Nos richesses

Couverture du livre « Nos richesses » de Kaouther Adimi aux éditions Seuil
  • Date de parution :
  • Editeur : Seuil
  • EAN : 9782021373806
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

En 1935, Edmond Charlot a vingt ans et il rentre à Alger avec une seule idée en tête, prendre exemple sur Adrienne Monnier et sa librairie parisienne. Charlot le sait, sa vocation est de choisir, d'accoucher, de promouvoir de jeunes écrivains de la Méditerranée, sans distinction de langue ou de... Voir plus

En 1935, Edmond Charlot a vingt ans et il rentre à Alger avec une seule idée en tête, prendre exemple sur Adrienne Monnier et sa librairie parisienne. Charlot le sait, sa vocation est de choisir, d'accoucher, de promouvoir de jeunes écrivains de la Méditerranée, sans distinction de langue ou de religion. Placée sous l'égide de Giono, sa minuscule librairie est baptisée Les Vraies Richesses. Et pour inaugurer son catalogue, il publie le premier texte d'un inconnu : Albert Camus. Charlot exulte, ignorant encore que vouer sa vie aux livres c'est aussi la sacrifier aux aléas de l'infortune et de l'Histoire.

En 2017, Ryad a le même âge que Charlot à ses débuts. Mais lui n'éprouve qu'indifférence pour la littérature. Étudiant à Paris, il est de passage à Alger avec la charge de repeindre un local poussiéreux, où les livres céderont bientôt la place à des beignets. Pourtant, vider ces lieux se révèle étrangement compliqué par la surveillance du vieil Abdallah, le gardien du temple.

Donner votre avis

Avis(37)

  • http://www.leslecturesdumouton.com/archives/2017/09/19/35686251.html

    En 2017, le jeune Ryad est envoyé à Alger avec pour mission de vider une ancienne librairie qui va devenir une boutique de beignets. Il atterrit ainsi aux Vraies Richesses, sises au 2 bis rue Hamani (ex-rue Charras),...
    Voir plus

    http://www.leslecturesdumouton.com/archives/2017/09/19/35686251.html

    En 2017, le jeune Ryad est envoyé à Alger avec pour mission de vider une ancienne librairie qui va devenir une boutique de beignets. Il atterrit ainsi aux Vraies Richesses, sises au 2 bis rue Hamani (ex-rue Charras), l’ancienne librairie d’Edmond Charlot. Edmond Charlot n’était pas qu’un simple libraire, il était également un prêteur d’ouvrages et surtout un éditeur. Mû par la volonté de publier des écrivains de tous les horizons de la Méditerranée, en français ou en arabe, Edmond Charlot a réussi le tour de force de publier Albert Camus, Jules Roy, André Gide, Kateb Yacine, Emmanuel Roblès, Mohammed Dib… Les éditions Charlot se voient attribuer plusieurs prix littéraires prestigieux avant de sombrer, avalées par les grandes maisons d’édition qui s’en sortent mieux après la Seconde Guerre mondiale et ne vivent pas les affres de la guerre d’Algérie ensuite : « Les difficultés sont énormes. Les grandes maisons d’édition se remettent bien de la guerre et nous livrent une concurrence effrénée. Ils nous prennent de haut, nous qui arrivons d’Algérie, des bouseux. Je sais que mes auteurs sont approchés, courtisés, invités à dîner. On leur promet monts et merveilles. On assure que je suis à quelques mois de la faillite ».

    Ryad découvre progressivement cette histoire grâce à Abdallah, un vieil homme ayant travaillé à la librairie et ayant un profond respect pour les livres, tout comme plusieurs habitants du quartier… qui ne la fréquentaient pourtant pas…

    Le récit sur Ryad alterne avec des passages du journal intime d’Edmond Charlot.

    Le tour de force de Kaouther Adimi est d’avoir su mêler la fiction à la réalité dans son roman. En effet, si Edmond Charlot est un réel personnage, son journal est inventé par l’auteure et la librairie Les Vraies Richesses existe toujours. Il est intéressant aussi de noter que les thèmes abordés dans un contexte historique particulier fait aussi écho à notre monde moderne.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • "Les vraies richesses", c'est le nom qu'Edmond Charlot a choisi, avec l'accord de Giono, pour implanter à Alger une librairie/maison d'édition dans laquelle il place tous ses espoirs de jeune amoureux des livres, accompagné par quelques amis fidèles. Période perturbée de l'avant guerre, on y...
    Voir plus

    "Les vraies richesses", c'est le nom qu'Edmond Charlot a choisi, avec l'accord de Giono, pour implanter à Alger une librairie/maison d'édition dans laquelle il place tous ses espoirs de jeune amoureux des livres, accompagné par quelques amis fidèles. Période perturbée de l'avant guerre, on y découvre de jeunes auteurs alors inconnus, première publication d'Albert Camus, et rencontre avec une pleiade de figures littéraires connues aujourd'hui : St Exupéry, Gide, Soupault, tous ces personnages illustres ont participé au prestige et au renom des "Vraies richesses" à travers le journal de bord d'Edmond Charlot entre 1935 et 1965. En parallèle, on retrouve Ryad en 1917, missionné pour vider et détruire tout ce que contenait la librairie afin d'y installer un magasin de beignets. Figure emblématique entre les deux générations, le vieil Abdallah, le dernier à avoir résidé dans la librairie et qui veille sur elle comme sur un enfant , assis sur le trottoir de l'autre côté de la rue. Un roman poignant et bien écrit, où chacun des personnages est attachant et sincère, se lit d'un trait sans jamais perdre le lecteur.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • On suit l’évolution d’Edmond Charlot, un passionné de livres, qui va ouvrir sa propre librairie pour mettre en valeur les talents de la région. A travers ce destin, le lecteur entre le monde très difficile de l’édition de livres à cette époque de l’Histoire. On croise dans les ruelles d’Alger et...
    Voir plus

    On suit l’évolution d’Edmond Charlot, un passionné de livres, qui va ouvrir sa propre librairie pour mettre en valeur les talents de la région. A travers ce destin, le lecteur entre le monde très difficile de l’édition de livres à cette époque de l’Histoire. On croise dans les ruelles d’Alger et de Paris des auteurs qui vont marquer la littérature : Albert Camus, Jean Giono…

    L’auteur tente surtout de nous raconter le rapport entre l’Algérie et la France. En naviguant entre 1935 et 2017, le récit nous met en présence de tous les évènements qui ont construit cette relation si particulière. De l’Algérie française, en passant par la seconde guerre mondiale, jusqu’à la libération du pays, on mesure toute l’étendue des conséquences. On comprend alors mieux la méfiance dont font preuve les indigènes envers leurs cousins de l’autre côté de la méditerranée.

    Kaouther Adimi a le mérite de nous offrir une histoire sur son pays d’origine mais sans faire de nombrilisme. Le texte est une exofiction basée sur des faits et des personnages réels et jamais l’auteur ne parle d’elle. C’est assez rare dans la production française pour être souligné et ça permet au lecteur d’aborder les situations avec une certaine subjectivité.

    La plume de Kaouther Adimi est très agréable et de belle qualité. Le propos développé est intéressant, j’ai eu l’impression de découvrir une opinion sur les évènements, un peu différente de ce que j’imaginais. Seulement, je ne saurais pas dire si c’est la brièveté du roman ou les changements de points de vue ou la neutralité du narrateur qui est en cause, mais à aucun moment, je ne suis entré dans le livre. Le récit s’est déroulé sous mes yeux sans déclencher la moindre empathie, la moindre émotion. Je l’ai donc appréhendé comme un ouvrage d’Histoire, enrichissant, essentiel pour tout comprendre, mais pas assez personnifié pour vraiment me toucher. Petite déception…

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • http://leslivresdejoelle.blogspot.fr/2017/09/nos-richesses-de-kaouther-adimi.html

    En 1936 Edmond Charlot a 21 ans lorsqu'il ouvre la librairie " Les vraies richesses" à Alger. Sa devise "Un homme qui lit en vaut deux" est inscrite en français et en arabe sur la vitrine. Avec très peu de...
    Voir plus

    http://leslivresdejoelle.blogspot.fr/2017/09/nos-richesses-de-kaouther-adimi.html

    En 1936 Edmond Charlot a 21 ans lorsqu'il ouvre la librairie " Les vraies richesses" à Alger. Sa devise "Un homme qui lit en vaut deux" est inscrite en français et en arabe sur la vitrine. Avec très peu de moyens financiers, il crée un établissement de sept mètres sur quatre qui est à la fois une librairie et une maison d'édition. Ce lieu conçu pour les amis de la littérature et de la Méditerranée est aussi un lieu de rencontres et de lecture où sont exposées des œuvres d'art. D'illustres écrivains dont Albert Camus, ont fréquenté assidûment le lieu. " C'est pour l'essentiel une affaire de circonstances, d'amitiés et de rencontres."
    Edmond Charlot a publié les premiers livres de Camus, Kessel, Emmanuel Robles, Gide, Garcia Lorca, Max-Pol Fouchet... et a bénéficié du soutien de Giono qui l'a autorisé à utiliser le titre d'un de ses livres pour nommer sa librairie. Camus restera toute sa vie d'une fidélité exemplaire envers son ami. Certains des auteurs édités par Edmond Charlot seront récompensés par des prix prestigieux (Henri Bosco et Jules Roy recevront le prix Renaudot en 1945 et 1946)

    Kaouther Adimi relate la vie d'Edmond Charlot au travers de faux carnets qu'elle imagine avoir dénichés, sorte de journal intime dans lequel Edmond Charlot raconte son histoire de 1935 à 1961. Elle fait alterner ces carnets avec des points historiques qui font défiler l'histoire de l'Algérie avec la colonisation de 1830 où les algériens se sentent perçus comme des indigènes pittoresques, la mobilisation en 1940, le débarquement américain en 1942, les massacres de 1945 puis l'organisation et la montée de l'insurrection et la révolution armée de 1954. Pour le troisième volet du récit l'auteur imagine la fermeture de la librairie et raconte l'histoire de Ryad, un jeune homme à qui est confiée en 2016 la mission de vider et repeindre la librairie car le local a été vendu, un marchand de beignets doit s'y installé. Ryad vide le local sous les yeux d'Abdallah qui l'observe du trottoir d'en face qu'il ne quitte pas. Ce vieil homme solitaire qui n'a jamais pu aller à l'école s'est occupé de la librairie durant les dernières années. Kaouther Adimi fait alterner, chapitre après chapitre, le récit contenu dans les carnets, les éléments historiques et la mission de Ryad.

    Mobilisé de 39 à 40, Edmond Charlot connaitra les difficultés de publication en temps de guerre dûes aux problèmes d'approvisionnement en papier et en encre et à la censure. Lors de l'ouverture d'une succursale des éditions Charcot à Paris, il se retrouvera en prise avec les grands éditeurs. Ce roman illustre parfaitement le combat des petites librairies indépendantes et des petites maisons d'édition face aux géants de l'édition.

    J'ai aimé découvrir l'histoire d'Edmond Charlot dont Kaouther Adimi dresse un très beau portrait, on découvre un homme passionné, généreux et idéaliste qui "aime publier, collectionner, faire découvrir, créer du lien par les arts " et refuse de croire aux trahisons de certains de ses amis "Nous étions tous des amis et c'était cela, les éditions Charlot". J'ai aimé la jolie vision de la vie quotidienne dans le quartier, de la solidarité des commerçants qui refusent tous de fournir de la peinture à Ryad pour rénover le local qu'ils n'admettent pas de voir fermer même s'il est très peu fréquenté depuis plusieurs années.
    Ce roman est un bel hommage aux livres, aux libraires et aux éditeurs. Par contre, en ce qui concerne l'évocation de l'Algérie, il est loin pour moi d'avoir la même envergure que le roman d'Alice Zeniter qui situe également son récit pour partie en Algérie.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.