No et moi

Couverture du livre « No et moi » de Delphine De Vigan aux éditions Lgf
  • Date de parution :
  • Editeur : Lgf
  • EAN : 9782253124801
  • Série : (-)
  • Support : Poche
Résumé:

Lou Bertignac a 13 ans, un QI de 160 et des questions plein la tête. Les yeux grand ouverts, elle observe les gens, collectionne les mots, se livre à des expériences domestiques et dévore les encyclopédies.
Enfant unique d'une famille en déséquilibre, entre une mère brisée et un père champion... Voir plus

Lou Bertignac a 13 ans, un QI de 160 et des questions plein la tête. Les yeux grand ouverts, elle observe les gens, collectionne les mots, se livre à des expériences domestiques et dévore les encyclopédies.
Enfant unique d'une famille en déséquilibre, entre une mère brisée et un père champion de la bonne humeur feinte, dans l'obscurité d'un appartement dont les rideaux restent tirés, Lou invente des théories pour apprivoiser le monde. A la gare d'Austerlitz, elle rencontre No, une jeune fille SDF à peine plus âgée qu'elle.
No, son visage fatigué, ses vêtements sales, son silence. No, privée d'amour, rebelle, sauvage.
No dont l'errance et la solitude questionnent le monde.
Des hommes et des femmes dorment dans la rue, font la queue pour un repas chaud, marchent pour ne pas mourir de froid. « Les choses sont ce qu'elles sont ». Voilà ce dont il faudrait se contenter pour expliquer la violence qui nous entoure. Ce qu'il faudrait admettre. Mais Lou voudrait que les choses soient autrement. Que la terre change de sens, que la réalité ressemble aux affiches du métro, que chacun trouve sa place. Alors elle décide de sauver No, de lui donner un toit, une famille, se lance dans une expérience de grande envergure menée contre le destin. Envers et contre tous.

Donner votre avis

Avis (63)

  • Ce que j’en pensais alors :



    Delphine de Vigan nous raconte l’histoire de 3 solitudes : celle de Lou enfermée dans son « surdouement » qui intellectualise tout, raisonne sans cesse mais est incapable de nouer ses lacets et qui pense pouvoir sauver No parce que rien ne doit être...
    Voir plus

    Ce que j’en pensais alors :



    Delphine de Vigan nous raconte l’histoire de 3 solitudes : celle de Lou enfermée dans son « surdouement » qui intellectualise tout, raisonne sans cesse mais est incapable de nouer ses lacets et qui pense pouvoir sauver No parce que rien ne doit être impossible. Elle est seule dans sa famille, face à la dépression, aux silences, au manque d’intérêt de sa mère qu’elle défend pourtant quand la famille ne supporte pas qu’elle ne fasse pas d’effort. Elle est enfermée dans un monde sans émotion, les adultes et les autres lycéens ne comprennent pas son mode de pensée.

    Puis la solitude de No, que sa mère a abandonnée quand elle était enfant car issue d’un viol collectif et qui a eu une vie à peu près normale tant que sa grand-mère a été là. Sa mère qu’elle cherche à retrouver mais qui la repousse toujours comme si elle voulait l’effacer de sa vie. Elle doit essayer de survivre quand les autres vivent, avec la cigarette dans une main la bière dans l’autre, dans le dénuement le plus absolu et l’indifférence générale.

    Il y a aussi une troisième solitude, celle de Lucas, jeune homme rebelle de 17 ans qui passe son temps à se faire renvoyer d’un lycée à un autre, qui se fait expulser des cours car il est dans la provocation. Il vit tout seul dans l’appartement d’un de ses parents. Son père est parti à l’étranger et vit sa vie, sa mère habite avec un autre homme et passe de temps en temps remplir le frigo et laisser de l’argent pour se donner bonne conscience.

    Delphine de VIGAN nous décrit superbement bien ces trois êtres paumés, réunis par leur vie solitaire et qui trouvent, en aidant No qui est encore plus abîmée qu’eux par la vie, un sens à la leur par l’empathie. Ils sont révoltés par l’indifférence générale vis-à-vis des SDF et refusent de restés passifs devant cette misère.

    Un beau livre bien écrit, qui m’a encore plus touchée que « rien ne s’oppose à la nuit » où je trouvais que les émotions étaient bridées.



    Et aujourd’hui:



    En relisant cette chronique l’émotion et l’enthousiasme sont toujours là. Je ne change pas un iota…

    Ce livre est un de mes préférés, peut-être mon préféré parmi tous les livres de Delphine de Vigan que j’ai lus.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Chronique rédigée en 2014 /!\ Attention, mon avis est assez détaillé et malheureusement, il y a des spoilers ! Je déconseille donc aux personnes n'ayant pas lu ce roman de le lire ! Si vous êtes intéressés par ce titre et que vous avez besoin d'une opinion pour vous décider à le lire, fiez-vous...
    Voir plus

    Chronique rédigée en 2014 /!\ Attention, mon avis est assez détaillé et malheureusement, il y a des spoilers ! Je déconseille donc aux personnes n'ayant pas lu ce roman de le lire ! Si vous êtes intéressés par ce titre et que vous avez besoin d'une opinion pour vous décider à le lire, fiez-vous uniquement à la conclusion de cette chronique. Je suis sincèrement désolée ! /!\

    Bonjour ! Aujourd'hui, ma chronique portera sur un livre qui est sujet du thème de mars 2014, un auteur best-seller 2013 sur le blog le-temps-dun-livre. N'hésitez pas à devenir membre, nous lisons un livre par mois sur un sujet donné et ensuite, nous recueillons nos avis, c'est vraiment super ! Sur ce, c'est parti pour ma chronique de No et Moi, écrit par l'autrice best-seller Delphine de Vigan !

    Le livre nous raconte l'histoire de Lou Bertignac, une jeune adolescente de treize ans surdouée qui mène une vie pas très banale entres ses expériences fantaisistes et le gouffre qui s'est creusé entre sa mère, son père et elle depuis la mort de sa petite sœur Thaïs dans les bras de notre héroïne alors que la petite n'était encore seulement qu'un bébé. J'ai de suite adoré Lou, avec qui je me suis trouvé beaucoup de ressemblances, notamment sa peur bleue de parler à l'oral en classe. J'ai vraiment beaucoup de mal avec ça, ça m'horrifie et à chaque fois qu'il y a un exposé à faire, je fais énormément d'efforts pour ne pas trembler en parlant devant tout le monde. Je suis très heureuse de désormais m'améliorer là-dessus. Pour ma part, j'ai véritablement ressenti son malaise face à ses camarades de classe, cela ne doit pas être facile tous les jours d'être dans une classe où tout le monde a deux ans de plus que vous, d'être comme une intruse parmi les autres à cause de votre intelligence, au point de ne pas oser aller aux soirées organisées par les filles et garçons populaires de la classe. Je n'ai pas sauté de classes comme Lou (j'ai failli en sauter une mais du point de vue sociologique, je n'étais absolument pas prête) mais je la comprends tout à fait car je me sens moi aussi différente de mes camarades ; bien que l'ambiance soit super, car je suis l'une des premières de ma classe et je n'ose donc pas m'intégrer aux autres. Je me suis vraiment identifiée au personnage principal de ce point de vue-là et j'admets que c'est très agréable de rencontrer dans un livre un personnage qui vous ressemble au point qu'il vous fait fortement penser à vous-même. On se sent moins seul dans ces moments-là. Ce que j'ai beaucoup apprécié chez Lou également, c'est ses expériences tout à fait hors de l'ordinaire, sa curiosité et sa passion dévorante du français. Je me reconnais totalement dans ces deux derniers points : moi aussi, je cherche les mots de suite dans le dictionnaire quand je ne les connais pas et suis une véritable fan du français, ou la meilleure des matières (avec l'anglais). J'ai aussi trouvé que Lou avait de très belles valeurs morales, à penser aux sans-abris dans la rue, à ressentir beaucoup de compassion pour eux alors que d'autres s'en fichent pas mal, à essayer de comprendre pourquoi il en est ainsi, de laisser des milliers de personnes se débrouiller dans la rue, à ce que, elle, petite adolescente d'apparence ordinaire, peut faire pour aider quelqu'un dans des cas comme celui-là. J'ai trouvé cela vraiment très beau et admirable.

    Du côté personnages, il n'y en a aucun que j'ai détesté, ils m'ont tout été agréables. Ah, sauf le patron de No, le directeur d'hôtel radin et qui la maltraite au point qu'elle n'est même pas payée pour ses heures supplémentaires, où elle remplace le barman avant qu'il n'arrive à dix-neuf heures, et à cause de qui elle travaille de plus en plus tard sans être payée. Je l'ai détesté ce type, il est tout bonnement affreux ! Pauvre Nolwenn (aka No) ! En parlant de cette dernière, elle m'a énormément beaucoup touchée et m'a fait aussi beaucoup de peine. C'est totalement injuste ce qui lui arrive dans ce livre : si jeune, à la rue, sans ressources, sans travail, sans rien, ne sachant pas où aller, se logeant là où elle le peut, alors que sa mère est en vie, pourrait s'occuper d'elle et n'en a rien à faire de la situation de sa fille qui n'a rien demandé (sa mère, Suzanne, l'a eu à l'âge de quinze ans et la méprise totalement)... No est en somme une jeune fille comme les autres, avec des sentiments et des rêves, notamment celui de devenir coiffeuse, qu'elle ne peut pas réaliser... En clair, son histoire m'a fendue le cœur, j'en avais les larmes aux yeux tellement c'était affreux et injuste ! Personne ne mérite ça ! Le pire moment, selon moi, qui m'a fait pleurer comme une madeleine et m'a purement choquée (je suis une personne très sensible !) est celui où No essaye d'aller rendre visite à sa mère. Celle-ci est chez elle, a même eu d'autres enfants et sait que c'est sa fille aînée qui est derrière la porte mais elle ne lui ouvre pas, elle la laisse plantée là et je me suis demandée comment une mère pouvait abandonner son enfant comme ça, comment une mère pouvait ne rien ressentir pour son enfant, voire pire, ne ressentir que du mépris et de la haine envers la chair de sa chair. Je ne comprenais pas, cela m'était tout bonnement inadmissible. Beaucoup de mes lectures me confirment que j'ai les meilleurs parents du monde, je leur suis infiniment reconnaissante de l'amour inconditionnel qu'ils me portent ainsi que tout ce qu'ils font pour moi. J'ai été fin heureuse que les parents de Lou acceptent que No habite chez eux afin de se reconstruire, de se reposer et de trouver par la suite du travail. Très peu de personnes auraient accordé cette chance à une sans-abri et une marginale comme No et j'ai ressenti beaucoup d'admiration à l'égard de M. et Mme. Bertignac, qui accueillent une étrangère alors que leur situation familiale est tout ce qu'il y a de plus instable entre autre à cause de l'état de la mère de Lou. Par ailleurs, cela m'a fait chaud au cœur de la voir reprendre goût à la vie avec l'arrivée de No dans la maison. J'en étais très, très heureuse, et j'espérais que tout s'améliore pour les deux. J'étais donc toute contente et excitée pour No qu'elle soit parvenue à trouver du travail, même si c'était loin d'être le meilleur qui soit. Je me disais qu'elle allait enfin vivre comme une fille dite "normale", avec un toit sur la tête, un travail et des personnes qui comptent pour elle et qui lui rappellent chaque jour à quel point elle est belle et importante. Ses conditions de travail et sa rechute, notamment avec l'alcool, m'a fait beaucoup de mal. Je voulais qu'elle arrête de boire autant, qu'elle se ressaisisse, cela m'était insupportable de la voir dans un tel état. Je pleurais intérieurement de nouveau face à cette insupportable situation, qui gâchait tout ce que Lou avait réussi à changer dans la vie désastreuse de No, à saper l'espoir que cette dernière était parvenue à lui redonner, à ternir cette vie nouvelle et bien meilleure que celle menée dans la rue que notre héroïne avait offerte en cadeau à son amie la plus chère, No. Je ne pouvais croire que No soit retombée aussi bas et en même temps, c'était tout à fait plausible. C'est là que l'on se dit que notre confort de vie et toutes ces petites choses élémentaires que l'on a la chance de posséder et de porter en nous sont loin d'être acquises et que la déchéance n'est jamais bien loin, prête à nous faire sombrer dans un océan de noirceur et de malheur, de pessimisme et de souffrance...

    En conclusion, je dirais que No et moi est un très beau livre que j'ai beaucoup apprécié. Il s'agit en effet d'un roman tout ce qu'il y a de plus émouvant avec des personnages attachants, profondément humains et qui nous apprend beaucoup, beaucoup de choses. Une très belle histoire et leçon de vie en somme. Il m'a sincèrement donné envie de lire d'autres romans issus de la renommée bibliographie de l'auteure. Malheureusement, la fin est, selon moi, incomplète, extrêmement frustrante et j'ai trouvé cela est très dommage. Néanmoins, cela ne m'empêche pas de vous recommander chaudement ce livre, à lire à mon sens au moins une fois dans sa vie !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J'ai lu le livre, alors que le film vient de sortir. Je n'irai pas voir le film, j'ai bien trop aimé le livre. Les personnages sont dans mon esprit si vivants, si réels, qu'aucun film ne pourrait me raconter ce livre autrement, pas pour le moment. J'ai bien entendu adoré le sujet, la façon...
    Voir plus

    J'ai lu le livre, alors que le film vient de sortir. Je n'irai pas voir le film, j'ai bien trop aimé le livre. Les personnages sont dans mon esprit si vivants, si réels, qu'aucun film ne pourrait me raconter ce livre autrement, pas pour le moment. J'ai bien entendu adoré le sujet, la façon délicate de l'aborder, et en même temps cette façon si réelle de nous montrer l'intolérable, ce qui vit à côté de nous, nous dérange, nous émeut, nous écoeure et contre quoi nous sommes souvent si impuissants. Je cotoie chaque jour des gens sans abri au sein d'une association et ce sujet me touche comme tout ce qui met l'Homme en retrait de cette société. Je conseille ce livre, j'encourage à regarder les autres, ceux qui sont différents de nous, avec empathie...tout ce qui arrive à d'autres peut nous arriver à nous aussi, et rien n' est impossible....mais rien n'est aisé...même de tendre la main...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J’avais très envie de lire ce roman, qui traite d’un sujet qui nous saute aux yeux à tous les coins de rue. Le personnage de No est très touchant, et Lou, du haut de ses treize ans, fait preuve d’une exceptionnelle maturité. Rien de nouveau ici, une critique littéraire a écrit que « Lou est...
    Voir plus

    J’avais très envie de lire ce roman, qui traite d’un sujet qui nous saute aux yeux à tous les coins de rue. Le personnage de No est très touchant, et Lou, du haut de ses treize ans, fait preuve d’une exceptionnelle maturité. Rien de nouveau ici, une critique littéraire a écrit que « Lou est toute petite mais c’est une toute grande ! »

    No et moi se lit d’une traite. A plusieurs occasions, mes yeux se sont emplis de larmes. L’écriture de Delphine de Vigan est splendide, avec de belles fulgurances, qui renforcent le discours.

    On prend une claque, une grande claque…

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J'aime beaucoup Delphine de Vigan je ne manquerais pour rien au monde la sortie de son dernier livre.
    Ce livre devrait être lu par les ados, ils se reconnaîtraient peut-être dans la maturité de cette jeune Lou.
    La vie et la souffrance des SDF est très bien décrite.

    J'aime beaucoup Delphine de Vigan je ne manquerais pour rien au monde la sortie de son dernier livre.
    Ce livre devrait être lu par les ados, ils se reconnaîtraient peut-être dans la maturité de cette jeune Lou.
    La vie et la souffrance des SDF est très bien décrite.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Bonjour , Waow!!!! Encore un livre de Delphine De Vigan dont je ressors bouleversée . La question est , pourquoi croit-on que parce qu'on est rempli d'amour , on peut sauver l'autre ou les autres ?Lou est une petite fille de treize ans , surdouée et après un gros mensonge à son professeur sur le...
    Voir plus

    Bonjour , Waow!!!! Encore un livre de Delphine De Vigan dont je ressors bouleversée . La question est , pourquoi croit-on que parce qu'on est rempli d'amour , on peut sauver l'autre ou les autres ?Lou est une petite fille de treize ans , surdouée et après un gros mensonge à son professeur sur le choix de son exposé , se retrouve propulsée dans l'histoire de No , jeune fille de dix huit ans qui vit dans la rue . Lou et No vont créer un lien d'amour , d'amitié si fort que jusqu'au bout Lou croira qu'elle peut tout changer dans la vie de Nolwen, "je croyais qu'on pouvait enrayer le cours des choses" , "je croyais qu'aider quelqu'un ça voulait dire tout partager , même ce qu'on ne peut pas comprendre, même le plus sombre" .. Des questions sur aider , soutenir , aimer , donner trotteront longtemps dans ma tête . Merci de m'avoir lue . Belle journée

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Delphine de Vigan et moi… Une histoire d’effet kiss cool…

    Dans ce récit, on fait connaissance avec trois personnages principaux.
    Il y a Lou Bertignac, d’abord, la narratrice. Lou a 13 ans. Diagnostiquée EIP « enfant intellectuellement précoce », elle a sauté deux classes et se retrouve en...
    Voir plus

    Delphine de Vigan et moi… Une histoire d’effet kiss cool…

    Dans ce récit, on fait connaissance avec trois personnages principaux.
    Il y a Lou Bertignac, d’abord, la narratrice. Lou a 13 ans. Diagnostiquée EIP « enfant intellectuellement précoce », elle a sauté deux classes et se retrouve en seconde. Cette jeune fille est dans son monde, elle s’intéresse à des choses différentes des jeunes de son âge, et de ce fait elle a du mal à se lier socialement, à se faire des amis. Le récit débute sur une problématique à laquelle elle est confrontée : elle doit préparer un exposé pour le cours de sciences économiques et sociales, libre à elle de choisir le thème. Or, la prise de parole en public est très anxiogène chez elle (comme chez un peu tout le monde, n’est-ce pas ? Mais chez elle, cette sensation est démultipliée par 100). Elle ne sait pas quel thème aborder, mais devant impérativement donner une réponse à son professeur, elle choisit le thème suivant « itinéraire d’une jeune femme sans abri ». Lou a une passion un peu particulière, elle aime se rendre à la gare d’Austerlitz, pas loin de chez elle, pour y observer les gens, leurs réactions, les attentes, les angoisses, les étreintes (je l’ai dit : c’est une jeune fille surdouée, dans son monde). C’est donc à cet endroit qu’elle va faire la connaissance de celle qui lui servira de base pour son exposé : No.
    No, c’est Nolwenn, une jeune femme de 18 ans, SDF. Au fur et à mesure que No se livre à Lou pour son exposé, on va découvrir des pans de sa vie et les raisons qui font qu’elle s’est retrouvée dans (ou « à ») la rue.
    Enfin, il y a un troisième personnage important dans l’histoire : Lucas. Lucas est dans la classe de Lou, mais contrairement à Lou il a redoublé deux fois. Il a 17 ans, Lou le dépeint comme grand et beau. Elle en tombe amoureuse et nous décrit les sensations qui la traversent quand on tombe amoureux pour la première fois : mains qui tremblent, cœur qui s’affole, jambes qui flageolent, visage qui rougit et joues qui rosissent, etc etc…. Lou et Lucas vont devenir complices tout au long de cette année scolaire, de par l’apparition de No dans leur vie.

    Lou s’interroge sur la vie, ses contradictions : « il suffirait que chacun prenne un SDF chez soi », ce à quoi son père répond « La vie n’est pas aussi simple », et Lou d’en conclure que pour devenir adulte, il faut admettre qu’il y a des choses contre lesquelles on ne peut rien. Des réflexions d’adulte dans un corps d’enfant… Sauf que Lou veut quand même essayer de changer, ou de faire changer les choses.
    Au-delà des réflexions de Lou, ce livre interroge : est-ce que l’on part vraiment tous avec les mêmes bases, les mêmes chances dès le départ ? Les mêmes libertés ? On devrait, mais est-ce vraiment le cas ? Peut-on faire évoluer les choses ? « Les choses », ce mot est en italique dans le récit, dans les pensées de Lou… laisser « Les choses » telles qu’elles sont…changer « les choses »…

    Concernant le style d’écriture, la narration est à la première personne, on est donc dans les pensées de Lou. Alors au début l’écriture m’a un peu dérangée, car certains passages trahissaient plus un raisonnement d’adulte que d’enfant, je me disais « non, un enfant de 13 ans ne peut pas penser ça, n’écrirait pas ça », et puis je me suis rappelé que notre héroïne était surdouée. Et puis il y a d’autres passages qui rappellent que notre héroïne n’a que 13 ans (« dans quel sens est-ce que la langue doit tourner quand on embrasse ? »). Il fallait donc que l'auteure trouve un juste équilibre entre la jeunesse et la précocité, et je trouve qu’au final c’est habilement écrit par rapport à ces deux points. Parce qu’il y a la fin, la toute fin, cette toute dernière page, qui fait qu’on a bien affaire à une ado et que, malgré le ton plutôt grave et parfois dramatique du récit (sans tomber dans le pathos), on referme le livre avec un sourire.

    C’est le deuxième livre de Delphine de Vigan que je lis, et comme le premier (« d’après une histoire vraie »), la première impression de lecture est mitigée : pourquoi ce récit ? Que comprendre ? Comment le comprendre ? Et plein d’autres questions qui m’assaillent. Et puis, il y a ce fameux « double effet kiss cool » : l’histoire et les personnages qui trottent encore dans ma tête après lecture, qui me poussent à la réflexion. Et au final, je me dis que j’ai aimé cette lecture.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • L'auteur a su aborder le thème de la marginalité avec sensibilité et sans aucune mièvrerie
    Un beau moment de lecture
    J'apprécie beaucoup l 'oeuvre et le style de Delphine DeVigan

    L'auteur a su aborder le thème de la marginalité avec sensibilité et sans aucune mièvrerie
    Un beau moment de lecture
    J'apprécie beaucoup l 'oeuvre et le style de Delphine DeVigan

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions