Moi, Surunen, libérateur des peuples opprimés

Couverture du livre « Moi, Surunen, libérateur des peuples opprimés » de Arto Paasilinna aux éditions Denoel
Résumé:

Le très distingué professeur Surunen, membre finlandais d'Amnesty International, las de se contenter de signer des pétitions, décide de prendre les choses en main. Il s'en va personnellement délivrer les prisonniers politiques qu'il parraine en Macabraguay, petit pays d'Amérique centrale dirigé... Voir plus

Le très distingué professeur Surunen, membre finlandais d'Amnesty International, las de se contenter de signer des pétitions, décide de prendre les choses en main. Il s'en va personnellement délivrer les prisonniers politiques qu'il parraine en Macabraguay, petit pays d'Amérique centrale dirigé par un dictateur fasciste sanguinaire. Après le succès de l'évasion de cinq d'entre eux, et non sans avoir goûté à la torture des geôles locales, Surunen accompagne l'un de ses protégés jusqu'au paradis communiste, un pays d'Europe de l'Est baptisé la Vachardoslavie. Là, il découvre le triste sort d'une poignée de dissidents enfermés dans un asile psychiatrique, et s'emploie à les libérer à leur tour.

Revisitant à sa façon Tintin au pays des Soviets, Paasilinna renvoie dos à dos les dictatures de tous bords avec une ironie mordante et un sens du burlesque accompli.

Donner votre avis

Les derniers avis

  • Lechoixdeslibraires.com

    L'extraordinaire Arto Paasilinna est un écrivain à succès né en Laponie finlandaise. Sa famille, fuyant les Soviétiques, fut chassée vers la Norvège, puis la Suède. Au bout du compte (du conte ?), cet homme est un vrai Père Noël : dans nos petits chaussons il dépose des cadeaux merveilleux sous...
    Voir plus

    L'extraordinaire Arto Paasilinna est un écrivain à succès né en Laponie finlandaise. Sa famille, fuyant les Soviétiques, fut chassée vers la Norvège, puis la Suède. Au bout du compte (du conte ?), cet homme est un vrai Père Noël : dans nos petits chaussons il dépose des cadeaux merveilleux sous forme d'histoires déjantées, délicieusement racontées. Sa vie est d'ailleurs un roman : dès l'âge de treize ans, il est bûcheron puis ouvrier agricole. A vingt ans, il décide de reprendre ses études afin de devenir journaliste. Paasilinna est garçon des forêts, flotteur de bois sur les rivières du nord, avant de nous scotcher littéralement avec ses récits burlesques :

    Le très distingué professeur Surunen, membre finlandais d'Amnesty International, las de se contenter de signer des pétitions, décide de prendre les choses en main. Il s'en va personnellement délivrer les prisonniers politiques qu'il parraine en Macahraguay, petit pays d'Amérique centrale dirigé par un dictateur fasciste sanguinaire. Après une évasion rocambolesque, Surunen accompagne l'un de ses protégés jusqu'au paradis communiste, un pays d'Europe de l'Est baptisé la Vachardoslavie. Il y découvre des dissidents enfermés dans un asile psychiatrique, et s'emploie à les libérer à leur tour. Paasilinna revisite Tintin au pays des Soviets, avant d'exploser dos à dos les dictatures de tous bords avec une ironie mordante et drôlissime.

    Oui le Père Noël s'est déguisé en écrivain pour nous offrir le plus beau des cadeaux : l'humour et la bonne humeur. Nous en avions tant besoin. Merci Papa Noël !

  • Remarque liminaire, Arto Paasilinna a écrit ce roman en 1986, il n'est traduit en français (admirablement, comme toujours par Anne Colin du Terrail) que cette année. Il faudra donc que le lecteur fasse l'effort de se replonger dans ces années où le téléphone portable n'existait pas, ni Internet,...
    Voir plus

    Remarque liminaire, Arto Paasilinna a écrit ce roman en 1986, il n'est traduit en français (admirablement, comme toujours par Anne Colin du Terrail) que cette année. Il faudra donc que le lecteur fasse l'effort de se replonger dans ces années où le téléphone portable n'existait pas, ni Internet, où le mur de Berlin était encore debout (je précise, car après le Macabraguay, Viljo Surunen ira de l'autre côté du mur en Vachardoslavie), où moi-même je pensais à bien autre chose qu'à un journal de mes lectures (bon, je lisais déjà pas mal, mais j'entamais ma brève et médiocre carrière d'étudiant, j'avais d'autres occupations : sortir, étudier, sortir, me reposer parce que les sorties, ça fatigue, sortir parce que je m'étais bien reposé, étudier ? ah oui, tiens, une bonne idée... mes enfants, merci de ne pas me lire ou de croire que ce ne sont là que des sornettes destinées à mettre mon lectorat en appétit, parce que là, c'est pas pareil, c'est moi qui paie vos études...)

    Bon, revenons donc à Surunen après cet avant-propos qui s'est un peu éloigné du sujet. La première partie, celle qui se déroule au Macabraguay est un peu longue, il aurait fallu tailler un peu dedans pour garder le rythme tout du long. La seconde partie, en Vachardoslavie, est plus courte, nettement plus dynamique. La différence entre ces deux parties donne un livre déséquilibré, j'aurais préféré deux parties équivalentes, un roman plus ramassé, plus court d'au moins une bonne soixantaine de pages. Il finit néanmoins sur la partie la plus rythmée, je reste donc sur une belle impression. Et puis, la plume légère et drôle d'Arto Paasilinna fait le reste, ses personnages sont toujours barrés, ils ont un gros grain, se mettent dans des situations abracadabrantesques comme dirait certain, sous couvert de la poésie d'Arthur Rimbaud. Surunen n'est pas un sur-homme ni un super héros, mais il réussira des exploits et subira des tortures qui me font encore frissonner, mais tout cela avec le sourire (le mien, parce que le sien sur le moment n'était pas vraiment sur ses lèvres). Sûr de son bon droit, il file et se moque des dangers. Au passage, Arto Paasilinna en profite pour mettre dans le même panier les dictatures installées et soutenues par les États-Unis à grand renfort de dollars et de soutien logistique et les dictatures soutenues, encouragées et souhaitées par l'URSS de l'époque. Les discours ne sont pas les mêmes, certains ne jurent que par le capitalisme, alors que les autres ne croient qu'au communisme, mais les résultats sont les mêmes : les dirigeants s'enrichissent, mettent en prison ou en camps les opposants ou les font tuer sous divers prétextes, et le peuple souffre.

    Conclusion, bien qu'un peu long, ce roman d'Arto Paasilinna ancré dans une triste réalité, celle des dictatures, réjouira les lecteurs pas son sens de l'absurde, la folie douce de ses personnages. Un pari réussi que de faire rire ou sourire avec un thème a priori grave.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Ils ont lu ce livre

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions