Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Oyana

Couverture du livre « Oyana » de Eric Plamondon aux éditions Quidam
  • Date de parution :
  • Editeur : Quidam
  • EAN : 9782374910932
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

« S'il est difficile de vivre, il est bien plus malaisé d'expliquer sa vie. » Elle a fait de son existence une digue pour retenir le passé. Jusqu'à la rupture. Elle est née au pays Basque et a vieilli à Montréal. Un soir de mai 2018, le hasard la ramène brutalement en arrière. Sans savoir encore... Voir plus

« S'il est difficile de vivre, il est bien plus malaisé d'expliquer sa vie. » Elle a fait de son existence une digue pour retenir le passé. Jusqu'à la rupture. Elle est née au pays Basque et a vieilli à Montréal. Un soir de mai 2018, le hasard la ramène brutalement en arrière. Sans savoir encore jusqu'où les mots la mèneront, elle écrit à l'homme de sa vie pour tenter de s'expliquer et qu'il puisse comprendre. Il y a des choix qui changent des vies. Certains, plus définitivement que d'autres. Elle n'a que deux certitudes : elle s'appelle Oyana et l'ETA n'existe plus.

Donner votre avis

Articles (1)

Avis (18)

  • Suite au décès de son ami Manex, Oyana se rapproche de l’ETA et participe malgré elle à un attentat ayant pour victimes une mère et sa fille de 7 ans. Elle n’a plus d’autre choix que de continuer la lutte ou de s’exiler.
    Vingt-trois ans plus tard, installée au Canada, en couple avec Xavier,...
    Voir plus

    Suite au décès de son ami Manex, Oyana se rapproche de l’ETA et participe malgré elle à un attentat ayant pour victimes une mère et sa fille de 7 ans. Elle n’a plus d’autre choix que de continuer la lutte ou de s’exiler.
    Vingt-trois ans plus tard, installée au Canada, en couple avec Xavier, médecin,elle apprend la dissolution de L’ETA et décide de revenir en France.
    Ce roman très renseigné survole une époque tourmentée de combats opposant l’ ETA et les gouvernants.
    D’une écriture tranchante et affutée mais tout en justesse et sobriété, il parle de l’exil, des non-dits, des faux-semblants, des secrets qui n’en sont peut-être pas vraiment… et nous offre un final auquel on ne s’attendait pas.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Au moment d'ouvrir ce roman, l'attente était très forte car j'avais particulièrement apprécié "Taqawan" du même auteur, une petite curiosité particulièrement prenante et mêlant subtilement les genres, bref une vraie pépite. C'est toujours un peu délicat d'être placé dans cette situation car en...
    Voir plus

    Au moment d'ouvrir ce roman, l'attente était très forte car j'avais particulièrement apprécié "Taqawan" du même auteur, une petite curiosité particulièrement prenante et mêlant subtilement les genres, bref une vraie pépite. C'est toujours un peu délicat d'être placé dans cette situation car en général, lorsque j'en attends beaucoup d'un roman, je suis souvent un peu déçu à la fin. Celui-ci n'échappe pas à la règle, je l'ai trouvé un peu moins sympa que "Taqawan", mais ne vous y trompez pas, il reste pour moi un bon roman.

    Eric Plamondon emmène le lecteur sur les traces d'Oyana. Elle vit à Montréal avec son mari. En mai 2018, un évènement va faire ressurgir le passé de cette femme. Cet évènement, c'est l'annonce par l'ETA, l'organisation séparatiste basque, de sa dissolution. Oyana va ressentir une envie irrépressible de revenir en France et écrit une lettre à son mari. C'est avec cette lettre que le lecteur va découvrir le passé d'Oyane et, comme vous pouvez vous en doute, son passé est marqué par l'ETA.

    Je n'en dis pas plus car compte-tenu de la (très) petite taille de ce roman, je peux très vite en dire trop et gâcher un peu le plaisir de la découverte. C'est d'ailleurs ce qui m'a un peu déçu dans ce roman, sa taille. Il y avait la matière pour faire quelque chose d'un peu plus dense, d'un peu plus approfondi sans pour autant donner l'impression de meubler. Ce n'est pas le choix qu'à fait l'auteur, déjà "Taqawan" n'était pas bien épais, mais je ne l'avais pas ressenti pareil.

    Il y avait donc matière à faire quelque chose d'un peu plus fouillé et je suis resté sur ma faim mais cela n'en fait pas un mauvais roman pour autant loin de là même. Le format court en fait un livre intense. Forcément, il n'y a pas de temps mort. De plus, l'auteur arrive à mettre des mots sur des sujets complexes et à faire passer le lecteur par différentes émotions.

    Le personnage principal est très intéressant et on plonge vraiment dans son intimité, ses émotions, ses doutes, c'est un roman qui arrive quand même à en dire beaucoup en aussi peu de pages et pour le coup c'est un petit exploit. Au-delà du personnage, le sujet est également intéressant et donne l'occasion de revenir sur plusieurs faits historiques.

    Vous l'avez compris, je recommande fortement ce petit roman. C'est original, c'est percutant, ça aurait pu être un peu plus dense, un peu plus fouillé mais au final, même si je suis resté un peu sur ma faim, j'ai passé un très bon moment de lecture. Évidemment, si vous ne l'avez pas lu, je vous recommande également "Taqawan" du même auteur.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Un témoignage fort d'une époque pas si lointaine désormais quasiment oubliée ! Passionnant !

    Un témoignage fort d'une époque pas si lointaine désormais quasiment oubliée ! Passionnant !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Quel beau roman que voilà !
    Oyana, basque devenue montréalaise, raconte sa vie à l'homme qu'elle aime, parce qu'elle lui a caché tout un pan de son histoire alors que ça fait plus de vingt ans qu'ils sont ensemble.
    Et par la même occasion, moi j'apprends l'histoire du pays Basque que je ne...
    Voir plus

    Quel beau roman que voilà !
    Oyana, basque devenue montréalaise, raconte sa vie à l'homme qu'elle aime, parce qu'elle lui a caché tout un pan de son histoire alors que ça fait plus de vingt ans qu'ils sont ensemble.
    Et par la même occasion, moi j'apprends l'histoire du pays Basque que je ne connais pas, la pêche à la baleine jusqu'aux rives de Terre-neuve, L'ETA dont j'entendais parler aux infos quand j'étais enfant…

    On parle souvent de fuite en avant, jamais en arrière. Pourtant, là c'est un retour vers le passé qu'Oyana opère, une fuite en arrière, ce qui est assez effrayant car le passé n'est plus et le présent ne lui ressemble jamais.
    Et vouloir retrouver le passé c'est se rendre compte à quel point il est révolu, mort et enterré, c'est réaliser la fuite du temps, qui ne se rattrape pas.

    Oyana fait son voyage à rebours, à la rencontre de ses démons, pour enfin assumer quelque chose, mais pour ce faire elle fuit autre chose.
    J'adore le style Eric Plamondon, que je trouve très particulier et unique.
    Avec ce roman je viens de faire un beau voyage, dans l'espace, mais aussi dans le temps.
    Et puis… quelle chute étonnante !!!

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • L histoire par elle même est le sujet est très intéressant mais je trouve que l auteur nous entraîne pas dans son récit on a du mal à s' accrocher à cette histoire qui pourtant est très bien

    L histoire par elle même est le sujet est très intéressant mais je trouve que l auteur nous entraîne pas dans son récit on a du mal à s' accrocher à cette histoire qui pourtant est très bien

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Oyana ou les mensonges de la vie.

    Tout le monde ment autour d'Oyana, ses parents, son mari, sa famille, ses amis et elle par conséquent !
    Elle ment sur son nom, elle s'appelle Nahua sanchez dans la vie qu'elle mène au Quebec depuis 25 ans avec Xavier son mari médecin , elle fait des...
    Voir plus

    Oyana ou les mensonges de la vie.

    Tout le monde ment autour d'Oyana, ses parents, son mari, sa famille, ses amis et elle par conséquent !
    Elle ment sur son nom, elle s'appelle Nahua sanchez dans la vie qu'elle mène au Quebec depuis 25 ans avec Xavier son mari médecin , elle fait des traductions et évolue sereinement dans sa vie de femme de.
    Sereinement ? Pas tout à fait, son vrai nom est Oyana, elle est née au pays basque.. c'est la seule chose de vrai dans sa vie ! On lui a menti dès son plus jeune age et je ne vous révélerai pas pourquoi.
    Découvrez le! En ouvrant le livre vous pénétrerez dans un monde de mensonges pour la bonne cause, la même qui est mauvaise pour d'autres personnes dès qu'il est question de nationalité, de combats pour l'autonomie, de terrorismes, qu'il soit basque, breton, ou québecois !
    Les attentats tuent, les victimes , coupables aux yeux des uns d'être du mauvais coté, parfois des innocents, pertes involontaires mais comptabilisées, les attentats tuent aussi parmi les terroristes, de toutes façons, tuent les hommes et les femmes, physiquement, moralement ou psychologiquement.

    Une plongée dans le pays basque, dans l'histoire de ce pays divisé entre Espagne et France, des documents passionnants apportent de l'eau au moulin de cette lutte pour l'autonomie, et les hommes au milieu de tout ceci.
    L'auteur, d'origine québecoise, vie en Nouvelle Aquitaine et en profite pour tracer des parallèles entre les mouvements autonomistes des années 70/80, montrer l’enchevêtrement des idées et des luttes, les allers retours des combattants, les pièges de la vengeance et du pardon, l'oubli et la mémoire, tout ce qui laisse des traces indélébiles dans nos vies, que l'on soit spectateur, victime ou terroriste.

    C'est un roman à la forme particulière, en partie épistolaire, plutôt descriptif quand il s'agit de voyages au Québec ou en Aquitaine, très bien documenté mais abordable, tout en étant facile à suivre.

    Laissez vous prendre par la main, jusqu'à la chute.. inattendue.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Ils se sont rencontrés à Mexico et vivent depuis vingt-trois ans à Montréal. Lui est médecin, elle dit s’appeler Nahua Sanchez, être née en France et, orpheline, avoir été élevée par ses oncle et tante au Mexique. Pourtant, lorsque les media annoncent la dissolution de l’ETA en 2018, la digue...
    Voir plus

    Ils se sont rencontrés à Mexico et vivent depuis vingt-trois ans à Montréal. Lui est médecin, elle dit s’appeler Nahua Sanchez, être née en France et, orpheline, avoir été élevée par ses oncle et tante au Mexique. Pourtant, lorsque les media annoncent la dissolution de l’ETA en 2018, la digue construite par Oyana pour tenir éloigné son passé rompt brutalement : elle décide enfin d’affronter la culpabilité qui la ronge depuis près d’un quart de siècle, un secret qui la tient éloignée de son pays basque natal sous une fausse identité. Elle va d’abord tenter de s’expliquer, par écrit, à travers un récit à l’intention de son compagnon, avant d’entamer son retour, chez elle, en Euskadi, pour tenter d’y exorciser ses fantômes.

    L’histoire que dévoile peu à peu Oyana est l’occasion d’intéressants et parfois étonnants rappels historiques, quasi documentaires, sur le nationalisme basque et le rôle de l’ETA, mais aussi sur les liens entre pays basque et Québec, initiés par une longue tradition de chasse à la baleine qui amena les Basques à s’établir parmi les premiers à Saint-Pierre-et-Miquelon, et entretenus plus tard par une fraternité indépendantiste. C’est tout l’attachement de l’auteur pour son pays natal, le Québec, et pour la région de Bordeaux où il vit maintenant, qui transparaît ici, dans une véritable ode à ces deux coins du monde où il fait voyager le lecteur.

    L’installation de ce cadre s’accompagne de la montée d’une tension savamment entretenue, qui finit par rendre la lecture proprement haletante, jusqu’à un dénouement aussi inattendu que magistral. L’on en sort pantelant et admiratif, songeur quant à la violence de l’histoire politique du pays basque, à ce qui fait l’identité d’un peuple, aux différentes formes d’engagement pour faire évoluer une cause, à commencer par la guerre et le terrorisme, et, enfin, à l’impossibilité de réparer certaines erreurs.

    Court et intense, ce texte aussi addictif qu’instructif réussit, en cent cinquante pages, à livrer une réflexion sensible et intelligente sur des sujets complexes. Sa mécanique implacable et bien huilée m’a laissée sonnée et éblouie. Coup de coeur.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • En recevant le livre, j'ai tout de suite été séduite par la couverture colorée et originale. L'éditeur a ici fait un beau travail de forme, tout comme pour le premier roman de l'auteur. Je continuerai en tout cas à suivre les parutions de cette petite maison d'édition.

    Le roman s'ouvre sur le...
    Voir plus

    En recevant le livre, j'ai tout de suite été séduite par la couverture colorée et originale. L'éditeur a ici fait un beau travail de forme, tout comme pour le premier roman de l'auteur. Je continuerai en tout cas à suivre les parutions de cette petite maison d'édition.

    Le roman s'ouvre sur le début de la lettre qu'Oyana écrit à son mari Xavier pour lui expliquer son passé après qu'elle a décidé de quitter subitement Montréal pour rejoindre le Pays Basque. Elle prend cette décision sur un coup de tête lorsqu'elle apprend la dissolution de l'ETA, cette organisation armée basque indépendantiste responsable de nombreux attentats durant la deuxième moitié du XXe siècle. On comprend rapidement qu'elle a elle-même a été mêlée à l'activité violente de l'organisation mais je n'en dirai pas plus. Enfermée dans ses mensonges, elle décide de fuir sa vie bancale reconstruite sur sa nouvelle identité et entame une véritable quête rédemptrice poussée par la culpabilité et le remords. À travers les lettres à son mari mêlés à des coupures de presse, à des anecdotes ou encore à des extraits de textes de loi, l'auteur nous balade dans le passé trouble d'Oyana et nous permet de reconstituer le puzzle de sa vie. Nous suivons l'héroïne sur les traces de son enfance au Pays Basque tandis que les flashbacks nous ramènent à sa fuite vers le Mexique et sa nouvelle vie à Montréal. Le tout est passionnant, c'est remarquablement bien construit. Le rythme est présent tout au long du roman tout comme le suspense qui nous tient en haleine jusqu'à la fin. Un court roman que l'on dévore !

    J'ai été transportée par les descriptions de l'auteur entre le Québec et le Pays Basque. J'ai aimé en apprendre plus sur Franco, les actions de l'ETA et son histoire, sur les velléités d'indépendance tant des Basques que des Québecois, sur la chasse à la baleine. C'est un roman foisonnant très bien documenté qui ne délaisse pas pour autant l'intrigue !

    La forme n'est pas non plus en reste ! À travers des chapitres courts et très différents, l'auteur nous narre ce récit avec beaucoup de finesse. L'écriture est fluide, on se laisse emporte facilement par la plume. On sourit aussi aux quelques expressions truculentes offertes par le québecois.

    Bref, ce court roman est un véritable coup de cœur ! Je suis ravie d'avoir pu le découvrir grâce à lecteurs.com et je m'empresserai de lire son premier roman qui a reçu autant d'éloges que celui-ci. Entre Montréal et le Pays Basque, laissez-vous emporter par l'histoire fabuleuse d'Oyana sur fond de non-dits, de quête identitaire et de regrets...

    thumb_up J'aime comment Commentaire (1)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.