Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Otages

Couverture du livre « Otages » de Nina Bouraoui aux éditions Lattes
  • Date de parution :
  • Editeur : Lattes
  • EAN : 9782709650557
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

«  Je m'appelle Sylvie Meyer. J'ai 53 ans. Je suis mère de deux enfants. Je suis séparée de mon mari depuis un an. Je travaille à la Cagex, une entreprise de caoutchouc. Je dirige la section des ajustements. Je n'ai aucun antécédent judiciaire.  ».
Sylvie est une femme banale, modeste,... Voir plus

«  Je m'appelle Sylvie Meyer. J'ai 53 ans. Je suis mère de deux enfants. Je suis séparée de mon mari depuis un an. Je travaille à la Cagex, une entreprise de caoutchouc. Je dirige la section des ajustements. Je n'ai aucun antécédent judiciaire.  ».
Sylvie est une femme banale, modeste, ponctuelle, solide, bonne camarade, une femme simple, sur qui on peut compter. Lorsque son mari l'a quittée, elle n'a rien dit, elle n'a pas pleuré, elle a essayé de faire comme si tout allait bien, d'élever ses fils, d'occuper sa place dans ce lit devenu trop grand pour elle.

Lorsque son patron lui a demandé de faire des heures supplémentaires, de surveiller les autres salariés, elle n'a pas protesté  : elle a agi comme les autres l'espéraient. Jusqu'à ce matin de novembre où cette violence du monde, des autres, sa solitude, l'injustice se sont imposées à elle. En une nuit, elle détruit tout. Ce qu'elle fait est condamnable, passable de poursuite, d'un emprisonnement mais le temps de cette révolte Sylvie se sent vivante. Elle renaît.
Un portrait de femme magnifique, bouleversant  : chaque douleur et chaque mot de Sylvie deviennent les nôtres et font écho à notre vie, à notre part de pardon, à nos espoirs de liberté et de paix.

Donner votre avis

Articles (1)

Avis (28)

  • Ce roman est un long monologue, celui d’une femme de 53 ans, Sylvie Meyer, qui ne supporte plus d’endurer sa vie.
    Employée modèle citée en exemple mais exploitée par son patron, l’héroïne, soumise depuis sa plus tendre enfance, ne dit mot lorsque son mari la quitte sans explication ni quand...
    Voir plus

    Ce roman est un long monologue, celui d’une femme de 53 ans, Sylvie Meyer, qui ne supporte plus d’endurer sa vie.
    Employée modèle citée en exemple mais exploitée par son patron, l’héroïne, soumise depuis sa plus tendre enfance, ne dit mot lorsque son mari la quitte sans explication ni quand son patron lui demande de lister les personnes néfastes à l’entreprise qu’il veut virer.
    La souffrance, ça la connait à Sylvie, même que ça lui colle à la peau. Mais elle l’endure car, dit-elle, la souffrance, c’est « notre histoire de femmes »
    Elle accepte tout, jusqu’à l’humiliation. C’est qu’on ne change pas comme ça.
    Et un jour, il y a la goutte qui fait tout déborder. Sylvie s’empare d’un couteau, part sans but au volant de sa voiture…et tout s’enchaine jusqu’à la tragédie. Pourtant, bien qu’elle ait perdu les pédales, elle reste d’une lucidité effroyable.

    Le rythme de l’écriture colle bien au récit. D’un côté les confidences de Sylvie, dans un style sans affèterie, de l’autre les ordres du patron.
    Ce court roman est bien construit, il tient en haleine jusqu’à la chute finale, et pourtant j’ai eu du mal à m’immerger complètement dans le destin de cette femme très solitaire. C’est l’histoire de la violence ordinaire avec un beau portrait de femme que nous offre Nina Bouraoui mais son aspect clinique tient l’émotion à distance, ce que j’ai regretté.
    En contrepoint, les hommes sont absolument détestables, que ce soit le prédateur sexuel, le mari déserteur, les flics méprisants ou le patron dictateur, ils n’ont aucune once d’humanité. Du mauvais côté de la barrière, la femme soumise et qui endure la loi des hommes, du bon côté, le mâle tout puissant, et ça frise la caricature.
    Il y a aussi un passage pas très explicite, et c’est au lecteur de deviner ce qui s’est réellement passé, et cela m’a gênée dans ma lecture.
    Sentiment mitigé, donc, pour cette lecture très volatile.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (1)
    • Anne Vacquant le 03/08/2020 à 09h22

      j'ai lu ce vivre aussi (voir mon commentaire sur ma page que je reproduis ici:)
      "Très court roman issu d’une pièce de théâtre. Un style tranchant au début qui se dilue un peu à la fin. Dommage. Des phrases courtes, comme des évidences, l’énonciation de vérités simples venant d’une femme simple qui finalement s’épanche tout en restant modeste. L’histoire banale d’une femme dont les hommes ont détruit « le fil » (p 34), la dignité, le bonheur, à commencer par l’ami, puis son mari, puis son patron, enfin, les policiers."
      j'ai donné trois étoiles également :-)

      thumb_up J'aime
    • Vous souhaitez réagir ? Identifiez-vous ou rejoignez la communauté de lecteurs.com
  • Nina Bouraoui aborde ici la notion d’otage : non pas au sens monnaie d’échange dans le cadre d’un conflit politique ou de lutte entre clans, mais toutes les autres formes d’otages que peuvent vivre les femmes dans leur vie courante. Car oui en 2020 encore, le quotidien peut être parsemé de...
    Voir plus

    Nina Bouraoui aborde ici la notion d’otage : non pas au sens monnaie d’échange dans le cadre d’un conflit politique ou de lutte entre clans, mais toutes les autres formes d’otages que peuvent vivre les femmes dans leur vie courante. Car oui en 2020 encore, le quotidien peut être parsemé de formes d’emprises sournoises ou plus affichées au grand jour : otage de son passé, de son éducation, du milieu social et/ou professionnel, de soi même à vouloir ne pas montrer ses propres faiblesses pour protéger les autres ou par peur du jugement. Un véritable joug dont il est très difficile, voire impossible de s’affranchir, à moins d’un élément déclencheur insupportable, ou même d’une goutte d’eau anecdotique. C’est le processus que déroule Nina Bouraoui avec tant de finesse dans ce livre, tel une bobine de fil, jusqu’au geste irréversible mais libérateur. C’est malheureusement parfois le prix de la liberté, de la libération de la parole, et le point de départ d’une nouvelle vie, de la vie. Un récit très sensible, où la tension va crescendo, avant une lettre finale bouleversante, où l’on se dit que tant de douleurs pourraient être évitées grâce à la communication et l’écoute…. Un roman que j’ai reçu comme un message d’espoir, qui invite à ne pas se résigner à être otage mais au contraire sensible aux signes avant-coureurs.
    https://accrochelivres.wordpress.com/2020/07/28/otages-nina-bouraoui/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Sylvie est une femme simple. Elle a 53 ans, est mariée, a deux enfants, et est cadre dans une entreprise. Un otage banal. Un jour, son mari la quitte, et son employeur lui demande une tâche ingrate (faire la liste de ses collègues par mérite). La coupe est pleine, Sylvie explose d'une manière...
    Voir plus

    Sylvie est une femme simple. Elle a 53 ans, est mariée, a deux enfants, et est cadre dans une entreprise. Un otage banal. Un jour, son mari la quitte, et son employeur lui demande une tâche ingrate (faire la liste de ses collègues par mérite). La coupe est pleine, Sylvie explose d'une manière bien personnelle (vous le découvrirez en lisant le roman). Elle se révolte. Toute sa vie, elle a accepté, aidé les autres, aimer sans aimer, sans prendre du temps pour elle. Elle a pardonné à son mari de ne pas voir vu cette tristesse au fond d'elle, de ne pas avoir posé de questions. Otage est un cri contre toutes les formes d'aliénation. C'est une libération contre la violence du monde (et des hommes). Ce geste va libérer Sylvie, lui redonner un souffle, une envie de vivre pour elle. Nina Bouraoui dresse un beau portrait d'une femme qui va révéler sa force et sa puissance, qui va puiser au fond d'elle et réveiller son instinct de survie. le texte est intense et brut, le rythme est crescendo. On suit l'ascension de la libération de Sylvie. Vous allez dévorer ce court roman en quelques heures durant cette période de confinement !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • "Otages", le dernier roman de Nina Bouraoui fait partie de ma commande en librairie post confinement. Ce n’est pas moi qui l’ai choisi, mais Wissam, adorable libraire de Fiers de Lettres à Montpellier. Je la remercie infiniment, pour cette surprise. Je n’avais pas encore lu cet ouvrage et...
    Voir plus

    "Otages", le dernier roman de Nina Bouraoui fait partie de ma commande en librairie post confinement. Ce n’est pas moi qui l’ai choisi, mais Wissam, adorable libraire de Fiers de Lettres à Montpellier. Je la remercie infiniment, pour cette surprise. Je n’avais pas encore lu cet ouvrage et imaginais le faire très bientôt. Elle a tapé dans le mille.

    Ce roman est l’histoire de Sylvie Meyer, une femme de cinquante ans et mère de deux enfants. Son mari l’a quittée, sans fracas, elle assume, ne pleure pas et continue sa vie à la Cagex, une entreprise de caoutchouc dans laquelle elle dirige une section. Sylvie est de ces femmes simples, que l’on remarque à peine. Elle est travailleuse et fiable. Et puis un beau jour, ou plutôt un soir, elle va commettre une faute. Elle se met en délicatesse avec la loi. Elle craque, en somme. Elle n’est pourtant pas méchante, Sylvie. Elle est juste otage, otage d’une vie dont elle ne veut plus. Et c’est en "dépassant les bornes" qu’elle va tout à coup se sentir libre.
    Nina Bouraoui signe là un magnifique portrait de femme. Je sais, c’est écrit sur la quatrième de couverture, mais je plussoie. J’ai aimé, beaucoup, l’écriture de l’auteure. Les phrases sont courtes, percutantes, efficaces "La joie se construit. Elle n’arrive pas par miracle. La joie, c’est les mains dans la terre, la vase, la glaise, c’est là que l’on peut l’attraper, la capturer." Elles vous prennent par la main et vous entraînent sur le chemin de Sylvie qui sautille, trébuche, repart. Il est impossible alors de s’arrêter. Impossible parce que au fur et à mesure que les pages se tournent le rythme s’accélère. Les mots s’enchaînent et deviennent logorrhée. Ils traduisent parfaitement les sentiments, les ressentiments.

    Nina Bouraoui a le don d’explorer notre société et ses travers, ses horreurs, sans en avoir l’air. Sans fioritures, juste avec des mots simples, sans jugement aucun, elle observe et restitue. Et, longtemps après ses mots continuent de résonner.

    "Otages", un récit que l’on ne peut lire que d’une traite, le souffle court.

    https://memo-emoi.fr

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Dès que j'ai eu connaissance du thème de ce roman j'ai voulu le lire car j'avais le sentiment qu'il parlait de situations que nous avons toutes (nous femmes mais peut-être aussi des hommes) plus ou moins connues. Travail, couple, existence etc.... tout ce que nous pouvons taire et qui a tout...
    Voir plus

    Dès que j'ai eu connaissance du thème de ce roman j'ai voulu le lire car j'avais le sentiment qu'il parlait de situations que nous avons toutes (nous femmes mais peut-être aussi des hommes) plus ou moins connues. Travail, couple, existence etc.... tout ce que nous pouvons taire et qui a tout moment peut exploser.

    Otages : otage d'une vie professionnelle où elle croyait s'épanouir, se sentir valorisée jusqu'au jour où la situation dans laquelle elle se trouve  devient insupportable, otage d'une vie familiale sans heurt qui a volé en éclat, otage d'une vie où elle n'a pas le sentiment d'avoir eu à faire des choix, une vie qu'elle a subie plus qu'elle ne l'a vécue. Le jour où Victor Andrieu, son employeur lui confie une mission pour laquelle sa conscience se réveille. De l'obéissance elle va passer à la révolte et cette prise de conscience va être l'occasion de mettre à jour les blessures et violences de sa vie.

    Ce récit est l'histoire d'un parcours féminin, d'une vie ordinaire, dont on écrirait normalement pas un roman mais qui est très juste dans la restitution faite par l'auteure des situations et souvenirs de son héroïne : enfant, adolescente, épouse et employée. En apparence une vie sans aspérités et puis soudain le vernis craque et enfin elle avoue, elle assume, elle se délivre, elle est.

    J'ai trouvé le ton très juste, très vrai, sans réelle violence physique car la violence ici est plus dissimulée, plus morale et a débuté il y a bien longtemps car à y réfléchir elle est le fruit d'une accumulation de petits indices, de petits faits qui ont construit la femme qu'elle est devenue mais qui ont également abîmé l'image qu'elle a d'elle, de l'amour, de l'existence et son acte de rébellion est salvateur. D'ailleurs certains maux ne viennent pas facilement, ils sont effleurés, suggérés avant d'être enfin exposés.

    Une femme ordinaire, une vie ordinaire mais une écriture qui vous entraîne, douce, délicate et précise, ciselée pour aller à l'essentiel, à l'image de cette femme que rien ne prédestinait à la rébellion, au vrai, au vécu, à l'urgence, au rythme des pensées, en suivant leur cheminement. Nina Bouraoui s'attache à démontrer finalement la force cachée de Sylvie soumise depuis tant d'années, c'est la confession d'une femme à l'aube d'une nouvelle vie au prix d'un acte qu'elle assume, qu'elle revendique presque, une confession salvatrice.

    J'ai beaucoup aimé.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • « Je ne connais pas la violence et je n’ai reçu aucun enseignement de la violence, ni gifle, ni coup de ceinture, ni insulte, rien. La violence que l’on porte en soi et que l’on réplique sur l’autre, sur les autres, celle-là aussi m’est étrangère. C’est une chance, une grande chance. Nous sommes...
    Voir plus

    « Je ne connais pas la violence et je n’ai reçu aucun enseignement de la violence, ni gifle, ni coup de ceinture, ni insulte, rien. La violence que l’on porte en soi et que l’on réplique sur l’autre, sur les autres, celle-là aussi m’est étrangère. C’est une chance, une grande chance. Nous sommes peu dans ce cas, j’en suis consciente. Je connais bien sûr la violence du monde, mais elle n’entre pas sous ma peau.» Autour du personnage de Sylvie Meyer, femme de 53 ans qui se retrouve seule, Nina Bouraoui raconte toute la violence du monde, mais aussi la soif de liberté.

    En exergue de ce roman Nina Bouraoui rappelle qu’elle a d’abord écrit une pièce de théâtre pour un festival dédié aux auteurs féminins. Otages sera d’abord montée en 2015 au théâtre des Mathurins – interprétée par Christine Citti – puis par différents théâtres et adaptations jusqu’en 2019. «Le destin de mon héroïne ne cessant de se raccorder au chaos du monde, j’ai écrit une nouvelle version, inspirée puis échappée du théâtre en hommage aux otages économiques et amoureux que nous sommes.» Si ce roman est une belle réussite, c’est sans doute parce qu’il délaisse les dialogues pour se concentrer sur la psychologie, sur l’évolution de la réflexion de Sylvie Meyer jusqu’à cet épilogue fracassant.
    Mais commençons par faire la connaissance de cette femme de 53 ans, mère de deux enfants et qui se retrouve seule après le départ de son mari. Bien sûr il y eut des alertes, mais Sylvie reste tout de même sous le choc. Car elle a eu l’impression de toujours tout donner pour sa famille, quitte à s’oublier elle-même pour se fondre dans ce rôle de mère courage.
    Il en va de même pour sa carrière professionnelle. Voilà plus de deux décennies qu’elle travaille à la Cagex, une entreprise de caoutchouc, où elle dirige la section des ajustements. Sans faire de vague, en bon petit soldat. Victor Andrieu, son patron, comprend tout le bénéfice qu’il peut retirer de cette nouvelle situation. Ses talents de manipulateur font merveille. Outre les heures supplémentaires qu’elle fait sans rechigner – pour ne pas se retrouver seule dans son appartement – il lui propose d’établir un classement des employés afin d’avoir toujours, en cas de licenciement, une liste des éléments à éliminer en priorité.
    Le talent de Nina Bouraoui est incontestablement dans cette faculté de laisser instiller les choses, de nous faire comprendre que contre tous les poisons qu’on veut lui faire ingurgiter, elle commence à développer des anticorps. Que derrière le visage lisse, le bon petit soldat comprend qu’on joue avec lui. La colère gronde… «Les choses ne surviennent pas d’un coup. On dit qu’elles mûrissent, moi je pense qu’elles se rangent par strates. Il y a un ordre. Ce n’est pas fou, c’est organisé, comme la vie. Je crois en l’enchaînement logique des événements.» Après avoir laissé la violence tout envahir, il va falloir une réaction tout aussi forte pour ne pas sombrer.
    La dernière partie du roman est admirable. Je vous laisse découvrir comment Sylvie, qui était devenue une moins que rien, de celles «qui profitent du malheur et qui en tirent satisfaction» va enrayer cette spirale infernale. Avec force et courage, avec une soif inextinguible de liberté. On peut, bien entendu, lire Otages comme un roman d’émancipation, mais ce serait un peu réducteur. Il y a en effet une dimension sociale, voire même politique, dans ces lignes. Sylvie devenant le grain de sable dans une machinerie qui est mise en place pour étouffer la contestation, pour broyer les sans-grades au profit de ceux qui sont tant avides de pouvoir qu’ils n’ont plus aucune éthique, aucune morale. L’heure de la révolte a sonné !
    https://urlz.fr/cKzr

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Sylvie Meyer étouffe, prisonnière de sa tristesse et du regard d’autrui.
    Pour se rendre libre, pour échapper à son destin linéaire, elle fait une grosse connerie : prendre en otage son patron. Elle y gagnera la prison mais aussi, une fois de plus, la liberté. Elle se sent bien incarcérée, parce...
    Voir plus

    Sylvie Meyer étouffe, prisonnière de sa tristesse et du regard d’autrui.
    Pour se rendre libre, pour échapper à son destin linéaire, elle fait une grosse connerie : prendre en otage son patron. Elle y gagnera la prison mais aussi, une fois de plus, la liberté. Elle se sent bien incarcérée, parce qu’elle n’a plus rien ni personne à craindre.
    Otages, c’est le récit d’une femme que les violences refoulées ont fini par consumer de l’intérieur. Otages, c’est la mort lente d’un mariage que l’auteure décortique avec amertume et lucidité. Otages, c’est l’histoire du pétage de plomb d’une cadre de 50 ans qui réalise sur le tard qu’elle a gâché sa vie pour les autres. Otages, c’est la révélation, tardive dans le roman, d’un viol sur adolescente qui marque à jamais. Si vous en avez marre de mes « C’est… », ne lisez pas ce roman, il en est truffé. Le style s’en trouve très alourdi. Ce n’est pas la seule maladresse. Quand l’auteure parle des hommes ou des femmes, elle joue facile, use de poncifs et de lieux communs. Mais quand elle se centre sur Sylvie Meyer et sa relation aux hommes de sa vie (en bien ou en mal), alors sa prose décolle et nous offre de vrais moments de grâce. Il y a aussi quelque chose qui sonne faux dans ce livre, une volonté de rester neutre, dans le gris, en passant d’une posture très féministe et virulente à une posture plus indulgente pour la gente masculine… en quelques pages. Caroline de Haas le matin, Élizabeth Lévy l’après-midi… pour ainsi dire. Je suis un peu charmée, mais surtout perplexe.
    Bilan :

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Sylvie, 53 ans, mère de 2 grands garçons et séparés de son mari depuis quelques mois, nous raconte comment elle a dérapé. Ne comptant pas ses heures, fidèle et dévouée à son employeur, peu à peu elle se rend compte que son patron se sert d'elle et ne le supporte pas. Elle prend en otage son...
    Voir plus

    Sylvie, 53 ans, mère de 2 grands garçons et séparés de son mari depuis quelques mois, nous raconte comment elle a dérapé. Ne comptant pas ses heures, fidèle et dévouée à son employeur, peu à peu elle se rend compte que son patron se sert d'elle et ne le supporte pas. Elle prend en otage son patron durant une nuit et fini par le relâcher et rentrer chez elle. On assiste à une longue descente aux enfers de cette femme. Cette prise d'otage n'est qu'un déclencheur pour faire ressurgir son passé qu'elle avait enfoui.
    Ce roman montre comment une femme en apparence normale pour ne pas dire banale, renonce à sa liberté pour se fondre dans la masse et devient sa propre otage. Il se lit facilement, c'est fluide, incisif et bien rythmé. Bref il se dévore ! J'ai adoré ce roman et je vous le recommande.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.