On ne voyait que le bonheur

Couverture du livre « On ne voyait que le bonheur » de Gregoire Delacourt aux éditions Lgf

4

36 notes

  • Date de parution :
  • Editeur : Lgf
  • EAN : 9782253182863
  • Série : (non disponible)
  • Support : Poche
Résumé:

Antoine, la quarantaine, est expert en assurances. Depuis longtemps, trop longtemps, il estime, indemnise la vie des autres. Une nuit, il s'intéresse à la sienne, se demande ce qu'elle vaut vraiment. Par une introspection sans concession, il nous entraîne alors au coeur de notre propre humanité,... Voir plus

Antoine, la quarantaine, est expert en assurances. Depuis longtemps, trop longtemps, il estime, indemnise la vie des autres. Une nuit, il s'intéresse à la sienne, se demande ce qu'elle vaut vraiment. Par une introspection sans concession, il nous entraîne alors au coeur de notre propre humanité, lui qui ne s'est jamais remis de son enfance, ballotté entre faux bonheurs et réelles tragédies.
Orchestré en trois mouvements, du nord de la France à la côte ouest du Mexique, On ne voyait que le bonheur explore aussi le pays de l'adolescence. Et montre que le pardon et la rédemption restent possibles en dépit de tout.

« Ambitieux et maîtrisé. Grégoire Delacourt a fait le voyage au fond de lui-même pour y trouver un trésor, son roman. » Bernard Babkine, Marie France.
« Une jolie réflexion, amère mais lucide, sur la vie. Et notamment la valeur de celle-ci. » Florence Pitard, Ouest France.
« Bouleversant. » Valérie Gans, Madame Figaro.

Donner mon avis

Les derniers avis

  • 0.2

    Coup de cœur inattendu pour ce livre touchant.
    Après avoir eu un peu de mal à rentrer dans cette histoire qui me paraissait légère, voire anecdotique , j'ai été happée par la profondeur de ce récit de vie. Je sors tres emue de cette lecture où se mêlent les thèmes du poids de l'histoire...
    Voir plus

    Coup de cœur inattendu pour ce livre touchant.
    Après avoir eu un peu de mal à rentrer dans cette histoire qui me paraissait légère, voire anecdotique , j'ai été happée par la profondeur de ce récit de vie. Je sors tres emue de cette lecture où se mêlent les thèmes du poids de l'histoire familiale, de l'amour (ou du désamour) filial, et de l'impossible pardon.
    Une lecture à recommander

  • 0.15

    1ère partie assez longue, j'ai eu du mal à accrocher, par contre pour la 2eme et 3ème partie je n'ai rien lâché ! Juste un peu déçue par la fin, trop rapide.
    Par contre j'ai rencontré l'auteur ce week-end, un vrai bonheur !!!!!

    1ère partie assez longue, j'ai eu du mal à accrocher, par contre pour la 2eme et 3ème partie je n'ai rien lâché ! Juste un peu déçue par la fin, trop rapide.
    Par contre j'ai rencontré l'auteur ce week-end, un vrai bonheur !!!!!

  • 0.25

    Très beau livre en trois parties. Plein de légèreté et d'anecdotes dans une première partie. La seconde partie devient peu à peu plus intrigante, la souffrance du personnage se dévoile, jusqu'à son geste. Puis la reconstruction et le pardon????

    Très beau livre en trois parties. Plein de légèreté et d'anecdotes dans une première partie. La seconde partie devient peu à peu plus intrigante, la souffrance du personnage se dévoile, jusqu'à son geste. Puis la reconstruction et le pardon????

  • 0.25

    Ouf. La dernière page vient de se tourner, mon coeur peut reprendre son rythme normal. Ce roman de Grégoire Delacourt est à nouveau une véritable réussite, où l'auteur pousse à son apothéose sont talent de raconteur d'histoire.

    Lâche et famélique, son héros n'en est pas moins touchant et l'on...
    Voir plus

    Ouf. La dernière page vient de se tourner, mon coeur peut reprendre son rythme normal. Ce roman de Grégoire Delacourt est à nouveau une véritable réussite, où l'auteur pousse à son apothéose sont talent de raconteur d'histoire.

    Lâche et famélique, son héros n'en est pas moins touchant et l'on ne peut s'empêcher de compatir aux heurts rencontrés dans sa vie. L'anti-chronologie des événements donne un rythme nouveau au texte, les chapitres qui débutent par une référence chiffrée en guise de titre attisent la curiosité et nous font fouiner entre les lignes à la recherche du pourquoi des ces numéros, les rêves du protagoniste s'entrechoquent à son quotidien plus pragmatique. Dans les premières pages, on s'imagine un récit de vie un peu comme on a l'habitude d'en trouver, puis la narration change, et la fille du héros prend la plume. Héros, peut-on alors continuer de l'évoquer ainsi ?

    Ce roman est brutal, ce roman est douloureux, ce roman est un bijou de littérature. Comment en arriver là, comment peut-on vouloir essayer de comprendre et de pardonner l'impardonnable ? C'est ce qu'essaie de faire Antoine auprès de son fils Léon.

    Antoine, le personnage principal donc, est parfois un peu ennuyeux - mais absolument pas ennuyant - tantôt il se révolte contre son statut d'employé anti-éthique, et les morceaux du pots cassés sont à ramasser immédiatement, tantôt il plonge dans une léthargie de laquelle on a envie de le sortir mais... Ne le secouez pas, il est plein de larmes. L'amour, la séparation, la maladie, la mort : tout s'enchaîne, tout se tricote ensemble, pour au final offrir un récit haut en couleurs et en talent.

  • 0.05

    C’est avec plaisir que j’ai reçu ce livre, de la part de lecteurs.com. Je les remercie encore pour cet envoi !

    Grégoire Delacourt est un auteur dont j’avais déjà entendu parler car j’avais vu l’adaptation cinématographique d’un de ses livres (La liste de nos envies) et j’avais plutôt bien...
    Voir plus

    C’est avec plaisir que j’ai reçu ce livre, de la part de lecteurs.com. Je les remercie encore pour cet envoi !

    Grégoire Delacourt est un auteur dont j’avais déjà entendu parler car j’avais vu l’adaptation cinématographique d’un de ses livres (La liste de nos envies) et j’avais plutôt bien aimé l’histoire.
    Découvrir sa plume m’intéressait et l’occasion c’est présenté quand j’ai reçu cet ouvrage.
    Malheureusement, je m’attendais à tout sauf à ça…

    A mes yeux, le titre du livre est plutôt poétique et nous donne toute suite envie de découvrir l’histoire ! Je m’attendais donc à découvrir un histoire joyeuse comportant des passages philosophiques. Je pensais que l’auteur allait nous expliquer sa vision du bonheur, comment il le définit. Si c’est ce qu’il a fait, sa vision du bonheur est extrêmement déprimante !
    Grégoire Delacourt met en scène Antoine, un papa de de deux enfants. C’est Antoine qui va nous raconter son histoire, à travers des lettres adressées à ses proches comme par exemple son fils Léon ou encore son meilleur ami Frédérick. Enfin c’est ce que j’ai compris car j’ai été totalement perdu au début car Antoine s’adressait à des personnes dont j’ignorais complètement l’identité. Au fur et à mesure, j’ai découvert leur identité et j’ai compris à qui s’adressait l’auteur à travers sa plume mais j’avoue que cette façon d’écrire est assez floue et perturbante pour le lecture, je trouve.
    En ce qui concerne l’histoire, comme je vous l’ai dis, elle est très péjorative, dramatique et limite déprimante ! J’avoue que ce genre d’histoire ne me plaît pas trop et j’ai été perturbée par certains passages donc j’ai décidé d’arrêter ma lecture à la moitié.

    Je ne conseille donc pas spécialement ce livre. Je ne sais pas si c’est moi qui n’ai pas saisi le sens de l’histoire ou l’intention de l’auteur mais en tout cas ce que j’ai compris ne m’a pas touché outre mesure.

  • 0.25

    Un livre si bien écrit d'enfant manquant de preuve d'Amour. Un joli roman plein d'espoir qui fait pleurer et sourire .
    Un assurancier qui raconte son enfance et qui pour moi est enfermé dans une fatalité. J'adore

    Je remercie lecteurs.com pour m'avoir permis de le lire.

    Un livre si bien écrit d'enfant manquant de preuve d'Amour. Un joli roman plein d'espoir qui fait pleurer et sourire .
    Un assurancier qui raconte son enfance et qui pour moi est enfermé dans une fatalité. J'adore

    Je remercie lecteurs.com pour m'avoir permis de le lire.

  • 0.2

    Le nouveau livre de Grégoire Delacourt était attendu, et je n'ai pas été déçue. On est vite pris dans l'histoire touchante, pleine de sincérité et de petites tranches de vie. C'est fascinant de découvrir au fil du roman, comment les manquements de son enfance ont pu façonner Antoine et presque...
    Voir plus

    Le nouveau livre de Grégoire Delacourt était attendu, et je n'ai pas été déçue. On est vite pris dans l'histoire touchante, pleine de sincérité et de petites tranches de vie. C'est fascinant de découvrir au fil du roman, comment les manquements de son enfance ont pu façonner Antoine et presque expliquer ses choix, des échecs. Malgré le caractère tragique de ce qui lui arrive, on se prend à le comprendre, à essayer de ne pas le juger.
    A lire sans plus tarder.

  • 0.25

    Ouf ! quel roman ! Dans sa forme, un tryptique dont le premier volet n’est pas compliqué en soi, mais un peu déroutant. Dès la seconde partie, comme apprivoisée, j’ai été portée par l’histoire qui exprime les ravages des non-dits, du ressentiment, du désespoir accumulé, du manque d’amour, pour...
    Voir plus

    Ouf ! quel roman ! Dans sa forme, un tryptique dont le premier volet n’est pas compliqué en soi, mais un peu déroutant. Dès la seconde partie, comme apprivoisée, j’ai été portée par l’histoire qui exprime les ravages des non-dits, du ressentiment, du désespoir accumulé, du manque d’amour, pour terminer avec une troisième partie, difficile, violente et tendre à la fois, mais magnifique.
    Dans cette famille où « les sentiments restaient à leur place », mais où on aurait pu croire au bonheur, les événements s’enchaînent, les naissances puis la mort, le traumatisme, les difficultés de la vie, la mort, la maladie, la séparation, le désespoir… d’autres encore que je ne nommerai pas dans ce propos pour laisser aux lecteurs accueillir toutes les émotions qui m’ont traversées, j’irai jusqu’à dire « bouleversée ».

  • 0.2

    Antoine est expert en assurances, il passe son temps à traquer les fraudes dans les déclarations aux assurances, il est payé pour rembourser le moins possible. Il pense la vie en sommes et très vite, en vient à évaluer la vie d'une homme. Il a deux enfants, Joséphine et Léon, Nathalie leur maman...
    Voir plus

    Antoine est expert en assurances, il passe son temps à traquer les fraudes dans les déclarations aux assurances, il est payé pour rembourser le moins possible. Il pense la vie en sommes et très vite, en vient à évaluer la vie d'une homme. Il a deux enfants, Joséphine et Léon, Nathalie leur maman est partie. Antoine se débat seul entre son métier, un père atteint d'un cancer en phase terminale et une soeur qui ne prononce qu'un mot sur deux. Antoine, le narrateur raconte son histoire à son fils Léon.


    L' histoire d'Antoine est marquée par le manque d'amour, l'abandon de sa mère d'abord puis de sa femme par la suite, et par la lâcheté, celle de son père qui est toujours resté en retrait, qui n'a jamais rien fait pour recoller les morceaux d'une famille brisée par un drame. Une lâcheté et un manque d'amour qui semblent se transmettre de génération en génération dans la famille, puisque Antoine en digne successeur de son père n'a pas su avoir le courage nécessaire pour sauver son couple et préserver ses enfants. La vie d'Antoine est une lente chute, les manques de son enfance semblent devoir le mener inéluctablement à la folie. Une longue chute qui pour Antoine est l'image même de la vie.

    "Alors on attend un ange, bienveillant, qui se penchera sur vous, qui vous sauvera. Mais les anges ne viennent pas . Les hommes ne se relèvent jamais , c'est ce qui les rend touchants. Ils tombent toujours, avec plus ou moins de distinction ; leurs bras se tendent , leurs mains s'agrippent au vide de leurs illusions, leurs ongles se cassent. La vie n'est qu'une longue chute."


    Avec On ne voyait que le bonheur, Grégoire Delacourt signe à mon humble avis son roman le plus abouti, le plus personnel. Un roman qui explore les conséquences du manque d'amour, ou du manque d'expression de l'amour dans la famille, des lâchetés des parents qui provoquent de graves séquelles dans la vie de leurs enfants, dans la vie des adultes qu'ils seront plus tard. Une sorte de maltraitance souvent involontaire qui peut se transmettre de génération en génération dans l'ADN familial jusqu'à ce que quelqu'un ait le courage de briser, le moule, de soi- même ou par une rencontre. Un roman dur âpre, violent parfois, mais un roman au final plein d'espoir, rien n'est inéluctable, on peut briser la spirale infernale. Un roman au style rythmé, proche du langage parlé que le père utilise pour raconter l'histoire de la famille à son fils, un style plein d'émotion.

    "Il veut grandir vite et je lui conseille de prendre son temps, je lui rappelle que l'enfance est une chance . Un pays sans guerre. je veux y croire pour lui, comme j'avais voulu y croire pour Joséphine et pour Léon, même si je sais que l'enfance peut être un immense champs de ruines. Quand tu es petit , les étoiles sont plus éloignées, et les rêves plus grands. Tu dois sauter pour attraper une pomme à un arbre, arracher quelques cerises. Tu as mille victoires."

  • 0.25

    Deuxième roman que je lis de cet auteur, j’avais déjà apprécié son style et son écriture à la fois tendre et féroce dans la liste de mes envies.

    Ici le personnage principal est un homme assureur Antoine, qui a une vie plutôt rangée il est divorcé de Nathalie et père de 2 enfants une fille...
    Voir plus

    Deuxième roman que je lis de cet auteur, j’avais déjà apprécié son style et son écriture à la fois tendre et féroce dans la liste de mes envies.

    Ici le personnage principal est un homme assureur Antoine, qui a une vie plutôt rangée il est divorcé de Nathalie et père de 2 enfants une fille Joséphine et un fils Léon. Il aime son métier où il doit estimer la valeur, lutter contre la fraude et appliquer le règlement quitte à être sans cœur pour la douleur ou la détresse des gens.

    Sa vie va être bouleversée par une série d’évènements dont la maladie de son père qui a un cancer incurable qui vont modifier sa perception des choses et de la vie et l’amener à modifier radicalement son mode de vie et à faire un choix lourd de conséquence pour lui et sa famille.

    Les chapitres sont originaux et présentés avec des sommes d'argent comme par exemple la somme du paquet de malabar que le narrateur a donné à sa petite sœur Anna en espérant qu’elle retrouve la parole complètement, elle qui l’a perdue suite au décès de sœur jumelle, le prix d’un repas où son père ne l’a pas soutenu, d’une escroquerie par des plombiers un jour férié qui lui fait perdre le respect de ses enfants par exemple. On a ainsi un tableau impressionniste de sa vie et on fait des allers retours entre son présent, son enfance, adolescence, ses fêlures. Son drame personnel celui d’avoir été abandonné par sa mère, l’incapacité de son père à verbaliser ses sentiments et à s’affirmer. La honte qu’il éprouve vis-à-vis de ce père à qui le narrateur ressemble trop.

    Ses pensées intimes défilent avec en toile de fond dans la première partie un rêve fou, un idéal partir au Mexique boire des cocktails sur la plage et profiter de la vie, les parties suivantes se déroulent après un choix dramatique du personnage et on assiste à sa reconstruction et au récit de celui de sa fille qui nous raconte son point de vue sur son père. Cette polyphonie de voix est intéressante, le récit est vif, alerte on comprend rapidement qu’il s’est passé quelque chose de grave mais on ne sait lequel et la tension monte crescendo au fur et à mesure des épreuves du narrateur. Le livre parle aussi bien de la douleur de l’abandon, l’incapacité à exprimer ses sentiments, l’horreur de la maladie à travers le personnage du père et de la belle mère qui diminue et annihile tout. Il montre aussi les petites misères quotidiennes, les rouages implacables de l’administration ici des assurances qui ne font pas de cadeau, du chômage, de la lâcheté. Il y a une belle galerie de personnages secondaires comme Ana la sœur quasi muette d’Antoine, FFF son grand ami depuis l’enfance, la belle mère Colette.

    Mais il parle aussi du pardon, de la reconstruction (« Ici j’ai appris à me défaire lentement de mes morts. Ici le temps m’a réparé »), d’arriver à surmonter ses douleurs et ses épreuves quand le personnage est au Mexique ou quand sa fille apprend à connaître son père et à l’aimer. On se retrouve tour à tour dans les différents personnages et on suit cette tragédie moderne grâce au style efficace et sans concession de l’auteur.

    J’ai vraiment apprécié cette lecture même si au départ j’ai été déconcerté par l’absence de chronologie des évènements qui s’explique à la fin de la première partie, j’ai aimé ce portrait d’homme blessé qui se " construit de travers" comme il dit , son regard acide sur la société moderne, l’inhumanité de pôle emploi ou les assureurs qu’ils comparent à des hyènes. Les passages sur le Mexique sont très poétiques avec la description de l’hôtel, les passages où il raconte son amour pour sa mère, sa rencontre avec son ex femme ou la légende sur la pluie. De même j’ai aimé le changement de point de vue avec l’histoire de la fille du narrateur, comment elle apprend à devenir une jeune femme, à comprendre les erreurs de ses parents, à se reconstruire elle aussi qui a grandit comme son père de travers.

    Un livre plein d’humanité qui nous fait comprendre que le bonheur passe vite, qu’il ne faut pas s’attarder à la vitrine, qu’il faut parfois oser et surtout il faut faire avec nos blessures d’enfance et nos lâchetés mais aussi nos rêves car c’est elles qui nous construisent. Alors plongez de l’autre côté du miroir et découvrez la vie d’Antoine.

Voir tous les avis

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Les articles associés

Widget

Code à intégrer dans votre page

Code à intégrer dans votre page

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Du même auteur

L'écrivain de la famille Gregoire Delacourt LGF

3.806451612

Voir tous les livres de Gregoire Delacourt

Autres éditions

On ne voyait que le bonheur Gregoire Delacourt LATTES

4

Voir toutes les éditions

Récemment sur lecteurs.com