Moi, Harold Nivenson

Couverture du livre « Moi, Harold Nivenson » de Sam Savage aux éditions Les Éditions Noir Sur Blanc
Résumé:

À l'heure où la vie s'achève dans un corps décrépit, le monde se réduit à la dimension d'une fenêtre, l'oeil d'une maison en ruine où un homme, Harold Nivenson, remue ses souvenirs pendant que l'on convoite déjà ses biens. « Au moment crucial où les âmes se choisissent une enveloppe, je me suis... Voir plus

À l'heure où la vie s'achève dans un corps décrépit, le monde se réduit à la dimension d'une fenêtre, l'oeil d'une maison en ruine où un homme, Harold Nivenson, remue ses souvenirs pendant que l'on convoite déjà ses biens. « Au moment crucial où les âmes se choisissent une enveloppe, je me suis trompé d'espèce », pense-t-il du fond de sa tanière d'où il épie les jeux des enfants, le va-et-vient des voisins, leurs pantomimes dans les maisons d'en face, les arbres qui, le soir, projettent leur ombre sur ses mains décharnées, toutes les silhouettes de ce quartier embourgeoisé qui a bien changé depuis les beaux jours de la bohème. Il y a peu, le vieil homme descendait encore en boitillant sur sa canne jusqu'à la rivière, avec son chien, méditant sur ce fameux « chemin de la vie » où, jadis plein d'espoir, l'on finit par s'enfoncer par mégarde dans une forêt obscure. Sa vieille femme fatiguée le soigne de son mieux, mais elle aussi est en train de s'effacer, et bientôt sa présence se confond avec les bruits de la télé. Perdu dans ses veilles crépusculaires, Nivenson se plonge aussi dans tous ces tableaux accrochés autour de lui depuis des années, les derniers témoins du temps où il ouvrait sa maison à tous les artistes, où il avait une âme soeur, un frère, le peintre génial Peter Meininger. Mais Peter Meininger portait aussi en lui les germes de la destruction, et il laissa dans son sillage un tableau qui rend fou, un nu maléfique, l'abîme de Nivenson, où les rêves virent au cauchemar. Moi, Harold Nivenson est l'histoire d'un homme qui chercha la fraternité dans l'art des hommes, mais qui, comme sa femme auprès d'un petit bouddha de porcelaine, trouva auprès de son chien le secret de l'art de mourir. Sam Savage est né en Caroline du Sud en 1940 et vit désormais dans le Wisconsin. Il est l'auteur du phénoménal Firmin (Actes Sud, 2009), traduit dans une quinzaine de langues, de La complainte du paresseux (Actes Sud, 2011) et de Spring Hope (Notabilia, 2015). Il a obtenu un doctorat en philosophie à l'université de Yale.

Donner votre avis

Les derniers avis

  • Harold Nivenson n’est pas brillant. Il prend de l’âge et sa santé se dégrade. Son petit chien, Roy, est mort et il lui manque beaucoup. Derrière sa fenêtre, il observe ses voisins mais cela ne le réjouit guère car sa vision des choses, de la vie, est très pessimiste.

    Sur des fiches, il note...
    Voir plus

    Harold Nivenson n’est pas brillant. Il prend de l’âge et sa santé se dégrade. Son petit chien, Roy, est mort et il lui manque beaucoup. Derrière sa fenêtre, il observe ses voisins mais cela ne le réjouit guère car sa vision des choses, de la vie, est très pessimiste.

    Sur des fiches, il note un maximum de choses et se décrit sans aménité : « Peau de serpent desséchée qui s’écaille, ventre gonflé de crapaud, pattes grêles d’oiseau, odeur de bouc, face de chameau, cerveau d’un orignal fou-furieux assailli par les loups. Un boiteux qui traîne la jambe et trébuche sur les fissures du trottoir. » Ajoutant aussitôt, froidement : « Je possède une arme. »
    À partir de là, le lecteur va de surprise en surprise car cet homme en bout de course a eu une vie dense que les souvenirs remontant à la surface permettent de découvrir. Son quartier était un quartier populaire mais il est maintenant envahi par des gens aisés, de jeunes cadres dynamiques et seule sa maison n’a pas été restaurée.
    La Professeure Diamond est la voisine qui l’intrigue le plus. Elle le snobe mais si elle écrit des livres, il n’en a lu aucun : « Le journal dit d’elle que c’est une véritable mine d’or littéraire. Ce qui signifie qu’elle produit des déchets littéraires à une échelle industrielle. »
    Il parle aussi de ces tableaux qui ornent les murs de sa maison : « Je me rends compte qu’ils n’ont aucune valeur, que ce sont pour l’essentiel des croûtes. Si j’en avais la force, je les jetterais tous à la poubelle… Je suis – et je le reconnais sans peine – le plus grand gougnafier que la terre ait porté. » Gougnafier, c’est ainsi qu’il définit les artistes mineurs.
    Moll que l’on suppose être sa femme, s’occupe de lui qui parle alors beaucoup de ce peintre allemand venu de Munich : Meininger. Il l’a hébergé durant 38 mois mais son influence a duré longtemps ensuite : « Meininger, le peintre et Nivenson, le critique et collectionneur. La vie d’un dilettante. »
    Toujours très critique envers ses semblables, apparemment misanthrope, Harold Nivenson n’est pas avare de phrases choc comme lorsqu’il confie : « Si quelqu’un m’annonce qu’il va me raconter l’histoire de sa vie, je sais immédiatement qu’il s’apprête à mentir. »

    La peinture a été sa passion et sa perte : « J’ai toujours été fou, mais pendant la plus grande partie de ma vie, je me suis cru normal. » Finalement, ce roman original et prenant est une très instructive leçon de vie.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Ils ont lu ce livre

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions