Nos richesses

Couverture du livre « Nos richesses » de Kaouther Adimi aux éditions Seuil
  • Date de parution :
  • Editeur : Seuil
  • EAN : 9782021373806
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

En 1935, Edmond Charlot a vingt ans et il rentre à Alger avec une seule idée en tête, prendre exemple sur Adrienne Monnier et sa librairie parisienne. Charlot le sait, sa vocation est de choisir, d'accoucher, de promouvoir de jeunes écrivains de la Méditerranée, sans distinction de langue ou de... Voir plus

En 1935, Edmond Charlot a vingt ans et il rentre à Alger avec une seule idée en tête, prendre exemple sur Adrienne Monnier et sa librairie parisienne. Charlot le sait, sa vocation est de choisir, d'accoucher, de promouvoir de jeunes écrivains de la Méditerranée, sans distinction de langue ou de religion. Placée sous l'égide de Giono, sa minuscule librairie est baptisée Les Vraies Richesses. Et pour inaugurer son catalogue, il publie le premier texte d'un inconnu : Albert Camus. Charlot exulte, ignorant encore que vouer sa vie aux livres c'est aussi la sacrifier aux aléas de l'infortune et de l'Histoire.

En 2017, Ryad a le même âge que Charlot à ses débuts. Mais lui n'éprouve qu'indifférence pour la littérature. Étudiant à Paris, il est de passage à Alger avec la charge de repeindre un local poussiéreux, où les livres céderont bientôt la place à des beignets. Pourtant, vider ces lieux se révèle étrangement compliqué par la surveillance du vieil Abdallah, le gardien du temple.

Donner votre avis

Avis(37)

  • Un beau roman qui se lit avec bonheur tant le sujet et les personnages évoquent en nous mille choses. La place du livre dans nos vies mais également la fraternité, le combat contre l'injustice, le conflit franco-algérien et toutes ces petites choses qui nous rendent fragiles un jour et plus...
    Voir plus

    Un beau roman qui se lit avec bonheur tant le sujet et les personnages évoquent en nous mille choses. La place du livre dans nos vies mais également la fraternité, le combat contre l'injustice, le conflit franco-algérien et toutes ces petites choses qui nous rendent fragiles un jour et plus forts le lendemain. Ravie d'avoir croisé Camus et Giono dans la petite librairie. J'ai regretté la place - à mon avis - trop importante des extraits du carnet d'Edmond Charlot. Cela casse le rythme du roman, j'ai eu souvent la tentation de les survoler.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • L’Algérie, ce n’est pas seulement le bleu et le blanc, ce ne sont pas seulement les Evénements. C’est aussi la soif d’entreprendre des hommes, et notamment d’Edmond Charlot, libraire et éditeur passionné.

    Depuis le pas de porte de sa petite librairie, sont entrés des auteurs majeurs : Camus,...
    Voir plus

    L’Algérie, ce n’est pas seulement le bleu et le blanc, ce ne sont pas seulement les Evénements. C’est aussi la soif d’entreprendre des hommes, et notamment d’Edmond Charlot, libraire et éditeur passionné.

    Depuis le pas de porte de sa petite librairie, sont entrés des auteurs majeurs : Camus, bien sûr, mais aussi Roblès et Saint-Exupéry.

    En parallèle, nous suivons Ryad, jeune homme venu dans cette même librairie de nos jours pour la liquider et permettre l’installation d’un magasin de beignets.

    J’ai aimé suivre Ryad qui découvre en même temps que moi la société algéroise de ce quartier : tout le monde se ligue pour ne pas lui vendre de peinture ; l’école refuse les livres qu’il veut lui donner.

    J’ai aimé découvrir le personnage d’Edmond Charlot qui s’est engagé dans une entreprise trop grande pour lui.

    En refermant le roman, je me suis demandé où sont nos vraies richesses de nos jours.

    L’image que je retiendrai :

    Celle des caisses laissées devant la librairie pour que chacun se serve en livres. Le lendemain, il y a toujours les livres, mais plus de caisse.

    http://alexmotamots.fr/nos-richesses-kaouther-adimi/

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • En 1936, à 21 ans, aidé par deux amis, Edmond Charlot ouvre la librairie de prêt « Les Vraies Richesses », 2 rue Charras à Alger. L’enseigne porte les mots empruntés à Giono avec son autorisation, louant entre autres la littérature comme une vraie richesse.
    Il va devenir « passeur de livres »,...
    Voir plus

    En 1936, à 21 ans, aidé par deux amis, Edmond Charlot ouvre la librairie de prêt « Les Vraies Richesses », 2 rue Charras à Alger. L’enseigne porte les mots empruntés à Giono avec son autorisation, louant entre autres la littérature comme une vraie richesse.
    Il va devenir « passeur de livres », sans frontière entre la langue et la religion ; il va braver la crise et les difficultés pour trouver du papier, de l’encre, et pour affronter les barrières érigées par le pouvoir politiques.
    « Ce sera une bibliothèque, une librairie, une maison d’édition, mais ce sera avant tout un lieu pour les amis qui aiment la littérature et la Méditerranée ».
    Camus, auteur encore méconnu, le sollicite pour imprimer en urgence la pièce « Révolte dans les Asturies », dont la représentation sera interdite par le maire d’Alger, « le sujet est brûlant et pourrait donner des idées de révolte ».
    Cette histoire est le rêve d’une vie accompli par Edmond Charlot, passionné de littérature et militant de la liberté d’expression, face à l’adversité d’une période historique et le déclin d’un monde culturel remplacé par une société assoiffée de profits.
    L’auteur imagine le cahier intime de Edmond Charlot et construit son roman en alternant la période des années 30, la véritable lutte de Edmond Charlot pour faire vivre sa librairie et maison d’édition, jusqu’en 1960, et 2017 lorsque Ryad bénéficie d’un contrat et vient de France pour liquider au sens propre du terme, livres et meubles sous le regard sans vie d’Abdallah le dernier libraire, et pour gommer toute trace de la librairie afin d’ouvrir une fabrique de beignets.
    Dans cette épopée, Kaouter Adimi retrace avec force émotionnelle la place des indigènes que « la mère patrie » avait promis de récompenser pour leur effort de guerre », la bataille de Sétif et les périodes de violence qui se sont succédées.
    L’immersion dans le milieu littéraire sur les pas de Giono, Gide, Saint-Exupéry, Roblès, Camus… les réunions aux côtés de Sartre et Simone de Beauvoir au Café de Flore, l’impression de côtoyer ces écrivains, leurs luttes menées au nom de la liberté, leurs combats contre la ségrégation, les portraits émouvants de Abdallah, dernier libraire des Vraies Richesses et de Ryad que la lecture n’atteint pas, et avec sa construc. tion originale … ce roman, est un petit chef-d’œuvre.
    C'est un hommage touchant à Edmond Charlot et à la littérature.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Nos richesses, c'est à la fois le titre du livre de Kaouther Adimi, son propos et sa matière. Des richesses qui ne restent vivantes que par la transmission d'une génération à l'autre, d'un pays à l'autre, entre deux rives, entre deux continents, par une Histoire faite d'amour et de haine mêlées...
    Voir plus

    Nos richesses, c'est à la fois le titre du livre de Kaouther Adimi, son propos et sa matière. Des richesses qui ne restent vivantes que par la transmission d'une génération à l'autre, d'un pays à l'autre, entre deux rives, entre deux continents, par une Histoire faite d'amour et de haine mêlées jusqu'à colorer de sang l'eau des fleuves. L'aventure de la librairie-bibliothèque-maison d'édition Les Vraies Richesses au 2 bis de la rue Hamani (ex rue Charras) à Alger porte en elle ces mêmes richesses d'amitié, d'intelligence, de générosité et d'humanisme qui font la force et la fragilité des projets fous.

    Tout commence en 1936 par le rêve d'un très jeune homme, Edmond Charlot. Inspiré par la librairie parisienne d'Adrienne Monnier, il se lance dans la création d'une librairie qui serait lieu de rencontres et de partages, maison d'édition de jeunes auteurs encore inconnus, bibliothèque de prêt pour les étudiants et ouvriers désargentés. Le projet prend forme grâce au soutien d'amis tels que Giono, Camus, Amrouche, Roblès... Les premiers textes de Camus, de Jules Roy, de Temple et de bien d'autres sont publiés et rencontrent un public fasciné.
    Mais la guerre. Mais la pénurie de papier et d'encre. Mais les tiraillements entre membres fondateurs. Mais les difficultés financières malgré le succès incontestable des publications. Mais l'OAS. Le rêve d'une maison d'édition indépendante s'évanouit dans les attentats qui détruisent les locaux, le fonds et les archives de la librairie.

    Cette histoire extraordinaire c'est la voix d'Edmond Charlot qui la prend en charge par le biais des extraits de son Journal, alors qu'un "nous" collectif évoque le contexte historique dans lequel s'enracinent les valeurs défendues par Edmond Charlot et ses amis. Le récit des horreurs de la guerre d'indépendance, Charonne, Paris, 1961, les attentats, les humiliations, le sang qui recouvre les pavés algérois et parisiens, passe par une écriture vibrante, viscérale, qui fait jaillir l'émotion et la honte. J'en garde encore une boule de chagrin coincée entre le cœur et la gorge en même temps qu'une admiration infinie pour Kaouther Adimi qui sait exprimer l'inexprimable par la mouvance de son écriture.

    En imaginant l'arrivée, en 2017, du jeune Ryad, chargé de débarrasser la librairie et de la repeindre avant qu'elle ne soit transformée en échoppe de beignets, l'auteur place véritablement son roman en continuité avec le projet de Charlot. Ryad n'aime pas lire, connaît peu les livres, n'a jamais entendu parler de cette librairie qu'il doit vider afin de gagner quelques sous pour poursuivre ses études d'ingénierie. Attaché aux richesses matérielles, il ignore les vraies richesses. Celles des textes, celles de la solidarité des habitants de la rue Hamani, celles de l'âme d'Alger, celles d'Abdallah, le vieux libraire/bibliothécaire, véritable mémoire des lieux. Comme un veilleur, comme un passeur, celui-ci transmet le trésor accumulé entre les murs étroits de la librairie mythique. Mais, en 2017, le temps est-il encore à la quête des vraies richesses ? Les livres finalement déposés sur le trottoir en offrande aux passants sont délaissés au profit des caisses qui les contenaient. Dérisoire image de la fin d'un monde, adoucie par celle de Ryad, emportant vers sa fiancée quelques-uns des ouvrages abandonnés, comme une mémoire qui continue de se transmettre.

    La construction narrative entre faits réels, extraits de journal intime et pure fiction donne une profondeur incroyable au roman de Kaouther Adimi. Par la magie d'une écriture superbe, qui sait se faire précise, envoûtante, sensuelle ou factuelle, l'histoire de la librairie d'Edmond Charlot conduit à une réflexion sur la place de la littérature dans un système qui place au rang de valeurs la réussite économique et financière. C'est aussi une ode à Alger, à ses couleurs, à ses parfums, à ses gens et à son histoire. Mais je n'en finirais pas de dire tout ce que porte et apporte ce roman magnifique qui m'a saisi le cœur, l'esprit et le corps par sa beauté, sa pureté et sa puissance.
    Oui, Kaouther Adimi, un jour je viendrai au 2 bis de la rue Hamani. Un jour, j'irai aux Vraies Richesses et, assise sur la marche, à côté de la plante, j'attendrai le gardien des lieux en relisant votre roman.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com