Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Mille femmes blanches

Couverture du livre « Mille femmes blanches » de Jim Fergus aux éditions Pocket
  • Date de parution :
  • Editeur : Pocket
  • EAN : 9782266217460
  • Série : (-)
  • Support : Poche
Résumé:

En 1874, à Washington, le président Grant accepte la proposition incroyable du chef indien Little Wolf : troquer mille femmes blanches contre chevaux et bisons pour favoriser l'intégration du peuple indien. Si quelques femmes se portent volontaires, la plupart vient en réalité des pénitenciers... Voir plus

En 1874, à Washington, le président Grant accepte la proposition incroyable du chef indien Little Wolf : troquer mille femmes blanches contre chevaux et bisons pour favoriser l'intégration du peuple indien. Si quelques femmes se portent volontaires, la plupart vient en réalité des pénitenciers et des asiles... L'une d'elles, May Dodd, apprend sa nouvelle vie de squaw et les rites des Indiens. Mariée à un puissant guerrier, elle découvre les combats violents entre tribus et les ravages provoqués par l'alcool. Aux côtés de femmes de toutes origines, elle assiste à l'agonie de son peuple d'adoption...

Donner votre avis

Articles (1)

Avis (25)

  • Roman captivant construit comme une épopée, celle de la conquête de l'Ouest... Ces colons dans leur folie de capter toutes les terres de l'Amérique en se déplaçant d'est en ouest et qui nous emmènent depuis Chigaco à la découverte du Nébraska, du Dakota, des Black Hills réputé pour leur or. Mais...
    Voir plus

    Roman captivant construit comme une épopée, celle de la conquête de l'Ouest... Ces colons dans leur folie de capter toutes les terres de l'Amérique en se déplaçant d'est en ouest et qui nous emmènent depuis Chigaco à la découverte du Nébraska, du Dakota, des Black Hills réputé pour leur or. Mais c'est aussi une peinture juste et désastreuse de la colonisation des peuples autochtones et indigènes, en lieu et place, les Amérindiens, Cheyennes, Crows, et autre Creeks... Remarquable de justesse et d'actualité malheureusement ! Ces carnets de May sont pertinents, urgents, brûlants et passionnés ; ils ont été écrits en 1875 et pourtant, ils auraient pu être rédigés dans un Etat du Sud de l'Amérique pendant la campagne de Trump. Non la suprématie de la race blanche sur les peuples en "couleurs" des US n'a pas réellement changé malgré les combats. Et qui sont les sauvages ? Pas toujours ceux qu'on désigne...

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Dans le but d'intégrer les peuples indiens à la population américaine, un contrat est passé : mille femmes blanches contre mille chevaux. C'est un premier groupe d'un peu plus d'une dizaine de femmes qui arrive chez les Cheyennes dont fait partie May Dodd, qui a accepté de participer à ce...
    Voir plus

    Dans le but d'intégrer les peuples indiens à la population américaine, un contrat est passé : mille femmes blanches contre mille chevaux. C'est un premier groupe d'un peu plus d'une dizaine de femmes qui arrive chez les Cheyennes dont fait partie May Dodd, qui a accepté de participer à ce programme pour fuir l'asile où ses parents l'avait faite enfermée.

    En s'inspirant d'un fait réel, Jim Fergus nous raconte cette histoire au travers du journal intime de May Dodd. Nous restons plus d'un an à suivre les aventures de May et de son groupe de femmes à l'intérieur d'une tribu cheyenne : l'apprentissage de cette vie sauvage, la compréhension de la culture, les nouvelles habitudes, la langue mais aussi les différents armée / indiens.

    Un roman fort où l'on ne s'ennuie pas une seconde, les personnages indiens ou blancs sont parfaitement décrits, jamais caricaturés. Les personnages sont attachants et en particulier May et le son groupe de femmes. Nous passons de moments agréables aux pires horreurs, suivons l'évolution des eux et des autres.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Une autre vision de l'Amérique. Celle des Autochtones américains, histoire originale ayant un fond véridique mais romancé. Intégration, tolérance pour aboutir à l'acceptation de l'autre.Très bon roman avec des personnages atypiques pour la plupart rejetés de la société Américaine. Découverte...
    Voir plus

    Une autre vision de l'Amérique. Celle des Autochtones américains, histoire originale ayant un fond véridique mais romancé. Intégration, tolérance pour aboutir à l'acceptation de l'autre.Très bon roman avec des personnages atypiques pour la plupart rejetés de la société Américaine. Découverte d'un monde hostile mais finalement plus tolérant.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • May Dodd est internée par sa famille pour avoir aimé un peu trop librement un homme qui n'était pas de sa condition sociale et à qui elle a donné deux enfants. Lorsque le gouvernement américain lui offre la possibilité de quitter son asile pour aller vivre deux ans parmi les Cheyennes avec mille...
    Voir plus

    May Dodd est internée par sa famille pour avoir aimé un peu trop librement un homme qui n'était pas de sa condition sociale et à qui elle a donné deux enfants. Lorsque le gouvernement américain lui offre la possibilité de quitter son asile pour aller vivre deux ans parmi les Cheyennes avec mille autres femmes blanches chargées de « civiliser les sauvages », May n'hésite pas, pensant que ces deux années à endurer lui permettront de retrouver ses enfants.

    Tout au long de cette aventure, elle consigne dans de petits carnets ses journées, ses réflexions et sa rencontre avec un peuple qu'elle apprend à connaître.

    Avant de commencer ma lecture, j'étais certaine d'être emportée par ce roman que m'a offert ma mère et dont j'ai tant entendu parler. J'adore les récits présentés sous la forme de journaux intimes et j'aime tout autant les grands espaces sauvages et les gens libres. Tous les ingrédients étaient réunis pour que je passe de délicieux moments.

    Peut-être que j'en attendais trop. J'ai trouvé ce livre assez creux. Une succession de péripéties sans aucune analyse historique. Même les détails sur la pensée et le mode de vie des Cheyennes sont plus que succincts alors qu'on a sans cesse envie d'en savoir plus! Quelques notes de bas de page auraient pu avantageusement compléter la narration.

    Je reste sur ma faim et n'ai plus qu'à me trouver des essais à lire sur le sujet pour alourdir ma déjà bien trop conséquente PAL.

    A lire sous un vol d'oiseaux.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • En 1874, le chef Cheyenne Little Wolf propose au président Grant d'échanger mille femmes blanches contre autant de chevaux indiens. L'objectif est de faciliter l'intégration des tribus indiennes dans une société qu'elles ne comprennent pas. Officiellement, les blancs refusent avec indignation,...
    Voir plus

    En 1874, le chef Cheyenne Little Wolf propose au président Grant d'échanger mille femmes blanches contre autant de chevaux indiens. L'objectif est de faciliter l'intégration des tribus indiennes dans une société qu'elles ne comprennent pas. Officiellement, les blancs refusent avec indignation, mais le projet se met en place en secret.
    Si quelques femmes se portent volontaires, la majorité d'entre-elles viennent des pénitenciers et des asiles. Parmi celles-ci, May Dodd, que sa famille, de la grande bourgeoisie de Chicago, a fait interner parce qu'elle a choisi de vivre hors mariage avec un ouvrier dont elle a eu deux enfants. May décrit dans son journal le voyage vers l'ouest, l'intégration dans la tribu qui l'accueille, la confrontation entre sa culture bourgeoise d'origine européenne et les traditions indiennes, sa vie auprès du chef Little Wolf, les trahisons des officiels blancs...

    Je connaissais Jim Fergus comme reporter et conteur de parties de chasse et de pêche dans les grand espaces américains. Il met ici sa connaissance du pays et sa plume au service d'une oeuvre très différente, un roman historique sur la dure confrontation entre les indiens, primo occupants, et les blancs, sûrs de leur force, avides d'espace et de richesse et sans respect pour ceux qu'ils considèrent et traitent comme des sauvages.
    Le procédé narratif utilisé, la retranscription du journal mi intime, mi "de bord", de May Dodd, nous plonge au coeur de la vie de ces femmes, qui croient partir en mission pour la paix, mais qu'on n'hésitera pas à laisser tomber. Le lecteur voyage avec elles jusque dans le grand ouest américain. Il s'installe ensuite avec May et ses amies dans la tribu Cheyenne de Little Wolf, où la vie est faite à la fois de grande tendresse et de dures violences.
    La pudeur de May ne permet aucun voyeurisme, mais son caractère intègre n'autorise pas le mensonge sur les amours, les peurs ou les violences. Elle décrit sa vie et celle de ses amies, entre deux mondes, celui des blancs et celui des indiens, confrontées à tous leurs antagonismes.
    Un très beau roman, d'où la civilisation américano-europénne sort vainqueur, mais pas grandie, de l'affrontement avec ceux qui étaient supposés être les sauvages. Un regard nuancé sur l'interpénétration de deux cultures dont l'une finira par quasi annihiler l'autre.

    Un vrai coup de cœur !

    http://michelgiraud.fr/2020/04/11/mille-femmes-blanches-jim-fergus-le-cherche-midi-editeurpocket-un-coup-de-coeur/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • En 1874, à Washington, le président Grant accepte la proposition incroyable du chef indien Little Wolf : troquer mille femmes blanches pour les épouser en échange de mille chevaux. Ces mariages ont pour but de facilité l'intégration du peuple indien en le "civilisant" par la religion, par...
    Voir plus

    En 1874, à Washington, le président Grant accepte la proposition incroyable du chef indien Little Wolf : troquer mille femmes blanches pour les épouser en échange de mille chevaux. Ces mariages ont pour but de facilité l'intégration du peuple indien en le "civilisant" par la religion, par l'apprentissage des mœurs de leurs femmes et en créant un pont entre les deux peuples via les enfants engendrés par ces unions. le gouvernement se met en quête de femmes volontaires pour vivre avec les Cheyennes, recrutant dans les prisons, les asiles psychiatriques et parmi les dévotes et les femmes désespérées. C'est ainsi qu'un premier groupe est échangé et part vivre dans la tribu de Little Wolf. May Dodd, internée de force dans un asile par sa famille, est du voyage et c'est elle, via ses carnets, qui nous raconte la vie de ces femmes "chez les sauvages".
    Un énorme coup de cœur pour ce roman

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Pour ceux qui ne le savent pas encore, « Mille femmes blanches » est le premier tome d’une trilogie initiée par Jim Fergus. Ayant eu la chance de remporter le troisième tome « Les Amazones » grâce au Picabo River Book Club (que je remercie ainsi que l’éditeur Cherche Midi), je me devais de lire...
    Voir plus

    Pour ceux qui ne le savent pas encore, « Mille femmes blanches » est le premier tome d’une trilogie initiée par Jim Fergus. Ayant eu la chance de remporter le troisième tome « Les Amazones » grâce au Picabo River Book Club (que je remercie ainsi que l’éditeur Cherche Midi), je me devais de lire les deux premiers tomes avant de m’y lancer.

    Véritable fresque historique relative aux Indiens d’Amérique, j’ai ainsi pu découvrir tout un pan de l’histoire américaine que je ne connaissais pas. Je savais que les « blancs » avaient très souvent menés des exactions (bien faible mot pour lequel je ne trouve de synonyme plus fort) à l’égard des indiens d’Amérique mais Jim Fergus m’a replongé dans cet épisode plus que noir.

    Jim Fergus a l’originalité de partir d’un fait historique réel pour bâtir son roman. En effet, en 1874, le président Grant accepta un marché tout à fait hors norme à l’égard de la tribu des Cheyennes : fournir 1000 femmes blanches afin de repeupler ce peuple en échange du même nombre de chevaux. Si l’intention était aux premiers abords louable, ce qui fût omis des livres d’histoire, c’est que ces femmes n’étaient pas toutes dotées de toutes leurs capacités intellectuelles pour se rendre compte des conséquences. Alors que certaines étaient volontaires, pour d’autres il s’agissait d’un échappatoire à leur emprisonnement en prison ou en asile psychiatrique.

    Jim Fergus imagine alors le périlleux voyage de ces femmes jusqu’à leur nouvelle vie, dont beaucoup n’avaient pas imaginé jusqu’où cela allait les mener. A travers les pages du journal qu’aurait très bien pu écrire l’une de ces femmes (en la personne de May Dodd), on y découvre les compagnes de voyage. Avec les amitiés naissantes entre elles, si différentes les unes des autres, elles se serreront les pouces dans leurs épreuves, lors de leur voyage en des terres très lointaines à l’époque, et dans leur vie une fois installées dans leur nouveau chez-elles.

    Ayant eu une semaine assez compliquée (beaucoup de travail avant mes congés, la reprise de formations professionnelles mais surtout la perte d’un de mes chiens adorés,), ce livre n’est sûrement pas tombé entre les mains au bon moment puisque j’ai quasi mis une semaine pour le lire… Une fois, la lecture reprise à tête reposée, j’ai malgré tout pu déguster le talent de cet auteur qui – par ces pages – rend un très bel hommage aux femmes qui se sont en quelque sorte « sacrifiées » mais aussi aux peuples indigènes, dont les droits ont été trop souvent bafoués depuis le 19ème siècle.

    Je vous parlerai donc très bientôt des deux autres tomes de cette trilogie. A suivre donc…

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • J'ai adoré... Histoire merveilleuse, troublante et instructive.

    J'ai adoré... Histoire merveilleuse, troublante et instructive.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.