Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Mon ombre assassine

Couverture du livre « Mon ombre assassine » de Estelle Tharreau aux éditions Taurnada
  • Date de parution :
  • Editeur : Taurnada
  • EAN : 9782372580502
  • Série : (-)
  • Support : Poche
Résumé:

En attendant son jugement, du fond de sa cellule, Nadège Solignac, une institutrice aimée et estimée, livre sa confession.
Celle d'une enfant ignorée, seule avec ses peurs.
Celle d'une femme manipulatrice et cynique.
Celle d'une tueuse en série froide et méthodique.
Un être polymorphe.
Un... Voir plus

En attendant son jugement, du fond de sa cellule, Nadège Solignac, une institutrice aimée et estimée, livre sa confession.
Celle d'une enfant ignorée, seule avec ses peurs.
Celle d'une femme manipulatrice et cynique.
Celle d'une tueuse en série froide et méthodique.
Un être polymorphe.
Un visage que vous croisez chaque jour sans le voir.
Une ombre. Une ombre assassine.

Donner votre avis

Articles (1)

Avis (17)

  • Nadège Solignac est une institutrice mise en examen suite à la mort d'un policier noyé dans sa piscine. Elle est directement impliquée dans ce décès et son avocate plaide la légitime défense, la jeune femme ayant eu à repousser une agression et tentative de viol.
    L'affaire est relatée à travers...
    Voir plus

    Nadège Solignac est une institutrice mise en examen suite à la mort d'un policier noyé dans sa piscine. Elle est directement impliquée dans ce décès et son avocate plaide la légitime défense, la jeune femme ayant eu à repousser une agression et tentative de viol.
    L'affaire est relatée à travers des articles de presse et des reportages télé, ainsi qu'à partir de la retranscription d'interrogatoires.

    En parallèle, Nadège se raconte dans une longue et précise confession. Peu à peu elle dévoile au lecteur, avec qui elle tente de nouer une complicité dérangeante, son parcours depuis sa petite enfance au sein d'une famille quelque peu marginale dans un hameau surnommé les «Sans sous» entre une mère dépressive et un père démissionnaire, jusqu'à sa vie d'adulte dans le milieu scolaire. Elle évoque de façon particulièrement cynique sa découverte précoce du bien et du mal, et de ce qu'elle appelle la «zone neutre» où le mal n'est pas détecté, ainsi que sa transformation en un être polymorphe et manipulateur.

    La grande force d'Estelle THARREAU dans ce récit est d'arriver à faire éprouver au lecteur toute une palette de sentiments vis-à-vis de Nadège, entre compassion et horreur absolue. Un superbe moment de lecture, addictif et glaçant, dans lequel la plume de l'auteur fait une nouvelle fois merveille.

    Parents, vous ne verrez peut-être plus l'institutrice de vos enfants de la même façon.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Nadège Solignac a été arrêtée pour la mort d'un policier qui aurait tenté de la violer et qu'elle aurait tué en état de légitime défense. L'enquête révèle une série troublante d'accidents mortels partout où passe la jeune femme, mais scandalise l'entourage de cette institutrice modèle, si...
    Voir plus

    Nadège Solignac a été arrêtée pour la mort d'un policier qui aurait tenté de la violer et qu'elle aurait tué en état de légitime défense. L'enquête révèle une série troublante d'accidents mortels partout où passe la jeune femme, mais scandalise l'entourage de cette institutrice modèle, si gentille et si appréciée de tous.

    Alors que se succèdent les témoignages, sans exception en sa faveur, Nadège nous livre en privé sa confession, relatant son enfance maltraitée, ses peurs et sa haine, la constitution progressive de sa personnalité de psychopathe, son comportement de façade soigneusement étudié pour donner le change, les meurtres commis sans émotion ni remord, son mépris des sentiments humains et des règles sociales, ses avertissements et ses menaces à votre encontre, vous qui ne vous méfiez aucunement de cette manipulatrice aux deux visages, et qui ignorez tout de son ombre assassine qui vous frôle peut-être à votre insu.

    En alternant le récit intime de la meurtrière et la perception en complet décalage de son entourage, ce roman donne à comprendre, de manière saisissante et perturbante, ce qu'est la psychopathie, cette déficience des émotions et du contrôle des impulsions, cette inadaptation menant à des conduites antisociales, mais aussi comment un être manipulateur et pervers peut berner son entourage et commettre le pire en toute impunité pendant des années.

    Fascinant et inquiétant, le récit coule de manière fluide, sans que jamais l'intérêt ne se relâche, interpellant le lecteur, le glaçant au fil d'actes terrifiants de froideur et d'amoralité, le convainquant peu à peu de son impuissance et de sa vulnérabilité potentielles, face à des prédateurs que leur entourage côtoie, parfois pendant des décennies, sans jamais se douter de rien.

    Ce livre prenant et facile à lire, construit pour vous interpeller et vous déranger, vous confrontera à l'insoutenable et dangereuse insensibilité d'êtres qui évoluent discrètement et en toute impunité au milieu du commun des mortels, guettant impitoyablement leur prochaine proie. Impossible de ne pas penser au moins à une affaire récente, qui a fait ressortir le dossier de multiples disparitions antérieures, mais où l'aplomb du criminel présumé et l'absence de preuves interdisent d'avancer.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Quel talent! Une plume et style addictifs. La construction du récit à la première personne nous ballade dans la tête de la protagoniste à travers son vécu, procurant une immersion délectable. J'ai adoré Nadège. Elle est froide, sadique, machiavélique, brillante de méchanceté, étincelante...
    Voir plus

    Quel talent! Une plume et style addictifs. La construction du récit à la première personne nous ballade dans la tête de la protagoniste à travers son vécu, procurant une immersion délectable. J'ai adoré Nadège. Elle est froide, sadique, machiavélique, brillante de méchanceté, étincelante d'intelligence, et pourtant si touchante. Ses obscures pensées m'ont même souvent fait rire. On en redemande!

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Une auteure à découvrir absolument, j'avais aimé et dévoré "De la terre dans la bouche" - mon avis ici - je vous confirme l'écriture d'Estelle Tharreau est vraiment captive, c'est un page turner qu'elle nous propose. Un excellent thriller au rythme endiablé.

    Juillet 2018, Nadège Solignac...
    Voir plus

    Une auteure à découvrir absolument, j'avais aimé et dévoré "De la terre dans la bouche" - mon avis ici - je vous confirme l'écriture d'Estelle Tharreau est vraiment captive, c'est un page turner qu'elle nous propose. Un excellent thriller au rythme endiablé.

    Juillet 2018, Nadège Solignac est incarcérée pour le meurtre d'un policier Fabien Bianchi, retrouvé mort dans sa piscine sous les yeux de sa fille de 4 ans. Nadège est l'institutrice de cette petite, elle se défend et plaide la légitime défense suite à une tentative de viol sur sa personne.

    Nadège utilise le "je" pour s'adresser à nous lecteurs. On la retrouve aujourd'hui mais aussi dans le passé via des "flash-back" qui nous raconte l'histoire sa triste enfance. Une enfance difficile avec une mère dépressive, une soeur handicapée, elle l'enfant non-désirée.

    Mais qui est donc vraiment Nadège ? , celle que tout le monde encense, si secrète, discrète, elle, l'institutrice hors pair :

    - Victime ou bourreau ?
    - Une Sainte ou le mal incarné ?

    A vous de le découvrir.

    C'est un thriller glaçant, super bien construit. C'est fluide, précis, rythmé. Le style est implacable, la plume est efficace. On ne le lâche pas une seule seconde. Chaque élément est pesé aussi bien au niveau des actes que des sentiments.

    Un malaise s'installe à la lecture, on oscille entre l'empathie et le dégoût, l'horreur vis à vis du personnage principal.

    Je ne vous en dis pas plus mais vous reconfirme , une auteure à suivre assurément.

    Ma note : coup de ♥♥♥


    Attention, ne lisez pas les jolies phrases avant la lecture du livre !!

    Les jolies phrases

    ..écrire, c'est quand on veut dire quelque chose, mais qu'on ne peut pas le faire en parlant. Et lire permet aux gens de connaître ce qu'on ne peut pas leur dire en parlant.

    ...J'ai appris deux choses fondamentales: qu'il faut se méfier de soi-même et que la frontière entre le bien et le mal dépend également du "profil" de l'agresseur et de sa victime. Les deux catégories peuvent même s'inverser.

    Les regards aimants n'existent pas. Ils ne sont qu'une apparence sociale, une technique de manipulation, une mise en confiance nécessaire. Nous sommes condamnés à vivre seuls avec nous-mêmes. L'autre n'est qu'un moyen ou un danger.

    Comme précédemment, mes actes meurtriers s'étaient nourris des opportunités que m'offrait la vie de mes proies. En effet, de quoi se repaissent les crimes, selon vous ? Le crime prend irrémédiablement racine dans vos faiblesses, vos défauts, vos mauvaises habitudes petites ou grandes. Il s'en inspire, s'en nourrit jusqu'à les phagocyter et vous engloutir avec elles.


    C'est à ce moment précis que je compris que le plaisir de la mort s'étirait sans fin dans la souffrance de ceux qui avaient aimé la victime. Je pouvais me nourrir de leur douleur afin de prolonger cet instant. Le crime, l'impunité, les ricochets de la souffrance.

    Les plus grands prédateurs essuient les affres de la disette. L'important est de tenir jusqu'au retour des grandes chasses.


    Comme précédemment, mes actes meurtriers s'étaient nourris des opportunités que m'offrait la vie de mes proies. En effet, de quoi se repaissent les crimes, selon vous ? Le crime prend irrémédiablement racine dans vos faiblesses, vos défauts, vos mauvaises habitudes petites ou grandes. Il s'en s'inspire, s'en nourrit jusqu'à les phagocyter et vous engloutit avec elles.


    https://nathavh49.blogspot.com/2019/05/mon-ombre-assassine-estelle-tharreau.html

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • C’est du fond de sa prison qu’elle nous livre ses confessions. Nadège Solignac.
    « Je suis dans cette cellule en attendant de savoir ce que le destin a prévu pour moi. Non que je sois inquiète, il m’a trop souvent éprouvée pour que j’aie encore peur de lui. Je suis confiante : ils ne trouveront...
    Voir plus

    C’est du fond de sa prison qu’elle nous livre ses confessions. Nadège Solignac.
    « Je suis dans cette cellule en attendant de savoir ce que le destin a prévu pour moi. Non que je sois inquiète, il m’a trop souvent éprouvée pour que j’aie encore peur de lui. Je suis confiante : ils ne trouveront rien, car, mis à part cette erreur, j’ai toujours veillé à ne jamais semer de petits cailloux sur mon chemin. J’attends simplement que les juges ne se trompent pas sur la qualification de ce qu’on me reproche : ce que je vais faire de mon temps en dépend. »

    Et c’est du fond de cette même cellule qu’elle nous raconte sa vie. De sa non tendre enfance à aujourd’hui. Ses souffrances. L’absence d’amour et de bienveillance dont elle a été victime pendant tant d’années. L’ignorance la plus absolue dont sa famille, ses proches, ont fait preuve vis-à-vis d’elle. Un chemin semé d’embûches, qu’elle s’est efforcée de suivre, à sa manière… en se forgeant la personnalité de celle qu’elle deviendra, que vous allez découvrir en faisant sa connaissance. A la naissance de sa petite soeur, que la vie n’épargne pas en lui infligeant un très lourd handicap, Nadège s’enfonce encore, chaque jour un peu plus.
    « J’ai 8 ans et ma mère vient de mourir. »

    Vivant à l’écart des siens, sous le même toit mais loin d’eux, il n’y a pas d’attache. Rien. Son père est-il vraiment son père ? Sa soeur, qui sera appelée « le monstre » n’aura pas plus sa place au sein de ce qu’il est difficile de nommer cette famille. Elle a bien un frère, aux abonnés absents, lui aussi.
    « Affolé de devoir assurer la garde du monstre, mon père la plaça en moins d’une semaine dans une institution. »

    Nadège joue un rôle. Le rôle de son propre personnage. Celui qu’elle bâtira de toute pièce, qui fera d’elle ce que les autres voudront qu’elle soit. Se fondre dans le décor. Passer inaperçu.
    « Pendant 4 ans, j’ai construit cet être cohérent sans que rien vienne m’arrêter. »

    Tout est savamment préparé. Les disparitions, les morts vont se suivre sans jamais se ressembler. Quiconque se met en travers de son chemin, aucune hésitation ne l’empêche de passer à l’acte. Elle ne laisse rien au hasard… ou peut-être pas… Un jour une faille ?
    « Derrière le visage angélique et l’image de femme dévouée, pourrait se cacher l’une des pire tueuses en série que la France ait connues. »

    Personne ne peut douter d’elle. Personne ne peut imaginer l’impensable. Des accidents. Les uns après les autres. Une maîtresse si gentille et si dévouée, que les enfants et parents adulent sans concession.
    « Vous devrez vivre avec mon ombre assassine pouvant vous frôler à chaque instant au détour d’un regard, d’un geste anodin ou d’une parole amicale. »

    Elle s’est fixée comme une mission. Destructrice. Mais qui pour elle, a un sens réparateur.
    « Je dois contribuer à soulager le monde de ces femmes trop faibles, trop dégénérées pour vivre. Pour les empêcher d’enfanter et de perpétuer leur tares tout comme ma mère avait engendré mon frère et ma sœur. Mon passé allait revivre sans fin dans un cycle purificateur. »

    « La vie n’est qu’effort et exigence envers soi-même. Dans le crime plus encore qu’ailleurs. »

    Estelle Tharreau, vous m’avez piégée. Mi ange mi démon, Nadège Solignac est diabolique. Mais aussi incroyable que cela puisse paraître, au fur et à mesure, au fil des pages en découvrant son histoire, je suis presque arrivée au point de trouver une explication à son comportement, la comprendre… Et c’est là que vous avez divinement bien orchestré votre oeuvre, Estelle Tharreau. Sidérant. Un gros coup de coeur glaçant !

    https://littelecture.wordpress.com/2019/04/23/mon-ombre-assassine-de-estelle-tharreau/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Nadège Solignac. Un nom ordinaire pour une femme ordinaire. En apparence.

    "Je suis la fille d’une dépression post-partum et d’un raté démissionnaire. Je suis la sœur d’un clone paternel et d’un monstre répugnant."

    Nadège est institutrice. Très appréciée de ses élèves et de leurs parents....
    Voir plus

    Nadège Solignac. Un nom ordinaire pour une femme ordinaire. En apparence.

    "Je suis la fille d’une dépression post-partum et d’un raté démissionnaire. Je suis la sœur d’un clone paternel et d’un monstre répugnant."

    Nadège est institutrice. Très appréciée de ses élèves et de leurs parents. Nadège est aussi solitaire. Et discrète. Nadège passe inaperçue dans sa vie de tous les jours. Et pourtant, derrière cette personnalité effacée, se tapie une femme machiavélique.

    "Rapidement, je pus prendre mes marques dans l’indifférence générale : une vie professionnelle parfaitement ouverte sur le monde que personne n’eut l’idée de mettre en relation avec une vie privée solitaire et secrète. La vitrine d’un fleuriste pour masquer l’arrière-boutique d’un équarrisseur."

    Nadège est manipulatrice. Cruelle. Organisée. Tout est préparé de manière très méthodique, dans les moindres détails. Car elle agit toujours avec préméditation. Nadège est tueuse en série. Ses victimes font partie de son entourage, plus ou moins proche. Elle assassine par vengeance, par mépris, ou pour blesser aussi.

    "Je ne cherchais pas la gloire, mais un exercice de style.
    Je me mis en chasse d’une victime facile et banale. Un test, un brouillon avant de viser plus haut.
    Je voulais un meurtre volontaire et prémédité."

    Mon ombre assassine commence par l’incarcération de Nadège après son ultime crime. Depuis sa cellule de prison, elle nous raconte sa vie, depuis sa naissance jusqu’à aujourd’hui. Elle se dévoile, froide, cynique, démoniaque. Et patiente.

    "Avant de partir, je pris le temps de m’imprégner de sa mort. Je fixai sa bouche réduite au silence. Dix-neuf ans plus tard, la gamine terrorisée l’avait tuée."

    Ainsi, elle déroule le fil de sa vie, son enfance torturée dans une tour sombre et délabrée, ses relations familiales, ses petites habitudes. La tension est palpable dès la première page. Elle s’adresse directement à nous. Alors, on entre littéralement dans la tête de la meurtrière et on explore sa conscience.

    La plume de l’auteure est efficace. On entend la voix de Nadège Solignac résonner dans notre tête. C’est fin, autant que cela fait froid dans le dos. Le style d’Estelle Tharreau est implacable. Tout est dans la précision, autant des actes que des mots. Tout est pesé soigneusement. Et cela donne un thriller extrêmement addictif. A partir d’une femme en apparence si ordinaire, l’auteure construit un véritable monstre. Et cela semble si réel…

    Estelle Tharreau signe avec Mon ombre assassine un thriller glaçant. Qui ne vous fera peut-être plus voir comme avant votre voisine ou la maîtresse de vos enfants. Absolument addictif ! Et effrayant !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Le décor est planté… ou comment devenir une serial killeuse !!!

    C’est une super découverte, un récit glaçant, sans empathie. On commence l’histoire alors que l’on connaît déjà le tueur. Du coup j’aime bien, c’est sympa. On est sous tension en continue, et souvent même en apnée !!!

    Aucun...
    Voir plus

    Le décor est planté… ou comment devenir une serial killeuse !!!

    C’est une super découverte, un récit glaçant, sans empathie. On commence l’histoire alors que l’on connaît déjà le tueur. Du coup j’aime bien, c’est sympa. On est sous tension en continue, et souvent même en apnée !!!

    Aucun temps morts, une écriture qui se lit facilement. J’ai adoré le côté sombre du personnage de Nadège.

    Tout le monde l’aimait beaucoup. Alors… Victime ? Bourreau ? Lisez-le !!!

    Une auteure à suivre !!!

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • La sphère Bookstagram a de nouveau frappé ! J’ai vu ce titre passé à plusieurs reprises et surtout les retours plus que positifs. Il ne m’en fallait pas plus pour sauter le pas. Et j’ai adoré que ce soit l’histoire, le personnage de Nadège et la plume de l’auteure. Après avoir refermé le livre,...
    Voir plus

    La sphère Bookstagram a de nouveau frappé ! J’ai vu ce titre passé à plusieurs reprises et surtout les retours plus que positifs. Il ne m’en fallait pas plus pour sauter le pas. Et j’ai adoré que ce soit l’histoire, le personnage de Nadège et la plume de l’auteure. Après avoir refermé le livre, vous ne verrez plus votre voisin de la même façon.
    C’est sombre, dérangeant, malsain et pourtant une fois les premières pages lues difficile de s’arrêter. Quand je pense au personnage de Nadège je ne peux m’empêcher de me dire que c’est une sacré psychopathe… et le mot est faible.

    Dès les premiers chapitres on sait qu’elle est coupable de l’homicide dont on l’accuse. Dès lors l’intrigue, la question que l’on se pose est de savoir si elle va s’en sortir. Va-t-on l’accuser d’homicide volontaire ou la libérer pour légitime défense ?

    Pour y répondre, l’auteure ou plutôt Nadège nous plonge dans son passé et nous explique comment elle en est arrivé là et comment elle a fait pour ne jamais se faire prendre sur le vif.

    Et de connaître ce passé, assez chaotique il faut le reconnaître, cela nous donne toutes les cartes en main pour pouvoir la juger et estimer si oui ou non elle mérite de finir en prison.

    Parce qu’en vérité c’est une sacrée psychopathe tordue qui a bien morflé pendant son enfance et qui n’a eu aucun soutien de son entourage. Je pourrais dire que j’ai presque pitié d’elle sauf que le récit de la petite Nadège a de quoi faire froid dans le dos et pas qu’un peu.

    C’est plus un sentiment de malaise qui m’a suivi durant ma lecture que de la compassion.

    Et cette exposition de sa vie est entrecoupée par les interrogatoires, les articles des journalistes et l’intervention de son avocate qui la défend avec ferveur. J’ai trouvé cette partie intéressante car elle permet de savoir comment les proches de Nadège la perçoivent mais surtout quelle influence peut avoir l’opinion publique à travers les médias.

    C’est autant intéressant que ce n’est malaisant car les médias collent dès le début une étiquette à Nadège et prennent ainsi parti alors qu’au final ils ne connaissent pas la vérité. C’était une dimension intéressante à exploiter car tout du long j’ai douté à savoir si elle allait s’en sortir au vu de certains témoignages.

    Pour le coup l’auteure joue rudement bien avec nos nerfs et nous donne envie de tourner la page jusqu’au dénouement. Et ça se lit vite car c’est addictif de par l’histoire mais également par la plume de Estelle Tharreau.

    Malgré ce que l’on peut apprendre sur Nadège, j’ai eu la sensation des trouver une certaine fragilité à travers tout ce qu’elle subit et fait subir. Que vous aimiez ou non le personnage, elle ne laisse pas insensible.

    Et quand on sait que c’est elle qui fait toute l’histoire je tire mon chapeau à l’auteure de l’avoir autant travailler, de lui fournir une telle prestance qu’on a du mal à s’en défaire.

    En bref,

    J’en aurais encore des choses à vous dire sur Nadège et sa famille, ses proches, mais je vous laisse le plaisir de le découvrir vous-même. C’est une histoire fascinante à propos d’un personnage charismatique. Armez-vous pour découvrir la vie de Nadège et ses méfaits et à votre tour d’essayer de deviner si elle s’en sortira.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.