Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Noire précieuse

Couverture du livre « Noire précieuse » de Asya Djoulait aux éditions Gallimard
  • Date de parution :
  • Editeur : Gallimard
  • EAN : 9782072857409
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

« Tremblante, Céleste rassembla ce qui lui restait de courage pour observer les mains de sa mère qui remontaient la couverture, comme on ajuste un mensonge, comme on ferme un cercueil. Elles achevèrent de sortir Céleste de l'enfance. Elles étaient un feu de bois, labourées par la lave, tachée de... Voir plus

« Tremblante, Céleste rassembla ce qui lui restait de courage pour observer les mains de sa mère qui remontaient la couverture, comme on ajuste un mensonge, comme on ferme un cercueil. Elles achevèrent de sortir Céleste de l'enfance. Elles étaient un feu de bois, labourées par la lave, tachée de flammes, de gris, de honte. »Noire précieuse est l'histoire d'une mère qui tente de sauver sa peau en écorchant sa chair. Noire précieuse est l'histoire d'une relation tendre entre une jeune fille et sa mère, l'histoire des modes de communication qui circulent dans les rues de Paris, entre Château d'Eau et le boulevard Saint-Germain. La langue nouchi rencontre le « français des Blancs », qui pénètre aussi l'argot ivoirien. Noire précieuse est l'histoire d'une relation tendre et sensuelle comme une caresse, violente comme une identité imposée du dehors et qui « excite le sang ». Qui présente, sous une forme nerveuse et épidermique, la dissimulation autant que l'affirmation d'une identité et d'un parler noirs dans les rues de Paris.

Donner votre avis

Avis (2)

  • Moussa a quitté Abidjan pour suivre son mari à Paris. Elle se sépare rapidement de lui après une presque infidélité avec sa jeune sœur venue leur rendre visite, alors qu’elle attend leur enfant.

    Elle choisit de rester à Paris, où elle va rapidement gravir les échelons et passera de coiffeuse...
    Voir plus

    Moussa a quitté Abidjan pour suivre son mari à Paris. Elle se sépare rapidement de lui après une presque infidélité avec sa jeune sœur venue leur rendre visite, alors qu’elle attend leur enfant.

    Elle choisit de rester à Paris, où elle va rapidement gravir les échelons et passera de coiffeuse dans un salon à propriétaire de boutique de produits de beauté pour peaux noires.

    Dans le quartier de Château D’eau où elle réside avec sa fille céleste, c’est un peu l’Afrique à Paris et l’auteur nous y entraîne en mêlant habilement les expressions africaines à la langue française dans cet ouvrage fortement métissé.

    A la différence de nombre de ses camarades, Céleste est une très bonne élève, et, en fin de 3ème, elle se voit proposer de poursuivre sa scolarité au Lycée Henri IV.

    Là elle découvrira, qu’à quelques stations de métro de son domicile, il y a un autre monde, avec d’immenses appartements, des tableaux au mur, des résidences secondaires avec jardin …

    Dans une ambiance chaleureuse, elle s’y fera une amie et pénétrera cet autre monde sans rien renier du sien.

    Assimilation des cultures, passage d’un monde à l’autre … la bouce se bouclera lorsqu’elle reviendra au pays natal de sa mère pour un stage d’un an dans un institut culturel.

    Un roman extrêmement vivant, rapide, qui nous fait partager la vie de Moussa et de Céleste, avec leurs souhaits, leurs interrogations, le rapport au corps, l’étude et l’ambition, la volonté.

    Un très bon moment de lecture.

    Un premier roman qui en appelle d’autres !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Oumou a quitté la Côte d’Ivoire pour suivre son mari de « l’autre côté de l’eau » : à Paris, dans le quartier de Château-d’Eau spécialisé dans la beauté afro où elle vit désormais seule avec sa fille Céleste, elle vend des produits cosmétiques en ne pensant qu’à l’avenir et à la réussite de la...
    Voir plus

    Oumou a quitté la Côte d’Ivoire pour suivre son mari de « l’autre côté de l’eau » : à Paris, dans le quartier de Château-d’Eau spécialisé dans la beauté afro où elle vit désormais seule avec sa fille Céleste, elle vend des produits cosmétiques en ne pensant qu’à l’avenir et à la réussite de la jeune fille, dont la brillante scolarité l’emplit de fierté. A la croisée des chemins, Céleste découvre le Paris du Quartier Latin en même temps qu’elle se sent irrésistiblement attirée par le pays de ses racines.

    Le grand charme de ce très agréable roman est d’abord sa langue, qui passe constamment du français châtié de la bourgeoisie parisienne que Céleste côtoie au lycée Henri IV, au langage populaire de la « Petite Afrique » de Paris, français métissé d’ivoirien et d’argot nouchi, aux tournures truculentes et chantantes. Cette immersion linguistique donne au récit de tels accents d’authenticité que j’ai été stupéfaite de découvrir a posteriori que l'auteur n’est ni ivoirienne, ni même originaire d’Afrique noire !

    Cette histoire est avant tout celle d’un choc culturel entre l’Afrique et la France, d’un déchirement identitaire qui plonge les protagonistes dans une ambivalence complexe : Oumou, qui s’est détruit la peau en cherchant à l’éclaircir et qui entend ne jamais remettre les pieds en Afrique, rêve de réussite et d’intégration pour sa fille. Mais elle redoute autant de la voir épouser un blanc qu’elle s’effraie de son attachement à ses racines ivoiriennes. Céleste semble à l’aube d’un bel avenir professionnel, mais elle hésite d’autant plus entre deux continents et deux mondes, qu’elle s’apprête aussi à faire le grand écart entre son milieu populaire et l’élite intellectuelle parisienne.

    Bien plus que les personnages masculins sans envergure de ce roman, comme Bosso qui échoue dans sa tentative d’émigration, ce sont ces deux femmes fortes et indépendantes qui semblent capables de façonner l’avenir, voire peut-être, pour Céleste, de contribuer par ses activités au développement du pays dont elle est issue. Dès lors, l’on est tenté de voir la moralité suivante à cette histoire et de lui pardonner ce qu’on pourrait peut-être lui trouver d’idéalisation : c’est par la formation de cadres autochtones soucieux de favoriser les initiatives de développement locales que l’on pourra répondre au leurre, et résoudre le désastre, de l’émigration économique massive.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.