Moi contre les Etats-Unis d'Amérique

Couverture du livre « Moi contre les Etats-Unis d'Amérique » de Paul Beatty aux éditions Cambourakis
  • Date de parution :
  • Editeur : Cambourakis
  • EAN : 9782366241563
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
  • Nombre de pages : 384
  • Collection : (non disponible)
  • Genre : (non disponible)
  • Thème : Littérature Anglo-Saxonne
  • Prix littéraire(s) : (non disponible)
Résumé:

Après American Prophet, The Sellout est sans doute le livre où Paul Beatty pousse le plus loin la féroce ironie qui caractérise ses romans. Fils d'un psychologue social aux méthodes peu orthodoxes, qui a pris son enfant pour cobaye afin de tester ses théories sur les rapports raciaux, élevé à... Voir plus

Après American Prophet, The Sellout est sans doute le livre où Paul Beatty pousse le plus loin la féroce ironie qui caractérise ses romans. Fils d'un psychologue social aux méthodes peu orthodoxes, qui a pris son enfant pour cobaye afin de tester ses théories sur les rapports raciaux, élevé à Dickens, surprenante enclave agraire dans la banlieue de Los Angeles, un jeune Afro-américain décide de réagir lorsque son quartier se trouve menacé d'être purement et simplement rayé de la carte.
Pour servir ce qu'il croit être le bien de sa propre communauté, il ira jusqu'à rétablir l'esclavage et la ségrégation à l'échelle locale, s'engageant dans une forme d'expérience extrême et paradoxale qui lui vaudra d'être traîné devant la Cour suprême... Une réflexion décapante sur les rapports raciaux aux Etats-Unis au début du XXIe siècle, un sommet d'humour grinçant.

Donner votre avis

Les derniers avis

  • C’est là un roman un peu délirant avec un rythme très soutenu. C’est dynamique voir sportif il faut s’accrocher mais ça vaut le coup. Si le rythme m’a un peu fait peur avec le prologue, il s’est adouci dès la première partie tout en gardant son humour noir bien placé. Et la, ça a été un régal. ...
    Voir plus

    C’est là un roman un peu délirant avec un rythme très soutenu. C’est dynamique voir sportif il faut s’accrocher mais ça vaut le coup. Si le rythme m’a un peu fait peur avec le prologue, il s’est adouci dès la première partie tout en gardant son humour noir bien placé. Et la, ça a été un régal. Tout d’abord avec la description de la relation de Paul Beatty avec son père, chercheur en sciences sociales qui effectue sur lui des tests dès ses sept mois. Ce qui aboutit à des situations hilarantes grâce, à la description de scènes loufoques mais aussi un peu atroce de la part d’un père.
    Après la mort de son père, Paul continue à exploiter leur ferme et se retrouve, malgré lui, maître de Hominy nonagénaire ratatiné qui lui demande de le fouetter et dont la principale activité est de le regarder travailler. Il poursuit également l’oeuvre de son père puisqu’il se lance lui-même dans une expérimentation. Il veut faire renaître son quartier rayé de la carte, Dickens, où la criminalité défie toute concurrence, en y instaurant la ségrégation et l’esclavage. Il reprend les contours du quartier, créait des panneaux. Malgré la satire et le rythme effréné du narrateur on sent l’injustice et la colère qui accompagne toute sa volonté dans cette quête.
    Paul Beatty a la chance de voir son affaire traité par la cour suprême des Etats Unis. C’est lui contre les Etats Unis d’Amérique pour esclavage et ségrégation.
    Un livre loufoque, plein d’humour qui donne la pêche pour la rentrée.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Lechoixdeslibraires.com

    Coupable ou non coupable ? Je plaide humain, votre honneur. Humain, le héros l'est très certainement. La scène inaugurale, magnifique, montre celui-ci fumant de l'herbe devant la Cour suprême en attendant l'ouverture de son procès. Il a, simplement, tenté de rétablir l'esclavage dans sa maison...
    Voir plus

    Coupable ou non coupable ? Je plaide humain, votre honneur. Humain, le héros l'est très certainement. La scène inaugurale, magnifique, montre celui-ci fumant de l'herbe devant la Cour suprême en attendant l'ouverture de son procès. Il a, simplement, tenté de rétablir l'esclavage dans sa maison et la ségrégation dans les rues de Dickens... L'humour black au paroxysme de l'intelligence, pour dénoncer avec force le puritanisme de la société. La satire est un instrument merveilleux entre les mains d'un écrivain aussi formidable que Paul Beatty. Tantôt blues, tantôt hip-hop, un rythme fort secoue le récit. Étayé par des références aux luttes contre la (les) médiocrité(s), ce nouveau roman de Beatty est tour à tour fiction et pamphlet, satire jubilatoire et débridée résolument politiquement incorrecte. Beatty dénonce l'outrageuse violence des rapports humains en frappant fort sur les codes qui régissent le «vivre ensemble» hypocrite, dans la lignée d'un Richard Wright. Paul Beatty, libre écrivain, homme libre, ne plaira pas à tout le monde et c'est tant mieux ! Je plaide LECTEUR.

Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Ils ont lu ce livre

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions