Nouvelles du jour et de la nuit : le jour

Couverture du livre « Nouvelles du jour et de la nuit : le jour » de Hubert Haddad aux éditions Zulma
  • Date de parution :
  • Editeur : Zulma
  • EAN : 9782843045264
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Les nouvelles d'Hubert Haddad constituent un univers en soi, un continent insubmersible entre songe et réalité, une rivière de romans-source. Les personnages en quête d'absolu, les monstres secrets, les phénomènes de cirque, les femmes fatales et les acteurs fous, investissent des cités... Voir plus

Les nouvelles d'Hubert Haddad constituent un univers en soi, un continent insubmersible entre songe et réalité, une rivière de romans-source. Les personnages en quête d'absolu, les monstres secrets, les phénomènes de cirque, les femmes fatales et les acteurs fous, investissent des cités authentiques ou inventées, des îles fantastiques ou des no man's land très mystérieux où se jouent des épreuves en forme d'énigmes.
L'effroi et la merveille sont ici partout au rendez-vous. Chacune de ces histoires nous propulse dans la brûlante actualité des mythes et des légendes, aujourd'hui même le plus souvent. Tous ces drames et ces paysages insolites ou trop réels, nous nous empressons d'y croire avec délice afin de perpétuer la magie de la lecture.
Hubert Haddad nous parle de notre être intime, de nos cauchemars comme de nos aspirations à un autre monde, avec un bonheur d'invention, une fantaisie alerte qui font de cette somme en deux coffrets de cinq recueils chacun - l'un dédié au soleil et l'autre à la lune - un monument de mots voué au très folâtre culte de la fiction et à l'imaginaire.

Nouvelles du jour et de la nuit : le jour est une magnifique boîte de format 13,5 x 20 x 7 cm qui contient 5 volumes de 128 pages chacun :
Le Cabaret de la mère folle Le Souffle de l'Agone Le Soleil des scorpions Un été vaudou Le Jardinier et le faux nègre À découvrir également Nouvelles du jour et de la nuit : la nuit, dans lequel on retrouvera :
L'Inconnu du terminal Beaufor Juliette avant la nuit Le Robot mélancolique Le Prince d'automne Le Langage des fleurs

Donner votre avis

Le courrier des auteurs

Hubert Haddad répond à nos questions ! (30/08/2011)

1) Qui êtes-vous ? ! Un inventeur d'histoires et un amoureux du langage, ce qui résume le nouvelliste et le romancier que je m'efforce d'être. Ce que Rimbaud appelait «un horrible travailleur», avec l'espoir d'atteindre à cette grâce : quand l'oeuvre ne laisse rien voir de l'horreur vécue d'un tel labeur. 2) Quel est le thème central de ce livre ? L'événement - accident, rencontre, prodige ou miracle - qui bouscule le quotidien d'un personnage comme vous et moi. Ce livre est constitué de soixante courts récits partagés en dix volumes et deux coffrets : «nouvelles du jour, nouvelles de la nuit». Dans chacune, j'ai tenté de capturer l'instant indicible où tout bascule, pour le meilleur ou pour le pire, ce moment de révélation où la vie prend un sens absolu. Saltimbanques, jeunes femmes perdues, milliardaires confrontés à leur néant, aventuriers au bout d'un monde, chacun de mes personnages fait l'expérience de l'autre côté, de la frontière, du secret derrière le confort des apparences. 3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ? Chaque incipit de ces soixante histoires, ou peut-être davantage les excipit (dernières phrases), ainsi : «Même le sursis d'un instant sépare infiniment de l'éternité des morts» (Le Prince d'automne) «La vie, songea-t-elle : quelque chose qui dure sous un mol éblouissement.» (L'inconnu du terminal Beaufort) Seul l'amour me sauvera de la promiscuité, là-bas, sous les arbres de goudron, parmi les lions du crépuscule.» (Janus à pile ou face) 4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ? Une de mes histoires, «La Belle Rémoise», raconte la folie d'un musicien qui voudrait traduire la ville de Reims en un oratorio qui soit son empreinte sonore. L'écrivain, comme ce musicien, tente d'inventer une musique originale dans chacun de ses textes, mais il peut n'être pas insensible à Bach ou Charlie Parker. Pris de court, je mettrais en épigraphe de ces nouvelles un prélude de Charles-Valentin Alkan : «La chanson de la folle au bord de la mer». 5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ? Le beau silence de l'intuition, après ce rendez-vous privilégié qu'est ou que voudrait être un livre. On n'écrit au fond que pour cette rencontre aussi intime qu'impersonnelle, faite d'empathie, d'amitié, voire d'amour.

Contenu proposé par lechoixdeslibraires.com

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions