvé de Nutella. » (p.25), l’auteur arrive à bien nous décrire ce risque d’engloutissement à cause de ce grave réchauffement climatique. C’est que les moyens sont quasi nuls car les ONG ne se manifestent pas tellement. Le manque de tourisme y contribue également. Alors on trouve des maladies, de l’alcool, du désœuvrement…

    Pour Julien Blanc-Gras qui écrit : « Le bout du monde se cache plus loin que prévu. On m’avait appris que les antipodes se trouvaient aux alentours de la Nouvelle-Zélande et comme c’est exact, je m’étais empressé d’y croire. Arrivé à Auckland, j’ai tout de même dû emprunter deux avions supplémentaires avant d’apercevoir ma destination. Il faut croire que la géographie n’est pas une science mouvante. » (p.9), voir la détérioration de ce lieu est un constat trop grave.

    Ne connaissant pas ce coin du monde, j’ai fait quelques petites recherches et j’ai vu que Kiribati est un atoll, une république dont la capitale est Tarawa. On dit de cet endroit que c’est à la fois « un enfer et un paradis » et qu’il est le symbole du changement climatique » - que « vues d’Occident, les Kiribati ont souvent été décrites comme un paradis de sable blanc et de lagon turquoise » mais « à y regarder de plus près, c’est aussi un enfer perdu au bout du monde. » » Ce pays est l’un des plus menacés par la hausse du niveau de la mer…. Il est aussi l’un des plus pauvres, dépendant largement des aides internationales et des licences de pêche accordées aux navires étrangers pour puiser dans sa vaste zone maritime. »
    Pour lutter contre cette montée des eaux inexorable, les habitants n’ont que des moyens dérisoires : sacs de ciment, blocs de coraux…
    D’ailleurs, un plan de sauvegarde avait été imaginé : le déplacement de la population aux îles Fidji.

    Ce livre, petit par son format, est une grande source d’informations délivrées par l’auteur qui observe tout, vit le quotidien des autochtones, le tout sans oublier son fameux humour.
    C’est donc un témoignage très sérieux, qui m’a appris énormément et qui m’a confortée dans l’idée de garder l’auteur de « Touriste » et « Briser la glace » au rang des grands globe-trotters.

    J’ai gardé pour la fin, ces quelques lignes extraites de la page 183, au moment du départ : « L’océan envahit le champ de vision. Tawara, future Atlantide, s’éloigne pour devenir un point anonyme dans l’horizon. Vue d’ici, elle évoque ces images de notre planète Terre, minuscule dans le grand vide de l’espace. Une perfection vulnérable, un paradis en sursis. » Il y a même une certaine poésie…

    Mon propre dernier mot : « Cocorico ! » car l’auteur est français, né à Gap...

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Julien le globe-trotter nous emmène aux antipodes pour nous fait découvrir avec humour et intelligence ce petit coin de paradis que le réchauffement climatique condamne aux enfers. Un régal.

    Julien le globe-trotter nous emmène aux antipodes pour nous fait découvrir avec humour et intelligence ce petit coin de paradis que le réchauffement climatique condamne aux enfers. Un régal.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.