Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Oublier son nom ; histoire d'un cas : l'amnésique de Collegno

Couverture du livre « Oublier son nom ; histoire d'un cas : l'amnésique de Collegno » de Christine Dal Bon aux éditions Imago
  • Date de parution :
  • Editeur : Imago
  • EAN : 9782849526828
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

En Italie, les expressions " C'est toi, l'Amnésique de Collegno ? " ou " Qui es-tu, Bruneri ou Canella ? " font partie de la langue courante. C'est dire si le cas judiciaire de Giulio Canella fit - et continue de faire - grand bruit dans l'opinion publique, cas judiciaire dont s'emparèrent... Voir plus

En Italie, les expressions " C'est toi, l'Amnésique de Collegno ? " ou " Qui es-tu, Bruneri ou Canella ? " font partie de la langue courante. C'est dire si le cas judiciaire de Giulio Canella fit - et continue de faire - grand bruit dans l'opinion publique, cas judiciaire dont s'emparèrent d'ailleurs des auteurs comme Leonardo Sciascia ou Luigi Pirandello.
Durant la Première Guerre mondiale, Guilio Canella, blessé à la tête, tombe entre les mains de l'ennemi le 25 novembre 1916. Après le choc physique, le trauma : Canella perd la mémoire. Il est déplacé de camp en camp entre la mer Noire et Constantinople. À la fin de la guerre, alors que la vie reprend ses droits, Canella passe du statut de prisonnier à celui de clochard. Ayant tout oublié - son nom, sa patrie, sa famille, son passé - il erre et vit d'expédients. Après des années de vagabondage, en 1926, il est arrêté en Italie par des carabiniers : confus, suicidaire, il est hospitalisé dans un asile psychiatrique. Au bout d'un an, son médecin lui propose de passer dans les journaux sa photo avec une annonce : " Qui le connaît ? " C'est alors que commence l'Affaire. Tout d'abord reconnu par sa famille, il est ensuite qualifié de vulgaire simulateur dans une lettre anonyme : Canella n'est pas le brillant professeur de philosophie, mais un malfrat, recherché par la police, et familier des pseudonymes.
Se basant sur le journal intime tenu par le patient à l'hôpital psychiatrique de Collegno mais aussi sur les archives et les témoignages de la famille, Christine Dal Bon, spécialiste de l'amnésie d'identité, reprend les éléments du dossier et nous narre au plus près l'étonnant imbroglio dans lequel Canella et sa famille furent pris au piège des années durant.

Donner votre avis