Ouragan

Couverture du livre « Ouragan » de Laurent Gaudé aux éditions Editions Actes Sud
Résumé:

Au coeur de la tempête qui dévaste la Nouvelle-Orléans, dans un saisissant décor d'apocalypse, quelques personnages affrontent la fureur des éléments, mais aussi leur propre nuit intérieure. Un saisissant choral romanesque qui résonne comme le cri de la ville abandonnée à son sort, la plainte... Voir plus

Au coeur de la tempête qui dévaste la Nouvelle-Orléans, dans un saisissant décor d'apocalypse, quelques personnages affrontent la fureur des éléments, mais aussi leur propre nuit intérieure. Un saisissant choral romanesque qui résonne comme le cri de la ville abandonnée à son sort, la plainte des sacrifiés, le chant des rescapés.

Donner votre avis

Articles (1)

  • Tendance : La catastrophe naturelle inspire les romanciers français
    Tendance : La catastrophe naturelle inspire les romanciers français

    Ouragans, tsunamis, inondations, éruptions : les éléments déchaînés inspirent les auteurs français. Sans remonter jusqu’aux grands classiques (« L’Inondation », nouvelle de Zola ou « La Peste » de Camus), chaque rentrée littéraire, ou presque, livre « son roman de catastrophe ». 

Avis(20)

  • Immersion dans l’ouragan qui frappe La Nouvelle Orléans , parallèle entre la ville dévastée et les cœurs dévastés , chant choral sur le malheur de la communauté noire ... on s’attache au retour coûte que coûte contre les éléments déchaînés de Keanu vers Rose suite à un terrible drame inavouable,...
    Voir plus

    Immersion dans l’ouragan qui frappe La Nouvelle Orléans , parallèle entre la ville dévastée et les cœurs dévastés , chant choral sur le malheur de la communauté noire ... on s’attache au retour coûte que coûte contre les éléments déchaînés de Keanu vers Rose suite à un terrible drame inavouable, un doute insupportable ... à sa rencontre avec l’enfant du silence à qui il donnera une légitimité . Un roman à la dimension apocalyptique soutenu par l’écriture incantatoire de Laurent Gaudé

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Beau roman un peu chaotique sur le passage d' un ouragan ayant ravagé la Nouvelle-Orléans. C'est fort, il y a beaucoup de personnages, c'est cependant un peu confus pour moi . La plume de Laurent Gaudé est tout de même agréable et les personnages attachants.

    Beau roman un peu chaotique sur le passage d' un ouragan ayant ravagé la Nouvelle-Orléans. C'est fort, il y a beaucoup de personnages, c'est cependant un peu confus pour moi . La plume de Laurent Gaudé est tout de même agréable et les personnages attachants.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Les personnages, tout d'abord, sont attachants, tous à leur manière. A savoir que tous les personnages sont noirs de peau, et que le thème du racisme est omniprésent dans ce livre. On trouve différents points de vue au sein de ce récit. Tout d'abord, celui de Joséphine Linc. Steelson, une...
    Voir plus

    Les personnages, tout d'abord, sont attachants, tous à leur manière. A savoir que tous les personnages sont noirs de peau, et que le thème du racisme est omniprésent dans ce livre. On trouve différents points de vue au sein de ce récit. Tout d'abord, celui de Joséphine Linc. Steelson, une vieille femme, une "vieille négresse" comme elle le dit elle-même, mais aussi une jeune maman avec son garçon, Byron. Un homme qui revient d'une plateforme pétrolière est a été quelque peu traumatisé par cette expérience, puis Buckeley, un criminel, entouré de ses "collègues" prisonniers, et un révérend (blanc de peau cette fois) qui se prend pour la main de Dieu. Je les ai tous trouvé touchants, sauf le révérend que j'ai eu envie de tuer à plusieurs reprises et que j'ai détesté au plus haut point. Tout ce petit monde va se croiser à diverses occasions, à plusieurs reprises et nous allons suivre ce périple à leurs côtés.

    L'écriture de Laurent Gaudé est très rythmée. Lorsque la "vieille négresse" s'exprime, le paragraphe commence toujours par "Moi, Joséphine Linc. Steelson, négresse depuis presque cent ans" ce qui permet de nous familiariser avec cette femme et avec le récit. Le changement de point de vue apporte également une réelle dynamique à l'histoire. Grâce aux points de vue interne utilisé par quelques uns des personnages, on se met véritablement à leur place, et on vit le cauchemar dans lequel ils sont. Le point de vue omniscient du narrateur nous permet, lui, de mieux comprendre tout ce qui se passe dans la ville, les conséquences de l'ouragan, le passé des personnages.

    On trouve également dans ce récit une (légère) critique de la société américaine qui ne cesse de revenir à cette discrimination, ce racisme, où les blancs se pensent supérieurs et où les afro-américains sont laissés pour compte.

    « Ils nous discernent mieux maintenant, ils peuvent nous compter et voir qu'il n'y a qu'une seule couleur dans le bus (...) et je vois qu'ils comprennent enfin que tous ceux qu'ils ont laissés derrière eux étaient noirs. Ils ont honte. C'est bien. (...) Qu'ils baissent les yeux. »

    Ce livre nous plonge dans une atmosphère palpable, là où tout peut arriver, où les humains sont livrés à eux-même et peuvent sombrer très rapidement dans la folie. On est transporté en Louisiane, au cœur des bayous et de la détresse des gens. Je ne suis pas prête d'oublier cette lecture.

    Je vous partage un extrait qui m'a vraiment marquée dans ce récit, et qui reflète, d'après moi, l'une des plus grandes vérités sur cette Terre.

    « Les hommes détalent, ils ont tort. Ils devraient rester pour voir que leurs maisons ne sont rien, que leurs villes sont fragiles, que leurs voitures se retournent sous le vent. Ils devraient rester car tout ce qu'ils ont construit va être balayé. Il n'y aura plus d'argent, plus de commerce et d'activité. Nous ne sommes pas à l'échelle de ce qui va venir. Le vent va souffler et il se moque de nous, ne nous sent même pas. Les fleuves déborderont et les arbres craqueront. Une colère qui nous dépasse va venir. C'est bien. Les hommes qui restent et verront cela seront meilleurs que les autres. Nous allons tout perdre. Nous allons nous accrocher à nos pauvres vies comme des insectes à la branche, mais nous serons dans la vérité nue du monde. Le vent ne nous appartient pas. Ni les bayous. Ni la force du Mississippi. Tout cela nous tolère, le plus souvent, mais parfois, comme aujourd'hui, il faut faire face à la colère du monde qui éructe. La nature n'en peut plus de notre présence, de sentir qu'on la perce, la fouille et la salit sans cesse. Elle se tord et se contracte avec rage. Moi, Joséphine Linc. Steelson, pauvre négresse au milieu de la tempête, je sais que la nature va parler. Je vais être minuscule, mais j'ai hâte, car il y a de la noblesse à éprouver son insignifiance, de la noblesse à savoir qu'un coup de vent peut balayer nos vies et ne rien laisser derrière nous, pas même le vague souvenir d'une petite existence. »

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Magnifique roman sur la condition humaine à travers cette situation de catastrophe naturelle, on y suit l'héroïne principale sous le nom de Joséphine Linc Steelson qui se dépeint comme une vieille "négresse" libre et combative et on l'as suit à travers ce bouleversant roman, belle écriture...
    Voir plus

    Magnifique roman sur la condition humaine à travers cette situation de catastrophe naturelle, on y suit l'héroïne principale sous le nom de Joséphine Linc Steelson qui se dépeint comme une vieille "négresse" libre et combative et on l'as suit à travers ce bouleversant roman, belle écriture simple et touchante, à lire sans hésiter

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Aucune inquiétude. Commencer un Laurent Gaudé ne peut être que source de bonheur littéraire.
    Pourtant, je suis un peu perdue au départ dans cet entrelacs de personnages sans lien apparent entre eux. Et même, on passe de l’un à l’autre dans la même phrase, et…. on ne sait plus trop de qui ça...
    Voir plus

    Aucune inquiétude. Commencer un Laurent Gaudé ne peut être que source de bonheur littéraire.
    Pourtant, je suis un peu perdue au départ dans cet entrelacs de personnages sans lien apparent entre eux. Et même, on passe de l’un à l’autre dans la même phrase, et…. on ne sait plus trop de qui ça parle.
    Mais, tout se met en place, malgré la fureur de l’ouragan qui s’abat sur La Nouvelle-Orléans.
    Et ces voix sont celles de ceux qui restent debout, qui, jusqu’au bout veulent donner un sens à leur vie. Leurs destins se croisent et s’entremêlent. L’ouragan qui dévaste tout à l’extérieur est aussi à l’intérieur de chacun d’eux.
    Comme toujours, l’auteur nous dépeint un univers lourd et sombre, et réussit à nous y émerger totalement.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • un beau récit, une vision "humaine" et émouvante de ce drame dont on nous a tant parlé d'un point de vue journalistique et "catastrophique".

    un beau récit, une vision "humaine" et émouvante de ce drame dont on nous a tant parlé d'un point de vue journalistique et "catastrophique".

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Plongée au coeur d'un cyclone meurtrier qui ne trouvera sur son passage que les déshérités abandonnés de tous.
    Dans la lignée d'Eldorado, Laurent Gaudé livre ici une histoire sombre et tragique éclairée par une écriture puissante et poétique. Un petit roman qui se lit très vite mais dont les...
    Voir plus

    Plongée au coeur d'un cyclone meurtrier qui ne trouvera sur son passage que les déshérités abandonnés de tous.
    Dans la lignée d'Eldorado, Laurent Gaudé livre ici une histoire sombre et tragique éclairée par une écriture puissante et poétique. Un petit roman qui se lit très vite mais dont les évènements et les personnages, très attachants, restent longtemps gravés en mémoire. Bouleversant.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Laurent Gaudé est un auteur dont j'apprécie la sensibilité. Une fois de plus, il nous présente un personnage qu'on a envie de soutenir en la personne de Joséphine Linc : une pauvre vieille femme noire à l'aura étincelante, tant étincelante qu'elle finirait par éclipser le principal protagoniste...
    Voir plus

    Laurent Gaudé est un auteur dont j'apprécie la sensibilité. Une fois de plus, il nous présente un personnage qu'on a envie de soutenir en la personne de Joséphine Linc : une pauvre vieille femme noire à l'aura étincelante, tant étincelante qu'elle finirait par éclipser le principal protagoniste de ce roman: l'ouragan .
    Je partage le sentiment d' Elie quant à son rapprochement avec " Zola Jackson" : la cause du peuple noire y est représentée avec la même intensité.Ouragan et négritude sont une égale difficulté, une violence dont la vie dépend...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions