• Lecture dans le cadre du prix des lecteurs du Livre de Poche 2018

    Voilà typiquement le genre de bouquin que je n’aurais jamais acheté de moi-même. Un livre et un auteur qui me sont totalement inconnus, une quatrième de couv qui ne m’attire pas particulièrement. Erreur car j’ai fait une jolie petite découverte.

    Sur une presqu’ile isolée, Jean, retraité et veuf, sent son corps devenir vieux. Tous les matins il va se baigner, se frotter à l’eau froide de la mer. Drogué à l’immersion dans l’eau glacée, Jean tient, tel un fil rouge, le journal de ses baignades.
    Depuis quelque temps, son petit-fils de retour de mission en Afghanistan est venu le rejoindre dans ce bout du monde et rompre sa vie quasi monacale. Léo qui fut un enfant joyeux, est aujourd’hui un jeune adulte taciturne, mutique, inaccessible, à l’occasion violent. Le lien qui les unissait est détruit.
    Quand une adolescente disparait, les habitants de la presqu’ile ont vite fait de trouver en ce jeune homme un coupable idéal.
    Jean, malgré des doutes, des aveux, refuse que son petit soit l’auteur d’un acte aussi affreux.
    Il va falloir affronter la suspicion, l’acharnement des voisins, la rumeur.
    En contrepoint, une femme raconte autre chose. La mère de Léo, par petites touches, laisse pressentir le drame qui traumatisera son fils tout autant que son expérience de soldat.
    Au fil des pages le mystère s’épaissit.

    En entremêlant un journal de baignade, une histoire de filiation et une trame policière, Christine Desrousseaux construit un récit prenant d’une écriture maitrisée et fluide.

    Rythmé par les saisons et les marées, un roman battu par les vents et les vagues dans lequel j’ai littéralement plongé.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions