Mitsuba

Couverture du livre « Mitsuba » de Aki Shimazaki aux éditions Actes Sud
  • Date de parution :
  • Editeur : Actes Sud
  • EAN : 9782330010553
  • Série : (non disponible)
  • Support : Poche
Résumé:

Quand la compagnie d'import-export Goshima de Tokyo se propose d'affecter Takashi Aoki à sa succursale de Paris, ce jeune employé prometteur se trouve au tournant de sa vie puisqu'il vient enfin de rencontrer la femme avec qui il souhaite fonder une famille, Yûko Tanase. Mais il sait aussi que... Voir plus

Quand la compagnie d'import-export Goshima de Tokyo se propose d'affecter Takashi Aoki à sa succursale de Paris, ce jeune employé prometteur se trouve au tournant de sa vie puisqu'il vient enfin de rencontrer la femme avec qui il souhaite fonder une famille, Yûko Tanase. Mais il sait aussi que les lois silencieuses et impitoyables de sa société, à l'intransigeance impériale, peuvent écraser d'un doigt les relations humaines des êtres qui ne font pas partie des puissants. Qu'adviendra-t-il alors de la promesse des amoureux, faite au café Mitsuba ?

Donner votre avis

Les derniers avis

  • Une très jolie couverture pour les éditions Babel Actes Sud, relativement sobre, qui rappelle le minimalisme de l'art japonais qui consiste à réduire à l'essentiel une chose pour mieux apprécier ce qu'il en reste. On y trouve représenté le fameux trèfle Mitsuba (signifiant "Trois feuilles" en...
    Voir plus

    Une très jolie couverture pour les éditions Babel Actes Sud, relativement sobre, qui rappelle le minimalisme de l'art japonais qui consiste à réduire à l'essentiel une chose pour mieux apprécier ce qu'il en reste. On y trouve représenté le fameux trèfle Mitsuba (signifiant "Trois feuilles" en japonais), qui prend une place particulière au cours du roman. Les racines pourraient faire songer à l'enracinement du héro au Japon, rappelant les us et coutumes. Le trèfle à la tige cassée fait ressortir l'émancipation dont va faire preuve notre héro ou la fracture qu'il va subir. On doit cette première page à Neil Fletcher, Matthew Ward et Dorling Kindersley.

    Petit topo sur l'histoire : Année 80's à Tokyo. Takashi Aoki est un shosho-man, littéralement un employé d'une grande firme japonaise qui a su s'élever à force de persévérance. Fière d'être salarié de père en fils de la société Goshima, il s'y dévoue corps et âme, prenant son métier et ses missions d'atendo (service d'accueil des clients étrangers) très à cœur. Au cours de son travail, il fait la rencontre d'une jeune femme, Yûko Tanase de profession standardiste, envers laquelle il développe des sentiments amoureux. Jour après jour, il parvient à nouer le contact et à établir une relation avec cette jeune femme. Mais dans un pays dominé par la réussite professionnelle pourra-t-il espérer que son travail soit compatible avec ce nouvel amour, emprunt de liberté ? N'est-il pas lieu de respecter les codes hiérarchiques et sociaux imposés par une société japonaise toujours plus partagée entre tradition et modernité ?

    J'ai énormément apprécié l'écriture de l'auteure. Elle propose une plume aérienne, légère et pourtant puissante dans ses émotions. On y découvre avec facilité les us et coutumes des japonais, avec les mots typiques (le lexique en fin de roman m'a enseigné quelques petits mots très utiles ;) ). J'ai appris de nombreuses choses sur la façon de vivre des Japonais, la place qu'ils donnent à leur travail et au maintien des codes professionnels notamment ceux plus ou moins imposés après le travail comme aller boire un verre ou manger au restaurant avec les collègues, au détriment de sa famille. L'auteur l'explique avec subtilité, en décrivant du mieux possible et sans jugement apparent. Tout est décrit d'une façon tellement simple, tellement souple qu'on s'y plonge sans difficulté.
    Le personnage principal, Takashi, acquiert au fil des pages une certaine liberté qui marque l'évolution des mœurs. D'expériences en expériences, il ouvre les yeux sur les intentions de ses supérieurs, sur le sens de la vie et des coutumes. Les personnages représentent tous un pan des coutumes, comme par exemple Nobu, ce collègue de travail qui est l'image l'Aïsaïka, un salarié qui préfère rentrer chez lui après le travail pour retrouver sa femme, au détriment de ses relations professionnelles (une pratique qui semble assez mal vu).
    Ce roman, c'est un peu une ode à la liberté, au dépassement des codes établis qui peuvent instaurer des barrières à l'amour ou encore à la réussite professionnelle.

    En conclusion, si vous souhaitez découvrir avec douceur les coutumes professionnelles du japon et le devoir social ancré dans les esprits, je vous conseille ce premier roman qui tient toutes ses promesses. Un dépaysement garanti :)

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J'avais beaucoup aimé "Zakuro", j'ai été moins emballée par "Mitsuba". Le thème peut-être, qui m'a semblé léger. Par contre j'ai pu découvrir grâce à ce livre l'univers de l'entreprise Japonaise, et le tribut que paient les employés pour garder leur place. C'est un autre monde, des méthodes...
    Voir plus

    J'avais beaucoup aimé "Zakuro", j'ai été moins emballée par "Mitsuba". Le thème peut-être, qui m'a semblé léger. Par contre j'ai pu découvrir grâce à ce livre l'univers de l'entreprise Japonaise, et le tribut que paient les employés pour garder leur place. C'est un autre monde, des méthodes qu'on aurait beaucoup de mal à accepter dans notre société. "Mitsuba" est un livre toutefois agréable à lire, qui nous permet d'avoir un autre regard, qui révèle une autre culture, un mode de vie différent, et un rapport particulier face au travail.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Ne pas troubler le « Wa ». Ne pas faire de vague, rester dans le rang. A aucun prix il ne faut troubler l’harmonie.
    Tout n’est pas toujours rose au pays du soleil levant, surtout lorsque l’on travaille pour une compagnie puissante pour qui le profit et le rendement valent mieux qu’un être...
    Voir plus

    Ne pas troubler le « Wa ». Ne pas faire de vague, rester dans le rang. A aucun prix il ne faut troubler l’harmonie.
    Tout n’est pas toujours rose au pays du soleil levant, surtout lorsque l’on travaille pour une compagnie puissante pour qui le profit et le rendement valent mieux qu’un être humain.
    Takashi en fera l’amère expérience.
    Le jeune homme est amoureux de Yuko, une ravissante réceptionniste qui, comme lui, apprend le français : lui, dans la perspective de sa prochaine mutation à Paris, elle parce qu’elle veut partir à Montréal pendant quelques mois avant de revenir au Japon pour se marier avec l’ingénieur choisi pour elle par sa famille. Finalement, il l’invite un soir au café « Mitsuba » où, de rendez-vous en rendez-vous, ils se promettent l’un à l’autre.
    Tout ne sera pas si simple pour nos tourtereaux.
    Avec une écriture pleine de sensibilité et de délicatesse, Aki Shimazaki décrit un univers sans pitié.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions