Orléans

Couverture du livre « Orléans » de Yann Moix aux éditions Grasset
Résumé:

Aucun résumé n'est disponible pour cet ouvrage actuellement...

Donner votre avis

Articles (1)

Avis(6)

  • Ai abordé ce livre avec appréhension ,mais quelle heureuse surprise!Une plume désuètement élégante pour écrire ce"roman d'humiliation"...
    "On pouvait désormais faire de moi ce qu'on voudrait,je possédais un pouvoir irrévocable:écrire."
    Quelle enfance,martyrisé,détesté,avec des parents qui...
    Voir plus

    Ai abordé ce livre avec appréhension ,mais quelle heureuse surprise!Une plume désuètement élégante pour écrire ce"roman d'humiliation"...
    "On pouvait désormais faire de moi ce qu'on voudrait,je possédais un pouvoir irrévocable:écrire."
    Quelle enfance,martyrisé,détesté,avec des parents qui s'acharnent à détruire tout ce qui l'attire,Yann est happé par la littérature:Gide,Péguy,Ponge,"il s'agissait...de se confronter à la belle nudité du texte..."
    Son père s'acharne ,lui impose des études de mathématiques,auxquelles il va devenir allergique.Ses évocations amoureuses font sourire ,même si là aussi,ce sont humiliations et échecs.
    Puis vint la philosophie...
    "...ce qui est cassé ne se répare pas;ce qui est brisé se brise chaque jour davantage."
    J'aime la prose délicate,classique de l'auteur.Comme il le préconise lui-même,délaissons l'homme,les polémiques pour se centrer sur le texte,rien que le texte!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Comme vous l’avez surement remarqué (à moins d’être enfermé dans une grotte), ce livre a fait beaucoup de remous lors de sa sortie à la rentrée littéraire. Il est à l’origine d’une guerre sans merci entre les membres de la famille Moix, qui rivalisent tous dans l’art de discréditer l’autre… Mais...
    Voir plus

    Comme vous l’avez surement remarqué (à moins d’être enfermé dans une grotte), ce livre a fait beaucoup de remous lors de sa sortie à la rentrée littéraire. Il est à l’origine d’une guerre sans merci entre les membres de la famille Moix, qui rivalisent tous dans l’art de discréditer l’autre… Mais voilà, mon blog n’a pas vocation à s’étendre sur les polémiques et je vais juste tenter de parler humblement de littérature.

    Pour nous raconter son enfance, l’auteur découpe son histoire en deux parties distinctes. La première nous expose les évènements qui se sont déroulés dans sa maison familiale et la seconde à l’école. A chaque année scolaire, une anecdote. Même si les violences de ses parents sont au cœur de l’histoire et sont assez choquantes, le reste du livre est un ensemble de souvenirs nostalgiques qui font de Yann Moix l’homme qu’il est aujourd’hui. Il est question d’études, de filles, de musique et surtout de littérature. Il en profite pour faire une ode à ses écrivains fétiches, sans qui il ne s’en serait pas sorti.

    Mais ce qui fait de ce recueil de mémoires, un grand livre, c’est sa langue de haut niveau. En effet, contrairement à ses œuvres précédentes, l’auteur a su épuré son style, moins ampoulé. Bien sûr, son écriture reste d’un classicisme suranné et dérangera certains lecteurs, mais pour moi ce résultat est tout simplement magnifique. Le texte est maîtrisé et les mots toujours justes. Je me suis même surpris à relire des passages afin d’en apprécier les tournures.

    Yann Moix est un être que j’adulais à une époque pour ses réflexions intelligentes, qui ensuite m’a rebuté (dans sa période télévisée) par sa méchanceté gratuite. Sur le plan humain, il m’est aujourd’hui indifférent mais forcé de constater que c’est un sacré écrivain ! Il manie notre « bon vieux français » avec talent et « Orléans » en est une démonstration éclatante.

    http://leslivresdek79.com/2019/10/01/493-yann-moix-orleans/

    comment Commentaire (1) flag Signalez un abus
  • Mon Dieu! Trop de brui pour ça!

    Mon Dieu! Trop de brui pour ça!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Le roman de Yann Moix aurait dû figurer sur la liste du Goncourt. Mais ce roman est un durian (l’auteur aime les fruits asiatiques). Il sent mauvais (les récentes polémiques familiales, les productions antisémites). Il pique (l’agressivité du tribun télévisuel). Il intrigue, il attire mais au...
    Voir plus

    Le roman de Yann Moix aurait dû figurer sur la liste du Goncourt. Mais ce roman est un durian (l’auteur aime les fruits asiatiques). Il sent mauvais (les récentes polémiques familiales, les productions antisémites). Il pique (l’agressivité du tribun télévisuel). Il intrigue, il attire mais au final, il est exquis ! À la fin du premier chapitre, j’étais cependant face à un dilemme. Ou je me laissais influencer par les soupçons de mythomanie aggravée, et dès lors, le martyr supposé de l’auteur devenait scandaleux, illisible. Ou je faisais abstraction de Moi X Moi = Moix, de son goût exagéré pour la lumière, et je ne m’intéressais qu’au texte. J’ai choisi la deuxième option, sachant que l’autofiction m’indispose - sauf si le vécu est fort et le style mémorable. C’est le cas de ce livre, truffé de trésors, de passages inoubliables et fulgurants : sur la mère (p17), la souffrance (p39), le désir (p91), l’écriture (p100), la libération du père (p130), l’optimisme (p176), le génie (p240), l’aventure des femmes... J’ai parfois remplacé son « je » par un « il », comme s’il parlait d’un autre. Son récit devient alors universel : un enfant que la littérature protège des agressions (parentales). Les pages d’amour dédiées à ses sauveurs, Péguy, Gide, Sartre ou Ponge, sont émouvantes. Je me suis moins intéressée au « dedans » (le foyer de violences) qu’au « dehors » où la sincérité affleure, où la poésie de l’auteur éclate, débarrassée de la nécessité d’exorciser le mal. Je suis d’avis qu’on pardonne son exhibitionnisme à cet amant des lettres, à cet enfant terrible de la littérature française qu’est Yann Moix. Ses excès, ses turpitudes sont les produits de sa seule faiblesse : enrager d’écrire pour exister.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • http://leslivresdejoelle.blogspot.com/2019/08/orleans-de-yann-moix.html

    Dans ce récit autobiographique, Yann Moix raconte son enfance, il scinde son texte en deux grandes parties, Dedans et Dehors, dans lesquelles il retrace son histoire dans de courts chapitres scandés par les changements de...
    Voir plus

    http://leslivresdejoelle.blogspot.com/2019/08/orleans-de-yann-moix.html

    Dans ce récit autobiographique, Yann Moix raconte son enfance, il scinde son texte en deux grandes parties, Dedans et Dehors, dans lesquelles il retrace son histoire dans de courts chapitres scandés par les changements de classe, de la maternelle aux classes préparatoires scientifiques. Chaque chapitre relate un moment d'une de ces années scolaires. Dedans c'est sa vie au sein de la cellule familiale à Orléans ; Dehors, c'est sa vie en dehors de sa famille, l'école, la rue, ses amis et ses premières amours. Les deux parties suivent exactement la même chronologie.

    La première partie est glaçante car Yann Moix y raconte son enfance martyrisée soumis à la violence physique et psychologique de ses deux parents qui ne craignent pas de lui dire qu'ils préféreraient le voir mort. Coups, insultes, humiliations se succèdent de la part de parents qui semblent être de sombres brutes perverses et sadiques. Yann Moix décrit des scènes d'une insoutenable cruauté d'une façon assez factuelle n'évoquant qu’occasionnellement ses ressentis, ses réactions face aux sévices que la folie de ses parents lui fait subir. Très solitaire, il trouve, dès l'âge de neuf ans, refuge auprès d'André Gide " il revivait en moi tandis que je survivais en lui" , premier pas vers une passion pour la littérature qui le sauvera même si ses parents l'ont contraint à s'engager dans des études scientifiques alors qu'il détestait les mathématiques.

    Dans la deuxième partie ses obsessions sexuelles prennent beaucoup de place. Yann Moix s'étend sur ses fantasmes sur une fille différente à chaque chapitre. Ce qui est saisissant c'est la séparation entre ses deux mondes, Dedans et Dehors, car aucune allusion aux traitements qu'il subit chez lui n’apparaît dans cette deuxième partie. De la même façon, dans la première partie l'indifférence du monde extérieur, l'absence de soutien des enseignants, des voisins n'ont pas manqué de m'interroger. Deux mondes irrémédiablement étanches au sein desquels sa passion pour la littérature se renforce et se prolonge dans son désir d'écrire, d'abord en imitant les mots de ses maîtres puis en trouvant sa propre langue jusqu'à la publication de son premier roman.

    Autant la première partie est un témoignage fort, glaçant qui peut permettre de comprendre le personnage public qu'est devenu Yann Moix, autant les fantasmes qu'il étale dans la deuxième partie m'ont profondément ennuyée même si j'ai cru comprendre qu'il voulait ainsi montrer l'origine de ses difficultés avec les femmes mais sa pensée n'est pas toujours facile à suivre... Le découpage Dedans/Dehors, technique narrative que j'ai au départ trouvé très intéressante, m'a finalement semblé assez artificielle, il m'a manqué des liens entre les deux parties très distinctes, des éléments pour comprendre comment il a pu survivre.
    Dès les premiers chapitres on se rend compte qu'on est ici dans de la grande littérature, la plume de Yann Moix que je découvre avec ce roman est très belle, d'une puissance rare. Cependant son utilisation abusive de mots savants et d'effets de conjugaison (imparfait du subjonctif, deuxième forme du conditionnel passé..."J'eusse dû faire l'inverse") finit par rendre son style trop précieux, voire pédant, plus de sobriété dans l'écriture m'aurait permis de mieux l'apprécier. J'ai apprécié que le ton ne soit jamais larmoyant, que ce témoignage soit totalement dénué de voyeurisme. J'ai aimé la pudeur de Yann Moix et le regard assez distancié qu'il porte sur lui-même dans la deuxième partie où il ne manque pas de se moquer de lui-même.
    Ce texte est aussi un très bel éloge à la littérature, un cri d'amour pour les écrivains qui l'ont sauvé, Gide, Péguy, Sartre. Un texte autobiographique qui semble sincère et qui peut être lu par tous ceux qui, comme moi, n'éprouvent aucune sympathie pour ce personnage public qui se révèle être en fait un grand traumatisé. Un texte que j'espère libérateur pour Yann Moix...

    J'ai lu ce roman début août avant la polémique qui sévit autour de texte avec la réaction dans la presse du père de Yann Moix et le tapage médiatique qui en découle. Je suis ravie de l'avoir lu sans rien connaitre de ce règlement de comptes et d'avoir pu le lire comme une oeuvre littéraire hors de tout autre contexte qui ne m'intéresse pas.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • RENTREE LITTERAIRE
    Orléans – Yann Moix
    La lecture de ce livre n’a pas été simple: beaucoup de passages, notamment concernant la description des humiliations subies, m’ont parue trop appuyées pour que je puisse y croire. De nombreuses fois, j’ai retrouvé le mâle imbu de lui-même, omniprésent,...
    Voir plus

    RENTREE LITTERAIRE
    Orléans – Yann Moix
    La lecture de ce livre n’a pas été simple: beaucoup de passages, notamment concernant la description des humiliations subies, m’ont parue trop appuyées pour que je puisse y croire. De nombreuses fois, j’ai retrouvé le mâle imbu de lui-même, omniprésent, autocentré, etc. Et, puis d’un coup, le rideau se déchire et la passion affleure et là, le roman s’illumine et la virtuosité émeut. 
    Chronique ici
    https://vagabondageautourdesoi.com/2019/08/14/orleans-yann-moix/

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Autres éditions(1)

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions