• " C' était toujours la même voix vinaigrée, mais à présent elle grattait si bien le public au bon endroit, qu' elle lui tirait par moments un léger frisson.Nana avait gardé son rire, qui éclairait sa bouche rouge et luisait dans ses grands yeux, d' un bleu très clair. A certains vers un peu vifs, une friandise retroussait son nez dont les ailes roses battaient, pendant qu' une flamme passait sur ses joues. Elle continuait à se balancer, ne sachant faire que ça. Et on ne trouvait plus ça vilain du tout, au contraire ; les hommes braquaient leurs jumelles. Comme elle terminait le couplet, la voix lui manqua complètement, elle comprit qu' elle n' irait jamais au bout. Alors, sans s' inquiéter, elle donna un coup de hanche qui dessina une rondeur sous la mince tunique, tandis que, la taille pliée, la gorge renversée, elle tendait les bras. Des applaudissements éclatèrent. Tout de suite, elle s' était tournée, remontant, faisant voir sa nuque où des cheveux roux mettaient comme une toison de bête ; et les applaudissements devinrent furieux. "
    Emile Zola

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Récemment sur lecteurs.com