Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Mikado d'enfance

Couverture du livre « Mikado d'enfance » de Gilles Rozier aux éditions L'antilope
  • Date de parution :
  • Editeur : L'antilope
  • EAN : 9791095360964
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Quarante ans après les faits, le narrateur revient sur un épisode traumatisant de son enfance : l'exclusion de son collège, pour avoir adressé, avec deux camarades, une lettre antisémite à son professeur d'anglais.
Quelques années plus tard, le narrateur, fils d'une mère juive et d'un père... Voir plus

Quarante ans après les faits, le narrateur revient sur un épisode traumatisant de son enfance : l'exclusion de son collège, pour avoir adressé, avec deux camarades, une lettre antisémite à son professeur d'anglais.
Quelques années plus tard, le narrateur, fils d'une mère juive et d'un père catholique, deviendra spécialiste de culture juive. Que s'est-il passé entre ces deux moments de son histoire ?
Le narrateur tente de décortiquer l'imbrication des conflits politiques des années 1970 et des malaises familiaux. Il retrouve cette question tragique que sa mère a posée devant le conseil de discipline : « Comment voulez-vous que mon fils soit antisémite alors que mon père est mort à Auschwitz ? » Gilles Rozier continue de creuser l'indentité juive et ses enjeux, au plus profond de l'intime.

Donner votre avis

Articles (1)

Avis (7)

  • Devenu spécialiste de littérature yiddish, l’auteur et narrateur est soudain rattrapé par « l’événement », qui, après quarante ans de refoulement au fond de sa mémoire, resurgit à l’improviste à l’occasion d’un de ses colloques. Lorsqu’il avait douze ans en 1975, sans réaliser la portée du geste...
    Voir plus

    Devenu spécialiste de littérature yiddish, l’auteur et narrateur est soudain rattrapé par « l’événement », qui, après quarante ans de refoulement au fond de sa mémoire, resurgit à l’improviste à l’occasion d’un de ses colloques. Lorsqu’il avait douze ans en 1975, sans réaliser la portée du geste et principalement pour tenter de se concilier les bonnes grâces de ses camarades, il avait participé à l’envoi d’une lettre anonyme antisémite à l’un de ses professeurs. Les conséquences avaient été semblables à la foudre pour cet enfant d’ordinaire discipliné et dans l’ensemble peu sûr de lui, et surtout, une chape de plomb l’avait aussitôt écrasé de son silence, au sein de sa famille, juive du côté maternel.

    Cet épisode de son enfance est l’occasion pour le narrateur de revenir sur le malaise ressenti, dans les années 70, par la génération de ses parents quant à la judaïcité : alors que sa mère, juive, n’a de cesse de se couler dans la discrétion et de vouloir disparaître aux yeux du monde, le coupant, lui son fils, de ses racines, de son identité et de l’histoire de ses grands-parents assassinés pendant la guerre, la société française peine à se regarder en face alors qu’elle découvre encore peu à peu l’abominable réalité de la Shoah. Lorsque le gamin, qui ne comprend rien à cette énigme qu’il pressent autour de lui, mettra les pieds dans le plat, posant à sa façon la question qui le taraude, personne ne saura gérer la situation raisonnablement. L’attitude générale sera le refoulement, le silence et le déni, creusant chez l’enfant un traumatisant abîme d’incompréhension, de culpabilité et d’injustice, ainsi qu’un questionnement auquel l’adulte qu’il est devenu n’a toujours pas fini de répondre.

    Nombre des détails de ce récit prendront le goût des petites madeleines de Proust chez les lecteurs qui ont été collégiens dans la seconde moitié des années 70. L’émotion du souvenir imprègne chaque page, alors que les peines anciennes de l’auteur resurgissent intactes, juste éclairées par sa compréhension d’adulte encore plein de regrets.

    Touchante quête de rédemption d’un homme toujours meurtri par la culpabilité et l’humiliation d’un lointain souvenir d’enfance, ce récit autobiographique aborde les sujets les plus graves avec pudeur et humour, et fait mouche.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • La mémoire est parfois sélective..... Certains événements sombrent et se rappellent à vous alors que vous les aviez intégrés, digérés, presque oubliés. En revenant dessus, vous comprenez  que sous des abords anodins, ils sont fondateurs de ce que vous êtes devenu, de l'homme (ou la femme) que...
    Voir plus

    La mémoire est parfois sélective..... Certains événements sombrent et se rappellent à vous alors que vous les aviez intégrés, digérés, presque oubliés. En revenant dessus, vous comprenez  que sous des abords anodins, ils sont fondateurs de ce que vous êtes devenu, de l'homme (ou la femme) que vous êtes, de vos choix de vie, d'orientation.

    Lorsque un événement de son enfance remonte à la surface suite à un message électronique reçu interrogeant sur la véracité d'une participation à un acte antisémite de sa part, Gilles, l'auteur, se plonge dans ses souvenirs de collégien en classe de 5ème pour retracer l'impact de ce fait sur toute sa vie d'homme mais aussi sur son identité juive dont il n'avait peut-être pas totalement conscience à l'époque, lui qui est devenu par la suite professeur de yiddish et d'hébreu.

    A travers cette narration, l'auteur se livre à un devoir de mémoire sur sa propre enfance, ce garçon surnommé "filliste" en raison de sa délicatesse, de ses goûts, de sa douceur et qui, pour s'associer à deux garçons de son âge dont il souhaite devenir l'ami, Vincent et Pierre, va fournir l'adresse d'un professeur Monsieur Guez à qui sera adressé une lettre antisémite.

    Cette complicité va lui devoir une exclusion temporaire, une convocation de ses parents et une réaction de sa mère qui va le marquer à jamais et devenir finalement fondatrice de sa vie d'adulte :

    Comment vous-vous que mon fils soit antisémite alors que mon père est mort à Auschwitz ? (p101)

    L'auteur revient sur cet épisode en partant d'une photo de classe de l'année 1974-1975 pour resituer dans son contexte les événements. Peu à peu il tire sur le fil des souvenirs pour arriver à "lévénement" qui va lui permettre de découvrir un pan de son identité qu'il ignorait, le destin de sa famille maternelle, dont on parlait pas ou peu. 

    C'est avec simplicité, bienveillance et douceur que Gilles Rozier revient sur cette année finalement décisive, sur un acte provoqué par le désir de ne plus être le fils du directeur de "lusine" mais un enfant comme les autres, faire un coup d'éclat dont il ne connaissait pas la vraie teneur mais qui va lui révéler que sa famille a un passé douloureux intimement lié à l'antisémitisme. 

    C'est une lecture agréable, parsemée de références de l'époque, qui revient à la fois sur l'enfance de l'auteur mais aussi sur la deuxième guerre mondiale, les camps de concentration, l'identité juive à travers les décennies, dans un habile mélange d'humour, de tendresse mais aussi de gravité.

    Nous sommes ce que nous sommes parfois par des événements de notre enfance, anodins ou pas, des non-dits parfois, des silences qui se révèlent comme des moments charnières et par leur émergence bien des années plus tard, nous réalisons qu'ils ont été finalement annonciateurs de ce que nous deviendrons et c'est ce que Gilles Rozier réussit parfaitement dans ce roman dans lequel il étale les pièces du jeu et en tire une ligne de vie.

    Tous ces souvenirs et les sensations s'y rapportant forment un tas compact, un enchevêtrement d'aiguilles de mikado qui piquent quand on les touche, mais elles ont fini par provoquer la même douleur, quelle que soit leur couleur et le nombre de bagues censées introduire entre elles une hiérarchie. (p53)

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Ouvrir « Mikado d’enfance » c’est déjà un acte fort, des plus citoyens. Deviner que ce jeu d’adresse est patience et quintessence. Respecter l’envolée de la première page et pénétrer dans un récit de renom, subrepticement, le regard plongé dans les plus respectables délivrances de l’auteur...
    Voir plus

    Ouvrir « Mikado d’enfance » c’est déjà un acte fort, des plus citoyens. Deviner que ce jeu d’adresse est patience et quintessence. Respecter l’envolée de la première page et pénétrer dans un récit de renom, subrepticement, le regard plongé dans les plus respectables délivrances de l’auteur Gilles Rozier. Ce récit solaire, extraordinaire, puissant et riche d’une initiation à la vie et à la quête de soi est beau à pleurer. Ce plaidoyer lumineux qui encense la vérité absolue, la sincérité et ses ouvertures, est un hymne à la beauté des cœurs et des croyances les plus nobles. Gilles Rozier est cet enfant entre deux rives dont on rêve de caresser les cheveux et de l’élancer dans l’aube nouvelle. Sa force et son altérité n’auront pas besoin du lecteur. Seul, il va franchir après bien des tumultes le soleil levant de sa liberté de croyance. Cette métamorphose prendra racine dans un contre-jour lorsqu’il refuse la pensée même de ses propres actions et leurs conséquences. Le monde des adultes est impitoyable pour des enfants qui ont écrit à leur professeur Monsieur Guez un billet antisémite. « Vieux juif, tu seras puni par le IIIème Reich » Gilles a fait trembler le Mikado de son enfance. Il a œuvré au passage des mots qui auraient pu tout détruire sur le mont de sa vie en création. Racisme et intolérance ? Ces enfants ont risqué la faille du jeu sur leurs consciences. Plus qu’un billet, ces enfants égarés ont copié le modèle des êtres qui, ne savent pas et les horreurs d’un racisme qui détruit l’universalité d’un peuple les plus aimants. Il faut atteindre les racines du mal détruire le Mikado d’enfance et renaître tel le Phénix pour pardonner à soi-même ce que les intolérants des siècles passés ont écrit comme fausse vérité à la face du monde. Ce récit est majestueux, sa leçon de vie est la ligne messagère que laissent les oiseaux migrateurs au summum d’un ciel des plus symboliques et paraboliques lorsque la pureté s’élève de l’intériorité. Cet enfant, Gilles, adulte devenu, altruiste et messager, voue sa vie à modeler avec la glaise d’amour les syllabes d’un Yiddish immortel. Ce récit est un langage hédoniste à apprendre par cœur. Il faut lever le voile du filigrane et lire l’invisibilité. C’est une barque sur la mer qu’on ne voudrait jamais quitter des yeux. Je sais qu’en lisant cet écrin j’ai appris la marche du désert, j’ai foulé le sable rouge qui divinise et j’ai appris par cœur la majuscule du premier mot nourricier de ce grand livre C pour comprendre. Le point final est œuvre. Ce récit est une clé. Publié par Les Editions L’Antilope « Mikado d’enfance » est en lice pour Le Prix Hors Concours 2019 et c’est une grande chance. Merci Monsieur Gilles Rozier pour mes larmes sur votre chef-d’œuvre. A lire et relire mille fois. Culte.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Explorateurs de la rentrée littéraire 2019

    J’ai lu d’une traite ce livre qui m’a transportée dans les années 70 et dans les pensées intimes du narrateur.

    Un mail est à l’origine de la résurgence d’un pénible souvenir qui a marqué l’enfance de Gilles, miroir de l’auteur.

    Nous sommes en...
    Voir plus

    Explorateurs de la rentrée littéraire 2019

    J’ai lu d’une traite ce livre qui m’a transportée dans les années 70 et dans les pensées intimes du narrateur.

    Un mail est à l’origine de la résurgence d’un pénible souvenir qui a marqué l’enfance de Gilles, miroir de l’auteur.

    Nous sommes en 1975, Gilles est au collège. Par fanfaronnade ou désir de se faire bien voir de deux de ses condisciples, il se retrouve embarqué dans une sordide histoire d’antisémitisme qui vise l’un de leurs professeurs. Un événement qui lui vaudra deux semaines d’exclusion. Quarante ans après, il revient sur les faits, cherchant à les comprendre et à les analyser. Et surtout à expliquer en quoi cet incident passé a été le déclencheur d’une succession d’événements et de changements qui l’ont conduit à devenir un spécialiste de la culture juive.

    Ce livre est un véritable plaisir de lecteur. A la fois d’une grande simplicité dans la narration et complexe dans les questions qu’il éveille.

    Gilles Rozier nous plonge avec réalisme dans l’ambiance des années 70. Il évoque avec pudeur les relations assez distantes que le narrateur entretient avec son père et son frère, parle en filigrane de l’homosexualité et du rapport de proximité qu’il a avec sa mère. Mais surtout il raconte avec sensibilité son grand-père mort en déportation, sa tante déportée et les douleurs d’enfance de sa mère qui se sont probablement transmises d’elle à son fils.

    Au-delà de l’événement honteux qu’il a cherché à enfouir au plus profond de sa mémoire, l’auteur interroge sur la filiation et la transmission.

    Le récit, pourtant très court, réussit la prouesse d’alterner des moments de vie intime avec de véritables instants de grâce, comme cette intervention de la mère de Gilles face au conseil de discipline, que je trouve à la fois si juste et si naïve : « Comment voulez-vous que mon fils soit antisémite alors que mon père est mort à Auschwitz ? ».

    Le roman raconte aussi dans le détail, d’un côté, les sentiments du jeune Gilles et, de l’autre, la compréhension des événements quarante ans après à la lumière de l’histoire familiale.

    L’auteur ne donne pas ici l’impression que l’histoire douloureuse de la famille maternelle ait été secrète, comme cela a pu être le cas dans certaines familles, mais il semble qu’en tant qu’enfant il lui a manqué certaines clés pour comprendre l’étendue de l’horreur et ce que cela impliquait.

    L’ensemble de ce récit m’a touchée par ce qu’il traduit de la solitude de l’enfance, à travers les rapports que Gilles entretient avec ses camarades et avec sa famille. C’est un récit à la fois très intime et très universel qui parle à la lectrice que je suis et qui a aussi été élevée dans les années 70. C’est évidemment, et surtout, un magnifique hommage rendu aux personnes qui ont subit la déportation et dont l’histoire reste à jamais ancrée au cœur des familles.
    ________________________________________________________________________________

    Avis 80 premières pages - explorateurs de la rentrée littéraire 2019
    La réception d’une lettre est l’élément déclencheur qui fait remonter à la surface le souvenir lourd et pénible d’un épisode de l’enfance du narrateur.
    1975, Gilles est au collège. Pour se faire bien voir de ses pairs, se faire accepter, il se retrouve plongé au cœur d’une affaire d’antisémitisme.

    A ce stade de la lecture, on comprend qu’au-delà de l’événement proprement dit, c’est aussi toute l’histoire familiale qui se retrouve au cœur du récit. Car la mère du narrateur est juive. Son père est mort en déportation et sa sœur est revenue des camps.

    Pour le moment, les faits sont posés. On ne sait pas encore quels seront les impacts sur Gilles, sa famille et la suite de sa vie.

    J’aime l’atmosphère des années 70 que Gilles Rozier a réussi à retranscrire avec fidélité. Les rapports avec ses parents qui sont décrits comme plutôt froids sans sentiments d’amour. Sa façon de se décrire sans concession mais malgré tout avec beaucoup de tendresse pour l’enfant en quête de reconnaissance qu’il était.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • «Il s’était passé quelque chose en 1975, mais je l’avais éjecté de ma mémoire, placé dans un recoin de mon cerveau.» Gilles Rozier aurait bien aimé dire qu’il n’y était pour rien, mais aujourd’hui, quarante ans après les faits, il revient sur le courrier antisémite adressé à l'un de ses...
    Voir plus

    «Il s’était passé quelque chose en 1975, mais je l’avais éjecté de ma mémoire, placé dans un recoin de mon cerveau.» Gilles Rozier aurait bien aimé dire qu’il n’y était pour rien, mais aujourd’hui, quarante ans après les faits, il revient sur le courrier antisémite adressé à l'un de ses professeurs et nous livre avec «Mikado d’enfance» un roman sensible et, sans doute, la clé de sa vocation.

    Quatre enfants au milieu des années soixante-dix. De Gaulle est mort, la parenthèse Pompidou vient de s’achever et le nouveau président Valery Giscard d’Estaing entend moderniser sa fonction et la France «qui n’a pas de pétrole, mais des idées».
    Nous sommes à Vizille, dans la «grise vallée de la Romanche», où la moitié de la population travaille à l’usine de Jarrie, propriété d’Ugine-Kuhlmann. C’est aussi le cas du père de Gilles, le narrateur, qui est ingénieur dans cette entreprise qui fabrique de la soude et du chlore, dont les émanations empestent l’atmosphère.
    La famille s’est installée à sept kilomètres, à Champ-sur-Drac, dans la cité ouvrière. Sur la photo de classe de la cinquième 2 de l’année scolaire 1975-1975 du collège de Vizille, il est au premier rang. Derrière lui, Vincent et Pierre sont les deux seuls garçons «parmi une série de filles longues comme des tiges de marguerites». Il aimerait se rapprocher de ses camarades de classe, parce que son statut social, mais aussi le fait qu’il ait un an d’avance le marginalisent quelque peu. Sans oublier le fait qu’il préfère les poupées au rugby et faire de la pâtisserie avec son amie Pascale. Aussi quand l’occasion se présente d’aider Vincent et Pierre, il ne va pas hésiter. Ayant retrouvé les adresses des professeurs dans l’annuaire, il va transmettre celle de son prof d’anglais auxquels ils destinent ce message: «Vieux Juif, tu seras puni par le IIIe Reich». Bien que Gilles ne l’ait pas vu, il va se retrouver quelques jours plus tard en conseil de discipline et sera exclu du collège. Sanction traumatisante, notamment pour sa mère qui aura ce cri du cœur: «Comment voulez-vous que mon fils soit antisémite alors que mon père est mort à Auschwitz ?»
    Gilles ne comprend pas vraiment ce qui lui arrive. Et quarante ans plus tard, il continue à s’interroger: «J’avais cheminé dans la vie, presque toujours avec la sensation que je n’étais pas maître de mon destin, comme si j’avais pris place à l’avant d’une locomotive et qu’à l’approche d’un aiguillage, j’ignorais si la machine emprunterait les rails de droite ou ceux de gauche. Et le chemin de fer n’avait cessé de proposer de nouveaux aiguillages, de sorte que quarante ans plus tard j’étais incapable de reconstituer le trajet, la suite de hasards, de rencontres, de fuites, d’injonctions, de tentatives d’échappement et de décisions qui m’avaient amené à vouer ma vie au yiddish, à l’hébreu, aux langues juives. Etait-ce vraiment lévénement qui avait tout déclenché, comme le coup de sifflet d’un chef de gare, me lançant dans cette course folle, cette vie étourdie?»
    On serait tenté de répondre par l’affirmative et d’absoudre le garçon. Mais au-delà de «l’anecdote», ce qui donne la force à ce roman, c’est bien ce questionnement qui n’a jamais cessé et l’idée sous-jacente que celui qui trouve n’a pas vraiment cherché. Gilles Rozier continue donc de chercher et nous avec lui les fondements de cette culture juive et ceux de son identité. C’est à la fois pudique et profond. C’est une belle découverte de cette rentrée.
    https://urlz.fr/anhX

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Les Explorateurs de la rentrée littéraire 2019

    « Sur son visage, un sourire à peine esquissé. De la tristesse dans son regard. On me le dit encore : j’ai une tristesse dans la pupille dont je ne parviens pas à me départir. Car lui, c’est moi. »

    Lui, c’est Gilles, élève brillant au collège...
    Voir plus

    Les Explorateurs de la rentrée littéraire 2019

    « Sur son visage, un sourire à peine esquissé. De la tristesse dans son regard. On me le dit encore : j’ai une tristesse dans la pupille dont je ne parviens pas à me départir. Car lui, c’est moi. »

    Lui, c’est Gilles, élève brillant au collège des Mattons à Vizille, accusé de complicité dans l’envoi d’une lettre à caractère antisémite à l’égard de son professeur d’anglais. Il lui faudra vivre des années avec cet épisode douloureux dans un recoin de sa mémoire. Une mémoire d’où les souvenirs ont du mal à s’extirper, une mémoire telle l’« embrouillamini » d’un jeu de mikado. Quarante ans plus tard quand un simple message électronique surgit, c’est son passé qui refait surface.

    Dans ce récit introspectif Gilles Rozier revisite et raconte son enfance et son adolescence dans les années 70. Il est un enfant un peu différent, « filliste » comme dit son frère pour se moquer de lui car il aime jouer à la poupée et préfère la compagnie des filles aux sports virils, plutôt introverti avec toujours une pointe de tristesse dans le regard, et l’envie de plaire et d’être accepté par les autres. Sa famille manque de chaleur, ne montre pas ses sentiments, empêtrée dans ses conventions, ses non-dits, ses souffrances. Il est fils d’un ingénieur catholique, un homme aux idées bien arrêtées, directeur de « lusine ». Sa mère est juive, sa tante est revenue des camps, son grand-père est « mortendéportation », une expression énigmatique pour l’enfant qu’il était. Mais c’est ce qui fera dire à sa mère pour le dédouaner lors du conseil de discipline provoqué par « lévénement » : « Comment voulez-vous que mon fils soit antisémite alors que mon père est mort à Auschwitz ? »

    Dans cette plongée intime au cœur de souvenirs d’enfance l’auteur démêle les fils de sa vie comme pour exorciser ses démons avec beaucoup de sensibilité et d’émotion.
    Comment se construire après une enfance meurtrie ? « Qu’était Ma vie ? Subir les humiliations de mon frère, taire mon désir pour Vincent et ruminer ma culpabilité d’avoir trempé dans une cabale antisémite. »

    Gilles Rozier raconte avec mélancolie son histoire familiale complexe mêlée à la réalité sociale et politique des années 70. L’écriture est précise, douce, élégante. Les expressions qui rassemblent les mots en un seul écrit en italique dans le texte, utilisées dans sa famille, sont autant d’euphémismes pour éviter toute explication dans la famille, l’atmosphère seventies apporte la couleur de l’époque, les jeans pat’d’éph, Claude François et ses Claudettes, les émissions télévisées… et le fameux bottin, une pièce maîtresse dans « lévénement ».

    Une bêtise de gosses et pourtant un événement traumatisant pour l’auteur et qui le poursuivra toute sa vie. Quelque part, lié au contexte familial, il contribuera à faire l’homme qu’il est devenu, spécialiste de la culture et de la littérature juives. Apprendre le yiddish, « une langue morte » viendra comme une évidence pour renouer avec ce grand-père disparu dans les camps, pour affirmer son identité juive.

    Mikado d’enfance est un très beau récit qui prend des allures de confidences pour dire l’indicible. Le pouvoir des mots, de la poésie, pour réveiller la mémoire, extirper les souvenirs, pour réparer, ne plus se sentir coupable. Une histoire touchante et très émouvante.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Au milieu des années 1970, Gilles, le narrateur, jeune élève au collège des Mattons à Vizille, est un brillant élève ; quarante ans plus tard, alors qu’il est devenu spécialiste de culture juive, un message électronique reçu lors d’un colloque va l’obliger à convoquer ses souvenirs pour revenir...
    Voir plus

    Au milieu des années 1970, Gilles, le narrateur, jeune élève au collège des Mattons à Vizille, est un brillant élève ; quarante ans plus tard, alors qu’il est devenu spécialiste de culture juive, un message électronique reçu lors d’un colloque va l’obliger à convoquer ses souvenirs pour revenir sur un épisode s’étant déroulé lorsqu’il était en classe de cinquième.
    Le roman débute avec une photo de classe "année scolaire 1974-1975" prise au collège de Vizille, sur laquelle se trouve notre narrateur.
    J'ai immédiatement embarqué avec lui, en retrouvant avec plaisir ces années-là dans une région très proche de la mienne. Même si c'est souvent un peu teinté de nostalgie, il est toujours très agréable de se voir plongée quarante ans en arrière.
    Je crois que tout lecteur peut se retrouver dans cette vie de collégien et je pense que l'auteur a très bien analysé les sentiments de ce jeune ado, encore enfant et donc un peu naïf. Il a su également entretenir le suspense avec maestria avant de nous dévoiler quel avait été ce fameux évènement qui avait marqué cette année scolaire 75. Une fois l'épisode crucial dévoilé, j'ai suivi Gilles, le narrateur, avec grand intérêt dans ses tentatives de décortiquer l'imbrication des conflits politiques des années 70 et des malaises familiaux. Quelle torture mentale pour lui qui ne se souvient que de très peu de choses et qui tente néanmoins de convoquer des souvenirs enfouis et refoulés pour reconstituer ce sombre épisode.
    L'auteur creuse alors l'identité juive et nous fait part des différences existant suivant leur origine. N'oublions pas que l'auteur est spécialiste de culture juive !
    Cette recherche de souvenirs et de sensations qui forment un tas, comme un empilement d'aiguilles de mikado qu'il faut tenter d'extraire une à une, souvent en se piquant, est menée avec beaucoup de patience et de talent.
    Ce court roman autobiographique de 186 pages dont le sujet principal est la quête d'identité m'a séduite par les multiples aspects qu'il aborde : la vie au collège puis au lycée, la mémoire, qui peut se révéler souvent capricieuse, l'histoire de la 2ème guerre mondiale avec ses camps de déportation et l'antisémitisme toujours d'actualité. Ce sont tous, des sujets très sérieux et pourtant, Gilles Rozier a réussi à les développer en les saupoudrant assez souvent d'un humour très fin. Une recette du gâteau au chocolat de la grand-mère de son père qui, sans nul doute, sera ma prochaine expérience culinaire, nous est d'ailleurs offerte. Il a su également créer une forme d'expression à part, en écrivant certaines expressions très importantes pour lui, sans espace et en italique : lusine, mortendéportation, lévènement, endéportation, copinesdedéportation, lesJuifs, lescamps, ce que j'ai trouvé très efficace et original.
    Mikado d'enfance de Gilles Rozier : un livre que je recommande chaleureusement !

    Livre lu dans le cadre des Explorateurs de la rentrée littéraire 2019 de Lecteurs.com.
    Chronique à retrouver sur : http://notre-jardin-des-livres.over-blog.com/





    Explorateurs de la rentrée littéraire 2019 : avis de la page 100 :

    Au milieu des années 1970, Gilles, le narrateur, jeune élève au collège des Mattons à Vizille, est un brillant élève ; quarante ans plus tard, alors qu’il est devenu spécialiste de culture juive, un message électronique reçu lors d’un colloque va l’obliger à convoquer ses souvenirs pour revenir sur un épisode s’étant déroulé lorsqu’il était en classe de cinquième.
    Je suis entrée dans le roman dès le début, celui-ci se déroulant dans une région proche de chez moi. Les faits dont il est question s’étant passés dans les 1970, c’est avec plaisir que je m’y retrouve.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.