Mon ombre assassine

Couverture du livre « Mon ombre assassine » de Estelle Tharreau aux éditions Taurnada
  • Date de parution :
  • Editeur : Taurnada
  • EAN : 9782372580502
  • Série : (non disponible)
  • Support : Poche
Résumé:

En attendant son jugement, du fond de sa cellule, Nadège Solignac, une institutrice aimée et estimée, livre sa confession.
Celle d'une enfant ignorée, seule avec ses peurs.
Celle d'une femme manipulatrice et cynique.
Celle d'une tueuse en série froide et méthodique.
Un être polymorphe.
Un... Voir plus

En attendant son jugement, du fond de sa cellule, Nadège Solignac, une institutrice aimée et estimée, livre sa confession.
Celle d'une enfant ignorée, seule avec ses peurs.
Celle d'une femme manipulatrice et cynique.
Celle d'une tueuse en série froide et méthodique.
Un être polymorphe.
Un visage que vous croisez chaque jour sans le voir.
Une ombre. Une ombre assassine.

Donner votre avis

Avis(9)

  • Je n'avais accroché ni à "Orages" ni à "l'impasse "..
    J'ai bien fait d'insister parce que celui-ci est quand même assez fort et dérangeant!

    Je n'avais accroché ni à "Orages" ni à "l'impasse "..
    J'ai bien fait d'insister parce que celui-ci est quand même assez fort et dérangeant!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Quel roman ! Tellement original et captivant !

    Nadège en attente de son procès fait une confession crue, sans détours, sans aucune concession. Emprisonnée pour meurtres, elle nous déroule toute son histoire depuis l'enfance et si c'est parfois extrêmement dur et violent c'est absolument...
    Voir plus

    Quel roman ! Tellement original et captivant !

    Nadège en attente de son procès fait une confession crue, sans détours, sans aucune concession. Emprisonnée pour meurtres, elle nous déroule toute son histoire depuis l'enfance et si c'est parfois extrêmement dur et violent c'est absolument passionnant de suivre son récit.

    Entre une mère maltraitante, à la psychologie chancelante et un père absent et démissionnaire, la petite fille, intelligente tente de se construire dans la solitude. Un frère préféré et préservé, une sœur lourdement handicapée, c'est très tôt que Nadège apprend à survivre....

    Et très vite, cette survie consistera à éliminer ceux qui vont menacer tout d'abord son intégrité, puis son confort et son parcours sera jonché de cadavres, de plus en plus jeunes, sans aucun remord... C'est dans le meurtre qu'elle se réalise pleinement et devient très rapidement une tueuse en série implacable...

    Le récit de sa vie est terriblement frappant parce que débité d'un ton froid, direct, caustique parfois. Cette jeune femme ne ressent aucun sentiment, n'a aucune attache affective mais elle réussit à construire une image quasiment angélique, une armure sans émotions en dehors d'une colère sourde et parfois explosive. Et si les faits sont violents, je n'ai trouvé aucune surenchère dérangeante, il s'agit des actions et des pensées d'une personnes détachée, d'une intelligence méthodique, d'une perspicacité remarquable qui lui permet de décrypter les gens et leurs émotions et de s'en servir pour éliminer tous les nuisibles autour d'elle .

    J'ai adoré que le récit soit entrecoupé d'articles de journaux, de compte-rendus d'audience, d'interrogatoires qui donnent toute la mesure à la distorsion entre la réalité effroyable et comment elle est perçue par les autres, le personnage lisse, dévoué qu'elle a construit avec patience et intelligence.

    J'ai été à la fois atterrée par toute cette noirceur mais incapable de fermer le livre tant le récit est captivant et judicieusement échafaudé, avec un vrai suspense quant aux événements mais également au procès en cours. Le personnage qui prend corps page après page fait froid dans le dos, sa malfaisance est invisible, et elle est impliquée et totalement acceptée dans la société... Et si ...

    Un roman incisif, très particulier, donnant le point de vue d'une redoutable tueuse en série, une autopsie minutieuse de ses pensées, de ses actes, de sa duplicité, un livre impossible à poser ... un excellent moment de lecture !

    Un grand merci aux Editions Taurnada et à Joël Maïssa
    pour cette nouvelle découverte.
    A coup sûr, ce livre rejoindra mes étagères en version papier !

    https://chezbookinette.blogspot.com/2019/01/mon-ombre-assassine.html

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Une histoire perturbante, affreusement addictive, horriblement sombre et angoissante ! Ce qui en a fait pour moi un livre impossible à lâcher ! Avec un suspens insoutenable et une écriture accrocheuse, Estelle Tharreau nous livre l'histoire d'un monstre en construction. Âmes sensibles s'abstenir...
    Voir plus

    Une histoire perturbante, affreusement addictive, horriblement sombre et angoissante ! Ce qui en a fait pour moi un livre impossible à lâcher ! Avec un suspens insoutenable et une écriture accrocheuse, Estelle Tharreau nous livre l'histoire d'un monstre en construction. Âmes sensibles s'abstenir ! On y trouve un personnage principal (féminin), à l'esprit tortueux, froid et machiavélique, qui sera une menace constante et invisible. Elle est le mal incarné, suite à une enfance misérable, qui va créer ce monstre malsain. Mais l'auteur nous livre également avec ce Thriller, une morale et des questionnements. En fermant les yeux sur des situations "anormales et dérangeantes", nous nous rendons coupable de participer à la création de ces monstres.. Un livre à vous glacer le sang et un auteur que je vais suivre de près dorénavant ! Une vraie bombe !!!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • « Je suis dans cette cellule en attendant de savoir ce que le destin a prévu pour moi. Non que je sois inquiète, il m’a trop souvent éprouvée pour que j’aie encore peur de lui. »

    Nadège Solignac est confiante. Elle a toujours réussi à s’en tirer. À être ce que l’on attendait d’elle....
    Voir plus

    « Je suis dans cette cellule en attendant de savoir ce que le destin a prévu pour moi. Non que je sois inquiète, il m’a trop souvent éprouvée pour que j’aie encore peur de lui. »

    Nadège Solignac est confiante. Elle a toujours réussi à s’en tirer. À être ce que l’on attendait d’elle. Expressions du visage, les bons mots quand il faut, elle trompe son monde depuis l’enfance. La collègue de l’école, l’amie, le grand frère, tous, lors de leur interrogatoire, la décrivent comme une femme douce, fiable et courageuse, avec ce qu’elle a enduré, la pauvre, vous n’avez pas honte de l’accabler de la sorte ? Ça la fait rire, Nadège. Mais elle a quand même son sac à vider, et comprenne qui veut.

    Comment se construit-on entre une mère dépressive et un père capitulard ? Qui devenez-vous, au sein d’une famille qui ne vous accorde pas un regard ou pas celui que vous êtes en droit d’attendre ? C’est dans l’indifférence que Nadège a pris ses marques. Ça valait toujours mieux que les moqueries et les brimades. Mieux que si quelqu’un s’était réellement intéressé à sa vie et avait découvert le mal silencieux qui a très tôt commencé de l’animer. Violence n’est pas forcément synonyme de coups : la manipulation s’offre une place de choix parmi les armes de destruction, et Nadège a une façon toute particulière de rendre les bleus au cœur qu’on lui a causés. Alors, ce flic, elle l’a tué ou pas ? C’est pour ça qu’elle est claquemurée aujourd’hui, assise sur sa présomption d’innocence. Au regard des autres, cette pauvre brebis dévouée à sa sœur handicapée ne ferait pas de mal à une mouche. Mais toi, lecteur, passé l’introduction, tu entrevois de quoi elle est capable derrière son masque de gentille maîtresse, et ce type qui flotte dans la piscine et qui aurait tenté de la violer, tu sais très bien qu’elle a pu le négocier. Entre les proches soumis à la question et les coupures de presse, l’histoire prend des allures de fait divers. Et ça fonctionne très bien. Rapidement, le malaise s’installe. Je suis obligée d’écouter ce qu’elle a à dire, la Solignac ? Oui, t’es obligé. Parce que maintenant que t’as commencé, il faut que tu saches. Jusqu’où elle a pu aller, ce qui a entaché son passé, et à quel(s) moment(s) ça a déraillé dans sa petite tête blonde.

    Je ne suis pas fan des personnages féminins. Avec ces personnages-là, ça part souvent d’un je-n’ai-pas-assez-de-place-dans-mon-couple ou mon-quotidien-ne-me-contente-plus. Mon ombre assassine tape un cran plus haut et avec Nadège Solignac, Estelle Tharreau a capté mon attention dès le début, pour me faire passer un mauvais moment comme je les aime. Écrit avec simplicité, sans se perdre en conjectures, ce roman sème le trouble : au diable la morale, j’en suis venue à me laisser avoir et à la plaindre, la Solignac. Sec, dérangeant et efficace.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com