Miroir de nos peines

Couverture du livre « Miroir de nos peines » de Pierre Lemaitre aux éditions Albin Michel
Résumé:

Avril 1940. Louise, trente ans, court, nue, sur le boulevard du Montparnasse. Pour comprendre la scène tragique qu'elle vient de vivre, elle devra plonger dans la folie d'une période sans équivalent dans l'histoire où la France toute entière, saisie par la panique, sombre dans le chaos, faisant... Voir plus

Avril 1940. Louise, trente ans, court, nue, sur le boulevard du Montparnasse. Pour comprendre la scène tragique qu'elle vient de vivre, elle devra plonger dans la folie d'une période sans équivalent dans l'histoire où la France toute entière, saisie par la panique, sombre dans le chaos, faisant émerger les héros et les salauds, les menteurs et les lâches... Et quelques hommes de bonne volonté.
Il fallait toute la verve et la générosité d'un chroniqueur hors pair des passions françaises pour saisir la grandeur et la décadence d'un peuple broyé par les circonstances.
Secret de famille, grands personnages, puissance du récit, rebondissements, burlesque et tragique... Le talent de Pierre Lemaitre, prix Goncourt pour Au revoir là-haut, est ici à son sommet.

Donner votre avis

Avis (9)

  • un peu déçu car moins ce roman est moins poignant que les deux prédécesseurs .. mais agréable à lire quand même.

    un peu déçu car moins ce roman est moins poignant que les deux prédécesseurs .. mais agréable à lire quand même.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Encore une fois, Pierre Lemaître nous prouve ses talents de conteurs dans ce superbe roman. Il arrive, comme personne à mettre en scène des héros attachants, pris dans leur destin et dans les circonstances tragiques de leur époque, avec un art cinématographique qui les rend inoubliables.

    Dans...
    Voir plus

    Encore une fois, Pierre Lemaître nous prouve ses talents de conteurs dans ce superbe roman. Il arrive, comme personne à mettre en scène des héros attachants, pris dans leur destin et dans les circonstances tragiques de leur époque, avec un art cinématographique qui les rend inoubliables.

    Dans ce troisième volet de l’aventure commencée avec « Au-revoir là-haut », nous retrouvons Louise, la petite fille qui avait noué une amitié avec Edouard, âgée de 30 ans, en avril 1940. Elle court nue dans la rue, couverte de sang. Pour comprendre ce drame, elle va devoir se plonger dans son passé, mais aussi dans la folie de la Seconde Guerre mondiale, où la France, prise de panique face à l’invasion allemande, sombre dans le chaos, révélant le pire et le meilleur chez les hommes.

    L’auteur nous offre une intrigue savoureuse, qui mêle habilement le comique et le tragique. J’ai pris beaucoup de plaisir à suivre les aventures des différents personnages, Louise, l’institutrice broyée par un passé qui la rattrape, Désiré le caméléon, Fernand le garde mobile, Gabriel et Raoul les soldats… On retrouve les ingrédients qui ont fait le succès des deux premiers volets de la trilogie : secrets de famille, rebondissements, aventures burlesques et tragiques, dans cette version romancée de l’invasion de la France par les Allemands.

    Une fin digne de ce nom pour une grande trilogie.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un régal!Un roman historique "romanesque" qui en 1940,nous entraîne dans le sillage de Gabriel,Désiré,Raoul et la délicieuse Louise.Addictif,écrit(j'ai envie de dire comme d'habitude)avec maestria ,ce roman soucieux du détail historique,nous plonge dans le quotidien des franchouillards,les...
    Voir plus

    Un régal!Un roman historique "romanesque" qui en 1940,nous entraîne dans le sillage de Gabriel,Désiré,Raoul et la délicieuse Louise.Addictif,écrit(j'ai envie de dire comme d'habitude)avec maestria ,ce roman soucieux du détail historique,nous plonge dans le quotidien des franchouillards,les secrets familiaux,la lâcheté de certains ou l'héroïsme aveugle d'autres.Des personnages féminins,lumineux,courageux comme Alice ,attachants comme Louise mais ne point trop en dire...
    Que ce soit dans les polars ou ce dernier volet de cette trilogie(chaque volume peut se lire indépendamment ),j'apprécie tout particulièrement la plume affûtée de l'auteur.
    L'emploi de termes peu usités me régale,le dictionnaire est alors bienvenu:il appert,dépouilles optimes,résipiscence...
    531 pages de pur bonheur livresque!!!!

    comment Commentaire (1) flag Signalez un abus
  • Quand tu te rends à une table étoilée pour la troisième fois, tu peux être tentée de chicaner, soupeser, couper les cheveux en quatre, bref comparer avec ce qu'on t'a servi la dernière fois. Ben là, même pas envie tellement la table est bonne chez Lemaitre ! Juste du plaisir à boulotter son...
    Voir plus

    Quand tu te rends à une table étoilée pour la troisième fois, tu peux être tentée de chicaner, soupeser, couper les cheveux en quatre, bref comparer avec ce qu'on t'a servi la dernière fois. Ben là, même pas envie tellement la table est bonne chez Lemaitre ! Juste du plaisir à boulotter son histoire. C'est le genre de bouquin que t'emportes partout avec toi pour ne pas quitter les personnages, aux toilettes ( si si ), dans le métro ( même quand t'es grave collée contre la vitre dans un RER A bondé en pleine grève ) yes, tu dégaines, à chaque minute profitable.

    Pierre Lemaitre aime tellement ses personnages, qu'à la Balzac, il va piocher dans Au revoir là-haut le personnage secondaire de Louise Belmont, la fillette de dix ans qui s'était entichée d'Edouard Péricourt, la gueule cassée qui logeait chez sa mère impasse Pers dans le 18ème. Dans l'épilogue de ce premier opus, il était dit qu'elle n'eut pas de destin remarquable jusqu'à ce qu'on la retrouve en 1940. Elle a désormais 30 ans, institutrice et serveuse dans un troquet, et se voit offrir sur un plateau une scène d'ouverture absolument spectaculaire, qui fixe dans l'imagination du lecteur une empreinte puissante.

    Gabriel, le prof de mathématiques un peu falot devenu sergent-chef; son comparse caporal Raoul, l'attachant combinard sans scrupule ; la courageuse Louise qui court derrière ses secrets de famille ; Jules, le patron au coeur énorme de Louise, et surtout l'irrésistible Désiré, usurpateur génial au charisme fou qui revêt multiples identités au cours de l'épopée … tous formidablement campés, tous en mouvement dans cette France du printemps 1940 qui passe en quelques jours de la Drôle de guerre à la panique de la débâcle face à l'armée allemande.

    Tout le talent de conteur de Lemaitre s'exprime dans son art de tresser plusieurs arcs narratifs avec une vivacité remarquable, dans un rythme bondissant qui nous transporte de la ligne Maginot aux routes de l'Exode. Il sait injecter de la densité émotionnelle au bon moment tout en créant du suspense qui pousse à lire. C'est vraiment un des rares auteurs français qui maitrise à ce point ce sens du romanesque échevelé avec ces morceaux de bravoure comme la sabotage du pont de Tréguière.

    Sa façon de brosser un tableau de cette période historique est également réjouissante. Il s'empare d'événements réels complètement incongrus ou méconnus ( l'exode pénitentiaire de la prison parisienne du Cherche-Midi vers le camp de Gurs ou encore la destruction de billets d'une valeur de milliards de francs par la banque de France pour éviter que les Allemands ne s'en emparent ) et il s'amuse à en inventer des nouveaux complètement véridiques comme justement le sabotage du pont de Tréguière ou la vie dans le fort du Mayenberg. L'illusion est parfaite ! Sa description de l'Exode et ses Français qui fuient sur les routes l'avancée allemande est très réussie, on a l'impression, d'être avec eux.

    Et puis, comme toujours, on rit ! Peut-être un peu plus que dans les précédents tomes, dès que le personnage de Désiré apparaît. Mais on rit intelligemment car derrière la farce, pointe une réflexion sur la désinformation mise en oeuvre par le ministère de l'Information dans cette période d'hystérie et de panique tout schuss. C'est lors d'un cataclysme que l'on sait ce qu'on est, ce qu'on vaut, que l'ont doit être le meilleur et montrer à la hauteur des qualités humaines qu'on prétend avoir. Et là, la façon dont réagissent les personnages principaux ne laissent aucun doute au final et on ne les aime qu'encore plus.

    Je me suis régalée et sans doute, le plaisir aurait été total avec la présence d'un truculent « méchant » pour contrecarrer le destin de nos personnages. Ce destin, on devine assez vite ( un peu trop ) vers dans quelle direction il va aller, il y a peut-être moins de rebondissements sur le final comme dans ses autres romans.

    Une fresque réjouissante, savoureuse qui peut se lire indépendamment d'Au revoir là-haut et Couleurs de l'incendie mais ce serait vraiment dommage de ne lire que celui-là … Pierre Lemaitre est sans conteste un de nos plus grands écrivains !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Et nous voici à la fin de cette trilogie hélas ! Nous partons sur la route avec Louise, Gabriel, Raoul. La guerre fait rage et chacun est à la recherche de quelque chose de fort et important pour lui. J'ai un petit faible pour Désiré si attachant. Une très belle fin d'histoire avec des...
    Voir plus

    Et nous voici à la fin de cette trilogie hélas ! Nous partons sur la route avec Louise, Gabriel, Raoul. La guerre fait rage et chacun est à la recherche de quelque chose de fort et important pour lui. J'ai un petit faible pour Désiré si attachant. Une très belle fin d'histoire avec des personnages émouvants.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Pierre Lemaître est à l’origine un grand spécialiste des polars et des thrillers qui a su se renouveler en devenant un grand auteur de littérature générale, couronné du Prix Goncourt, pour enfin devenir un grand écrivain tout court. Avec ce mélange de littérature noir et blanche, il est donc en...
    Voir plus

    Pierre Lemaître est à l’origine un grand spécialiste des polars et des thrillers qui a su se renouveler en devenant un grand auteur de littérature générale, couronné du Prix Goncourt, pour enfin devenir un grand écrivain tout court. Avec ce mélange de littérature noir et blanche, il est donc en parfaite adéquation avec mon blog et je le suis avec plaisir depuis plusieurs années.

    Après avoir traité la fin de la première guerre, puis de l’entre-deux guerre, le troisième volume de la trilogie des « enfants du désastre » nous entraîne dans les premiers mois de la seconde guerre mondiale. Grâce à un éventail de points de vue, on assiste aux prémices du conflit aux côtés de personnages variés. Ainsi, le lecteur devient un observateur de l’impact de ce drame dévastateur et du bouleversement qu’il va imposer à la population. Les hommes et les femmes de ce roman sont tout à la fois acteurs de leur survie et victimes d’un évènement qui les dépassent.

    Pour rendre l’ambiance de l’Histoire moins documentaire, l’auteur insuffle une pointe de romanesque en créant des aventures parallèles, qui sont tantôt familiales, romantiques, amicales… et qui redonnent une face humaine à ces affrontements matériels. En réaction au chamboulement de leurs vies, les hommes et les femmes continuent à vivre et à se donner de nouveaux buts. Ces destins vont se croiser et former une aventure pleine de rebondissements.

    La maîtrise de la narration est toujours à l’œuvre dans ce dernier volet. Je suis resté suspendu aux destins des protagonistes, tous aussi attachants les uns que les autres. Les scènes sont rythmées, assez cinématographiques et on ressent parfaitement l’atmosphère des moments. Pierre Lemaître conclue cette trilogie avec brio. L’ensemble de cette œuvre dépeint l’énorme tragédie d’une époque en se plaçant au plus près des gens, à hauteur d’homme.

    http://leslivresdek79.com/2020/01/14/517-pierre-lemaitre-miroir-de-nos-peines/

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • « Ceux qui pensaient que la guerre commencerait bientôt s’étaient lassés depuis longtemps, M. Jules le premier. Plus de six mois après la mobilisation générale, le patron de La Petite Bohème, découragé, avait cessé d’y croire.» Ainsi commence le dernier tome de la trilogie de Pierre Lemaître qui...
    Voir plus

    « Ceux qui pensaient que la guerre commencerait bientôt s’étaient lassés depuis longtemps, M. Jules le premier. Plus de six mois après la mobilisation générale, le patron de La Petite Bohème, découragé, avait cessé d’y croire.» Ainsi commence le dernier tome de la trilogie de Pierre Lemaître qui confirme ici qu’il est l’un des meilleurs romanciers français. Son évocation de la France de 1940 est magistrale, ses personnages attachants, son message fort. Formidable !

    Ce dernier volet est construit autour de trois histoires, trois parcours qui vont finir par se rejoindre au moment de la débâcle. Mais au moment où débute le récit, en avril 1940, personne n’imagine que quelques semaines plus tard, la France aura capitulé.
    On retrouve Louise Belmont, un personnage du premier tome, devenue institutrice et serveuse. Elle va finir par accepter la proposition indécente d’un habitué, le docteur Thirion et le suit dans une chambre d’hôtel pour lui montrer son corps. Un acte qui va provoquer un joli scandale, puisqu’elle va finir par se retrouver courant nue sur le boulevard du Montparnasse. Jolie symbole de la folie qui, au fil des jours, va gagner le pays.
    Mais nous n’en sommes pas encore là. Le long de la ligne Maginot, le sergent-chef Gabriel passe le temps à faire des exercices, à vérifier le matériel, à se persuader que les stratèges ont bien raison d’affirmer que jamais les allemands ne passeront cette ligne de défense. Le caporal Raoul Landrade a trouvé, quant à lui, à améliorer son ordinaire en organisant des parties de bonneteau et en se livrant à des petits trafics. Ils vont se retrouver tous deux, après les premières attaques allemandes, loin de leur régiment. Et décident de fuir les combats en partant vers le sud.
    Dans la capitale la propagande joue sur tous les registres pour maintenir le moral de la nation. Désiré Migault, roi de la mystification, se fait passer pour un as de l’espionnage et, après avoir été engagé pour décrypter la presse turque, va grimper les échelons et mettre sa gouaille au service de la désinformation. Il devient porte-parole et transforme les mauvaises nouvelles en communiqués de victoire.
    La réalité, à savoir la pluie de bombes qui s’abat et l’avancée rapide des troupes allemandes, va cependant finir par imposer sa loi, à commencer par mettre des milliers de personnes sur la route, essayant de fuir les combats.
    Je ne ferais pas preuve d’originalité en soulignant ici le talent de Pierre Lemaître à instaurer en quelques lignes une ambiance, à croquer des personnages qui nous deviennent familiers en quelques pages. C’est un régal de suivre ces trois histoires parallèles, de «voir» les personnages essayer de s’en sortir, chacun avec les moyens dont ils disposent. Avant l’adaptation cinématographique – qui ne devrait pas manquer de se faire – le lecteur réalise en effet lui-même son film. Avec la même maestria que dans ses précédents romans, il imagine les liens qui vont unir les personnages, fruit du hasard ou d’un secret de famille. Mieux que personne, il sait utiliser sa solide documentation pour donner de la crédibilité à l’action sans que jamais le romanesque ne laisse la place à la leçon d’Histoire.
    Vous l’aurez compris, cette trilogie fait partie de mes livres «indispensables», qui devrait figurer dans toute bonne bibliothèque.
    https://urlz.fr/bDq2

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Quelle mouche a bien pu piquer Louise jeune institutrice de se mettre nue devant un vieil homme dans une chambre d'hôtel et de s'enfuir dans cette tenue dans les rues de Paris au risque d'être accusée d'outrage à la pudeur.

    Près de la ligne Maginot, le caporal-chef Raoul Landrade met à profit...
    Voir plus

    Quelle mouche a bien pu piquer Louise jeune institutrice de se mettre nue devant un vieil homme dans une chambre d'hôtel et de s'enfuir dans cette tenue dans les rues de Paris au risque d'être accusée d'outrage à la pudeur.

    Près de la ligne Maginot, le caporal-chef Raoul Landrade met à profit l'attente de l'ennemi pour augmenter ses trafics lucratifs au désespoir de Gabriel jeune sergent-chef.

    À Paris, voici Fernand un garde mobile marié depuis vingt ans à la fragile Cécile, à qui il rêve d'offrir un voyage en Perse.

    Est-ce qu'on sait d'où vient ce Désiré Migault ancien instituteur, puis pilote, ensuite chirurgien, et même avocat, qui vient de se faire embaucher au ministère de l'Information comme spécialiste de la censure. Et que l'on retrouvera bientôt dans une chapelle, une soutane sur le dos avec une bible transpercée par une balle.

    Mais un événement va tout bouleverser, les Boches ont envahi la Belgique, c'est la guerre ! On va leur foutre sur la gueule à ces cons-là !

    Dans ce roman choral, d'avril à juin 1940, Pierre Lemaitre nous raconte avec bonheur la destinée de ces personnages. Bonheur de ses lecteurs bien sûr heureux de retrouver son écriture proche de celle du grand Emile Zola lorsqu'il s'agit de décrire avec précision l'exode de milliers de gens qui ont décidé de fuir vers le sud. Des populations jetées sur les chemins par l'offensive allemande. Ça va être chacun pour soi maintenant.
    « La diversité des véhicules qui circulaient sur cette nationale semblait une véritable vitrine du génie français. À quoi il fallait ajouter la variété de ce que tous transportaient, valises, cartons à chapeau, édredons, bassines et lampes, batteries de cuisine et portemanteaux, poupées, cages à oiseaux, caisses en bois, malles en fer, niches à chien. le pays venait d'ouvrir la plus grande brocante de son histoire. »

    Mais avant cet exode, il y a eu la bataille de l'information, l'arme décisive de la guerre, destinée à entretenir chez les Français, un moral de vainqueur.
    « En temps de guerre, une information juste est moins importante qu'une information réconfortante. le vrai n'est pas notre sujet. Nous avons une mission plus haute, plus ambitieuse. Nous avons en charge le moral des Français. »

    Et surtout, il y a le désarroi des soldats français à qui ont a bourré le crâne avec cette ligne Maginot infranchissable et qui attendent en vain des ordres d'officiers perplexes, ils espèrent toujours que leurs chefs savent ce qu'ils font.
    « C'était des hommes mal équipés, mal armés, dirigés par des officiers mal préparés, en quête d'ordres d'un état-major constamment absent. »


    Pierre Lemaitre est un grand narrateur et ce troisième volume de sa trilogie « les enfants du désastre » le confirme, mais dans ce roman sa plume se teinte d'un humour jubilatoire à travers le personnage inoubliable de Désiré, le roi de l'usurpation. Comme toujours, dans ces périodes troubles, il y a des héros, il y a des salauds, des actes de bravoure et de lâcheté. le roman de Pierre Lemaitre est le reflet de tout cela, une fois de plus à travers des personnages attachants il nous conte l'histoire de notre pays, c'est une grande réussite, tant son récit est fluide vivant et passionnant.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions