Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Ohio

Couverture du livre « Ohio » de Stephen Markley aux éditions Albin Michel
Résumé:

Par un fébrile soir d'été, quatre anciens camarades de lycée désormais trentenaires se trouvent par hasard réunis à New Canaan, la petite ville de l'Ohio où ils ont grandi.

Bill Ashcraft, ancien activiste humanitaire devenu toxicomane, doit y livrer un mystérieux paquet. Stacey Moore a... Voir plus

Par un fébrile soir d'été, quatre anciens camarades de lycée désormais trentenaires se trouvent par hasard réunis à New Canaan, la petite ville de l'Ohio où ils ont grandi.

Bill Ashcraft, ancien activiste humanitaire devenu toxicomane, doit y livrer un mystérieux paquet. Stacey Moore a accepté de rencontrer la mère de son ex-petite amie disparue et veut en profiter pour régler ses comptes avec sa frère, qui n'a jamais accepté son homosexualité. Dan Eaton s'apprête à retrouver son amour de jeunesse, mais le jeune vétéran, qui a perdu un oeil en Irak, peine à se raccrocher à la vie. Tina Ross, elle, a décidé de se venger d'un garçon qui n'a jamais cessé de hanter son esprit.

Tous incarnent cette jeunesse meurtrie et désabusée qui, depuis le drame du 11-Septembre, n'a connu que la guerre, la récession, la montée du populisme et l'échec du rêve américain. Chacun d'entre eux est déterminé à atteindre le but qu'il s'est fixé.

À la manière d'un roman noir, cette fresque sociale et politique hyperréaliste s'impose comme le grand livre de l'Amérique déboussolée et marque l'entrée en littérature d'un jeune écrivain aussi talentueux qu'ambitieux.

« Le coeur de ce premier roman ambitieux n'est pas les grandes déclarations dont il se fait l'écho mais les plus petits moments qu'il dépeint, le portrait sincère qu'il brosse de vies abîmées et contrariées. Car c'est à l'échelle humaine que se révèle la vérité du monde dans lequel nous vivons. » The New York Times

Donner votre avis

Articles (1)

Avis (6)

  • C’est un récit dense, à quatre voix que nous propose avec beaucoup d’ énergie, dans une sorte de logorrhée qui entraîne le lecteur dans un tourbillon vertigineux. De l’adolescence à l’âge adulte on suit le destin de quatre jeunes américains moyens, des filles et des garçons que les pulsions...
    Voir plus

    C’est un récit dense, à quatre voix que nous propose avec beaucoup d’ énergie, dans une sorte de logorrhée qui entraîne le lecteur dans un tourbillon vertigineux. De l’adolescence à l’âge adulte on suit le destin de quatre jeunes américains moyens, des filles et des garçons que les pulsions sexuelles de l’adolescence entrainent parfois au-delà du raisonnable.

    Tina, Stacey, Bill, Dan vont l’un après l’autre lever le voile sur une période trop alcoolisée et fumeuse pour que les limites ne se trouvent pas franchies. Les récits se complètent en se contredisant parfois. Les aléas de la mémoire recréent la légende, et ce d’autant que les traumas fondateurs ont pu altérer les souvenirs. Construit comme un puzzle qui ne révélerait le tableau complet que lorsque que la dernière pièce prendrait sa place. A l’âge adulte, certains en sont profondément marqués. La guerre en Irak et l’attentat des tours jumelles achèvent de brouiller les cartes dans ces esprits perturbés.

    C’est à la fois un constat d’échec personnel pour chacun des personnages qui au gré de leur errance se confrontent à ce qui reste des souvenirs de leur jeunesse. Il faudra arriver à la toute fin du roman pour comprendre ce qui s’est vraiment passé.

    Guerre, drogue, racisme, régression cognitive sur fond de religion, c’est un portrait sans complaisance de l’Amérique contemporaine, vacillant sur les socles chimériques de ce qui fut le rêve américain.

    C’est noir, violent, et cru, sans concession et porté par une écriture vive, dense, qui demande une attention soutenue, et nécessite une concentration sans faille pour avancer dans le récit.

    comment Commentaire (0)
  • Il est rare qu'un premier roman percute le lecteur d'un uppercut aussi dévastateur, le laissant K.O après 560 pages d'une noirceur absolue tout en ouvrant une réflexion profonde sur l'Amérique post 11 septembre 2001.

    Après un incipit implacable et désenchanté en forme de défilé funéraire (...
    Voir plus

    Il est rare qu'un premier roman percute le lecteur d'un uppercut aussi dévastateur, le laissant K.O après 560 pages d'une noirceur absolue tout en ouvrant une réflexion profonde sur l'Amérique post 11 septembre 2001.

    Après un incipit implacable et désenchanté en forme de défilé funéraire ( celui d'un jeune soldat tué en Irak ), Stephen Markley plonge son récit dix ans après dans la ville fictive de New Canaan, Midwest, Ohio, conçue comme un microcosme emblématique de la décadence du pays. Quatre personnages principaux, bientôt trentenaires, anciens amis au lycée, y reviennent une même nuit, animés par des motivations très différentes.

    Quatre chapitres, un pour pour chacun, dressant leur portrait de façon terriblement précise : il y a Bill, le révolté épris de justice sociale, ultra politisé et désormais junkie qui doit livrer un mystérieux colis ; Stacey, l'ex ado maladroite et chrétienne qui a réussi ses études, enfin prête à affirmer sans honte son homosexualité, revenu enquêter sur la disparition d'une ex petite amie qui a compté ; Dan, le plus touchant, ancien lycéen timide et intello, vétéran de l'Irak où il a perdu son oeil, il veut retrouver son premier amour ; et Tina, la belle nana du lycée devenue caissière chez Wal Mart, en quête de vengeance. Autour de ces quatre-là gravitent une bonne vingtaine de personnages secondaires. Cela pourrait être des stéréotypes et pourtant non, on sent rapidement toute l'épaisseur psychologique qui les enveloppe.

    Il est également rare qu'un premier roman soit aussi riche dans sa construction. Les quatre récits se déroulent tous sur une même période, 12 heures d'environ, et entremêlent au présent des flashbacks de la période lycée. le lecteur est témoin de cette nuit à partir de perspectives distinctes et parfois contradictoires. Des fils sont laissés en suspens puis repris dans un chapitre suivant, des détails occasionnels prennent soudainement une signification nouvelle et surprenante. le procédé est classique mais là, il est incroyablement bien maitrisé : des secrets sont révélés, des trahisons dévoilées, des choix terribles à assumer, jusqu'à la déflagration finale qui explose lorsque tous les événements présentés, passé et présent, finissent par s'interconnecter.

    Il est tout aussi rare qu'un premier roman affiche aussi haut ses ambitions : sonder à la fois les tréfonds de la condition humaine et tenter d'expliquer l'histoire politico-sociale d'un pays. L'auteur se pose en quasi moraliste et on sent bien à quel point le choix de son casting et des trajectoires diverses qu'il offrent est un arsenal pour dézinguer l'accélération de la dégénérescence de l'Amérique post 11 septembre : hypocrisie de la religion, homophobie latente, violences sexuelles, récession économiques, guerres impérialistes, ravages de la toxicomanie ... oui il y en a beaucoup et parfois trop car l'auteur est déterminé à écrire des pages à la puissance explosive pour étayer sa thèse. Ce systématisme alourdit parfois son propos mais n'enlève en rien son acuité.

    Finalement, c'est sur un autre terrain, plus intimiste, que j'ai trouvé cet Ohio le plus convaincant : lorsqu'il évoque la persistance et la modification de la mémoire au cours d'une vie à partir de la période fondatrice et brutale de l'adolescence. Chaque page évoquant un fait présent semble appuyer sur un piston qui réactive un souvenir, bon ou mauvais. Et c'est très fort de voir ces personnages se débattre avec leur vécu d'adolescent, ruminant leur échec adulte alors qu'ils pensaient conquérir le monde, tentant d'étouffer des reflux douloureux en les requalifiant sans vraiment parvenir à tromper leur conscience. Et pourtant, dans cet océan de colère et de désillusion, ils cherchent malgré tout la petite lumière venue de leurs jeunes années qui pourraient leur apporter la rédemption.

    Un premier roman au lance-flamme, à la force de conviction dévastatrice. Indubitablement marquant. Terriblement sombre.

    comment Commentaire (0)
  • Ohio, Stephen Markley c/Albin Michel ! Excellent premier roman qui dépend avec subtilité et brio cette Amérique du Midwest que l'on connaît finalement assez peu, hormis l'envie de s'y plonger lors d'un voyage d'étude. Les personnages (trentenaires) sont tous aussi intéressants les uns que les...
    Voir plus

    Ohio, Stephen Markley c/Albin Michel ! Excellent premier roman qui dépend avec subtilité et brio cette Amérique du Midwest que l'on connaît finalement assez peu, hormis l'envie de s'y plonger lors d'un voyage d'étude. Les personnages (trentenaires) sont tous aussi intéressants les uns que les autres, qui se croisent et s'entrecroisent au fil du roman - non sans rappeler leurs années adolescentes. Et leurs aspérités de nous renvoyer à des thématiques qui participent de l'universel comme de l'existentiel. Plume souvent acerbe autant qu'efficace sinon redoutable !

    A ne pas louper en cette rentrée qui nous promet des élections américaines sans grande surprise, celle de retrouver probablement Trump pour un deuxième mandat. Et en lisant Markley, on comprend combien son socle d'électeurs ne perd rien de sa force face aux esprits progressistes ! A moins d'un coup d'éclat des Démocrates ??? l'Amérique ne cesse de nous surprendre pour le meilleur parfois, pour le pire souvent ! (voire les récents affrontements)

    Christophe MARIS, journaliste-écrivain

    comment Commentaire (0)
  • OHIO de Stephen Markley
    Traduit par Charles Recoursé
    Éditions Albin Michel (coll. Terres d'Amérique)

    OHIO débute avec une phrase percutante qui symbolyse bien la façon dont l'Amérique traite ses enfants : "Il n'y avait pas de corps dans le cercueil. C'était un modèle Star Legacy rose...
    Voir plus

    OHIO de Stephen Markley
    Traduit par Charles Recoursé
    Éditions Albin Michel (coll. Terres d'Amérique)

    OHIO débute avec une phrase percutante qui symbolyse bien la façon dont l'Amérique traite ses enfants : "Il n'y avait pas de corps dans le cercueil. C'était un modèle Star Legacy rose platine en acier inoxydable 18/10 qu'on avait loué au Walmart du coin et enveloppé dans un grand drapeau américain." (p11)

    Et voilà, c'est avec un cercueil de location rose et bon marché que l'on rend hommage à un jeune homme du pays tué lors d'une mission en Irak ! C'est triste non ? Mais le ton est donné ! OHIO est un roman plein d'impertinence et, par moment, politiquement incorrect pour notre plus grand plaisir (d'ailleurs, je ne résiste pas à citer une phrase de la page 63 qui m'a bien fait marrer : "Les choses commencèrent à changer en 2000, quand le mange-merde qui gouvernait le Texas vola la présidentielle au vice-président mou et incompétent").

    Personnellement, j'ai trouvé que la façon dont est structuré ce roman est très intelligente : car OHIO est principalement composé par quatre nouvelles qui se concentrent chacune sur un personnage différent. Quatre histoires distinctes qui se superposent afin de mettre en perspective les événements d'une même nuit tout en expliquant comment les séquelles du 11 septembre ont menées au déclin de ces régions rurales américaines telles que l'Ohio. Tous les personnages que l'on rencontrera dans ce roman seront le reflet d'une Amérique brisée que ce soit par la récession, la fuite des industries, les ravages de la drogue, la violence sexuelle, la guerre, le bouleversement écologique, etc.

    J'ai adoré OHIO mais les quelques petits défauts (notamment des longueurs et un peu trop de bavardages) m'ont fait passer à côté du coup de coeur. Il aurait mérité d'être un peu plus acéré et dense mais c'est un excellent premier roman qu'il faut absolument lire pour comprendre l'Amérique d'aujourd'hui.

    Stephen Markley est un auteur à suivre.

    Mille mercis au Picabo River Book Club et aux Éditions Albin Michel pour ce partenariat.

    comment Commentaire (0)
  • Bang ! Quelle grosse claque que ce premier roman d'un jeune américain de 35 ans !
    Si je m'attendais à être sonnée comme ça en refermant ce livre...

    A New Canaan, Ohio, comme dans beaucoup d'autres petites villes des États-Unis, on se connaît presque tous, on va au collège ensemble et on rêve...
    Voir plus

    Bang ! Quelle grosse claque que ce premier roman d'un jeune américain de 35 ans !
    Si je m'attendais à être sonnée comme ça en refermant ce livre...

    A New Canaan, Ohio, comme dans beaucoup d'autres petites villes des États-Unis, on se connaît presque tous, on va au collège ensemble et on rêve soit de faire son cocon douillet dans cette ville qui nous a vus grandir, soit d'y échapper et de partir loin.

    Cette nuit-là, quatre anciens lycéens sont de retour en ville.
    D'une manière terriblement efficace et télévisuelle (c'est parfait, HBO a acheté les droits du livre pour en faire une série), Bill, Stacey, Danny et Tina vont chacun leur tour livrer leur récit de cette nuit.

    Quelle intensité dans ce roman ! Quelle maturité ! Stephen Markley fait lui-même partie de cette génération de jeunes américains qui ont vu et subi les bouleversements de leur pays ; le terrorisme, les guerres, le populisme, la crise des opioïdes, il saisit l'air du temps à la perfection.
    Le regard est sombre, le portrait de l'Amérique est sans fard.

    Mais au-delà de l'aspect politique indéniable d'Ohio, cette détresse qui habite nos quatre jeunes adultes en fait des personnages dramatiques à souhait.
    S'ils peuvent sembler basiques de prime abord, ils sont en réalité d'une complexité infinie.
    Chacun d'entre eux va se remémorer son passé, ce qui l'a poussé à quitter cette petite "ville de ploucs" et ce qui l'a fait revenir ce soir-là. Et ce sont les absents qui ont le plus de force, comme Lisa dont l'ombre plane sur le roman entier.

    Je pourrai continuer pendant des heures à raconter des choses totalement décousues sur ce roman mais je crois que je vais plutôt vous dire Lisez-le !

    comment Commentaire (0)
  • New Canaan est une petite ville de l'Ohio sans charme et appauvrie par la fermeture de son aciérie et la crise de 2008.
    Un soir d'été quatre trentenaires, anciennes connaissances de lycée, s'y croisent, par hasard, et c'est l'occasion pour chacun de se remémorer ces années clés pour leur...
    Voir plus

    New Canaan est une petite ville de l'Ohio sans charme et appauvrie par la fermeture de son aciérie et la crise de 2008.
    Un soir d'été quatre trentenaires, anciennes connaissances de lycée, s'y croisent, par hasard, et c'est l'occasion pour chacun de se remémorer ces années clés pour leur vie future, celles qui les ont préparées plus ou moins bien à rentrer dans l'âge adulte.
    Bill, Stacey, Dan et Tina, 4 personnages principaux et 4 parties dans ce roman foisonnant qui nous donne à vivre cette fameuse nuit avec chacun d'entre eux. Les retours dans le passé pour raconter leurs années lycée et les liens qui les unissent sont parfaitement maîtrisés.
    Petit à petit on comprend comment les blessures d'adolescents ont laissé des cicatrices mal refermées. Qu'est ce qui a conduit Dan à aller combattre en Irak, Bill à se droguer, Stacey à voyager, Tina à se venger, tous à quitter New Canaan pour tenter de se sauver, quand pour ceux qui restent tout finit par aller mal.
    Sans être un polar, ce roman noir nous tient parfaitement en haleine. Quel drame s'est joué ? Qui sont les victimes ? de qui et de quoi ?
    C'est extrêmement dur, la violence est partout chez ces lycéens, dans les relations amoureuses et amicales, l'usage de drogues.
    Des pages véritablement bouleversantes et révoltantes sur l'ultra violence et le non sens de la guerre en Irak.
    Ces jeunes sont le fruit d'une Amérique déroutée par la crise économique, divisée par la guerre, sexiste, celles des années Bush et qui ne voit pas arriver de grands changements sous l'administration Obama, une Amérique décrite de façon ultra réaliste et qui ne fait pas rêver.
    Très grand premier roman !
    Traduction Charles Recourse

    comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.