Mousseline la sérieuse

Couverture du livre « Mousseline la sérieuse » de Sylvie Yvert aux éditions Pocket
  • Date de parution :
  • Editeur : Pocket
  • EAN : 9782266272599
  • Série : (non disponible)
  • Support : Poche
Résumé:

Marie-Antoinette, sa mère, la surnommait « Mousseline la Sérieuse ». Et en effet, Marie-Thérèse-Charlotte de France ne se départit jamais d'une certaine tristesse, d'un goût pudique pour la solitude. Est-ce d'avoir vécu tant d'épreuves ? L'irruption brutale de la Terreur révolutionnaire dans une... Voir plus

Marie-Antoinette, sa mère, la surnommait « Mousseline la Sérieuse ». Et en effet, Marie-Thérèse-Charlotte de France ne se départit jamais d'une certaine tristesse, d'un goût pudique pour la solitude. Est-ce d'avoir vécu tant d'épreuves ? L'irruption brutale de la Terreur révolutionnaire dans une enfance dorée, l'exécution de ses parents, la mort de son jeune frère Louis XVII... Tellement de souffrances accumulées dès le début de son existence. Elle seule survécut à la prison du Temple, fut bannie, vécut 73 ans et trois révolutions. Les pages les plus tourmentées de l'Histoire de France s'écrivirent sans elle : c'est cet affront qu'elle lave ici, à l'encre de ses larmes.

Donner votre avis

Avis(15)

  • UN bien émouvant voyage dans les pas et les pensées de Marie-Charlotte Thérèse de France, seule à avoir survécu, fille de Louis XVI, sous la plume délicate de Sylvie Yvert qui ne cède pas au misérabilisme ni aux effets...Les atrocités de cette époque effroyable y sont relatées avec une dignité...
    Voir plus

    UN bien émouvant voyage dans les pas et les pensées de Marie-Charlotte Thérèse de France, seule à avoir survécu, fille de Louis XVI, sous la plume délicate de Sylvie Yvert qui ne cède pas au misérabilisme ni aux effets...Les atrocités de cette époque effroyable y sont relatées avec une dignité identique à celle de la famille royale... A lire !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Mousseline, était Marie-Thérèse-Charlotte de France, fille de Marie-Antoinette et de Louis XVI.

    La phrase évoquée dans le titre n’est pas sans rappeler celle prononcée par l’ancienne reine de France : « Je m’appelais Marie Antoinette Lorraine d’Autriche », lors de son procès.

    Unique...
    Voir plus

    Mousseline, était Marie-Thérèse-Charlotte de France, fille de Marie-Antoinette et de Louis XVI.

    La phrase évoquée dans le titre n’est pas sans rappeler celle prononcée par l’ancienne reine de France : « Je m’appelais Marie Antoinette Lorraine d’Autriche », lors de son procès.

    Unique survivante de la famille royale, oubliée des manuels d’histoire, bien souvent des romans, oubliée de presque tous, voici Mousseline la Sérieuse qui reprend vie sous la plume, ô combien brillante, de Sylvie Yvert.

    On découvre l’itinéraire aussi passionnant que profondément émouvant de cette femme, qui , au crépuscule de sa vie, en retrace les immenses lignes. Elle aura tout connu, la magnificence de Versailles, la violence horrifique de la Révolution et de la Terreur, l’enfermement au Temple, les deuils aussi cruels qu’innombrables, l’exil, le désespoir, l’errance, un mariage stérile avec son cousin le Duc d’Angoulême… Et tant d’autres événements historiques !

    « Souvenez-vous : de votre roi j'étais la fille. La fille oubliée de Louis XVI et de Marie-Antoinette. La sœur aînée de Louis XVII et la seule rescapée de la prison du Temple. Née princesse royale sous le drapeau blanc, dans une monarchie de droit divin, au milieu des ors d'un palais voulu par le Roi-Soleil, j'ai assisté il y a peu à la première élection d'un président de la République au suffrage universel sous la bannière tricolore ».

    Malgré tout, elle demeure habitée par une grande dignité.

    La plume de l’autrice est d’une élégance qui n’a d’égal que l’immense pudeur qui compose ce magnifique roman. L’histoire est bouleversante, (j’ai souvent versé ma petite larme). Sylvie Yvert a su brillamment éviter l’écueil facile du pathos et offre un ouvrage superbe, extraordinairement documenté, d’une beauté rare. D’une grande tendresse aussi. Enfin, c’est ce que j’en ai ressenti.

    L’utilisation du « Je » fait que l’on s’identifie forcément à la petite Mousseline, à Madame Royale, à l’enfant incarcérée, à la jeune femme en exil, à la Duchesse d’Angoulême, et à la vieille Dame, qui ne s’est jamais départie de son amour pour ce pays qui lui avait pourtant tant pris !

    Lecture coup de poing, lecture coup de cœur, menée de bout en bout par une sensibilité absolument époustouflante.

    comment Commentaire (1) flag Signalez un abus
  • Sylvie Yvert nous fait découvrir une autre facette de la révolution francaise par le biais de la fille de Louis XVI et Marie Antoinette dite Mousseline la Sérieuse qui vécut cette période terrible dans son enfance. Ce récit totalement différent de ce que l'on peut lire dans les manuels scolaires...
    Voir plus

    Sylvie Yvert nous fait découvrir une autre facette de la révolution francaise par le biais de la fille de Louis XVI et Marie Antoinette dite Mousseline la Sérieuse qui vécut cette période terrible dans son enfance. Ce récit totalement différent de ce que l'on peut lire dans les manuels scolaires est très instructif et décrit la révolution dans ce qu elle a de plus sanguinaire injuste et terrifiante dans les yeux d une enfant.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Je l'ai choisi car je suis toujours très friande des récits de l'Histoire de France, surtout quand ils sont romancés et qu'ils sont par là même plus intéressants à comprendre.
    Mousseline (surnom) Marie-Thérèse Charlotte, fille du roi Louis XVI et Marie-Antoinette.
    Ce sont ses écrits (bien sur...
    Voir plus

    Je l'ai choisi car je suis toujours très friande des récits de l'Histoire de France, surtout quand ils sont romancés et qu'ils sont par là même plus intéressants à comprendre.
    Mousseline (surnom) Marie-Thérèse Charlotte, fille du roi Louis XVI et Marie-Antoinette.
    Ce sont ses écrits (bien sur fictionnels) de sa vie tumultueuse et horrifique qu'on suit; Un récit intimiste, presque un huis-clos assez terrifiant en passant par la Terreur, la révolution, la mise à mort de ses parents, son frère se mourant de maladie et d'incurie, puis l'exil, son mariage, la monarchie, l'Empire....
    Bref, une vie pleine de souffrances qu'elle décrit à travers ses larmes (à 73 ans) avec une délicatesse et plein de sensibilité. Elle le dit souvent : "Je pardonne mais je n'oublie pas". Elle cherche refuge dans son âme, âme qui est devenue plus forte que l'injustice des hommes.
    La narration est à la première personne, ce qui donne un ton personnel et juste.
    Une biographie qui m'a conquise car ne connaissant pas du tout cette Femme de France hors du commun et qu'on oublie dans les manuels scolaires.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Les dédicaces

Service proposé en partenariat avec Les Dédicaces

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com